Astérix : 4 raisons de (re)lire les BD

Alors que vient de sortir un nouvel album d’Astérix, voici quelques bonnes raisons de lire ou relire les aventures du guerrier gaulois.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Asterix by Linda De Volder (Creative Commons CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Astérix : 4 raisons de (re)lire les BD

Publié le 22 octobre 2021
- A +

Par Alexandre Massaux.

Le nouvel album des aventures d’Astérix, de Jean-Yves Ferri et de Didier Conrad, Astérix et le Griffon vient de paraître aujourd’hui. Nous y retrouvons le petit guerrier gaulois accompagné de son fidèle ami Obélix et son chien Idéfix et du druide Panoramix.

Cette nouvelle aventure se passe en terre sarmate, qui correspond aux actuelles Ukraine et Russie ; un territoire réputé pour y abriter des femmes guerrières ayant alimenté la légende des Amazones.

Cette sortie est une bonne occasion de nous replonger dans l’univers d’Astérix et Obélix, et tout particulièrement ceux de la période de René Goscinny, scénariste de talent.

La finesse de l’humour de Goscinny

Le scénariste originel et créateur d’Astérix René Goscinny a su insuffler un style qui a contribué au succès de l’œuvre. Qu’il s’agisse de jeux de mots (« Tous les étés, les Ibères deviennent plus rudes », « Il ne faut jamais parler sèchement à un Numide ») ou sa capacité à utiliser finement les clichés de telle ou telle culture, son style fut un atout certain. Les albums thématiques se concentrant sur un peuple offraient une lecture certes parodique mais amusante, comme Astérix en Corse ou Astérix chez les Belges pour ne citer que ces deux albums.

Les talents de caricaturiste d’Uderzo

Le dessinateur Albert Uderzo avait un réel talent pour caricaturer des personnes réelles. Nombreux furent les personnages d’Astérix ayant les traits de célébrités : l’acteur Lino Ventura centurion romain dans La Zizanie ; Sean Connery agent secret romain dans L’Odyssée d’Astérix ; Jacques Chirac conseiller de César dans Obélix et compagnie… Cet aspect de la bande dessinée se combinait parfaitement avec l’humour de Goscinny et lui donnait un cachet particulier.

La période de l’Antiquité

Certes, de nombreuses libertés historiques ont été prises aussi bien au niveau du dessin que des faits. Mais l’ambiance qui se dégage des albums d’Astérix permet de s’évader de l’actualité du XXe et maintenant du XXIe siècle. La richesse de l’Antiquité offre de nombreuses possibilités et lieux d’aventures. Qu’il s’agisse de Rome, de la Gaule, de l’Égypte en passant par la Germanie, la richesse de différentes cultures a pu être mise en avant, permettant ainsi une diversité des histoires en fonction du lieu de l’action.

Promotion de la liberté et rejet de l’impérialisme

De nombreux sujets sont indirectement abordés dans les albums d’Astérix. Néanmoins on y retrouve un thème dominant à travers l’ensemble des ouvrages : la résistance et la recherche de liberté du petit village gaulois face à l’envahisseur romain. Nombreuses ont été les tentatives de Jules César de soumettre les Gaulois réfractaires. Dans Le Domaine des dieux, César cherche à assimiler les Gaulois, à les « civiliser » en faisant construire un domaine romain à côté du village. Dans La Zizanie, l’agent romain Tulius Detritus tente de semer le chaos entre les Gaulois.

Dans tous les cas, le désir d’indépendance du village d’irréductibles sera le plus fort,  qui refusera l’autorité centrale de Rome. Face au mode de vie romain, Astérix, Obélix et tous les villageois préfèrent leur mode de vie simple et heureux.

Pour ces raisons Astérix reste une valeur sûre à lire et à relire aussi bien par les enfants que les adultes.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Relisez « Astérix chez les Hélvètes » pour une féroce caricature des gouvernements corrompus !

  • Petit détail : c’est Obélix et compagnie…
    Pour le reste, bien sûr qu’il faut chérir et relire ces merveilleux albums des créateurs Goscinny – Uderzo (la suite n’est pas du même niveau et se contente d’exploiter le filon). Tendresse particulière pour Astérix chez les Helvètes, avec son gouverneur corrompu Garovirus (tiens donc!) et sa cohorte de médecins prétentieux et gloutons, « plus dangereux qu’une légion armée jusqu’aux dents ».

  • ….un territoire réputé pour abriter des femmes guerrières…

  • On a perdu à la fois le talent de Goscinny et Uderzo (mais personne n’est irremplaçable) mais aussi une certaine liberté d’expression à l’ère du politiquement correct et des wokes (ce qui risque de prendre longtemps à remplacer).

    N’oublions pas que même du temps de leur créateur, les héros de BD ont cessé de boire, fumer ou être sourd d’oreille. Bientôt Obélix sera forcé de devenir végan.

  • Merci à R0B0M0D d’abonder dans mon sens.

  • Véran a de faux airs de Tulius Detritus, et il est aussi doué que lui pour semer la zizanie !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’invention du droit à Rome s’est faite en séparant progressivement le droit de la morale et de la religion. Cette invention du droit qui se découvrait par des spécialistes, les prudentes puis par les juristes, a eu pour finalité la création d’une véritable science du droit. Le droit était défini comme « l’art du juste et de l’utile », le juste étant défini comme « rendre à chacun son droit, son dû » pour reprendre les mots du juriste jusnaturaliste Javier Hervada.

Ainsi, le droit a été pensé par les Romains comme un objet autonome par... Poursuivre la lecture

Par Lawrence W. Reed.

 

Un seul pays au monde peut se vanter d'avoir davantage de voitures que d'habitants à l'intérieur de ses frontières - une augmentation stupéfiante de 25 %, selon les statistiques les plus récentes.

Pouvez-vous deviner de quel pays il s'agit ? Je vais vous donner quelques indices supplémentaires...

Le PIB par habitant de cette fascinante enclave est l'un des plus élevés de la planète, presque aussi élevé que celui des États-Unis. Elle prétend, de manière crédible, abriter le plus ancien É... Poursuivre la lecture

Par Fredrik Segerfeldt.

Chers Français,

L’écrivain suédois Vilhelm Moberg a écrit une tétralogie sur l’émigration suédoise vers l’Amérique. Environ un quart de la population a abandonné le petit pays arriéré du nord entre 1870 et 1920. Vous ne feriez jamais une épopée nationale d’une série de romans sur le départ de la France. Votre attachement à sa grandeur est trop importante. Mais nous sommes comme ça. Comme on le verra dans cette lettre, notre arrogance se situe à un autre niveau.

Le quatrième livre de la série de Mob... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles