Tiens, un imprévu dans le Nouvel Ordre Mondial

Surprise : le nouvel ordre mondial monopolaire occidental n’a pas vu le jour et un nouveau nouvel ordre mondial apparaît.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 8
world economic forum on latin america 2018 by Ministério da Indústria, (creative commons) (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tiens, un imprévu dans le Nouvel Ordre Mondial

Publié le 22 août 2022
- A +

Les mois d’été sont parfois chauds et ceux de 2022 furent aussi particulièrement chargés : après quelques semaines de pause, force est de constater que le monde continue de tourner frénétiquement.

Ainsi, pendant que la France continuait sa descente dans les absurdités macronesques habituelles sur le mode « Vite, vite, faisons venir à grands frais des pompiers étrangers au statut vaccinal inconnu pour ne surtout pas réintégrer les pompiers français non vaccinés », pendant que la situation internationale continuait de se dégrader à tous points de vue tant du côté de l’Asie que de l’Ukraine, et pendant que tout ceci se déroulait avec forces gros titres et fines analyses dans les médias grand public, une nouvelle fracassante passait totalement inaperçue.

Ce n’est qu’à la faveur de quelques timides articles d’une presse qui a consciencieusement regardé ailleurs qu’on apprend, furtivement, que certains pays n’entendent pas vraiment se couler dans le moule que l’Occident avait prévu pour eux : suite à une réunion des BRICS, ces pays en développement rapide qui comptent le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, d’intéressantes dispositions monétaires ont été prises dont on pourrait dire qu’elles remettent profondément en cause l’ordre mondial financier actuel sans que, pourtant, personne ne s’en soit réellement ému.

Les accords de Bretton Woods ont clairement dessiné en 1944 le monde de l’Après Seconde Guerre mondiale en faisant du dollar américain la monnaie de référence pour tous les échanges internationaux, avec la mise en place de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International. Les accords multipartites qui viennent de se nouer entre les BRICS et au-delà modifient donc l’ordre mondial monétaire de façon majeure, dans l’indifférence suspecte d’à peu près tout le monde occidental.

On peut s’en étonner puisque ceci signifie de façon assez claire une perte de suprématie pour le dollar américain. En effet, jusqu’à présent certains échanges commerciaux internationaux étaient réglés en dollars américains : la vente de matières premières, le prix du baril ou de l’or, les règlements interbancaires entre nations étaient très majoritairement réglés en dollars ce qui imposait du reste que des masses considérables de billets verts devaient être conservés dans la plupart des banques centrales des pays de la planète.

Pour ces pays, l’utilisation du dollar n’a pas que des avantages. La monnaie américaine donne à l’Oncle Sam une très grande capacité d’influence dans le monde : qui utilise le dollar doit en respecter les moindres contraintes, notamment celles imposées par la politique étrangère américaine, et qui ne les respecte pas peut se retrouver coupé des échanges internationaux ou voir ses réserves bloquées… Ce fut le cas de nombreuses fois pour différents pays, les tentatives de sortie du « système dollar » se traduisant parfois par des changements brutaux de régime. Quant à l’interdiction d’utiliser le dollar, elle a longtemps signifié un effondrement de l’économie concernée…

Cette position dominante du dollar lui permet aussi de diluer son inflation en la répartissant à échelle planétaire. Pratique : l’impression de billets n’avait jusqu’à présent pas d’impact réel pour l’économie américaine. Le dollar était jusqu’à présent sa monnaie, et les problèmes afférents étaient rejetés sur le reste du monde.

Cependant, les récents développements internationaux montrent que cette hégémonie monétaire n’est plus aussi solide.

Avec l’annonce par les BRICS de la création d’une nouvelle monnaie de réserve, la position américaine va fondamentalement changer : en offrant à tous ceux qui le voudront une monnaie de réserve concurrente (ou supplémentaire) au dollar, les BRICS vont donner l’occasion à des douzaines de pays de s’affranchir du dollar et donc de l’influence américaine directe ou indirecte (c’est le cas de l’Algérie par exemple).

Parallèlement à l’introduction programmée de cette nouvelle monnaie de réserve, l’Inde a déjà annoncé utiliser le dollar de Hong-Kong, le yuan ou le dirham pour payer son charbon à la Russie, ce qui lui permet de contourner assez facilement les sanctions imposées à la Russie de Poutine. Du reste, la Turquie – pourtant membre de l’OTAN – semble mettre en place des mécanismes équivalents pour ses propres besoins.

Voilà qui est ballot !

Normalement, tout était prévu pour un nouvel ordre mondial taillé au cordeau : la pandémie devait générer des piscines olympiques de dettes faramineuses, qui devaient à leur tour largement inciter les gouvernements, en pleine banqueroute, à effacer ces dettes par le truchement d’une nouvelle monnaie mondiale, à la fois numérique et totalement contrôlée par les États. Et dans ce nouvel ordre mondial, c’était très simple : l’Occident mènerait la danse, les humains seraient tous contrôlés par cette monnaie et tout irait bien (pour les élites) sur le principe « Vous ne serez bien sûr plus propriétaire de rien, mais vous serez heureux (ou sinon, tant pis) », comme l’explique calmement un Forum Économique Mondial toujours aussi relax du collectivisme.

Malheureusement, avec ce nouveau développement, ce « Nouvel Ordre Mondial » ne semble pas prendre la direction envisagée par nos fines élites : difficile d’imposer une monnaie unique dans un monde qui n’est pas unipolaire par exemple et alors qu’une partie des nations s’éloigne vigoureusement d’un dollar devenu une arme financière (weaponized currency). Difficile de pousser ces monnaies numériques de Banques centrales alors que le bitcoin et les cryptomonnaies indépendantes continuent d’attirer l’attention et d’offrir une alternative de plus en plus crédible aux monnaies fiat qui démontrent chaque jour un peu plus les dangers qu’elles comportent.

Eh oui : difficile de rendre l’utopie collectiviste mondialiste attrayante dans un contexte de plus en plus mouvant, où la concurrence apparaît et ne semble pas vouloir se laisser faire. Difficile de vendre ces CBDC dans un monde qui ne veut pas se plier au diktats de moins en moins cachés d’une petite élite délicieusement éco-consciente qui veut diminuer son empreinte carbone en oubliant de préciser que le carbone, c’est vous… Si un nouvel ordre mondial est en train de se mettre en place, ce n’est décidément pas celui que cette élite avait prévu.

Accessoirement, on ne pourra s’empêcher de noter que ce Nouvel Ordre Mondial imprévu semble se dessiner sans l’euro. Ce n’est pas un hasard.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • alors rêvons : moins d’influence de l’oncle Sam, moins de contraintes de l’ONU et des organismes militants qui gravitent autour…. dont le GIEC…….. mais dommage pour l’euro. Certains se sont crus au centre du monde alors que le monde est vaste.

    • Eh oui, on croyait ( enfin Macron croyait) que le monde tournait autour de nos petites personnes et on s’aperçoit que c’est nous qui sommes en orbite comme des cons! Comme disait Gabin sur des paroles d’Audiard, on n’a pas fini de tourner!
      Le problème, c’est que si on arrête de tourner, on va percuter la planète dans un beau feu d’artifice en creusant un grand trou!

  • Le dollar, l’arnaque du siècle, a part des bits et des coups d’etats, ils n’ont rien à vendre contre leurs billets de monopoly. Tellement facile d’avoir un super pib avec de la fausse monnaie

  • Merci pour cet article qui traite d’un sujet au moins aussi important que la nomination d’un ambassadeur de la cause LGBT+-*/.
    Je ne suis pas vraiment inquiet pour les USA qui grâce à leur domination militaire peuvent tenir encore un bout de temps.
    Par contre je suis très inquiet pour les pays de l’UE qui sont dirigés par des progressistes incompétents.

    16
  • Cet imprévu, c’est un cheveu dans le bonne sous-soupe que nos bon maîtres nous servent (Yan Brossat Reluire 😉 )
    Le Klaus (Barbie?) Barbant, alias le Rasant, il tire la gueule…

  • Mention spéciale pour le dollar revisité. Petite remarque , les monnaies brics sont au moins aussi faisandées que le dollar faisant de ce nouvel ordre mondial un plus grand désordre.

  • Quand d’ici peu le dollar ne sera plus la monnaie officielle, dont il detiennent la Planche a billet, ça va leur faire tout drole aux democrates genristes, Wokistes, supremacistes, ….

  • « Vous ne possèderez rien et vous serez heureux. » …. mais nous, nous possèderons tout, vous inclus. F.E.M
    Ceux qui ne possèdent rien sont des esclaves.

    Les U.S.A ont récemment imprimé 700 milliards de dollars à partir de rien.

    Concernant le recrutement de 87 000 agents spéciaux de l’I.R.S, cela vient dans l’atmosphère anti 2A qui veut que d’un côté les citoyens américains se voient déposséder de leur droit de garder (et posséder) des armes et de les porter, et de l’autre, que SEULS les agents de l’Etat soient armés bien que la tragédie d’Uvalde ait prouvé que 377 agents de l’Etat même équipés de pistolets, d’AR15 et de gilets pare-balles ne pouvaient rien contre un seul gugusse avec un AR15.

    Les démocrates U.S sont des socialistes et comme tout bon socialiste, ils n’aiment pas être contrariés, ni confrontés, et surtout pas qu’on leur résiste. L’O.N.U a pour but qu’aucun citoyen dans le monde ne possède plus une seule arme à terme. C’est plus facile pour l’oppression. [

    • Les socialistes sont des accro à l’argent, surtout celui des autres. En ce moment, avec la crise économique qu’ils cachent, l’argent manque. La création ex-nihilo ne suffisant plus, il vont devoir aller le chercher. Bruno Lemaire en a émis l’une des sources : l’épargne. En Grèce et à Chypre, les comptes courants ont été raflés.

  • Si on parle d’un nouvel ordre mondial, c’est un échec. Mais si on parle d’un nouvel ordre occidental, le plan est parfaitement suivi.
    – L’économie européenne est ravagée et l’euro est en train de couler.
    – Les européens sont écrasés d’une propagande anxiogène 24/24 (et coupés des sources d’info alternative).
    – La guerre en Ukraine permet de justifier toutes les décisions politiques suicidaires.
    – Les puces et autres médicaments connectés sont en train d’arriver sur le marché.
    – Le Covid permettra de remettre un gros tour de vis dès l’arrivée des virus saisonniers (et si besoin en France on a aussi une centaine de blindés anti-émeute et la loi Darmanin pour désamorcer la moindre contestation).
    – La monnaie numérique est déjà dans les tuyaux et devrait arriver dans quelques mois.
    – L’eau et l’énergie sont sur le point d’être rationnés: récemment Suez m’a demandé par SMS de réduire ma consommation d’eau à cause de la sécheresse alors que je suis en Bretagne nord, et Thierry Breton nous annonce déjà un 19° maxi de chauffage.
    .
    Bref, de mon point de vue le plan se déroule parfaitement si on considère que la cible est le monde occidental, et non le monde entier. L’hiver va être chaud.

  • Excellent. Malheureusement, les gouvernements des pays qui souhaitent s’affranchir du Dollar, demeurent contraints par leur propre désir de contrôler leur monnaie, comme tous les gouvernements. Les alternatives les plus efficaces (et donc les plus dangereuses pour l’hégémonie américaine) comme le Bitcoin et l’or demeurent donc, pour le moment, hors de question.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
8
Sauvegarder cet article

Ces dernières semaines, tout s'accélère. L'épuisement des foules au sujet de la pandémie, la normalisation du virus et l'abandon progressif des mesures sanitaires pour calmer les agacements de plus en plus palpables de la population ont laissé place à l'hystérie entourant la guerre russo-ukrainienne et, avec elle, à ce qui s'apparente maintenant à un véritablement basculement géopolitique.

Il est évident qu'au milieu de ce conflit, les choses sont encore confuses : il faudra probablement des années pour que les nouveaux équilibres s'ét... Poursuivre la lecture

Great Reset
0
Sauvegarder cet article

par h16

C'est pourtant simple : il suffit de "suivre la science" et tout rentrera dans l'ordre, n'est-ce pas ? Cependant, à mesure que les semaines et les mois passent depuis le début de la pandémie, il devient difficile de savoir qui "suit la science", et qui choisit plutôt de suivre un agenda politique de plus en plus liberticide, autoritaire voire carrément dictatorial.

Ainsi, le pass sanitaire décliné dans différentes versions aux noms tous plus imaginatifs les uns que les autres, continue son extension dans les pays les plu... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

"Great Reset", "grande réinitialisation", "nouveau Bretton Woods" : autant d’expressions pour désigner la prochaine remise à plat du système monétaire mondial.

Great Reset expression de Christine Lagarde du temps où elle présidait le Fonds monétaire international et retenue par le forum économique mondial qui se tiendra non plus à Davos mais à Genève en 2021.

Nouveau Bretton Woods pour le Fonds monétaire international désormais présidé par la bulgare Kristalena Georgieva.

La plupart des gens sont... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles