Astérix : 4 raisons de (re)lire les BD

Asterix by Linda De Volder (Creative Commons CC BY-NC-ND 2.0)

Alors que vient de sortir un nouvel album d’Astérix, voici quelques bonnes raisons de lire ou relire les aventures du guerrier gaulois.

Par Alexandre Massaux.

Le nouvel album des aventures d’Astérix, de Jean-Yves Ferri et de Didier Conrad, Astérix et le Griffon vient de paraître aujourd’hui. Nous y retrouvons le petit guerrier gaulois accompagné de son fidèle ami Obélix et son chien Idéfix et du druide Panoramix.

Cette nouvelle aventure se passe en terre sarmate, qui correspond aux actuelles Ukraine et Russie ; un territoire réputé pour y abriter des femmes guerrières ayant alimenté la légende des Amazones.

Cette sortie est une bonne occasion de nous replonger dans l’univers d’Astérix et Obélix, et tout particulièrement ceux de la période de René Goscinny, scénariste de talent.

La finesse de l’humour de Goscinny

Le scénariste originel et créateur d’Astérix René Goscinny a su insuffler un style qui a contribué au succès de l’œuvre. Qu’il s’agisse de jeux de mots (« Tous les étés, les Ibères deviennent plus rudes », « Il ne faut jamais parler sèchement à un Numide ») ou sa capacité à utiliser finement les clichés de telle ou telle culture, son style fut un atout certain. Les albums thématiques se concentrant sur un peuple offraient une lecture certes parodique mais amusante, comme Astérix en Corse ou Astérix chez les Belges pour ne citer que ces deux albums.

Les talents de caricaturiste d’Uderzo

Le dessinateur Albert Uderzo avait un réel talent pour caricaturer des personnes réelles. Nombreux furent les personnages d’Astérix ayant les traits de célébrités : l’acteur Lino Ventura centurion romain dans La Zizanie ; Sean Connery agent secret romain dans L’Odyssée d’Astérix ; Jacques Chirac conseiller de César dans Obélix et compagnie… Cet aspect de la bande dessinée se combinait parfaitement avec l’humour de Goscinny et lui donnait un cachet particulier.

La période de l’Antiquité

Certes, de nombreuses libertés historiques ont été prises aussi bien au niveau du dessin que des faits. Mais l’ambiance qui se dégage des albums d’Astérix permet de s’évader de l’actualité du XXe et maintenant du XXIe siècle. La richesse de l’Antiquité offre de nombreuses possibilités et lieux d’aventures. Qu’il s’agisse de Rome, de la Gaule, de l’Égypte en passant par la Germanie, la richesse de différentes cultures a pu être mise en avant, permettant ainsi une diversité des histoires en fonction du lieu de l’action.

Promotion de la liberté et rejet de l’impérialisme

De nombreux sujets sont indirectement abordés dans les albums d’Astérix. Néanmoins on y retrouve un thème dominant à travers l’ensemble des ouvrages : la résistance et la recherche de liberté du petit village gaulois face à l’envahisseur romain. Nombreuses ont été les tentatives de Jules César de soumettre les Gaulois réfractaires. Dans Le Domaine des dieux, César cherche à assimiler les Gaulois, à les « civiliser » en faisant construire un domaine romain à côté du village. Dans La Zizanie, l’agent romain Tulius Detritus tente de semer le chaos entre les Gaulois.

Dans tous les cas, le désir d’indépendance du village d’irréductibles sera le plus fort,  qui refusera l’autorité centrale de Rome. Face au mode de vie romain, Astérix, Obélix et tous les villageois préfèrent leur mode de vie simple et heureux.

Pour ces raisons Astérix reste une valeur sûre à lire et à relire aussi bien par les enfants que les adultes.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.