Skyrim : pourquoi les jeux Elder Scrolls ont marqué une génération

La liberté offerte au joueur, l’ambiance de l’univers et le modding sont les atouts de la série de jeux vidéo Elder Scrolls tels que Skyrim.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Skyrim anniversary capture d'écran youtube Bethesda https://www.youtube.com/watch?v=t-_56Ouy8II

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Skyrim : pourquoi les jeux Elder Scrolls ont marqué une génération

Publié le 14 novembre 2021
- A +

Par Alexandre Massaux.

Le 11 novembre 2021 est sortie la version anniversaire du jeu de rôle The Elder Scrolls V : Skyrim. Sorti précisément il y a dix ans ce jeu issu de la licence de jeux vidéo Elder Scroll a marqué une génération de joueurs. L’aventure se déroule dans le monde médiéval fantastique de Nirn et plus précisément sur le continent Tamriel. Le joueur incarne un personnage évoluant dans cet univers.

Le jeu s’est vendu en tout à 30 millions d’exemplaires entre 2011 et 2016, le classant dans le top 20 des jeux vidéo les plus vendus. Selon Todd Howard, directeur de développement de Bethesda Game Studios, le temps moyen total passé sur le jeu est de 150 heures.

Ce succès est aussi le résultat d’une importante communauté de joueurs fidèles à la série des Elder Scrolls. Si elle existe depuis les deux premiers opus Arena et Daggerfall sortis dans les années 1990, c’est Morrowind qui va propulser la licence. Pour beaucoup ce dernier reste le meilleur de la série.

Le succès de la série s’explique pour plusieurs raisons.

Une grande liberté laissée au joueur

Qu’il s’agisse de Skyrim ou de ses prédécesseurs, les jeux Elder Scrolls sont parfois définis comme étant des jeux bacs à sable. Le joueur a bien un objectif initial à accomplir, mais il est libre de le faire quand il veut. La création et la personnalisation du personnage sont libres et permettent d’être aussi bien un guerrier, un mage ou un voleur, ou bien une combinaison des compétences de chacun de ces modèles. Il peut explorer l’ensemble de la carte comme il le souhaite ; du moins s’il survit aux ennemis qu’il croisera. Il peut aussi rejoindre des guildes et progresser au sein de celles-ci.

Contrairement aux jeux où le joueur incarne un personnage défini, Skyrim et les Elder Scroll laissent le joueur écrire son histoire de A à Z. Les possibilités à explorer sont assez nombreuses pour l’occuper un bon moment.

Toutefois les actions accomplies ne sont pas toutes sans conséquences. Commettre des crimes amènera les gardes à vous pourchasser voire vous attaquer à vue, ce qui peut rendre complexe la progression dans le jeu.

Skyrim aura néanmoins amélioré ce système en divisant la carte en régions (comme Daggerfall). Le joueur ne sera poursuivi que pour les crimes commis dans une région car les gardes n’ont pas le droit de la quitter. Ce système est utilisé par d’autres jeux comme Red Dead Rédemption 2 qui ira plus loin avec un système de chasseurs de primes, plaçant ainsi le joueur devant ses responsabilités.

L’ambiance merveilleuse des Elder Scrolls

La série prend place dans un monde magique peuplé de différentes créatures parfois issues de la mythologie comme les minotaures d’Oblivion ou les dragons de Skyrim. Mais ces jeux possèdent aussi une ambiance unique : Skyrim reprend la symbolique viking et Oblivion celle du monde médiéval européen.

Morrowind était le plus original avec son ambiance inspirée des cultures orientales et sud asiatiques avec une patte artistique particulière. Cette spécificité a beaucoup joué dans le succès initial de la série.

Enfin, la musique de Jeremy Soule, le compositeur des trois derniers opus a apporté une touche particulière.

La participation de la communauté des joueurs à travers le modding

Autre caractéristique de la série : sa communauté a largement contribué à améliorer et à modifier le jeu grâce à des mods réalisés par certains joueurs. Sur le site Nexusmod, l’une des principales plateformes d’hébergement en la matière, Skyrim compte plus de 60 000 mods téléchargeables.

Cette capacité des joueurs, et donc des clients, de donner une seconde vie aux jeux est un atout précieux pour Bethesda, mais aussi pour les joueurs eux-mêmes. S’il est parfois reproché à la compagnie de se reposer sur les mods des joueurs pour améliorer leurs jeux (et parfois corriger des bugs), leur rôle actif offre une belle vitalité à ces derniers.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Si vous défendez en France le libéralisme classique vous êtes rapidement soumis à un exercice pénible. Face à l’ignorance de votre auditoire, vous êtes contraint d’expliquer les « droits naturels », de remonter à l’humanisme et à l’école de Salamanque, de justifier laborieusement que le libéralisme n’est pas que le marché et la concurrence loyale. Ni le capitalisme de connivence.

Définir facilement le libéralisme est si malaisé que beaucoup commencent par expliquer « ce qu’il n’est pas ».

Bref, en invoquant le libéralisme, vous ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Harry Potter a déjà survécu à plusieurs menaces comme les dragons et les sorciers malveillants. Mais son nouvel ennemi est plus dangereux et maléfique que Lord Voldemort : la gauche radicale.

Hogwarts Legacy: L'Héritage de Poudlard, un nouveau jeu vidéo qui se déroule dans le monde du jeune sorcier bien avant ses aventures littéraires, attire les critiques à cause de sa connexion avec J.K. Rowling.

https://www.youtube.com/watch?v=7slKny00ZIU

 

L’auteur de la série Harry Potter est devenue l'ennemi public numér... Poursuivre la lecture

Pourquoi une petite minorité de militants très actifs s’oppose-t-elle avec tant d’acharnement à l’euthanasie et au suicide assisté ?

Ce n’est pas vraiment un mystère puisqu’à chaque évolution sociétale (contraception en 1967, IVG en 1975, PACS en 1999, mariage pour tous en 2013, PMA élargie en 2021) nous assistons à la même tragicomédie jouée par des opposants très minoritaires.

À chaque fois, il s’agirait selon eux d’un pas gravissime franchi vers l’inconnu, d’une atteinte à des principes moraux anciens et intangibles.

&... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles