Quoi qu’il en coûte : rebelote ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron BY EU2017EE (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quoi qu’il en coûte : rebelote ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 décembre 2021
- A +

Par Karl Eychenne.

« La politique du quoi qu’il en coûte ne coûtera jamais trop cher », ainsi parlait l’Homme politique alors que la première crise sanitaire plongeait l’économie française dans l’obscurité. En termes de philosophie morale, le quoi qu’il en coûte repose sur un impératif catégorique hermétique à tout calcul de coin de table : il faut sauver tout le monde.

« Une injustice faite à un seul est une menace faite à tous. », Montesquieu.

Bien sûr personne n’est dupe, le quoi qu’il en coûte a un coût. D’ailleurs, on sait aujourd’hui ce que le quoi qu’il en coûte a coûté. Mais on sait aussi ce qu’il n’a pas coûté… Tout le débat est là. Il existe une école de pensée qui avance un coût exorbitant du premier quoi qu’il en coûte, et qui récuse d’office toute idée d’un deuxième quoi qu’il en coûte. Et puis il existe une école de pensée qui avance un coût inexistant du premier quoi qu’il en coûte, ne voyant dès lors aucune objection à l’idée d’un deuxième quoi qu’il en coûte.

Non, un deuxième quoi qu’il en coûte n’est pas possible

En moins de deux ans, le ratio de dette sur PIB de la zone euro est passé de 83 % à 102 %, soit une hausse aussi forte que celle observée lors de la crise financière de 2007 – 2010 jusqu’à la crise de la dette souveraine 2010 – 2013. Nous sommes bien au-delà des anachroniques niveaux de 60 % brandis jadis comme un épouvantail par la police de la dette (Commission européenne). Aujourd’hui, nous serions même en faillite virtuelle, compte tenu de l’impossibilité de rembourser cette dette. En effet, les deux moteurs susceptibles de réduire la dette sont grippés.

D’abord, l’État ne réussira jamais à réduire les dépenses, sous peine de voir apparaître un nouveau variant de Gilets jaunes. Impossible de réduire les dépenses, impossible de hausser les impôts ; la balance primaire sera au mieux nulle, ce qui sera insuffisant pour réduire la dette. Par ailleurs, la croissance économique ne sera jamais suffisamment élevée pour compenser la remontée des taux d’intérêt qui nous pend au nez.

Au mieux la croissance plafonnera à 2 %, pendant que les taux d’intérêt réels (taux moins inflation) remonteront progressivement vers des niveaux plus décents, 2 % par exemple (feu la règle d’or) ; le différentiel croissance/taux sera alors nul, ce qui sera aussi insuffisant pour réduire la dette. Dans ce scénario, le financement d’un nouveau quoi qu’il en coûte est fortement déconseillé.

« Les financiers soutiennent l’État, comme la corde soutient le pendu. », Montesquieu encore lui.

Oui, un deuxième quoi qu’il en coûte est possible

Aujourd’hui, les conditions financières n’ont jamais été aussi favorables pour émettre de la dette. Les taux d’intérêt de long terme restent proches de 0 % malgré quelques tentatives haussières, et l’inflation est en orbite à près de 4,9 % en zone euro. Nous obtenons alors des taux d’intérêt réels proches de – 5 %, du jamais vu et du pain bénit pour tout emprunteur.

Cerise sur le gâteau, la croissance économique a frôlé les 10 % au troisième trimestre (en variation trimestrielle annualisée). La dette est bête, elle fait ce qu’on lui dit : si vous avez une croissance à 10 % et des taux réels à – 5 %, vous faites la différence et vous obtenez une réduction du ratio de dette sur PIB de 15 %, en une année seulement.

Bien évidemment, la croissance ne restera pas à 10 %, et les taux réels ne resteront pas à – 5 %. Enfin, tout dépendra également du train de vie de l’État qui très probablement annulera partiellement l’effet favorable du différentiel croissance/taux. Qu’importe, il existe un argument qui l’emporte sur tous : la politique de rachats d’actifs de la Banque centrale européenne (BCE) financée par de la création de monnaie.

Depuis près de 15 ans, la BCE a quasiment financé l’équivalent de l’ensemble de la dette émise par les États : ce que l’on appelle la dette consolidée (États + BCE) n’a finalement pas augmenté ! Certes, aujourd’hui la BCE est plutôt dans une dynamique inverse avec la réduction progressive de ses achats d’actifs, comme la plus part des banques centrales des économies développées.

Mais comment imaginer qu’un retour de la crise sanitaire ne réveille pas l’appétit de la BCE pour de la dette ? Selon cette école de pensée, le financement d’un nouveau quoi qu’il en coûte n’est donc pas un problème.

« L’argent ? Juste du papier qui sert à faire des cadeaux », Johnny Hallyday

PIB vs VIE

En vérité, ce débat sur le quoi qu’il en coûte tel qu’il vient d’être présenté manque l’essentiel : nous. Nous avons complètement occulté la dimension humaine du problème qui nous est posé. Il faut dire qu’en matière de santé publique, l’économique fait toujours tiquer : un calcul comptable peut vite muer en dilemme moral.

Pourtant, l’économie de la santé a l’habitude de traiter le problème, elle utilise depuis longtemps des concepts comme celui de coût (valeur) d’une vie pour avancer dans ses recherches.

Précisément, c’est en usant de ces concepts que les économistes (Christian Gollier en tête de gondole) ont pu s’interroger sur l’inaudible arbitrage perte de vie vs perte de PIB durant la crise covid. Pourtant malgré bien des efforts de pédagogie, il faut bien reconnaître que ce type de discours ne passe toujours pas auprès du grand public.

Nous gouvernants peuvent-ils se permettre un nouveau quoi qu’il en coûte ? Oui, forcément. Et qu’importe les niveaux de dette déjà atteints, la politique monétaire de la BCE, la croissance économique, les taux d’intérêt.

À partir du moment où nos gouvernants ont permis un premier quoi qu’il en coûte, on ne voit pas bien ce qui justifierait de ne pas permettre un deuxième quoi qu’il en coûte… à moins d’avoir entretemps troqué une morale pour une autre, de l’impératif catégorique de Kant à l’utilitarisme sanitaire de Bentham, retourner sa veste pour faire simple. Le fait d’avoir un jour acté un premier quoi qu’il en coûte a un pouvoir exorbitant, puisqu’il oblige tous les autres à le suivre.

« On est maître du mot qu’on n’a pas prononcé et esclave de celui qu’on a proféré. », Massa Makan Diabaté

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Il y aura un avant covid et un après.. Et l’après covid est plutôt noir.

  • Je ne suis pas assez calé en économie pour savoir si on peut se sortir de cette situation, par contre je suis certain des effets délétères de cette économie sous perfusion permanente.
    Pour ne prendre qu’un seul exemple, le régime des intermittents du spectacle, qui est déjà un énorme contributeur au déficit de l’assurance chômage, a bénéficié d’une année blanche.
    De quoi susciter bien des vocations pour notre fameuse « exception culturelle » !

  • Bon alors si la dette c’est bien, il faut supprimer tous les impôts non ?!

    Puis pourquoi travailler jusqu’à 70 ans si la dette c’est bien ?

    Et puis, pareil sur tous les sujets, pourquoi ne pas investir x milliards dans tous les domaines ?

    Il va être difficile de justifier aux français de se serrer la ceinture après le quoi qu’il coûte si des économistes avec de tels discours.

    Depuis 2007, tous les partis de gauche répètent régulièrement que si l’état a aidé les banques alors l’état peut dépenser sans compter pour n importe quoi. Je m’imagine déjà que le quoi qu’il coûte va être repris par tous les syndicats lorsque la réforme des retraites reviendra sur le tapis.

  • La dette publique croissante depuis des décennies, c’est simplement le fait de vouloir consommer plus que ce qu’on produit. C’est une très mauvaise idée au niveau d’un ménage, comme au niveau d’un Etat. Et c’est se créer de graves problèmes demain, pour de menu profits aujourd’hui (et en réalité, des dérèglements importants dès aujourd’hui).

    Mais le Quoi Qu’il En Coute, c’est encore bien pire : c’est volontairement interdire de produire maintenant, tout en maintenant la consommation (ou tout en l’augmentant). Certes on continue de faire exploser l’endettement, et ça n’augure rien de bon pour demain, mais surtout, le Quoi Qu’il En Coute est une politique de restriction volontaire de la création de valeur. Peu importe que les salariés et entreprises aient été indemnisés (chomage partiel, fond d’indemnité) : toute la richesse qui aurait due être produite pendant les confinements, couvre feu, fermeture des commerces, des restaurants, baisse d’activité forcée, élimination de l’activité touristique etc… n’a pas été produite. Et c’est un manque à gagner aujourd’hui, maintenant. Qu’on emprunte pour compenser et continuer à dépenser et consommer n’y change rien. C’est une perte sèche, et incompensable, irréparable. Là est le drame du Quoi Qu’il En Coute, et la dette compensatrice n’y changera rien.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

À l’heure où la Guadeloupe connait de nouvelles restrictions sanitaires, on peut se demander si ses habitants ne sont pas perçus par le gouvernement comme des citoyens de seconde zone. Les propos de Macron de la semaine dernière mettent en avant la volonté d’une société discriminant les non-vaccinés qui ne seraient plus des citoyens. Une discrimination qui se veut sanitaire. Mais quand on regarde qui sont les populations non-vaccinées, on s’aperçoit que le discours du président Macron va avoir un impact sur des catégories de populations bien ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles