Climat – AFP : attention, dernier scoop avant la fin du monde

L’AFP a révélé que la fin du monde était écrite pour 2050, voire plus tôt, et qu’il serait dorénavant pratiquement impossible de l’éviter.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Markus Spiske on Unsplash - https://unsplash.com/photos/iZYJzBWXfYA

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climat – AFP : attention, dernier scoop avant la fin du monde

Publié le 29 juin 2021
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

Joli scoop planétaire que s’est offert l’Agence France Presse (AFP) mercredi 23 juin dernier. Scoop final, pourrait-on même dire, puisqu’il s’est agi ni plus ni moins de nous révéler (dans toutes les langues) que la fin du monde était écrite pour 2050, voire plus tôt, et qu’il serait dorénavant pratiquement impossible de l’éviter – sauf, refrain connu, à en passer de toute urgence par une transformation « immédiate et drastique » de « notre mode de vie et de consommation. »

Sous le titre « L’humanité à l’aube de retombées climatiques cataclysmiques » dont vous apprécierez l’alarmisme racoleur, l’AFP s’est fait l’écho (en deux pages) d’un projet de document de 137 pages écrit en 2020 dans le cadre du sixième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU, lequel rapport, toujours en cours d’écriture et de révisions, en comportera plus de 4000 et ne sera publié complètement et officiellement qu’en février 2022.

On peut parler de morceaux choisis. Extraits :

La vie sur Terre telle que nous la connaissons sera inéluctablement transformée par le dérèglement climatique quand les enfants nés en 2021 auront 30 ans, voire plus tôt.

Quel que soit le rythme de réduction des émissions de gaz à effet de serre, les impacts dévastateurs du réchauffement sur la nature et l’humanité qui en dépend vont s’accélérer et devenir douloureusement palpables bien avant 2050.

La vie sur Terre peut se remettre d’un changement climatique majeur […] L’humanité ne le peut pas.

Dépasser le seuil de 1,5 °C de hausse des températures pourrait déjà entraîner, progressivement, des conséquences graves, pendant des siècles, et parfois irréversibles.

Le pire est à venir […] Pour certains animaux et variétés de plantes, il est peut-être même déjà trop tard.

Jusqu’à 80 millions de personnes supplémentaires auront faim d’ici à 2050 et 130 millions pourraient tomber dans la pauvreté extrême d’ici à dix ans […] En 2050, des centaines de millions d’habitants de villes côtières seront menacés par des vagues-submersion plus fréquentes.

Etc. Etc. Seule petite note d’espoir : tourner résolument le dos à nos modes de production et de consommation – sous-entendu capitalistes.

Le mot n’apparaît pas en tant que tel dans la dépêche de l’AFP, mais le fait est qu’il n’a nul besoin d’apparaître. Maintenant que l’alerte Covid semble moins prégnante, l’objectif de cette publication limitée à une description d’apocalypse sans aucune sources scientifiques en climatologie pour l’étayer consiste manifestement à relancer à fond la machine de l’angoisse climatique culpabilisante dans l’opinion publique afin que cette dernière ne soit plus en mesure psychologique de s’opposer à quelque « adaptation » autoritaire que ce soit.

Car bien sûr, il n’est nullement question de laisser l’Homme s’adapter aux évolutions de son environnement comme il l’a toujours fait, c’est-à-dire par la science et le progrès technique, fruits de son esprit curieux, de son inventivité et de son désir d’améliorer sa condition sur Terre, à travers notamment les deux étapes déterminantes que furent la découverte du feu puis, des siècles plus tard, l’invention de la machine à vapeur. Pas du tout.

Il est uniquement question de décroissance et de retour à une existence pratiquement vivrière et locale. Pas plus de 30 m2 de logement par personne, pas plus d’un kilo de vêtements par an, interdiction des vols hors Europe non justifiés, etc. Quelle idée de vouloir découvrir Hong Kong ou Sydney quand on a la chance d’être étudiant à Grenoble ! – prétendait récemment Aurélien Barrau, grand prêtre très en vogue de l’autoritarisme climatique.

Je ne vous étonnerai pas en vous disant que la jeune et réputée infaillible pythie de la lutte contre le réchauffement climatique Greta Thunberg a accueilli cette publication avec ravissement. Elle ne cesse d’inviter tout un chacun (les députés français notamment) à s’en remettre aux rapport du GIEC et elle ne cesse pas non plus d’expliquer que « c’est le système entier qui ne va pas », gentille confirmation que l’écologie, ou plutôt sa caricature coercitive, est d’abord utilisée politiquement comme l’instrument sympathique d’une guerre renouvelée contre le libéralisme et les libertés individuelles.

Donc selon Greta, voilà un rapport qui a le bon goût de nous confronter enfin à la désastreuse réalité. Mais quelle réalité ? Car dans toute cette affaire, et cela depuis plusieurs décennies (voire plusieurs siècles si l’on remonte à Thomas Malthus), on nous annonce que « le pire est à venir », on nous promet des catastrophes plus insurmontables les unes que les autres, la constante de toutes ces prévisions étant qu’il faut assez régulièrement les remettre à jour, c’est-à-dire les repousser aux vingt ou trente années suivantes :

Dans les années 1960, le biologiste et écologiste Paul R. Ehrlich de l’université américaine de Stanford avait annoncé des famines effroyables et la mort de centaines de millions de personnes durant les années 1970 et 1980. Il prédisait que les États-Unis devraient rationner l’eau dès 1974 et il disait même que s’il était joueur, il prendrait le pari que l’Angleterre aurait disparu de la surface de la Terre en 2000 !

À la fin des années 1980, le programme des Nations Unies pour l’environnement (ou UNEP) mettait en garde contre la possible submersion de pays entiers et contre l’exode massif qui en résulterait si rien n’était fait contre le réchauffement climatique d’ici l’an 2000. Les chercheurs estimaient alors que la température moyenne de la Terre pourrait augmenter de 1 à 7 °C en 30 ans, c’est-à-dire sur la période 1990-2020.

En 2007, Al Gore relayait dans son discours de réception du prix Nobel de la paix les prévisions des chercheurs de la U. S. Navy selon lesquelles la banquise du pôle Nord aurait disparu en été sept ans plus tard, soit en 2014.

Par bonheur, rien de tout ceci ne s’est réalisé. La dépêche de l’AFP nous apprend même que les températures moyennes ont augmenté de 1,1 °C du milieu du XIXe siècle à nos jours. Mais cela en dit long sur les capacités politico-paranoïaques d’une certaine écologie trempée dans le mélange assurément dystopique de l’autoritarisme et des peurs millénaristes.

Contrairement à Greta Thunberg, le GIEC est loin d’avoir apprécié la fuite anticipée de certains éléments non encore révisés ni validés de son futur rapport, à tel point qu’il s’est fendu le jour même d’une petite mise au point. Rappelant que les documents de travail sont confidentiels, il insiste sur l’importance de laisser la phase de rédaction et de révision par les pairs se dérouler dans la sérénité afin d’obtenir in fine un rapport « aussi précis, complet et objectif que possible. »

On comprend bien que du côté de ceux qui espèrent voir le « quoi qu’il en coûte » et peut-être, d’une certaine façon, l’état d’urgence covidien se reproduire à l’échelle du climat, il était important d’en faire connaître au public certains éléments sélectionnés particulièrement édifiants avant la future COP26 de Glascow de novembre 2021 et avant qu’ils ne soient éventuellement édulcorés par les négociations entre les 195 pays concernés.

Mais du côté du GIEC, on comprend tout aussi clairement que la teneur essentiellement catastrophiste du texte de l’AFP pourrait se retourner contre l’objectif recherché et contre sa propre crédibilité scientifique. Trop en faire dans la peur panique au point de déchaîner une hilarité moqueuse, voilà qui serait fâcheux !

Ayant pour mission d’étudier les conséquences du réchauffement climatique anthropique (c’est-à-dire causé par l’Homme à travers ses activités économiques), le GIEC est organisé en trois groupe de travail.

Le premier évalue les aspects scientifiques du système climatique, le second étudie les conséquences des changements climatiques sur les paysages et les modes de vie et le troisième avance des propositions d’adaptation1.

Le document dévoilé par l’AFP se révèle être un élément du futur rapport du second groupe de travail. Mais un élément déjà dépassé.

Ainsi que l’indiquait par exemple François Gemenne, économiste et sociologue de ce groupe :

Attention au rapport du GIEC qui a été divulgué par l’AFP ce matin […] : il s’agit d’une version très préliminaire et partielle d’un volume du rapport, qui date de novembre 2020. Contrairement à ce qu’on a pu lire, ce n’est pas cette version qui sera approuvée en février 2022.

Le texte sur lequel nous travaillons encore en ce moment même est très différent de cette version, à la fois parce que cette version n’intègre pas les 40 000 commentaires reçus sur ce texte, et aussi parce que cette version n’intègre pas des sections qui sont encore en cours d’écriture !

Plusieurs autres chercheurs ont fait savoir de la même façon qu’il s’agissait d’un brouillon de résumé technique sur un travail en cours qui devait encore recevoir de nombreux commentaires d’experts et qu’il n’y avait pas lieu de le commenter en l’état. Même les ONG les plus en pointe dans l’alarmisme climatique ont reçu la publication avec une certaine réticence :

Le rapport du GIEC est éminemment essentiel, mais ce n’était pas utile de publier ce brouillon à ce stade. Il faut laisser le GIEC travailler pour que ses résultats ne soient pas contestés. (Anne Bringault, coordinatrice des opérations au Réseau action climat)

En effet, tout est là : les politiques climatiques reposant sur les travaux du GIEC, ce dernier est-il crédible ? Le document de l’AFP ne permet nullement de l’affirmer et nous pousserait même à penser le contraire. Reste à voir à quoi ressemblera effectivement le rapport finalisé.

Une chose est sûre, cependant : l’AFP est bien une entreprise médiatique tout à fait ordinaire. Du scoop toujours, du scandaleux, du sensationnel, voire une dose chevaline de propagande climatique. Mais en l’occurrence, pour l’information vérifiée, validée et correctement mise à jour, on repassera. Ça promet.

Sur  le web

  1. À noter à ce propos que le GIEC intègre le recours au nucléaire civil et aux modifications génétiques dans ses préconisations – et à ce moment-là, nos gardiens du temple écolos s’empressent de le remettre à sa place en faisant bien comprendre que son mandat est « descriptif et non prescriptif ».
Voir les commentaires (94)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (94)
  • Le réchaufisme est une idéologie de cautionnement qui accompagne/justifie notre déclin vers le tiers-monde.

    • Le réchauffisme repose sur une escroquerie scientifique : la croyance que le rayonnement IR réémis par la Terre et absorbé uniquement dans les pics de 29 et 70 THz par les molécules de CO2 sous forme de vibration intramoléculaire puisse être cédée aux autres molécules sous forme d’énergie de translation (l’agitation thermique) : ce n’est possible qu’à très haute altitude (haute stratosphère) o la prseeion est suffisamment basse pour que la fréquence de collisions intermoléculaires soit de l’ordre de la fréquence de vibration intramoléculaire du CO2 permettent une cession d’énergie de vibration des molécules de CO2 aux autres molécules par chocs inélastiques. Par ailleurs la température de la Terre pendant l’antiquité é=tait supérieure de 2°C à l’actuelle et l’humanité a non seulement survécu mais prospéré. Enfin les mesures de températures satellitaires de l’atmosphère montrent que après un plateau depuis 2000 celle-ci décroît depuis 2018. Alors NMPM a raison les idéologies de la peur propagées par nos gouvernants deviennent vraiment rances.

  • Heureusement, de plus en plus de gens se rendent compte de l’exagération et de l’orientation des propos du GIEC, « au point de déclencher une hilarité moqueuse » comme le dit très bien l’article.
    Car enfin, il faut garder en tête les ordres de grandeur! La fin du monde donc parce qu’en 1 siècle et demi la concentration de CO2 dans l’atmosphère est passée de 0,03% à 0,04%……

    • Il a été déjà abondamment démontré que le résumé IPCC à l’intention de la presse et des politiques est bouclé avant les rapports détaillés des sections qui sont au besoin amendés par la Direction pour édulcorer voire gommer ce qui peut affaiblir le dogme, à l’insu et à la colère des auteurs ainsi désavoués.

    • Lisez et diffusez le dernier livre de Christian Gerondeau: « La religion écologiste » dans lequel l’auteur démontre de façon imparable que, quoi que fasse les pays développés, en 2050, loin d’être à zéro émission de CO2, on sera à plus qu’aujourd’hui, sans doute vers 450ppm. Et donc que la terre va continuer à se réchauffer, ou se refroidir à sa guise, comme elle l’a fait depuis des centaines de millions d’années. N’oubliez pas que lors de l’avant dernière glaciation, la concentration de CO2 dans l’atmosphère avoisinait les 800ppm.

    • Si vous aviez la « chance » de fréquenter la « future élite de la nation » sous la forme des étudiants de grandes écoles, vous seriez effaré. Non, ils ne se rendent pas compte que c’est du grand n’importe quoi, oui, ils sont effrayés et si il y a 10 ans dans les oraux d’entrée ils rêvaient de développer de nouveaux ordinateurs, des avions supersoniques ou des drones intelligent, depuis 3 ou 4 ans ils veulent sauver la planète (enfin son climat) et sont tous prêts à accepter (au moins c’est ce qu’ils disent) des salaires plus faibles pour contribuer à cela. Visiblement il y a un grand nombre de gens dans les 19-20 ans qui se réveil la nuit de terreur à cause du changement climatique anthropique catastrophique qui nous tuera tous très vite (sans avoir évidement lu quoi que ce soit de sérieux là dessus, mais la télé et leurs profs ont forcément raison, n’est-ce pas… )

  • Il y a plus préoccupant que l’état de la nature, l’état mental des dirigeants du monde, sont ils tous devenus fous ? Rien qu’en France, matignon semble avoir été transformé en asile psychiatrique et sans environnement médical, à l’abandon.
    Z’avez vous l’état du maître du monde, Biden ? La catastrophe arrivera bien avant 2050 et pas à cause de nos diesels…

  • « on ne sacrifie plus de vierges pour apaiser Gaïa ». Dommage : on aurait pu utilement sacrifier Greta… ?

  • L’AFP est une agence de désinformation très utile. Comme la plupart des journaux reprennent sans aucun sens critique les dépêches de l’AFP.
    Le public a donc l’impression que comme cette information est reprise avec entrain par tous les médias quelle que soit leur couleur politique, elle est forcément vraie.

    • L’AFP est une agence de désinformation très utile. Comme la plupart des journaux reprennent sans aucun sens critique les dépêches de l’AFP, le public a donc l’impression que comme cette information est reprise avec entrain par tous les médias quelle que soit leur couleur politique, elle est forcément vraie.

    • Ce n’est pas pour rien que les moins crédules parlent de l’Agence Fausse Presse !

    • C’est pas faux. L’AFP, comme AP et le Monde sont des boussoles qui indiquent le sud. Pour connaitre la vérité si ce qu’ils racontent n’est pas totalement factuel et « neutre » il suffit généralement de prendre le contraire de ce qu’ils racontent.

  • Ah,la culture scientifique, l’histoire, l’esprit critique et le bon sens,valeurs blanches et rétrogrades du passé…

  • Ah, je vous adore, les libéraux, et je partage énormément de points de vue et d’opinion avec vous, sur la sécurité, la politique, l’économie bien sûr.
    Toutefois, vous avez quand même une haine de l’écologie assez ahurissante et subjective. Ce qui peut aisément se comprendre en France, vu le talent des écolo-politiciens pour être absolument ridicules et incompétents dès qu’ils sont élus (enfin, je veux dire, encore PLUS que les autres politiciens, c’est dire).
    Oui, l’AFP est un organisme un peu moisi et plus très indépendant, et oui ils font dans l’éco-sensationalisme primaire. Mais ça n’est pas pour autant que le fond de leur article est faux.
    On enchaîne les records de température année après année, les mesures effectuées dans les banquises démontrent clairement la fonte des glaces, la moitié du Canada et des USA est en train d’exploser tous les records de température, l’Australie prend feu quasiment tous les ans, le permafrost continue à fondre (et on va bien rigoler s’il y a un Covid préhistorique qui y hiberne lol), enfin bref, les signaux sont nombreux pour montrer que globalement ça ne va pas en s’arrangeant.
    Alors que vous n’aimiez pas EELV, les bobos écolos parisiens, les élus verts aux dents longues et à la vision courte, l’AFP et les autres médias spécialistes du buzz climatique, c’est normal. Mais ne faîtes pas l’erreur de penser pour autant que tout est faux et que notre planète est en super forme, parce qu’on est quand même tous embarqués sur un radeau qui commence à prendre l’eau.

    • Un climat stable n’existant pas on va obligatoirement vers un réchauffement ou un refroidissement et cela sans rien faire, aucuns coupables, c’est la terre qui décide et personne d’autre.. A moins qu’un savant à découvert le thermostat…. Ouiiii, le co2, suis je bête !

      • Les écolos vont vous dire qu’on a pas assez d’informations scientifiques pour prouver que le Soleil puisse avoir une quelconque influence aussi forte que celle de l’humain sur le changement climatique 🙂
        Remarque, ça signifie que l’Homme est fort quand même, déjà qu’il a éradiqué les dinosaures… ^^

    • la planète ne s’est jamais aussi bien portée grâce aux progrès techniques et à l’élévation du niveau de vie.

      « On enchaîne les records de température année après année, les mesures effectuées dans les banquises démontrent clairement la fonte des glaces, la moitié du Canada et des USA est en train d’exploser tous les records de température, l’Australie prend feu quasiment tous les ans, le permafrost continue à fondre (et on va bien rigoler s’il y a un Covid préhistorique qui y hiberne lol), enfin bref, les signaux sont nombreux pour montrer que globalement ça ne va pas en s’arrangeant. »

      C’est juste la marche du monde depuis des millénaires et l’Homme s’y adaptera comme il l’a toujours fait, mais de mieux en mieux grâce aux progrès technologiques.

      le problème, c’est les écolos qui veulent casser ce progrès technologique, car ils ne comprennent rien vu leur niveau intellectuel de paresseux (cela demande du travail de bûcher sérieusement les dossiers !).

      • La terre ne s’est jamais si bien portée ? Ah quand même. Vouloir être moins alarmiste que les médias, voire même dire que ce n’est pas aussi grave qu’on le pense, je peux comprendre, mais là vous êtes un peu trop à l’autre pôle pour moi 🙂
        Au final, je me rends compte qu’il est quasiment impossible de trouver des gens à la fois libéraux et écolos. Soit on a affaire à des écolos, et dans ce cas ça déborde quasiment systématiquement de socialisme, de punitif, de taxes et de repas vegan à la cantine. Soit on a affaire à des libéraux, et dans ce cas la planète va super bien, la pollution c’est un mythe et on devrait installer un réacteur nucléaire dans chaque maison.
        Ce monde est définitivement bien trop bipolaire pour moi !

        • Dans les pays développés, la pollution a largement diminué depuis les années 80. Les véhicules ont fait d’énormes progrès et l’air des zones urbaines est de bien meilleure qualité (l’histoire des ZFE qui se mettent en place et vont exclure de nombreux véhicules encore en bon état est « proprement » scandaleux), on a construit des stations d’épuration d’eaux usées et l’eau des rivières est plus propre qu’avant, on a mis en place des déchetteries grâce auxquelles les décharges sauvages ont quasiment disparu et qui permettent de recycler une partie de nos déchets (le reste est incinéré dans usines de plus en plus modernes et propres comme celle d’Issy-les-Moullineaux : https://www.syctom-paris.fr/installations-et-projets/installations/isseane/centre-dincineration.html).
          Partout dans le monde les rendements agricoles ont progressé grâce entre autres à l’augmentation du taux de CO2 atmosphérique et les famines ont quasiment disparu alors que la population est passée de 4 à 7 milliards d’habitants en 50 ans.
          Alors halte au catastrophisme, les problèmes environnementaux persistent essentiellement dans les pays en développement qui n’ont pas encore les moyens de réaliser tout ce que les pays développés ont fait chez eux depuis 1/2 siècle.
          Au lieu des les empêcher de développer une électricité bon marché à base de charbon en leur coupant les financements pour ça (heureusement la Chine, elle, ne s’en prive pas) et de nous bassiner avec la pollution des océans, on ferait mieux de les aider à traiter leurs déchets pour éviter qu’ils ne s’y retrouvent (90% des déchets qui finissent dans les océans provient des grands fleuves situés dans ces pays peu développés).

        • Petit complément à l’excellente réponse de Hug: on nous bassine au sujet du l' »continent de plastique » qui se formerait dans l’océan pacifique, on va jusu’à interdire ici la fabrication et la vente de cotons tige et de pailles pour « sauver les tortues ». Sauf que 99% des plastiques produits et utilisés ici sont récupérés et valorisés, soit dans des incinérateurs soit recyclés. Ce qui pose problème, c’est plutôt ce qui se passe dans les villes qui bordent les grands fleuves asiatiques. Et la solution, elle est simple et connue : laissons-les se développer, l’humain est ainsi fait qu’il est beaucoup plus sensible à l’état de son environnement quand il a le ventre plein !

        • « impossible de trouver des gens à la fois libéraux et écolos »

          D’un point de vue politique je trouve que les écolos sont surtout des emm…

          Chacun a une sensibilisation à la nature, la pollution, la qualité de vie, les problèmes de gestion de déchets ou d’exploitation abusive et destructrice de ressources.

          Mais en faire un gloubi-boulga racoleur, menteur, naïf et prétentieux en tentant sournoisement d’imposer des points de vues sur d’autres questions (socialisme, ressources, malthusianisme, etc …) et en occultant d’autres problèmes bien réels (perte de leadership, décadence, perte de souveraineté, malaise social …) ne peut qu’irriter les libéraux.

        • « Au final, je me rends compte qu’il est quasiment impossible de trouver des gens à la fois libéraux et écolos. »

          J’en vois pleins personnellement.
          -Le libéralisme enrichi, une fois riche la natalité se réduit
          -Les populations décroissent.
          -La technologie permet les gains en efficacité énergétique et la dépollution.
          .
          En 2100 vous avez un pays avec une population divisée par deux qui utilise moins de ressource pour produire et qui dépollue ce qu’elle produit.
          Problème écologique réglé.
          .
          Toutes les solutions des écolos et de la gauche sont stupides et contreproductive.

    • Vous vous laissez avoir par la propagande. Le Canada connait un record de chaleur dans une région et bat le record de 1937 : donc en 1937 il faisait très chaud et essayez donc de trouver un article catastrophique de cette époque. Selon les probabilités, il est pratiquement sûr qu’il a fait plus chaud au Canada depuis 10.000 ans, mais personne n’était là pour le mesurer. Quand à l’Australie, elle brîle tous les ans, mais la différence ce sont les maisons qui brûlent avec et qui font l’actualité. Prenez les médias 50 ans en arrière et essayer de trouver des informations sur l’Australie. Aujourd’hui on regarde la planète au miscroscope et le moindre fait est immédiatement monté en épingle.

    • @web A supposez que vous ayez raison. Est ce une nouvelle si terrifiante que les plus grandes terres de ce monde (canada , Sibérie) deviennent habitables/cultivables ?) Perso je serais plutôt inquiète d un refroidissement s il se profilait. Une petite explosion de volcan et vous verriez les médias nous theoriser la future fin du monde à cause d une aire glaciaire, souci que je prendrais bien plus au sérieux pour le coup.

      • Bah on est plus pres de l’explosion d’un super volcan entraînant une glaciation voir une extinction de toutes les espèces que de cuire sous une canicule de plus 2 degrés….

    • Pour l’instant, on a retrouvé la température que l’on avait vers l’an mille. Avant le Petit Âge Glaciaire qui est achevé au 19ème siècle (-1C puis +1C).
      Et statistiquement, si vous regardez l’evolution des temperarures depuis 200000 ans, on se trouve sur un maximum climatique d’une durée exceptionnellement longue.
      Sur le long terme, à l’echelle humaine, disons 1000 ans, le plus probable est d’assister à un refroidissement du climat…
      Il est possible que les températures actuelles continuent de grimper encore un peu, mais en tout état de cause, la fin des énergies fossiles d’ici moins de 100 ans a pour consequence que si le réchauffement que nous vivons est bien d’origine anthropique, le problème sera définitivement réglé au 22eme siècle. Quant à l’irréversibilité annoncée, c’est du grand n’importe quoi. Aucun des cycles de températures qu’a vécu notre planète n’a jamais été irréversible.
      Il y a probablement plus à craindre de la chute d’une météorite que du réchauffement climatique.

      • La question que tout le monde oublie, c’est que la fonte des glaciers terrestres ( qui sont les réserves d’eau douce alimentant fleuves et rivières et nécessaire à l’irrigation) risque d’impacter gravement les productions agricoles ( même si l’élévation du niveau de CO2 et de la température leur sont favorables) alors qu’EN MEME TEMPS, les besoins en eau douce des populations croissent de façon exponentielle. Même si les changements climatiques sont cycliques, et en attendant le prochain refroidissement, c’est bien ce problème de l’eau qui va se poser de façon cruciale dans les décennies à venir.

        • En France, les principales zones de production de blé sont le bassin parisien, le nord-pas-de-calais, la bourgogne, le centre et le poitou-charente. Aucune n’est concernée par les glaciers de montagne.
          Faut arrêter de surestimer l’importance des glaciers pour l’agriculture et les ressources en eau.

          • Glacier non mais un changement de régime de pluies pourrait poser des ennuis.

            Dans ce domaine, on ne peut pas garantir la véracité des théories réchauffistes, mais on ne peut pas prouver l’inverse non plus.

            Les écolos nous ont probablement entubés (comme toujours) mais il peut y avoir un fond de vrai. J’aime bien l’approche de Akasofu :
            https://static.skepticalscience.com/pics/Akasofu_Prediction.png

            Son approche montre clairement l’arnaque des écolos, mais il montre aussi que la température devrait baisser actuellement, ce qui ne semble pas être le cas pour le moment.

            Faut attendre encore un peu mais il est possible que cette histoire de réchauffement soit « un peu vraie ».

          • Ne pas oublier aussi que la France ne compte que 1% de la population mondiale et que des zones très peuplées ( Inde et Chine) dépendent beaucoup des glaciers himalayens ( stockage) pour leur alimentation en eau douce, même si le régime des pluies (mousson) apporte de l’eau en quantité, mais brutalement et difficilement stockable.

        • L’eau de mer, avec de l’énergie, ça se dessale : voir Israël.

        • Pourquoi faire une telle fixation sur l’eau ?

          – s’il y a surconsommation, c’est probablement du à des abus facilement corrigeables (A ce titre, les américains la gaspille pour cultiver du maïs transformé en biocarburant avec un rendement minable).
          – les caprices de la météo font monter et descendre les nappes phréatiques. Début mai, Météo France nous annonçait un été plutôt chaud mais particulièrement sec (en précisant que c’était certain car aujourd’hui ils ne faisaient plus des prévisions au doigt mouillé !)

          Alors une baisse des précipitations à moyen ou long terme, je ne sais pas, mais un « besoin » exponentiel des populations ?!?

          • Aux US, la production de maïs et de soja est située dans des zones recevant beaucoup de précipitations pendant la période estivale, d’où une productivité importante.
            Les cultures de maïs et de soja ne sont pas ou marginalement irriguées.

            • C’est assez logique, mais globalement … on pourrait cultiver autre chose dans ces zones et il intervient surement des « volontés » de filières, soutien et de subventions ?

    • Tout ce que vous dites est vrai: records de chaleur, glaciers qui reculent, etc… mais une fois pour toutes pourrait-on dissocier les faits et leur éventuelle cause, cause que personne ne connaît!
      Pour mémoire il a déjà fait bien plus chaud sur terre…

    • « l’Australie prend feu quasiment tous les ans »

      A cause des pseudo-écolos qui interdisent le débroussaillage traditionnel pour préserver le biotope alors que les étés ont toujours été torrides et ventés là-bas.

      Après avoir subi les news via le cerveau reptilien, il faut activer son cortex cérébral pour chercher ce qu’elles ne disent pas: c’est là que se trouve la clé.

      • Les écolos qui interdisent le débroussaillage traditionnel, dans le bush australien ? Mais bien sûr ! Sûrement des expatriés EELV d’ailleurs.
        Bref, je ne vais pas passer ma journée à essayer de défendre un point de vue légèrement vert clair, surtout quand je vois la vitesse à laquelle on me sort des arguments qui sont pour certains au moins aussi discutables que ceux de l’AFP.
        Bonne journée à tous.

        • Vous avez raison, restez en là puisque vous refusez d’écouter les arguments présentés qui infirment votre religion. Ce que font tous les verts. L’esprit scientifique consiste à formuler une hypothèse, puis une antithèse pour en vérifier la validité afin d’en obtenir une synthèse!

        • C’est pourtant exactement ce qui s’est passé. Au lieu de nous invectiver, peut-être être devriez-vous mieux vous informer.
          Ce n’est pas à moi à vous fournir les liens vers les sites qui pourraient vous y aider, mais je vous suggère de commencer par les Climatoréalistes.

        • Il y a malheureusement des écolos partout dans le monde puisqu’il y a des ignorants partout. Au sujet du débroussaillage c’est exact et la même chose se passe en Californie. Mais nos bonnes âmes vertes se foutent que des gens meurent tous les ans du fait de ces incendies, il ne faut pas toucher à mère nature! Ce qui caractérise les écolos c’est leur ignorance crasse qui engendre la peur, comme nos lointains ancêtres qui croyaient que c’était un dieu qui envoyait la foudre!

        • « Les écolos qui interdisent le débroussaillage traditionnel, dans le bush australien ? Mais bien sûr ! Sûrement des expatriés EELV d’ailleurs. »
          Pourtant c’est vrai…
          https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/australie-la-verite-qui-derange-220954

        • Je n’ai pas prétendu non plus que les entraves au débroussaillage depuis 2017 sont la seule raison des incendies de 2020, mais c’est un facteur dont je regrette qu’il soit interdit de discuter comme tout ce qui relativise le dogme du réchauffement anthropique.
          Les pires incendies australiens sont ceux de 1939 et 1974: on n’en parle pas non plus parce qu’il faut nous persuader que la situation s’aggrave.
          Les libéraux étant dans le collimateur des pastèques, il ne faut jamais se contenter d’arguments superficiels d’allure partisane qui ne servent qu’à nous discréditer contrairement à eux qui ont toute la force de la propagande à leur service.

        • Ca se passe aussi comme cela en Californie pour votre info… Et chez nous ils refusent les réserves d’eaux agricoles (je ne parle pas des barrage ou grosses étendues d’eaux), car ça risque de faire bouger la biodiversité, et après ils se plaignent des sécheresses… Même en Egypte à l’époque des Pharaons, ils étaient plus intelligents avec les principes d’irrigation…
          L’écologie c’est un truc sérieux qui demande des connaissances scientifiques… Que n’ont pas les écolos…

          • Les ecolos ne veulent pas s’instruire et comprendre l’environnement, ils veulent juste vivre aux crochets des contribuables.

    • WebCharcutier a écrit: « On enchaîne les records de température année après année »

      Depuis 11’700 ans (fin de la dernière glaciation) il y a des périodes ou on les enchaines oui. C’est ce que fait le climat depuis toujours. Quand vous grandissez, vous enchainez les records, ça ne veut pas dire que vous ferez 10m de haut.
      .
      Sans même rentrer dans le débat scientifique, c’est plié: les écolos veulent nous faire émettre deux fois plus de CO2 que maintenant pour un triplement du prix comme les allemands.
      Aucune urgence donc et ça jette un énorme doute: si leurs « solutions » empirent le mal et qu’ils s’obstinent bêtement, comment leur faire confiance sur la science ?
      .
      En rentrant dans le débat scientifique absolument rien n’indique que c’est à cause du co2 anthropique ou que c’est anormal. 1.2°C en deux siècles c’est dans la moyenne.

      • 1,2 est exagéré! La température n’a augmenté que de 0,9 depuis 1870.

      • D’ailleurs, on enchaîne aussi les records en athlétisme ou en natation, et personne ne s’inquiète du changement de capacité physique de l’humanité…

    • On n’enchaîne pas les records de température, c’est ce que prétendent les écolos! Différence!
      Il fait chaud l’été, cela vous étonne? L’année dernière ils nous on fait chier avec la canicule en Australie. Or il y a un immense désert en Australie où il fait une chaleur d’enfer tous les ans depuis des millénaires. Et des incendies il y en a depuis que la flore existe! Les éclairs en déclenchent et cela permet aux forêt de se régénérer.
      Vous n’avez pas une seconde tenté de comprendre ce qu’écrivait l’auteur. Al Gore avait annoncé la disparition de la banquise pour 2013. A t-elle disparue? Suivant les conditions météo elle est plus ou moins étendue. Des années elle est riquiqui, l’année suivante très étendue. Vous avalez tout de go toutes les fake news diffusées par les écolos, sans aucune critique.
      Perso je n’aime ni les menteurs, les escrocs et tous ceux qui veulent nous opprimer en semant la peur dans la société! C’est le capitalisme qu’ils combattent, ils se foutent du climat et de l’humanité, dont d’ailleurs ils veulent éradiquer la majorité considérée comme nuisible!
      Notre radeau ne prend pas l’eau, Le climat de la Terre n’a jamais été stable, il a toujours changé depuis que la terre existe. Les réchauffements suivants des périodes de refroidissement !

    • >On enchaîne les records de température année après année:

      Pourriez-vous nous rappeler l’âge de la terre et aussi ce que représente « année après année » ramené à une échelle mesurable ?

    • Etant donné qu’on sort d’une période glaciaire (mauvaise pour la biodiversité et la vie en général) il est très logique qu’on voit les températures remonter. Par ailleurs si comme on vous l’a déjà dit 100 fois les courbes de températures sont sur un plateau depuis 2000 (grosso modo), étant stochastique il est logique qu’on ait des records battus régulièrement.
      A grande échelle la température moyenne de la planète oscille depuis plus d’un milliard d’années entre deux « bornes », autour de 13° pour le périodes froides, autour de 23° pour les périodes chaudes (les climatologues n’ont aucune idée fiable de pourquoi). L’immense majorité du temps, ces températures moyennes étaient « collées » à une de ces bornes. Et le plus souvent la borne « chaude » des 23°. Nous sommes vers les 15-16°… Si je pouvais parier à moyen terme (on parle de 10 000 ans pour ça en climatologie, par de 20 ou 30 ans, les données sont trop imprécises pour qu’un modèle quel qu’il soit puisse être calibré avec cette granularité) il fera 7 ou 8° de plus que maintenant et de façon stable (avec aussi, des précipitations fortes et une « explosion » de vie). La place de l’humain dans tout ça ? S’adapter, comme tous les autres animaux. Et nous on a du bol on a la technologie en plus d’avoir une biologie « très flexible ».

  • Au-delà des subventions, une partie non-négligeable de son conseil d’administration est directement nommé par l’état.
    Ce qui est quand même assez surprenant pour une des trois « agences de presse mondiale », auprès de laquelle se fournissent les médias étrangers.
    Et après, on s’étonne qu’à l’étranger, ils pensent encore à Paris en mode « Tour Eiffel, Moulin Rouge, la baguette », alors qu’en réalité c’est plutôt rues bien sales, camps de migrants et toxicos au crack qui violent et jouent du mortier.

    • « ils pensent encore à Paris en mode « Tour Eiffel, Moulin Rouge, la baguette » »

      Oui étonnamment les étrangers ont plutôt une bonne image de la France, de son patrimoine, de sa culture, de la langue qu’ils considèrent « mélodieuse » … Plus en un sens que les Français eux-mêmes qui ont une vision nombrilique (bien connue des Belges) plus qu’objective.

      Cela à fait en partie notre richesse, mais pour combien de temps encore : gilets jaunes, manifs, casseurs, régression des libertés, nivellement par le bas … Au delà de l’impact direct et réel, ce n’est quand même pas bon pour l’une des dernières ressources (le tourisme) qu’il nous reste.

      Va-t’on interdire aux Français de voyager tout en encourageant les touristes à venir (visiter Paris en métro à l’heure de pointe ?) ?!?

      • Ce n’est pas si étonnant que les étrangers aient encore une vision un peu idyllique de la France quand on y pense.
        Si vous êtes un média à l’autre bout du monde et que vous souhaitez avoir des informations sur la France, les solutions sont peu nombreuses :
        – avoir une antenne sur place, ce qui est très coûteux,
        – envoyer des journalistes sur le terrain, ce qui a un coût aussi et qui est assez compliqué en période de pandémie ^^,
        – trouver vos informations sur le web, et risquer de publier de la fake news,
        – ou récupérer vos informations auprès des agences de presse, soit nationales (et on connaît tous ici la grande objectivité, l’intégrité et le professionnalisme des médias français ), soit mondiales (donc Reuters, Associated Press ou l’AFP)

  • « Quel que soit le rythme de réduction des émissions de gaz à effet de serre, »

    un progrès : il ne sert donc à rien de chercher à les réduire !

  • «… la fin du monde était écrite pour 2050 ». C’est bien pire.
    Le seul candidat est bien sûr Jean Jouzel : membre du GIEC dès 1994 puis vice-président de 2005 à 2015. Il reçut le Vetlesen (l’équivalent du prix Nobel) etc., et surtout il fut choisi au « Grand Débat des Idées des Intellectuels » le 19 mars 2019, comme l’oreille écolo du Président.
    La pythonisse l’avait déjà annoncé le 13 mars 2013 sur Europe 1 :
    « Plus de 4°C, c’est énorme… une remontée des climats de 600 km vers le Nord … une élévation des niveaux de la mer … pour la fin du siècle… des changements de rythmes des climats… manque d’eau… feux de forêts.., etc. » Bigrrrr.
    Notre grand astrologue a précisé ses cartes : « Réchauffement climatique. Jean Jouzel, climatologue : Nous n’avons que TROIS ANS pour agir »… C’était le 12 août 2017, Le Journal du Dimanche.

    https://www.lejdd.fr/Societe/rechauffement-climatique-pour-jean-jouzel-climatologue-nous-navons-que-trois-ans-pour-agir-3409817

    Donc, le grand visionnaire, médaille d’or du CNRS, Nobel et GIEC a tout dit. Tout est foutu, même en 2017 et pas 2050… Même pas la peine de se lever pour aller bosser… Pour le suicide, même c’est trop tard….

    … Cependant, si on en a le courage, on peut aussi observer les températures de la planète par les meilleurs labos du monde : Par exemple pour le UAH, en courbe bleu, au cours des mois d’avril et mai 2021, la température mondiale a CHUTÉE de 0,6°C dans les 13 derniers mois. Bizarre, vous avez dit bizarre ?

    https://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut4gl/from:1997/offset:-0.26/plot/gistemp/from:1997/offset:-0.35/plot/uah/from:1997/plot/rss/from:1997/offset:-0.10

    Où est passé Jouzel, le devin de l’Élisée avec sa cohorte ?!?

  • Je suis 1.000 fois d’accord avec vous. L’épisode Covid est un entraînement, un échauffement avant l’épreuve proprement dite. Les peuples ont pris le pli de se soumettre au pouvoir, de sacrifier leurs libertés et leur intelligence. Le pouvoir a eu recours à la technique Goebbels: la terreur et la culpabilisation. Vous vous êtes soumis mais c’est POUR VOTRE BIEN ! A présent, c’est la religion écologiste qui servira de levier pour dominer les peuples. Dieu le Père 》 Gaïa notre Mère, Sainte Greta un peu conne et présumée vierge, les pénitences ( taxes et vélos ) les conciles

  • Il est bien plus rentable politiquement d occuper les gens avec un sujet hypothétique sur lequel ils n ont aucune prise , plutôt que de les polariser sur un véritable sujet sur lequel ils pourraient agir . (Retraites, dette, immigration, sécurité… liste non exhaustive)

  • Et le rapport Meadows en 1972 !…
    C’est toujours la même histoire : à la fin de chaque cycle de prospérité économique, on nous tend un prospectus annonçant la fin du monde.
    Au début des années 70, les 30 glorieuses s’épuisaient. Rapport Meadows. Crise financière en 2008. L’apocalypse annoncée par le Giec devient récurrente dans les agendas politiques et médiatiques.
    S’agit-il de manoeuvres opportunes des décroissants, ou d’une tentative de notre inconscient collectif de supporter un avenir perçu comme moins radieux en se persuadant, qu’après tout, on peut se passer de bien des choses… qui sait ?
    Toujours est-il qu’il convient sans doute de s’inquiéter plus des mesures que nos gouvernements risquent de prendre dans la panique que de l’objet de cette panique elle-même, largement fantasmée (comme l’expérience l’a révélé).

  • L’AFP a sans doute voulu donner un petit coup de pouce aux écolos pour les élections.
    Le doigt sur la couture du pantalon, la presse subventionnée a largement relayé l’info au peuple (et électeurs)
    Ça fait toujours chaud au cœur de voir que nos impôts sont utiles à la société.

  • Différence de taille. Les morts du Covid sont prégnants, tout particulièrement pour ceux qui ont perdu un proche.
    Quand le danger est proche, on est prêt à suivre les consignes. Pas besoin d’annoncer l’apocalypse.
    Où sont les morts du réchauffement climatique ?

    • Combien de morts DU ( covid) et combien AVEC ou autre chose? Il y a eu des années où la grippe saisonnière a tué au moins autant que le covid!

      • La question n’est pas combien mais quelle publicité on en donne. Il suffit de monter un épiphénomène en épingle pour créer une trouille sans commune mesure avec le danger réel et masquer les dégâts collatéraux parfois pire que le mal lui-même.

        Votre question est une question de gens qui raisonnent. Cela devient une denrée rare, malheureusement.

      • En 1918 et 1919…
        Depuis, la grippe a tué les pires années un peu plus de 30000 personnes… (personnes âgées et comorbides).
        On reste assez loin des morts DU covid.

        • « On reste assez loin des morts DU covid. »
          Ah bon! Parce que l’on est sûr des chiffres donnés par le gvt sur le Nb de morts DU COVID uniquement? Si vous avez un moyen fiable de vérifier, je suis preneur.

          • Mon vieux, c’est vous qui avez démarré avec les affirmations douteuses : « Il y a eu des années où la grippe saisonnière a tué au moins autant que le covid! »
            Commencez donc par prouver vos dires et je prouverai les miens.

            • il a été estimé par les responsable de la « santé publique » Italienne que moins d’un mort sur 10 « du COVID » était réellement imputable à cette pathologie, les autres ayant « peut-être » vu leur décès accéléré par ce virus. Le CDC a sorti des chiffres dans les mêmes eaux (1 sur 6 au maximum). Evidemment les médias ont rapidement fait des « décryptages » pour dire que « oui mais non mais en fait il y a surement encore plus de morts du COVID qu’annoncé… « .

              Pour la grippe il n’y a jamais eu de compétition à « qui a eu le plus de décès dus à la grippe ». Alors que pour le COVID on a mis dans les chiffres tout et son contraire, pour des intérêts financiers et politiques multiples d’un nombre copieux de professions « réglementées » autres industries juteuses (ça va des « soignants » aux « épidémiologistes » en passant par les pompes funèbres -ventes forcée de linceuls et cercueils « spéciaux »- les EHPAD et bien sûr les média).

              Comme pour les féministes et les racialistes, je les croirai le jour où ils n’auront pas gros à gagner à raconter ce qu’ils racontent. D’ici là les doutes restent permis sur la terrible gravité de cette maladie dont l’âge médian des victimes est de 85 ans soit 6 de plus que l’âge médian au moment du décès -toutes causes confondues- en 2017 (dernière année dont j’ai trouvé les chiffres)

  • Devinez ce que les Chinois feront du papier de l’AFP ? C’est bien simple. Ils s’en féliciteront avant de s’en servir comme substitut au papier toilette. Plus le GIEC accable l’Occident avec un prétendu RCA, plus ils gagnent en compétitivité en ne tenant aucun compte de ses injonctions – et ils ont bien raison.

  • « La vie sur Terre peut se remettre d’un changement climatique majeur […] L’humanité ne le peut pas. »

    Je n’ai pas lu l’article jusqu’au bout : on connait la musique. Je retiens cette petite phrase qui nous suggère que l’humanité ne fait pas partie de la vie sur terre.

    Effectivement, dans le sens de ce qui distingue l’humanité des espèces qui ne se posent pas de questions sur leur destinée, l’humanité pourrait bien disparaître si on trouve un nombre suffisant de crétins prêts à suivre les joueurs de flûtiaux vers et au delà de la falaise.

    Ce qui me fait quelque-part marrer, c’est que notre espèce a émergé en Afrique et notre civilisation s’est développé en Mésopotamie, régions bien connues pour la fraîcheur et l’humidité de leurs climats – et s’est adaptée à tous les climats à part peut-être l’Antarctique.

  • L’agence des foutaises politiciennes.

  • La dangereuse réalité est la peur des membres du Giec pour leurs rentes. Adieu hôtels, petits fours et prostituees aux frais des contribuables.

  • j’ai vu sur un autre site une personne affirmant le plus sérieusement du monde qu’en matière climatique toutes les prévisions apocalyptiques s’étaient effectivement réalisées. À ce niveau d’aveuglement il n’y a aucune discussion possible…

    • Et les mêmes vous répondront en 2050 que si l’apocalypse n’a pas eu lieu, c’est parce qu’on a pris des mesures. C’est comme cela qu’on m’a expliqué pourquoi les forêts n’avaient pas disparu, victimes des pluies acides ainsi que la disparition du trou dans la couche d’ozone, deux grandes peurs des années ’90.

      On dit aujourd’hui que les mesures quelles qu’elles soient seront insuffisantes ? Vous pensez bien qu’on aura oublié en 2050, et de toute façon l’écolo de 2050 vous soutiendra que l’apocalypse était l’hypothèse pessimiste et que finalement, les mesures ont suffi.

      Regardez le temps qu’il a fallu pour condamner les horreurs des régimes communistes, que certains continuent d’ailleurs à encenser et vous comprendrez la mauvaise foi, l’aveuglement coupable ou pire, les penchants criminels d’une bonne partie de nos contemporains.

    • Quel site svp, c’est intéressant de savoir qui propage ce genre l’affirmation

  • Un secret relatif sur la réalisation des rapports me semble assez normal pour permettre un minimum de sérénité – voir par exemple les « débats » générés par cette « fuite », qui ne me semblent pas de nature à aider à poser les choses calmement…

  • Celui qui contrôle la peur des gens, il devient le maître de leurs âmes.
    Machiavel.

  • L’AFP serait devenu la correctrice des prévisions de Nostradamus? 50 ans d’erreur pour des prévisions qui remontent à 5 siècles…
    Ne nous plaignons pas nous avons déjà gagné 21 ans depuis le passage à l’an 2000 où tout devait déjà s’effondrer.

  • le GIEC encore une fumisterie payée grassement avec nos impôts.
    de plus, les fluctuations de températures sur le globe ont toujours existées et existerons toujours

  • Personnellement je profite de la grande libération de la parole et de l’écrit pour proclamer la nécessité venue de commencer à sacrifier quelques vierges pour tenter d’apaiser la juste colère de notre brave Greta…

  • Dommage qu’on ne puisse pas parier contre les imbécilités prophétisées par le GIEC…

  • Avec le pass vert qui finalement vous interdira de voyager (péages, trains, avions, pleins de carburant, transport en commun etc)

  • Un ami très sensible aux discours alarmistes du GIEC, notamment sur l’inéluctable montée des eaux, a justement, une maison « les pieds dans l’eau » sur les bords de la mer.
    Devant ses inquiétudes et face à mon incrédulité, il devient agressif. Je lui propose donc une solution: je lui rachète sa maison au dixième de sa valeur, puisque, de toute manière, elle sera submergée rapidement, c’est donc une affaire pour lui.
    Et là, miracle, le ton change, la mer ne monte plus si vite…

    • De toute manière, à moins de construire en granit, le bord de mer ça use rapidement.

      Il pourra reconstruire sur pilotis …

  • Il y a d’autres sources que » l’AFP  »
    Voir livres Claire Severac …… Guerre secrète…..

  • Prevoir la fin du monde pour 2050 révèle au grand public la manière dont il est informé; L’afp n’est que l’organe de propagande de l’état qui se sert des medias pour nous voler toutes nos libertés, pour reduire toujours plus nos capacités de jugement,; Le fait que cette a

  • Quand on lit les statuts du Giec, on a tout compris :
    [ Le GIEC a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les risques liés au réchauffement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation1. Il n’a pas pour mandat d’entreprendre des travaux de recherche ni de suivre l’évolution des variables climatologiques ou d’autres paramètres pertinents. ]
    Autrement dit, le Groupe I du GIEC ( scientifique ), ne fait pas de recherches, Il a pour mission de démontrer que le réchauffement est d’origine humaine, et que ses conséquences seront calamiteuses. Les incertitudes et les observations non conformes à la théorie doivent être proprement ignorées.
    Et si par hasard des doutes ressortaient du rapport, ceux-ci seraient de toute façon bannis et non publiés dans le « résumé pour les décideurs » établi par le Groupe III ( panel de politiciens chapeautés par un seul scientifique du Groupe I )
    Les rapports du GIEC ne peuvent qu’être plus catastrophiques au fur et à mesures de leurs publication !
    C’est la raison d’être de cette organisme essentiellement politique !
    Climatiquement vôtre. JEAN

    • C’est ce que je soulignais dans mon essai « Légitimes Défenses ». Pour le GIEC « il était donc posé, axiomatiquement, qu’il existait un réchauffement climatique (supposé anormal) ; et que ce réchauffement était d’origine humaine. Voilà une façon bien peu scientifique d’avancer scientifiquement, en postulant d’entrée la solution du problème posé. »
      « Supposons que Monsieur Darwin ait été envoyé sur le Beagle avec mission « de mieux comprendre l’immutabilité des espèces ainsi qu’on la déduit de la création biblique », on le voit mal revenir avec sous le bras une théorie de l’Évolution. »
      « Scientifique aurait été la démarche consistant à étudier s’il existait en fait un actuel réchauffement climatique, si celui-ci pouvait être considéré comme anormal au vu des époques antérieures, et enfin si cet éventuel réchauffement climatique anormal pouvait être dû à l’activité humaine. »
      « Le GIEC s’est bien gardé de procéder ainsi. Sa mission est d’étudier un « réchauffement climatique anthropique ». Si pas de réchauffement, pas de mission. Pas d’anthropisme, pas de mission. Pas de mission, pas de chargés de mission, pas de rétributions. Pas de réunions et de petits fours à Genève, Rome, Mexico, San Jose, New Delhi, Bangkok, Bali, Abu Dhabi, Kampala… »
      « Je me garde d’accuser les experts du GIEC de malhonnêteté et de gourmandise. Ils font ce qu’on leur demande, le mieux possible sans doute. Les chevaux de cirque font ce qu’on leur demande, le mieux possible. Sinon, pas d’avoine. « 

      • « il était donc posé, axiomatiquement, qu’il existait un réchauffement climatique (supposé anormal) »

        Quand vous mandatez quelqu’un pour résoudre un faux problème, il a tout a perdre et rien à gagne à dire qu’il n’y a pas de problème ou qu’il ne sait pas.

        Si vous faites appel à un artisan pour un faux problème domestique, il peut espérer gagner un client fidèle par son honnêteté.

        Les « experts » en fin de carrière n’ont aucune chance de faire fructifier leur honnêteté.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Wodka-Gallien[1. Philippe Wodka-Gallien. Institut français d’analyse stratégique. Ancient auditeur de l’IHEDN -47e Session nationale Armement - Économie de défense-. Prix Vauban 2015 pour son livre Essai nucléaire, la force de frappe française au XXIe siècle édité chez Lavauzelle. Auteur du récent ouvrage, La dissuasion nucléaire française en action, dictionnaire d’un récit national aux éditions Deccopman].

Le Monde : « La confrontation nucléaire, un scénario évoqué avec de plus en plus d’insistance en Russie ». Le Figaro ... Poursuivre la lecture

l'histoire
0
Sauvegarder cet article

Harold Innis est sans doute le principal théoricien canadien de la communication même si son nom est moins connu de nos jours que celui de son compatriote Marshall McLuhan. La profondeur de ses analyses fait que sa réflexion sur les médias a traversé le temps pour garder toute son actualité.

Pouvoir et connaissance au cœur de la communication

Si McLuhan et Innis assument tous deux la centralité de la technologie de communication, ils en déduisent des implications différentes.

Alors que McLuhan considère que les technologies de l... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

Côté face, Elon Musk est un entrepreneur à succès avec SpaceX, Tesla, Neuralink et X.com (futur PayPal). Côté pile, Elon Musk est un trublion médiatique trop heureux de jouer avec les réseaux sociaux et les crédules. Irritant, séduisant, provocant, exaltant, il est peu dire que l’individu déclenche les appréciations les plus tranchées dans les discussions, les rédactions et les commissions d’enquête.

Devenu troisième fortune mondiale (115,4 milliards de dollars estimés) en 2021, l’entrepreneur américain d’ori... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles