Australie, Canada… Partout, la folie sanitaire s’étend

Les excuses ayant servi à imposer un contrôle inédit sur la population et même les débats sur ces excuses ont maintenant disparu.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Australie, Canada… Partout, la folie sanitaire s’étend

Publié le 11 octobre 2021
- A +

par h16

C’est pourtant simple : il suffit de « suivre la science » et tout rentrera dans l’ordre, n’est-ce pas ? Cependant, à mesure que les semaines et les mois passent depuis le début de la pandémie, il devient difficile de savoir qui « suit la science », et qui choisit plutôt de suivre un agenda politique de plus en plus liberticide, autoritaire voire carrément dictatorial.

Ainsi, le pass sanitaire décliné dans différentes versions aux noms tous plus imaginatifs les uns que les autres, continue son extension dans les pays les plus industrialisés et ce alors même que sa justification s’est complètement évaporée à mesure qu’il était prouvé qu’être vacciné, ce que le pass entend prouver, ne permet en rien de bloquer la contamination.

La réalité est implacable. Les vaccinés transmettent tout autant le virus que les non- vaccinés. À situation épidémique équivalente, ceux-ci sont donc mis en danger par l’utilisation de ce pass. Eux sont en effet testés régulièrement, là où les frétillants détenteurs du pass ne le sont plus et peuvent donc distribuer généreusement leurs miasmes sans que personne ne les arrête.

C’est cette même réalité qui aboutit à constater l’efficacité médiocre (deux mois) des vaccins qui, malgré une première piqûre et un rappel, nécessitent maintenant une troisième injection au point d’invalider après six mois, comme en Israël, les pass de millions d’individus n’ayant reçu que deux injections. On sent venir un solide abonnement avec, au bout de 10 passages, des réductions alléchantes sur les anti-coagulants en intraveineuse (dont les ventes se portent bien, merci).

Du reste, ces vaccins, probablement trop sûrs et trop efficaces, sont progressivement et très discrètement retirés de certains pays (Islande, Ontario, Suède, Finlande, Danemark…). Une lubie passagère, sans doute.

Et malgré cette réalité, la folie du pass continue, de plus en plus forte, de plus en plus loin.

Au Canada, alors que ce pass ne permet absolument pas de garantir l’immunité virale du porteur, le gouvernement Troudu Trudeau a décidé d’instaurer une fermeture complète de la frontière aux personnes non-vaccinées : après le 30 novembre, les passagers n’ayant pas reçu deux doses reconnues ne pourront pas se rendre dans un aéroport canadien. Il leur sera aussi impossible de prendre le bateau.

On attend la prochaine étape évidente avec gourmandise, lorsqu’il s’agira d’envoyer les gueux non-vaccinés dans des camps dédiés afin de mater ces fortes têtes qui, après un petit passage par une nécessaire et saine rééducation, consentiront enfin de façon éclairée et de leur plein gré à se faire injecter les deux doses salvatrices.

Rappelez-vous qu’il s’agit ici, avant tout, de « suivre la science », n’est-ce pas !

Avec l’Australie, qui a joyeusement choisi la stratégie de confinement le plus dur de la planète après la Chine en incluant même une petite surveillance totale à base de reconnaissance faciale et de flicage massif que ne pourraient renier bien des États dictatoriaux du monde, Israël et le Canada ne sont pas les seuls pays dont la dérive vers le n’importe quoi totalitaire a largement dépassé ce qui aurait été qualifié de purement fasciste il y a seulement deux ans.

Même la Suisse, habituellement calme, se laisse aller aux pires penchants liberticides : non seulement, le pass y est appliqué, mais de plus il ne semble exister aucune stratégie (ni envie ?) de sortir de ce régime, alors même que certains cantons n’enregistrent aucun patient covid en soins intensifs…

En Lituanie, c’est le même constat : l’absence de pass signifie la ségrégation pure et simple ce qui, pour un pays qui a connu le joug soviétique, laisse clairement pantois.

Manifestement, moyennant les bonnes incitations, une propagande tous azimuts et une stigmatisation des déviants et autres non-conformes, on peut parvenir à faire faire n’importe quoi à n’importe quel peuple…

Il en va heureusement de façon complètement différente en France où les Gaulois réfractaires ne se laissent pas faire.

Bon, bien sûr, plus personne n’élève la voix sur le sujet des prélèvements fiscaux devenus automatisés et de véritables usines à gaz pour les entreprises. C’est normal, circulez, il n’y a rien à dire. Certes, on croise des militaires chaque jour un peu partout sous prétexte de vigilance, ce qui est normal dans un pays en paix. Circulez. Bien sûr, l’obligation vaccinale ne concernera pas les policiers qui, au passage, voyagent gratuitement en TGV probablement pour garantir qu’ils continueront de travailler sans hésiter pour les autorités. Circulez, rien à dire. Certes, la pression sociale (et socialiste) est de plus en plus forte pour imposer la vaccination à tous, avec une nouvelle dose d’un produit « sûr et efficace » tous les six mois, mais non, les libertés ne sont pas découpées en tranches fines. Circulez, rien à déclarer !

D’ailleurs, regardez : l’amendement sénatorial à une loi sur l’obligation vaccinale, visant à lourdement pénaliser les réfractaires à partir de janvier 2022, a été promptement retiré après avoir créé l’émoi chez certains politiciens et quelques Français encore vaguement soucieux de leurs libertés. L’attention ainsi détournée, le reste de la loi a pu être poussé sans que les médias, le regard porté sur les billevesées habituelles, ne s’en occupent. Donc tout va bien !

Et puis, après avoir évoqué la saturation des services de réanimation, puis en avoir dénombré les admissions, pour ensuite les décompter sur l’ensemble de l’hôpital, puis simplement les malades porteurs, puis juste les cas positifs, puis le taux d’incidence puis simplement le nombre de doses de vaccin dans la population, on attend avec intérêt le prochain indicateur qui servira à créer l’indispensable panique médiatique garantissant que les prochaines étapes du pass seront correctement mises en place.

Pour le moment, on se contentera d’une brochette de non-experts non-élus du Conseil « scientifique » repousser l’abandon éventuel du système ségrégationniste sur des motifs de plus en plus fumeux, sous les applaudissements de certains limaçons français trop heureux de croire à leur liberté en présentant un ausweis à chaque sortie.

Progressivement, les bilans sanitaires disparaissent, comme tout débat sur les informations factuelles à propos de l’efficacité de plus en plus discutable de toutes les mesures déployées jusqu’à présent contre le coronavirus.

Progressivement, disparaissent aussi bien les excuses ayant permis de fermer les frontières, traquer la population, l’empêcher de circuler ou de travailler comme bon lui semble, et les débats sur ces excuses. On ne parle plus, vaguement, que des nouvelles coercitions de moins en moins douces mises en place « pour votre bien ».

Tout ceci ne peut que très bien se terminer, voyons.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (44)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (44)
  • Toujours aussi percutant, H16. Mais quand on voit, sur un sondage des lecteurs du Figaro, que ceux-ci ne sont qu’à 50, 35 % pour la suppression du passe « sanitaire », on se dit que la révolte, ou tout simplement le retour à un minimum de bon sens, ça n’est pas gagné … La machine à laver les cerveaux a bien fonctionné : les Français sont si trouillards que ça n’a pas été bien difficile.

    • La base de tout est le bon sens. Et comme personne ne fait rien pour qu’il revienne, pourquoi reviendrait-il ?

      • Pourquoi faudrait-il que « quelqu’un » fasse « quelque chose » pour qu’on se serve de nos cerveaux ? Et qu’on soit libres ?

        • Parce que la manière dont on se sert de nos cerveaux (et celle dont on soutient la liberté) est très largement déterminée par l’éducation que nous avons reçue, et que chacun peut, dans une certaine mesure, influer sur l’éducation que les gens reçoivent avant d’être autonomes (ou pas…). On ne peut obliger personne à exercer cette influence éducative, mais que ceux qui ne le font pas ne viennent pas se plaindre !

    • Enfin bon…les lecteurs du figaro…

    • @berliner
      Le figaro est un journal de droite/conservatrice lu essentiellement par des gens agés. donc pas etonnant qu une mesure penalisant surtout les classes d age splus jeunes et les protegeant un peu soit populaire chez eux

  • Mais de quoi ont ils tous peur pour nous traiter de cette façon ?
    Une petite chose peut être genre ils ne maîtrisent plus la désinformation pour se maintenir à la tête de l’état. On ne se fiera pas aux sondages il est certains qu’ils sont totalement truqués, 70% pour les éoliennes, 40% d’adorateurs de macron ou de biden.. Est ce bien sérieux tout ça ? Non mais plus c’est gros plus ils s’imaginent que cela passe, et ça passe, comme quoi les peuples sont misérables, presque inutiles et qu’on a raison d’en abuser, ça sent l’esclavage,un esclavage qu’ils regrettent sans doute depuis longtemps, pas des noirs, sans importance , mais des blancs.
    Prochaine étape, le sto pour les vaccinés, le ghetto pour tous les autres faute de siberie.

    • La seule peur qu’ils ont est celle de perdre leur pouvoir. Et le pouvoir qui les intéresse est avant tout le pouvoir de nuisance. A l’image de leurs électeurs…

      • Pouvoir de nuisance… Je ne pense pas, ils se foutent des gens, ils ne vivent pas avec eux, seule leur « classe » et ce qu’ils sont à l’interieur les interessent. Qui aime le peuple, personne, même le peuple crée des classes pour se différencier de la plèbe.

        • Les électeurs soutiennent surtout des idées de punir ceux-ci ou ceux-là : les riches, les GAFA, les Chinois, etc. A mon avis, ils n’ont pas si peur que ça de ceux qu’ils veulent punir, mais ils imaginent la jouissance qu’ils tireraient de les voir rabaissés bien plus que ce qu’ils pourraient enfin faire en les mettant hors-circuit.

    • je ne crois pas qu’ils ont peur d’autre chose que ne pas être réélus..

      macron fait faire des sondage pour voir si telle ou telle mesure est approuvée et ses conséquences sur les intentions de vote;.

      • Useless. Je parie 1 année au restaurant qu’on aura droit au vote par correspondance + pass sanitaire dans les bureaux de vote
        Avec trucage des votes par correspondance évidemment

        • Ce qui m’étonne le plus c’est qu’au sujet du vote par correspondance personne ne dise : chiche, on accepte le vote numérique mais on veut une application informatique répartie sur des serveurs paire-à-paire et développée sur la technologie block-chain pour empêcher toute falsification par quiconque.
          Si on ne va pas dans cette direction on est certain de se faire enfler par le fondement.
          Mais si les libéraux poussent dans ce sens, on a peut-être une chance d’amorcer un mouvement d’ubérisation de la technostructure.

    • Pour les sondages c’est une simple fabrication du consentement. Les gens ont toujours tendance à se rallier à la masse. Donc les 40% fictifs soutenant macron se transformeront en réels 40% une fois que le sondage aura été matraqué partout

      • C’est la fameuse expérience d’Asch qui, selon différents paramètres, permet d’obtenir une orientation progressive de l’opinion d’individus pourtant initialement réfractaires. Ces techniques fonctionnent, et elles sont massivement employées dans la publicité ou la gestion des équipes. La différence avec notre époque, c’est l’utilisation de ces études et cas pratiques à une échelle encore jamais vue.

  • c qui est terrible est que la justification de l’objectif de la large couverture vaccinale dans un laps de temps court n’est même pas expliquée …
    et sans explication c’est le fait du prince;.

    • C’est pas expliqué parce que
      1° Nos journalistes et politiciens, Jupiter en tête, pensent que « les gens » sont idiots, incapables de comprendre quoi que ce soit et ne méritent pas qu’on leur explique
      2° C’est de toute façon de l’impro d’un homme seul, un acteur de théatre à la formation scientifique digne d’un CM2 qui se pense génial et logique. Il faut ensuite des armées de communicants et de « conseils de bidule » pour pédaler dans la semoule et plus ou moins expliquer, après coup, que ce que « Le Chef » a annoncé est génial et marche du feu de Dieu (Jupiter, ce Dieu, bien sûr).

  • Je m’étais fait la remarque, déjà, que désormais le chiffre avancé concernait la totalité des personnes hospitalisées. Je me suis fait la remarque ces jours-ci que désormais il n’y a plus de discussion sur la nécessité de maintenir ce pass alors que tous les chiffres sont au plus bas. Ce midi encore, taux d’incidence (indigent mais pour le coup intéressant) de tous les départements en-dessous de 100, alors que c’était grave à partir de 200 il y a encore peu de temps.
    Et toujours personne pour réagir en masse, ah si, pardon, les employés en ont marre du masque en entreprise et demandent donc… le pass sanitaire en entreprise ! Incroyable ! Au lieu de demander sa suspension pure et simple … désespérant…

    • Cela dit tout ça c’est la parole « officielle ». La majorité des gens semble désormais vivre « malgré tout ça » et ne demande plus trop souvent les pass, ne contrôle plus trop le port du masque, le portent en mentonière et puis c’est tout…

      Tout le monde attend que quelqu’un crie « le roi est nu »… Mais le quelqu’un devrait être « les médias » logiquement pour qu’on l’entende. Problème, ils sont le roi… nus mais en contrôle sinon des esprits au moins du discours autorisé.

      • Oui mais la parole officielle, c’est elle qui nous pond les décisions plus stupides et restrictives les unes que les autres. Les gens demandent le masque en entreprise, ils en frétillent d’aise. Et comme dit, cela permettra de justifier le pass pour le vote ou bien par correspondance.
        Ils ont supprimé les autotests du pass, est-ce à dire que ce n’était pas fiable ? Une évidence je pense, mais on a passé l’été avec ça.
        Vous avez raison pour les médias qui devraient être les garde-fou et justement, voir à quel point ils sont muets, ça fait peur. Pas un mot chez Gilles Bouleau ou Anne-Claire de la suspension de Moderna pour les moins de 30 ans dans tous pleins de pays.
        Moi, ça me fait peur…

    • C’est le même principe que pour les 80 km/h. A quoi bon les maintenir maintenant que les chiffres de la mortalité routière sont au plus bas ?

      • A cela près que le test fait avant la généralisation des 80 km/h ne faisait pas apparaître, justement, de baisse de la mortalité routière.
        A cela près qu’on nous dit que le vaccin évite les formes graves à 92% pour les 50-74 ans et à 93% au-dessus.
        A quoi ce pass sert-il encore ?

  • Il faut maintenir le soldat COVID sur ses pieds le plus longtemps possible. On voit d’ailleurs des « études » ad hoc clamant que l’immunité donnée par les vaccins est supérieur à l’immunité naturelle ou que le voient delta est de trèèèès loin le plus dangereux.

    • il y a de plus en plus d’études qui montrent que l’immunité naturelle (après maladie) est très largement supérieure à celle donné par le vaccin.

      • C’est un peu logique, le vaccin présente un antigène (le spike) pendant peu de temps tandis que la maladie stimule tous les antigènes et toutes les immunités, humorales et les muqueuses (Ig A) et autres pendant 15 jours.
        Un vaccin avec virus atténué n’a pas ce pb là.

  • Un beau cas de schizophrénie galopante aux US : sous la pression, plusieurs compagnies aériennes américaines ont licencié du personnel non-vacciné. Le gouverneur du Texas vient, lui, de décider d’interdire à toutes les entreprises de prendre des mesures coercitives en faveur de la vaccination. ( Texas Gov. Greg Abbott bans ‘any entity’ from enforcing a COVID-19 vaccine mandate – Foxnews ). Plus aucun atterrissage au Texas ?

  • Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, l’inefficacité d’un médicament est reprochée à ceux qui ne l’ont pas pris…

  • « à mesure qu’il était prouvé qu’être vacciné, ce que le pass entend prouver, ne permet en rien de bloquer la contamination. »

    h16, vous mentez… Comme toujours sur le Covid… en déformant la réalité au service de votre aigreur. Cela devient insupportable.
    AUCUNE étude n’a PROUVE que la vaccination ne bloque EN RIEN la contamination.
    Au contraire, des études commencent à montrer que les personnes vaccinées contaminées ont une charge virale plus faible, et donc possiblement un risque de contagiosité non nul mais plus faible (ex : étude Necker).

    • Oui s’il vous plait, je suis suis très preneur de publications ayant démontré l’inefficacité totale de la vaccination sur les contaminations

      • Il y a une différence entre inefficacité totale et ne pas bloquer la contamination.
        Commentateur collectiviste, sauras-tu faire la différence?

    • Je me suis fais la même remarque et je suis heureux de ne pas être le seul à trouver que concernant le covid, H16 a des sources très partielles (Ce qui n’était pas dans ses habitudes jusqu’à présent)
      J’entends volontiers les arguments liberticides des obligations sanitaires mais je trouve dommage de ne pas accepter les faits et études toujours plus nombreuses montrant que la vaccination a un effet largement positif dans la lutte contre le covid.
      Comme le dit Tom, à ce jour aucune étude n’a prouvé que la vaccination n’avait aucun effet sur la contamination…

      • La vaccination diminue le risque de contamination, mais n’arrête pas l’épidémie. Le vaccin divise par 10 la létalité du covid pour les personnes à risque. Qu’elles se vaccinent.
        Le pass est inutile, la vaccination des jeunes est inutile.

        • Merci pady, je me sens moins seul à prêcher dans le désert contre cette pseudo-science partiale qui prétend lutter comme des pseudo-experts. Je pense que la raison et les faits doivent reprendre le dessus.

          gillib :
          1. En aucun cas je ne suis pro-pass, je tentais simplement de rétablir des faits.
          2. Le pass est inutile : nous sommes d’accord.
          3. La vaccination des jeunes est inutile : je n’en sais rien, c’est un choix de santé publique qui dépasse mes compétences.
          4. La vaccination n’arrête pas l’épidémie, çà reste à évaluer. L’épidémie ne repart pas malgré un retour à la vie normale (au vu de mon expérience des comportements quotidiens peu de gens se lavent encore les mains autant qu’avant, enlèvent leur masque dès que possible, …). C’est ce qui me fait penser que peut être la vaccination agit un peu (ou beaucoup) sur les contaminations sans preuves favorables, NI défavorables.

          • Sauf que dans plein de pays très peu vaccinés (Inde, Afrique), l’épidémie est terminée aussi… Donc pour l’efficacité du vaccin, vous pouvez repasser…

    • Une étude du CDC américain a justement montré que la charge virale des personnes vaccinées était équivalente à celle des non-vaccinés en présence du variant delta…

      De toute façon, avec la baisse drastique d’efficacité du vaccin au bout de 2 mois, il doit en être de même pour la contagiosité…

  • @Franz : Parce que se servir de son cerveau n’est pas inné, ça s’apprend; et à l’inverse, laisser son cerveau en jachère, comme le pratique l’Ed. Nat. depuis 1/2 siècle, aboutit à des légumes acceptant n’importe quoi du moment que ça vient d’une autorité.

    • Heureusement que si, se servir de son cerveau est inné… Sans ça, il n’y aurait eu personne pour apprendre aux autres à le faire.

      L’EdNat depuis un temps certain (différent selon les endroits, les cursus) apprend au contraire à : soit s’en servir de travers (théories « critiques » bourdivines et autres, déconstruction du savoir, pédagogie active blah blah) soit à ne pas s’en servir du tout : les « profs » alignent des « faits » qu’on doit croire sur parole et régurgiter à la virgule près. Il faut « écouter la science » -qui étrangement quand elle parle ne dit jamais autre chose que ce que pense la personne qui demande à ce qu’on l’écoute. Ne pas tout croire des autorités (le prof) est du « complotisme » qui est la marque des abrutis mal éduqués.

      Le résultat est bien celui que vous dénoncez, mais la cause n’est pas qu’il n’y a pas eu apprentissage (si on vit une enfance normale on apprend normalement à se servir de son encéphale par le simple fait de vivre/survivre) mais au contraire un apprentissage de l’obéissance aveugle, de la paresse intellectuelle et de la crédulité naïve. Nos ancêtres « non éduqués » savaient bien se méfier, sans cours à ce sujet, des discours bidons des « savants » et autres « clercs »… Nous n’avons plus vraiment cette capacité

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Difficile sort que celui de l'élite mondiale : bien qu'imbue de la connaissance et du savoir universels qui lui assurent des prises de décisions sans faille et la maîtrise du futur, il semble qu'elle ne bénéficie plus des mêmes faveurs qu'il y a encore quelques années. Tout se passe comme si les dirigeants des pays occidentaux n'avaient plus les bonnes grâces des peuples qui ont, dit-on, voté pour eux...

C'est ainsi qu'à force de tensions sociales de plus en plus fortes, générées par des problèmes économiques majeurs eux-mêmes résultan... Poursuivre la lecture

capitalisme stakeholder scientisme forum économique mondial
8
Sauvegarder cet article

Les mois d'été sont parfois chauds et ceux de 2022 furent aussi particulièrement chargés : après quelques semaines de pause, force est de constater que le monde continue de tourner frénétiquement.

Ainsi, pendant que la France continuait sa descente dans les absurdités macronesques habituelles sur le mode "Vite, vite, faisons venir à grands frais des pompiers étrangers au statut vaccinal inconnu pour ne surtout pas réintégrer les pompiers français non vaccinés", pendant que la situation internationale continuait de se dégrader à tous po... Poursuivre la lecture

Situation étonnante s’il en est, la mesure phare de l’autoritarisme sanitaire macronien, le pass sanitaire, a été rejetée grâce à une alliance de circonstances entre toutes les oppositions, de l’extrême gauche à l’extrême droite.

L’article 2 de la loi sanitaire présentée devant l’Assemblée nationale a été rejeté par 219 voix contre 195. Il permettait d’instaurer jusqu’en janvier un pass aux frontières et entre la Corse, les outre-mer et l’Hexagone au nom de la lutte contre le covid.

Le Premier ministre Élisabeth Borne s’en est p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles