L’environnement propre est lié au capitalisme

Les pays présentant les plus hauts niveaux de liberté économique ont également les meilleures performances environnementales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lac Léman Suisse Credit Dmitry Shakin (Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’environnement propre est lié au capitalisme

Publié le 27 novembre 2021
- A +

Par Rainer Zitelmann.
Un article de la Foundation of Economic Education.

L’un des arguments les plus fréquemment avancés contre le capitalisme est qu’il est le principal moteur de la pollution environnementale et du changement climatique.

Mais si l’on compare le classement des pays les plus performants en matière d’environnement établi par l’université de Yale avec l’indice de liberté économique de l’Heritage Foundation, une corrélation très différente apparaît.

Le classement de performance environnementale

Depuis plus de 20 ans, l’université de Yale publie l’indice de performance environnementale (EPI) et classe les pays en fonction de leur santé environnementale et de la vitalité de leurs écosystèmes.

L’EPI utilise 32 indicateurs de performance pour onze catégories de problèmes :

  1. Qualité de l’air
  2. Assainissement et eau potable
  3. Métaux lourds
  4. Gestion des déchets
  5. Biodiversité et habitat
  6. Services écosystémiques
  7. Pêche
  8. Changement climatique
  9. Émissions polluantes
  10. Ressources en eau
  11. Agriculture

Selon les analyses de l’université de Yale, le Danemark, le Luxembourg, la Suisse, le Royaume-Uni et la France sont les pays les mieux classés, suivis par l’Autriche, la Finlande, la Suède, la Norvège et l’Allemagne.

Le rapport indique :

L’une des leçons constantes de l’EPI est que pour atteindre la durabilité, il faut une prospérité économique suffisante pour financer la santé publique et les infrastructures environnementales.

Les chercheurs constatent qu’il existe une corrélation positive évidente entre les performances environnementales et la richesse des pays, mesurée par le produit intérieur brut (PIB) par habitant.

Une comparaison intéressante peut être faite entre l’EPI et l’indice de liberté économique de l’Heritage Foundation, qui mesure la liberté économique dans le monde depuis 1995.

Le classement de liberté économique

Cet indice, également baptisé indice du capitalisme par le sociologue Erich Weede, a été publié pour la dernière fois au printemps 2021 et analyse le niveau de liberté économique dans 178 pays.

L’indice de l’Heritage Foundation applique douze critères, qui sont tous pondérés de manière égale :

  1. Droits de propriété
  2. Efficacité judiciaire
  3. Intégrité du gouvernement
  4. Poids des impôts
  5. Dépenses du gouvernement
  6. Santé fiscale
  7. Liberté d’entreprise
  8. Liberté du travail
  9. Liberté monétaire
  10. Liberté du commerce
  11. Liberté d’investissement
  12. Liberté financière

Les dix pays les plus libres économiquement dans le monde selon l’indice 2021 sont :

  1. Singapour
  2. Nouvelle-Zélande
  3. Australie
  4. Suisse
  5. Irlande
  6. Taïwan
  7. Royaume-Uni
  8. Estonie
  9. Canada
  10. Danemark

Les pays présentant les plus faibles niveaux de liberté économique sont : la Corée du Nord, le Venezuela, Cuba, le Soudan et le Zimbabwe.

Les 178 pays sont tous regroupés en cinq catégories : libre, presque libre, modérément libre, presque non libre et réprimé.

Les chercheurs de l’Heritage Foundation ont comparé les deux indices – l’indice de performance environnementale de l’université de Yale et leur propre indice de liberté économique – pour l’année 2020 et ont constaté que les pays présentant les plus hauts niveaux de liberté économique avaient également les scores EPI les plus élevés, avec une moyenne de 76,1, tandis que les pays Mostly Free (principalement libres) affichaient une moyenne de 70,2.

Il existe ensuite un écart important avec les pays modérément libres, qui ont obtenu une note beaucoup plus basse (59,6 points) pour leurs performances environnementales.

Les pays Mostly Unfree (principalement réprimés) et Repressed (réprimés) ont enregistré de loin la pire performance environnementale (46,7 et 50,3 points dans l’EPI, respectivement).

 

Crédit image : 2021 Index of Economic Freedom (page 26), Heritage Foundation

Convergence des résultats entre environnement et capitalisme

Pour lisser les évolutions dynamiques de l’indice de liberté économique, il est judicieux de prendre le score moyen de chaque pays sur 15 ans, de 2006 à 2020. Cela permet de compenser le type d’effets ponctuels qui peuvent résulter de mesures politiques à court terme.

Ces moyennes peuvent ensuite être comparées aux scores de l’indice de performance environnementale à partir de 2020. Les données révèlent une corrélation positive évidente (le coefficient de corrélation est de 67 %). Une analyse de régression confirme également que pour chaque augmentation d’un point de l’indice de liberté économique, on observe une augmentation de 1,06 point de l’indice de performance environnementale.

Un coefficient aussi élevé, associé à la très forte corrélation entre les indices, suggère une relation statistique claire. Cette corrélation peut s’expliquer par la causalité entre un capitalisme accru et un progrès technologique et une prospérité plus importants.

L’économiste Daniel Fernández Méndez a abordé l’objection potentielle selon laquelle les pays jouissant d’une plus grande liberté économique délocalisent leurs industries polluantes vers le tiers monde moins libre, tout en conservant les industries non polluantes dans leur pays.

Or, ce n’est manifestement pas le cas. Son analyse des investissements réalisés par les pays ayant des normes environnementales élevées révèle que seulement 0,1 % de leurs investissements étrangers vont vers des pays ayant des normes environnementales faibles.

Les conclusions de ces calculs sont claires :

Avec les données analysées, nous pouvons constater que le capitalisme convient à l’environnement. Plus la liberté économique est grande, plus les indices de qualité environnementale sont élevés. Les pays les plus propres n’exportent pas leur pollution en délocalisant les entreprises.

Il est clair que l’environnement n’est pas différent de tant d’autres domaines de la vie : le capitalisme n’est pas le problème, il est la solution.

Traduction par Alexandre Massaux pour Contrepoints.

Lac Léman Suisse Credit Dmitry Shakin (Creative Commons)

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Ce genre d’article va être très mal vu de notre gauche caviar pour laquelle plus on est de gauche, plus on préserve la nature. D’ici à ce qu’elle nous dise que Staline était « globalement écolo », il n’y a qu’un pas.

  • C’est toujours bon de rapeller les faits.

  • j’aurais utilisé environnement vivable..

    • attention environnement propre signifie par exemple lutter contre la pollution , environnement vivable signifie lutter contre la pollution qui a des effets néfastes sur la santé…

  • Liberté! En France, j’écris ton nom, pleure ton absence et dois me soumettre aux décisions irréalistes des écolos- bobos and co!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une nouvelle étude de la Fondation Jean Jaurès s’intéresse au rôle de la grande distribution dans la protection du pouvoir d’achat des Français.

Depuis son émergence dans les années 1960, la grande distribution n’a pas seulement transformé notre modèle de consommation. Elle représente également un nouveau symbole pour la classe moyenne, et incarne même un contrepoids à certaines politiques étatiques.

Pourtant vivement critiquée dès le départ, son mode d’organisation et ses méthodes n’ont jamais cessé de prouver leur succès malgr... Poursuivre la lecture

Dans une tribune publiée dans le Financial Times, Janan Ganesh estime que les démocraties occidentales ont un grave problème de personnel. Ce ne sont pas les électeurs qui préfèrent des troisièmes couteaux aux véritables hommes d’État disponibles, mais une classe politique qui peine à recruter : « (d)es personnes aptes, de tendance libérale ou modérée, [qui] ne sont pas assez nombreuses à se lancer en politique ».

L’auteur de la tribune a en tête la succession de Boris Johnson en tant que Premier ministre du Royaume-Uni. Il est facile ... Poursuivre la lecture

Par Jesse Gill.

Si vous mettez un crabe dans un seau, il en sortira en rampant. Cependant, si vous mettez plusieurs crabes dans un seau, ils resteront tous à l'intérieur du seau. Si un crabe décide de sortir du seau, il sera ramené à l'intérieur par ses camarades.

 

La mentalité du crabe

On pense que le raisonnement des crabes qui ne laissent pas les autres s'échapper du seau peut être décrit comme "si je ne peux pas l'avoir, vous non plus". Même si cela a pour conséquence de les transformer en soupe de crabes, ils r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles