Inflation, faim dans le monde, entreprises : le pape François se trompe

Photo by Ashwin Vaswani on Unsplash — Ashwin Vaswani ,

Le pape devrait mieux s’informer sur les questions économiques quand il tweet.

Par Brad Polumbo.
Un article de la Foundation for Economic Education

En tant que chef de l’Église catholique, le Pape François est un leader religieux estimé et une icône mondiale. Mais un expert dans un domaine ne fait pas un expert dans un autre – et sa compréhension de l’économie laisse beaucoup à désirer, si l’on en croit ses dernières remarques.

Les déclarations du Pape François à l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation

Le Pape François a récemment fait une déclaration à l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, dans laquelle il a en effet imputé aux marchés et au capitalisme la responsabilité de la persistance de la faim dans le monde. Il a tweeté :

La lutte contre la faim exige que nous dépassions la logique froide du marché, qui est avidement axée sur le simple profit économique et la réduction de la nourriture à une marchandise, et que nous renforcions la logique de la solidarité.

 

Nous devons adapter nos modèles socio-économiques pour qu’ils aient un visage humain, car de nombreux modèles l’ont perdu. En pensant à ces situations, au nom de Dieu, je veux demander : aux grandes entreprises alimentaires de cesser d’imposer des structures monopolistiques de production et de distribution qui gonflent les prix et finissent par priver de pain les affamés.

Selon lui, la « froide logique du marché » est le principal obstacle à l’élimination de la faim dans le monde. Mais cet argument trahit une terrible méconnaissance du fonctionnement des marchés et de la manière dont les réalisations passées en matière de réduction de la pauvreté mondiale ont été obtenues.

La « cupidité des entreprises » n’est pas du tout responsable de la hausse actuelle des prix

« Les marchés libres sont sans doute le meilleur outil pour réduire la pauvreté et créer une abondance largement partagée que l’humanité ait encore découvert », a déclaré Chelsea Follett, rédactrice en chef de HumanProgress, lors d’une interview. « Aucun pays n’est jamais devenu riche grâce aux seuls efforts caritatifs. »

« Prenons l’exemple de l’Inde, où l’Église catholique a accompli un travail humanitaire admirable », poursuit-elle.

« Durant les années 1970, alors que Mère Theresa aidait à soigner les pauvres de ce pays, ceux-ci étaient certainement dans le besoin, puisque plus de 67 % des enfants indiens souffraient d’insuffisance pondérale due à un manque de nourriture. Après que l’Inde a adopté [des marchés plus libres] au début des années 1990, le taux de pauvreté du pays a chuté. Et la proportion d’enfants classés comme présentant une insuffisance pondérale a rapidement diminué, tombant à environ 30 % selon les chiffres les plus récents. »

De même, Follett a expliqué que les marchés concurrentiels ont favorisé l’innovation technologique qui a rendu la nourriture plus abondante et plus abordable.

Mais qu’en est-il de la hausse actuelle des prix des denrées alimentaires ? Le Pape François n’a pas tort lorsqu’il souligne que les prix des denrées alimentaires ont augmenté aux États-Unis et dans le monde entier au cours de l’année dernière. Pourtant, il se trompe complètement de cause lorsqu’il accuse les « grandes entreprises alimentaires » et leur supposée cupidité (après tout, les entreprises ne sont ni plus ni moins avides aujourd’hui qu’il y a deux ans).

La cupidité des entreprises n’est pas du tout responsable de la hausse actuelle des prix des denrées alimentaires, comme l’a expliqué l’économiste Alex Salter dans une interview :

« Les prix des denrées alimentaires augmentent en raison de la hausse de la demande et de la baisse de l’offre. La seule façon de s’assurer qu’il y a autant de nourriture disponible que les gens veulent en acheter est que les prix augmentent. »

Il conclut :

« N’oubliez pas que les prix ne provoquent pas la pénurie, ils la révèlent. La nourriture serait encore plus difficile à obtenir si les entreprises n’augmentaient pas les prix. Nous pouvons parler des moyens d’aider les pauvres en utilisant la redistribution, mais blâmer la cupidité des entreprises n’a aucun sens. »

Dans le même temps, Follett a souligné que la tendance à long terme des prix des denrées alimentaires était en fait une histoire d’augmentation rapide de l’accessibilité financière :

« Si la hausse que nous observons actuellement dans les prix des denrées alimentaires est digne d’attention, la tendance à long terme est encourageante.[…]Au cours du siècle dernier, les Américains ont vu la nourriture devenir incroyablement plus abordable. La soi-disant « cupidité des entreprises », sous la forme de sociétés alimentaires qui se font concurrence pour offrir aux consommateurs davantage d’options à des prix plus bas, a contribué à cette évolution. La liberté d’innover et de s’engager dans des échanges commerciaux est responsable de la baisse à long terme des prix des denrées alimentaires. »

En clair, le Pape a tout faux sur les causes profondes de la faim dans le monde et de l’inflation alimentaire. Il est compréhensible qu’il ne puisse pas être un expert en toutes choses. Mais avec une telle plateforme et une voix aussi influente, il a l’obligation de mieux s’informer avant de s’immiscer dans les affaires économiques.

Traduction Justine Colinet pour Contrepoints.

Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.