Le confinement a détruit les classes populaires aux États-Unis

Les restrictions liées à la crise sanitaire ont engendré de graves inégalités économiques entre les foyers modestes et les classes aisées.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
covid source https://unsplash.com/photos/gM1RAdZ4AXc

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le confinement a détruit les classes populaires aux États-Unis

Publié le 11 juillet 2021
- A +

Par Alexandre Massaux.
Un article de l‘Iref-Europe

Les universités Harvard et Brown, et la Bill and Melinda Gates Foundation, relèvent dans une étude conjointe que les restrictions liées à la crise sanitaire ont engendré de graves inégalités économiques entre les foyers modestes et les classes aisées. Le taux d’emploi des premiers a baissé de 23 % tandis que celui des seconds a augmenté de 2,4 %.

Il y a un an, nous avions mis nos lecteurs en garde contre le confinement, une mesure inégalitaire. Les nouvelles données provenant du milieu universitaire américain et de la Fondation Gates confirment cette crainte. Regroupées sur le site tracktherecovery.org, elles montrent l’évolution depuis le début de la crise de plusieurs aspects économiques, comme l’emploi ou les revenus, non seulement au niveau national mais également par États.

Il en ressort que les divisions économiques se sont largement creusées entre les États américains, généralement démocrates, qui ont imposé d’importantes restrictions, et ceux, républicains, qui ont été moins contraignants.

Confinement : la situation économique des classes populaires sacrifiée

Les principales victimes des mesures de confinement sont les petites entreprises et les petits commerces. Au 1er juin 2021, au niveau des États-Unis, ils accusent une baisse de revenus de 29,7 %. Au niveau des États et à titre d’exemple, Washington DC est le plus touché avec une baisse de 50 %, suivi par le Massachussetts avec 43 % et New York avec 39 %.

La Floride, le Texas et la Californie se situent dans la moyenne avec respectivement 26 %, 35 % et 28 %. Ce sont l’Oregon et le New Hampshire qui s’en tirent le moins mal avec une baisse de 10 % et 14 %. Un pic a été atteint en mars 2020, avec une baisse nationale de 50 % (75 % à Washington DC).

Conséquence logique, beaucoup d’entreprises ont fait faillite, ou n’ont pas vu le jour : en juin 2021, la création de petites entreprises est estimée à -38 % par rapport à janvier 2020 au niveau national et -50 % à Washington DC. Un constat qui n’est pas sans importance car les petites entreprises représentaient 44 % de l’économie et 47 % des emplois du secteur privé en 2019. Même si ce secteur était en diminution depuis des années, cette baisse brutale et pour des raisons non économiques est néfaste.

De plus, la situation a engendré un taux d’emploi en baisse de 23 % pour les personnes à faible revenu (gagnant moins de 27 000 dollars) et en hausse de 2,4 % pour celles qui avaient un revenu élevé (plus de 60 000 dollars). Dans un certain nombre d’États, l’écart est encore plus marquant : au Massachussetts, baisse de 51 % pour les premiers, hausse de 15 % pour les seconds ; en Californie, respectivement -38 % et +10,9  % ; en Oregon, -38% et +15 % ; dans l’État de New York, -23 % et +11 %.

En revanche, dans quelques autres, la situation au niveau de l’emploi des classes populaires est meilleure qu’avant la crise : Floride +0,4 %, Caroline du Sud +2,1 %, Kentucky +2,4 %, Indiana +2,4 %, Alabama +9 %, Delaware +19,4 %.

Des États comme la Californie, New York et le Massachussetts payent leurs mesures sanitaires. Inversement, des États comme la Floride et d’autres plus ruraux vivent une situation moins dramatique.

Les différents plans de relance sous les administrations Trump et Biden n’ont eu aucun effet sur ces tendances. C’est compréhensible : on ne peut pas faire fonctionner un secteur entier juste avec des aides, surtout quand l’épée de Damoclès des restrictions reste suspendue.

Des divisions politiques

Beaucoup d’États républicains ont donc réussi à limiter les dégâts en étant moins stricts au niveau des restrictions. Rappelons que l’électorat du Parti républicain issu de la classe populaire ne cesse de grossir, face à un Parti démocrate soutenu par les plus aisés.

Une aggravation des inégalités économiques renforcerait le fossé entre les deux forces politiques, ce qui ne serait guère bénéfique à la cohésion de la société américaine compte tenu de la polarisation actuelle. Pourtant, les différents facteurs évoqués ci-dessus montrent que les États-Unis vont dans cette direction.

En outre, il est à craindre que les conséquences économiques et sociales soient les mêmes en Europe. Si la polarisation économique et politique y est pour l’instant moins forte, la situation américaine doit servir d’avertissement. Le « quoi qu’il en coûte » sanitaire devient de plus en plus une arme de destruction massive pour nos sociétés.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • si je peux me permettre…pas une mesure inégalitaire, une mesure injuste!! tout simplement.. une restriction des libertés  » d’ailleurs , anti-libérale par nature, égale ou égalitaires » ne touche pas les gens également sur le plan économique … ce qui d’ailleurs ne veut rien dire.. ..1 euro en moins ça peut être tout ou rien.. et 1% du revenu…pareil…

    on ne réduit d’ailleurs pas l’impact économique ou toute souffrance à une dimension..

    il n’y pas de restrictions de liberté ( ou d’imposition) juste. c’est une raison sinon LA raison pour les minimiser..

    on peut meme conjecturer que les consequences économiques des restrictions de libertés vont etre le prétexte à des corrections des conséquences..qui seront injustes et qui…etc….

  • 600 000 morts, plutôt dans les états républicains. Ils vont laisser leurs places s’ils occupaient un emploi et surtout libérer des logements. C’est effectivement tout bénéfice pour les pauvres.
    Biden n’est pas pour la sélection naturelle, il est en train de casser le rêve américain.

    • vu l age moyen des morts, il doit pas y en avoir beaucoup qui travaillaient.
      Mais en effet, a long terme ca va etre benefique en reduisant le couts des soins medicaux et en liberant des logements

    • Ahem…mort dans les états républicains,,,,bwa ah ah ah ah…comme New York et la Californie?

  • Les socialistes haïssent les pauvres.

  • Ah ! Ah ! Ah ! « En outre, il est à craindre que les conséquences économiques et sociales soient les mêmes en Europe. » Non, ce n’est pas à craindre, mais c’est déjà pire qu’aux États-Unis ! Ils ont au moins le dollar, nous, nous sommes empêtrés dans l’euro, un boulet supplémentaire, sans parler des délires verts qui sont en train de flinguer ce qui reste d’économie ! Et tout ça pour des confinements nuisibles, comme l’a démontré le Pr. Ioannidis de Stanford ! Les peuples dirigés par des ânes se replient sur des stratégies individuelles de survie, comme sous l’Occupation. Tout va bien !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Il y a trois ans et demi, le New York Times Magazine publiait "The 1619 Project".

Il y était affirmé que 1619, l'année où le premier navire négrier serait arrivé dans ce qui est aujourd'hui les États-Unis, était aussi fondamentale pour l'Amérique que l'année 1776, et que l'héritage de l'esclavage façonne toujours notre société. La créatrice du projet 1619, Nikole Hannah-Jones, a donné une interview au New York Times le 16 janvier, dans laquelle elle déclarait que "le capitalisme aux États-Unis a été largement façonné par l'esclavage".<... Poursuivre la lecture

Pratiquement aucune affirmation n'a été répétée aussi souvent dans les médias que celle selon laquelle l'inégalité entre les pauvres et les riches a augmenté massivement d'année en année - partout dans le monde et surtout aux États-Unis.

Pour mon livre In defence of Capitalism, j'ai commandé une enquête sur les perceptions du capitalisme dans 33 pays : nous avons présenté aux personnes interrogées dans les 33 pays une liste de 18 affirmations sur le capitalisme - positives et négatives. L'idée que le capitalisme conduit à une inégalité... Poursuivre la lecture

la Chine
11
Sauvegarder cet article

Si l’Histoire nous enseigne quelque chose, c’est qu’un empire ne peut tenir dans la durée que grâce à deux éléments clés : son armée et sa monnaie.

Son armée, car l’empire doit être capable de protéger son territoire et de conquérir de nouvelles terres pour s’étendre ; et sa monnaie car c’est avec elle qu’il paye ses militaires et c’est par elle qu'il entendra échanger des richesses avec ses vassaux. Dans ces deux domaines, un empire voulant durer doit mettre en place des mesures pour maintenir la stabilité à la fois militaire et écono... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles