Skyrim : pourquoi les jeux Elder Scrolls ont marqué une génération

La liberté offerte au joueur, l’ambiance de l’univers et le modding sont les atouts de la série de jeux vidéo Elder Scrolls tels que Skyrim.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Skyrim : pourquoi les jeux Elder Scrolls ont marqué une génération

Publié le 14 novembre 2021
- A +

Par Alexandre Massaux.

Le 11 novembre 2021 est sortie la version anniversaire du jeu de rôle The Elder Scrolls V : Skyrim. Sorti précisément il y a dix ans ce jeu issu de la licence de jeux vidéo Elder Scroll a marqué une génération de joueurs. L’aventure se déroule dans le monde médiéval fantastique de Nirn et plus précisément sur le continent Tamriel. Le joueur incarne un personnage évoluant dans cet univers.

Le jeu s’est vendu en tout à 30 millions d’exemplaires entre 2011 et 2016, le classant dans le top 20 des jeux vidéo les plus vendus. Selon Todd Howard, directeur de développement de Bethesda Game Studios, le temps moyen total passé sur le jeu est de 150 heures.

Ce succès est aussi le résultat d’une importante communauté de joueurs fidèles à la série des Elder Scrolls. Si elle existe depuis les deux premiers opus Arena et Daggerfall sortis dans les années 1990, c’est Morrowind qui va propulser la licence. Pour beaucoup ce dernier reste le meilleur de la série.

Le succès de la série s’explique pour plusieurs raisons.

Une grande liberté laissée au joueur

Qu’il s’agisse de Skyrim ou de ses prédécesseurs, les jeux Elder Scrolls sont parfois définis comme étant des jeux bacs à sable. Le joueur a bien un objectif initial à accomplir, mais il est libre de le faire quand il veut. La création et la personnalisation du personnage sont libres et permettent d’être aussi bien un guerrier, un mage ou un voleur, ou bien une combinaison des compétences de chacun de ces modèles. Il peut explorer l’ensemble de la carte comme il le souhaite ; du moins s’il survit aux ennemis qu’il croisera. Il peut aussi rejoindre des guildes et progresser au sein de celles-ci.

Contrairement aux jeux où le joueur incarne un personnage défini, Skyrim et les Elder Scroll laissent le joueur écrire son histoire de A à Z. Les possibilités à explorer sont assez nombreuses pour l’occuper un bon moment.

Toutefois les actions accomplies ne sont pas toutes sans conséquences. Commettre des crimes amènera les gardes à vous pourchasser voire vous attaquer à vue, ce qui peut rendre complexe la progression dans le jeu.

Skyrim aura néanmoins amélioré ce système en divisant la carte en régions (comme Daggerfall). Le joueur ne sera poursuivi que pour les crimes commis dans une région car les gardes n’ont pas le droit de la quitter. Ce système est utilisé par d’autres jeux comme Red Dead Rédemption 2 qui ira plus loin avec un système de chasseurs de primes, plaçant ainsi le joueur devant ses responsabilités.

L’ambiance merveilleuse des Elder Scrolls

La série prend place dans un monde magique peuplé de différentes créatures parfois issues de la mythologie comme les minotaures d’Oblivion ou les dragons de Skyrim. Mais ces jeux possèdent aussi une ambiance unique : Skyrim reprend la symbolique viking et Oblivion celle du monde médiéval européen.

Morrowind était le plus original avec son ambiance inspirée des cultures orientales et sud asiatiques avec une patte artistique particulière. Cette spécificité a beaucoup joué dans le succès initial de la série.

Enfin, la musique de Jeremy Soule, le compositeur des trois derniers opus a apporté une touche particulière.

La participation de la communauté des joueurs à travers le modding

Autre caractéristique de la série : sa communauté a largement contribué à améliorer et à modifier le jeu grâce à des mods réalisés par certains joueurs. Sur le site Nexusmod, l’une des principales plateformes d’hébergement en la matière, Skyrim compte plus de 60 000 mods téléchargeables.

Cette capacité des joueurs, et donc des clients, de donner une seconde vie aux jeux est un atout précieux pour Bethesda, mais aussi pour les joueurs eux-mêmes. S’il est parfois reproché à la compagnie de se reposer sur les mods des joueurs pour améliorer leurs jeux (et parfois corriger des bugs), leur rôle actif offre une belle vitalité à ces derniers.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Moins de deux ans après avoir été très violemment attaqué au couteau par un jeune exalté lors d’une conférence qu’il s’apprêtait à donner, justement sur l’importance de préserver la sécurité des écrivains, Salman Rushdie revient sur cet événement et sur les temps qui ont suivi, à travers un livre, Le couteau.

 

Une attaque ignoble

La conférence de ce 12 août 2022 n’avait même pas commencé que l’écrivain, pour lequel aucune mesure de sécurité particulière n’avait été prévue, fut la cible de la course effrénée d’un jeune illu... Poursuivre la lecture

Boualem Sansal est un auteur connu à la fois pour son talent et pour son remarquable courage, lui qui a fait le choix de rester dans son pays, où il est pourtant censuré, menacé, et régulièrement insulté.

À travers cette fiction, qui avait fait beaucoup parler d’elle en 2015 à sa sortie, et pour laquelle il reçut le Grand prix du roman de l’Académie française, il dénonçait les dérives du radicalisme religieux et la menace que celui-ci représente pour les démocraties. Avec un titre en forme de clin d’œil à l’œuvre et l’esprit du très cé... Poursuivre la lecture

La question devient de plus en plus fondamentale, face aux assauts de violence vécus ces derniers mois, ces dernières années, dans notre pays et ailleurs. Des conflits géopolitiques aux émeutes des banlieues, les incompréhensions semblent aller croissant. Le sentiment domine que tous ne parlons plus le même langage, ne partageons plus les mêmes valeurs, n’avons plus les mêmes aptitudes au dialogue. Constat d’autant plus inquiétant que, comme le remarque Philippe Nemo, de plus en plus de pays non-occidentaux (Russie, Chine, Turquie, parmi d’a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles