Jean-Paul Belmondo, la nostalgie d’une France libre et optimiste

L’optimisme, le rire et la légèreté du Belmondo acteur étonnent aujourd’hui. Dans un pays devenu globalement pessimiste sur son avenir, l’acteur virevoltant apparaît comme un ovni du siècle dernier.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jean-Paul Belmondo, la nostalgie d’une France libre et optimiste

Publié le 9 septembre 2021
- A +

Par Frédéric Mas.

Ce jeudi, la France rend hommage à Jean-Paul Belmondo, l’un de ses plus illustres acteurs, mort lundi dernier à l’âge de 88 ans. Avant même que la cérémonie prévue aux Invalides ne commence, toute la presse nationale et internationale s’est empressée de saluer la mémoire de ce monstre sacré du cinéma. Sur les réseaux sociaux, ce sont des centaines de milliers d’anonymes qui ont fait part de leur tristesse. Avec la mort de Belmondo, c’est une certaine image de la France, individualiste, populaire et frondeuse qui disparaît. Avec plus de 80 films à son actif, « Bébel » a tout joué.

Belmondo le rebelle

Dans la vraie vie comme sur l’écran, c’est un garçon turbulent qui a du mal à se conformer aux règles et aux institutions. Inscrit dans les meilleures établissements du petit milieu parisien, il se fait exclure de l’école alsacienne et préfère le sport à l’étude, en particulier le football et la boxe. Il n’entrera jamais à la Comédie française après le conservatoire : le jury le saque pour son attitude désinvolte. Il fait pourtant un triomphe face au public. Il adressera un bras d’honneur aux jurés.

Si la carrière de Belmondo s’envole au moment de la Nouvelle Vague, quand il tourne avec Chabrol, Godard ou Melville, c’est à partir des années 1970 qu’il devient un héros de cinéma populaire en incarnant un personnage qui deviendra récurrent, celui du rebelle, flic ou voyou, marginal ou encore professionnel, qui agit avec une fausse désinvolture qui deviendra vite sa marque de fabrique.

Dans Le professionnel (1981), il incarne Joss, un espion balancé en pâture par sa hiérarchie à un dictateur africain pour des raisons de politique politicienne. Dans  Flic ou Voyou (1979), le commissaire Borowitz utilise des méthodes très personnelles pour nettoyer Nice de sa criminalité et protéger sa fille. Borsalino (1970) le met face à un autre monstre sacré du cinéma, Alain Delon, cette fois-ci dans le rôle tragique d’un mafieux trop ambitieux.

Individu libre face à la hiérarchie politique ou policière, marginal habile qui se joue des règles avec le sourire, Belmondo exécute ses cascades lui-même et ne dédaigne pas de faire dans le cinéma populaire, ce qu’une partie de la critique ne lui pardonnera jamais. En effet, comment passer de À bout de souffle ou Pierrot Le Fou au Guignolo (1980) ou à L’Homme de Rio (1964) ?

Là encore, par son talent Belmondo pouvait se permettre le pied-de-nez permanent aux critiques parisiens qui se désolaient de le voir préférer les scènes d’action au cinéma expérimental. Fascisant pour les âmes sensibles biberonnées à l’esprit de mai 68, l’acteur professionnel n’a pourtant jamais caché son engagement syndical auprès du SFA-CGT de 1963 à 1966.

La France de Belmondo était populaire. C’était celle du bistrot de Un Singe en Hiver (1962), des comédies de Georges Lautner et Philippe de Broca, à des années-lumière d’un cinéma français contemporain tiraillé entre des blockbusters sans âme et des films intimistes sans public.

L’optimisme, le rire et la légèreté du Belmondo acteur, même face à l’adversité, étonnent aujourd’hui. Ils détonnent même. Dans un pays devenu globalement pessimiste sur son avenir, l’acteur virevoltant, aimant boire, fumer et flirter apparaît comme un ovni du siècle dernier. Certains esprits grincheux contemporains lui trouvent même la masculinité « toxique », le goût pour les armes et la bagarre choquant, et voudraient l’oublier le plus vite possible. C’est qu’il dérange encore, et que dans un monde menacé par le conformisme et la sinistrose, Belmondo reste synonyme de classe et de liberté pour tous.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Tout pareil, quel homme et quelle vie !

  • sacré bébel va ; tu vas nous manquer ;

  • L’image que je garde de Jean Paul Belmondo en dehors des aspects fantasque de son œuvre est qu’il a su transcender une valeur : le courage.

  • Requiem pour une France qui n’existe plus… Lorsque Delon et Bardot disparaitront, elle sera définitivement derrière nous, achevée par le progressisme, l’inculture et la haine de soi.

  • J’ ai quelques uns de ses films avec moi. Je pensais souvent à lui qui n’ était plus tout à fait là, comme une figure virile, courageuse courtoise et accessible de ma jeunesse, il va nous manquer et pas qu’ un peu.

  • Le gignolo n’est certes pas un grand film, mais il est très enlevé et les dialogues d’Audiart très savoureux, ça devrait être appris à l’école ce genre de langage.

  • Un rôle à contre-emploi dans un film que je recommande beaucoup: itinéraire d’un enfant gâté. Tout simplement génial.

  • Il est vrai que Belmondo incarne un certain « esprit français » fait de légèreté, de liberté et d’amour de la vie.
    Pas étonnant que les censeurs pisse-froid qui veulent nous régenter ne lui rendent hommage que du bout des lèvres. Comme par exemple le nouveau Savonarole des Verts, S. Rousseau, qui n’a même pas su son prénom dans son tweet ; beau lapsus révélateur.

    • Son prénom qui m’a marqué, c’était Pierrot/Ferdinand, dans ce film interdit aux -18 ans pour anarchisme intellectuel et moral qui montrait à mes 18 ans à moi que Rimbaud et la beauté pouvaient être autre chose que ce que j’avais appris à l’école.

      • Les films de cette époque privilégiaient le jeu des acteurs avec des scénarios palpitants et émouvants.
        Cet acteur inoubliable rayonnait à l’écran par l’intensité d’une présence spontanée et naturelle permettant au spectateur de vivre pleinement des scènes restées dans les mémoires.
        Nous n’oublierons jamais l’éternel sourire de notre Bébel national évoquant l’optimisme et une gouaille bien Française appartenant à un riche passé ayant contribué à donner ses lettres de noblesse au septième art.

    • Ben tu penses… un mâle blanc hétéro et viril, sportif et jouisseur… c’est l’antéchrist pour eux

  • C’est quasiment la fin d’un temps que Macron a entériné en faisant un hommage déplacé aux Invalides. Le Panthéon aurait été plus correct que la parodie d’hommage militaire à laquelle nous avons assisté.
    L’entourage du candidat Macron n’est pas crédible pour valider ces regrets.

  • Je n’étais pas un fan de ses films, mais j’aimais bien le mec. Sympa, de la gouaille, charrieur, une gueule, déconneur, j’enfoutiste, foireur. Bref, la joie de vivre ! Il ne se prenait pas le chou, il ne donnait pas de leçon aux autres. Aujourd’hui, tous ceux qui se font c… , qu’ils prennent modèle sur lui !

    • La joie de vivre ! voilà bien l’essentiel à cultiver avec soin pour nos vies si brèves où rien ne nous est dû.
      L’optimisme et le courage affichés de cet acteur correspondait aussi à une certaine époque où geindre n’était guère admis.

  • R.I.P. Jean-Paul, on ne t’oubliera jamais

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le libéralisme est rejeté en tant que doctrine économique, au motif qu'il favoriserait les riches et l'oppression des faibles. Sauf que le libéralisme n'est pas une doctrine économique. Les sources de réflexions des libéraux ne portent pas forcément  sur l'économie, que ce soit, par exemple, Étienne de la Boétie, Alexis de Tocqueville, ou Benjamin Constant. Et l'une des figures les plus célèbres du libéralisme, de par son prix Nobel, Friedrich August Hayek, est plus connue pour ses livres La route de la servitude et Droit, législation et libe... Poursuivre la lecture

Par Gary M. Galles. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Alissa Rosenbaum était l'un des écrivains les plus controversés de l'histoire de l'Amérique. Pourquoi, alors, peu de gens ont-ils entendu parler d'elle ? Parce que tant les éloges que les attaques intempestives ont été dirigés contre le nouveau nom qu'elle a adopté après avoir quitté la Russie pour l'Amérique - Ayn Rand.

Son influence est incontestable. Elle a vendu plus de 30 millions de livres, et des décennies après sa mort en 1982, des centa... Poursuivre la lecture

Contrepoints : Votre nouvel essai est une piqûre de rappel salutaire contre certaines idées reçues qui circulent dans le débat public. Pour vous, le procès contemporain intenté contre l’individualisme est une fausse piste. Au contraire, c’est le communautarisme, le grégarisme et le tribalisme qui gagnent du terrain. À quoi répond ce besoin d’identité collective ? En quoi est-il un danger mortel, psychologiquement et socialement, pour l’individu singulier ?

Thierry Aimar : J’ai distingué dans le livre deux catégories d’individus : les I... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles