Des médias américains aveuglés par leur biais pro-Biden

Bien que noble, le vœu de neutralité des médias est une chimère.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Joe Biden by Gage Skidmore on Flickr (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des médias américains aveuglés par leur biais pro-Biden

Publié le 16 juin 2021
- A +

Par Pierre-Guy Veer.

J’ai moi-même été journaliste pour un petit hebdo, et le fait de couvrir ou non – et sous quel angle – une histoire montre un biais évident.

Cela dit, il y a moyen de le faire subtilement. À ce sujet, la quasi-totalité des médias de masse traditionnels aux États-Unis échouent lamentablement au test. Tellement que les propos récurrents de Trump les accusant de propager des « fausses nouvelles » semblent une simple vérité de La Palisse.

Il suffit de s’intéresser à la couverture de la pandémie par les medias depuis ses débuts. Une récente étude affirme que 91 % des nouvelles présentées étaient négatives versus 54 % ailleurs dans le monde. Je m’en suis vite aperçu pour la chaîne NBC : à l’automne, il était constamment question des nouveaux cas, mais plus des cas d’hospitalisations.

Toujours sur cette chaine, le biais patent anti-Trump n’était même pas subtil. Dans le même bulletin, on trouvait une nouvelle sur une manifestation monstre antiracisme à Washington sans la moindre mention du virus. La nouvelle suivante dénonçait un rassemblement avec Trump à la Maison Blanche – en plein air –, et on faisait les gorges chaudes sur un possible foyer d’éclosion du virus.

Et que dire maintenant de la théorie « illuminée » du virus qui se serait échappé d’un laboratoire qui ne subit plus l’épreuve des « faits », ou que certains médicaments pourraient soulager des malades ?

Médias et sexisme à géométrie variable

La couverture médiatique du virus aux États-Unis ne devrait surprendre personne qui suit l’actualité du pays. En effet, quiconque ne possédant pas une carte « d’immunité » démocrate peut être à tout moment sujet de railleries et de commentaires déplacés qui ne seraient pas tolérés envers les leurs.

Durant l’élection de 2016 et les primaires de 2020, le qualificatif de « sexisme » était sur toutes les lèvres pour expliquer le rejet d’Hillary Clinton et Elizabeth Warren. Idem pour Kamala Harris : toute critique – et il y en avait une litanie légitime– envers la vice-présidente relevait du sexisme (et du racisme).

Pourtant, lors de l’élection de 2008, la quasi-totalité des médias se sont ligués pour critiquer Sarah Palin, la colistière de John McCain pour les républicains. On se demandait si la mère d’un enfant trisomique et d’une adolescente mère à 17 ans pourrait assumer ses tâches. Joe Biden a même blagué sur son apparence physique. Et plus généralement, des commentaires étaient diffusés qui, s’ils avaient été adressés à une démocrate, auraient prouvé la misogynie innée des républicains. On a même interviewé son sosie porno.

Et que dire du traitement des secrétaires de Trump à la Maison Blanche…

Racisme unidirectionnel

Lesdites railleries sont encore plus vicieuses quand elles concernent la couleur de peau. Lors du règne de Saint-Obama, toute critique à son égard était promptement dénoncée comme étant raciste.

Il suffit de regarder la couverture des Tea Party à leurs débuts. Bien que les arrestations et les actes de vandalisme se comptaient sur les doigts de la main, leurs adhérents ont vite été qualifiés de racistes et ont été affublés de toutes les étiquettes à la mode pour éviter tout débat, et ce même si des sondages en 2010 tendaient à démontrer qu’ils étaient plus éduqués que la moyenne et que leurs doléances étaient presque exclusivement économiques. Plusieurs républicains de longue date ont d’ailleurs perdu leur siège lors des primaires en 2010 et 2012.

Par contre, quand vient le temps de critiquer un non-Blanc n’ayant pas son immunité démocrate, les insultes racistes volent à gauche et à droite. Et cela ne date pas d’hier. Quelques années après la confirmation de Clarence Thomas à la Cour suprême, une journaliste a souhaité qu’il meure par crise cardiaque. Durant l’élection de 2020, une autre journaliste l’a surnommé « Uncle Clarence », en référence à Uncle Tom, une insulte raciste pour qualifier un Noir soumis ou trop assimilé aux Blancs.

Cette insulte est privilégiée pour dénoncer un Noir avec la mauvaise opinion. Cette année même, Tim Scott, le sénateur noir républicain qui a donné la réplique au discours de l’état de l’Union de Joe Biden, a été traité d’Uncle Tim par les alliés idéologiques des démocrates. Twitter a attendu près de 12 heures avant d’intervenir. Vous pouvez être certains que ce tweet n’aurait pas résisté cinq minutes s’il avait été adressé à une personne ayant l’immunité démocrate.

Bref, ne soyez pas surpris que le mot-clic #fakenews soit si populaire aux États-Unis. Il est certainement exagéré mais il révèle la grande méfiance de la population envers ce supposé quatrième pouvoir de la démocratie qui s’acoquine trop souvent avec le gouvernement à condition d’avoir la bonne couleur.

En effet, « républicain = diable en personne » et « démocrates = anges » résume la pensée médiatique chez l’Oncle Sam. Il suffit de comparer comment les prisons pour immigrants sont devenus des bâtiments pour accueillir un surplus d’immigrants. En fait, une étude montre même que 2021 a été l’année la plus complaisante envers un Président depuis les années 1990.

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • White Power = KKK
    Black Power = Prix Nobel de la paix

    Préfère l’œuvre satirique Ungerer / Nast.

    • il n’y pas plus grande capacité d’aveuglement que celle des gens éduqués par leur capacité à « expliquer  » la contradiction évidente. qui souvent exige une redéfinition des termes….

      il faut de gros livres pour démontrer les injustices collectives..

      où est l’injustice.? ..
      elle est démontrée par machin dans son livre de 1000 pages..
      pouvez vous me l’expliquer ?
      non..lisez le livre…
      il s’avère que je l’ai lu et je n’ai pas compris…
      .vous êtes un idiot.
      sans doute alors je reformule..
      machin écrit ceci qui est clairement inexact,
      ce n’est pas ce qui importe…
      c’est malheureux compte tenu que vous affirmez que c’est une démonstration…en somme logique..

      peuple, regardez ce valet de vos oppresseurs.. qui finasse pour vous duper. vous , vous savez que vous êtes les victimes!!
      le peuple ou lynchons celui là ..écoutons l’autre pédant.

  • c’est assez normal car il ya à la base une pensée viciée..
    un culte de la démocratie et une ignorance que nos sociétés sont fondées avant tout sur des principes libéraux sans lesquels les démocraties sont des tyrannies.

    pour les gentils la tyrannie la tyrannie démocratique est le moyen « légal » pour réduire les libertés des méchants méchants..encore faut il être au pouvoir.

    il faut donc pouvoir affirmer que certains sont illégitimes à voter et à gouverner en tentant de « montrer » que certaines libertés sont à limiter…

    interdire le discours de haine… criminaliser le racisme.. en le rendant synonyme d’oppression ( un opprimé peut hair autant que son oppresseur) .associer richesse et spoliation.et bien sûr « l’environnement » et le « climat » comme interet général… »approuvé par la science »..

    tout est bon..

    ce sont les gentils et les intelligents, ils ont même des diplômes qui le prouvent..

    ils ont des diplômes et des titres qui prouvent qu’ils disent la vérité…
    je vais digresser pout tenter d’expliquer le mécanisme..
    on imagine pas la perversion qui résulte de l’educutation et la recherche financée par l’impot…le biais est là … évident..pourtant l’argument d’autorité n’a jamais été aussi présent dans les débats sur des questions scientifiques .

    le monde bascule …

    de nombreux chercheurs regardent avec envie la dictature chinoise en estimant que les progrès matériels et scientifiques chinois sont un progrès indiscutable..et que le régime chinois en mettant le paquet dans certains domaines fait « mieux » que des pays plus libres avec des citoyens réticents à payer…

    ce sont ceux qui admirent les exploits fait avec de l’argent public tels la conquête spatiale, le concorde, et même l’interconnection du réseau électrique..en minimisant le fait que c’est bel et bien « on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs »…ce n’est pas le rôle de l’état. et on ne doit pas obliger les gens au bonheur…

    d’ailleurs le régime chinois sera moins sexy pour eux quand il sera ivre de puissance et de controle de sa population..

  • Est-ce différent en France ? Non, nous sommes confrontés à des organes de propagandes et non à des médias. C’est même grotesque.

    • les états unis ont une constitution plus libérale et la population semblait avoir un attachement plus grand pour la liberté..

      en france….si on devait refaire une constitution « populaire » maintenant…
      égalitarisme et environnement…

      • en France vous êtes libre sauf si ça va contre l’intérêt général qui est supposé connu par les représentant de la majorité élective, ce qui reste de liberté …

    • Les maléfices issus de la société américaine se retrouvent 5 ans après en France. Tout ceci provient d’un total dévoiement des idées de la gauche qui ont engendré des groupuscules totalitaires en particulier grâce à des médias et journalistes américains hors-sol. Les indigénistes, néocoloniaux, racialistes, ultra-féministes, LGBT, wokes, adeptes de la cancel culture et autres vont détruire les démocraties occidentales ou ce qui en reste. Je ne suis pas sûr qu’un sursaut d’intelligence puisse remettre la gauche dans une direction conforme aux fondamentaux de la démocratie.

      • Les idées de la gauche n’ont pas été dévoyées, ce sont les mêmes depuis 1917, elles ont juste trouvé un aboutissement en trouvant d’autres victimes « de classe » que les ouvriers des grandes usines et en devenant dominante dans les médias.
        .
        Les anciennes générations composées de conservateurs farouchement anti-communisme (cf: Maccarthysme) ont laissé la place à celles de 68 et les médias qui étaient des contre-pouvoir ont opéré un très net virage à gauche au point de promouvoir eux-même les dérives liberticides au nom de la « justice sociale » et autres fadaises.
        .
        La gauche a simplement pris le pouvoir et applique son programme « d’égalitarisme » qui n’a qu’une seule méthode et une seule issue.

  • Il est évident que les médias mainstream sont les chiens de garde du système. Ils le protègent en jetant l’anathème sur tous ceux qui déplaisent. Et il les protège en l’arrosant de subventions et de plans de carrière dorés pour les « journalistes » les plus méritants.

    • Le principal problème est évidemment le système de subvention de la presse. Elle ne peut être libre. Elle est donc servile.

      • Et une presse libre, c’est ça :

        « Une presse libre n’est pas une presse qui a toujours raison et qui est toujours honnête, pas plus qu’un homme libre n’est un homme qui a toujours raison et qui est toujours honnête. S’il avait fallu, pour autoriser la littérature, attendre d’avoir appris d’abord à en bannir la mauvaise, nous serions encore occupés à corriger le premier jeu d’épreuves de l’histoire de l’imprimerie. Ne pas comprendre que la liberté est une valeur par elle-même, dont l’exercice comporte nécessairement un bon et un mauvais pôle, c’est démontrer que l’on est décidément réfractaire à la culture démocratique. (Jean-François Revel, La Tentation totalitaire)

  • A ce niveau ce n’est plus un simple biais, ni même de l’aveuglement, mais bel et bien un totalitarisme médiatique, qui s’impose en une sorte de ministère de la vérité, par lequel le vrai devient faux, et le faux présenté comme vérité.
    Comment peut-on ne pas dire à quel point Biden est sénile, incapable d’assurer la fonction présidentielle ? Que K.Harris est une timbrée incompétente, incapable d’assumer les responsabilités de son poste ? Je vous donne la réponse : en mentant.

  • Tiens, voilà un mal biaisé. J’imagine que vous êtes aussi un fan de Kamala Harris.

  • En général quand on demande exactement quelle « connerie » a dit Trump, une comparaison du discours ou du tweet et de ce qu’avance son détracteur tourne rapidement en eau de boudin tellement les médias déforment la réalité.
    .
    Par contre le fait que Biden soit sénile est indéniable, il existe des centaines de discours ou on le voit complètement à côté de la plaque. Les gauchistes ont confié les codes nucléaires et un immense pouvoir à un vieux atteint de dégénérescence sénile.

    • oui Biden est vieux, on est d’accord.

      Trump est un crétin fini, misogyne et raciste. Son bilan est plus que pitoyable et pourtant il est presque en odeur de sainteté ici. Ca fait assez pitié, on a l’impression d’être sur un site de Maga supporteurs

  • Tout-à-fait d’accord avec vous. L’attitude des media aux Etats-Unis, voire même en France, est caricaturale.

  • Ils ne sont pas pro-Biden, ils sont Biden.

  • Vous confirmez le deux poids deux mesures expliqué dans l’article bien joué ! 😀
    Vous confirmez que lorsque quelqu’un s’exprime mal ou est « différent » des autres, on a le droit de le rabaisser et de l’insulter… Par contre, si ça concerne un BLM ou un noir tué par un policier, c’est condamnable… Bravo !

  • Je n’étais pas au courant de ces déclarations ! Merci pour ce bonheur partagé ! 😀

  • c’est sûr que le pro-trumpisme est un signe d’intelligence, MDR

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Olivier Maurice.

C’est bientôt Noël. Mais cette année, après plusieurs décennies, voire quelques siècles mêmes de longue tradition, les États providences occidentaux ont décidé de changer de costume. Plutôt que d’enfiler le long manteau rouge et blanc, d’arborer la barbe blanche et l’embonpoint généreux, les distributeurs de cadeaux payés avec l’argent des autres ont cette année décidé de se transformer en Père Fouettard.

Sacré coronavirus !

Et sacrés citoyens ! Jamais capables de respecter les consignes qu’on leur do... Poursuivre la lecture

Avant l’arrivée des vaccins, les gouvernements avaient pour ainsi dire fermé leurs frontières à double tour pour « protéger » le peuple. Mais maintenant que les pays relativement libéraux ont finalement abandonné la plupart de leurs restrictions internes, on pourrait croire qu’il serait plus facile de voyager et/ou d’émigrer. Oh mon tendre fils de l’été…

La levée des restrictions n’est qu’apparente. Au Japon par exemple, les touristes peuvent effectivement venir s’ils acceptent une surveillance digne de Big Brother. Si leur pays n’est ... Poursuivre la lecture

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute

 

Les intellectuels anticapitalistes ont imprégné le discours dominant de l'idée que la discrimination raciale est inscrite dans l'ADN du capitalisme. Habituellement, les preuves de disparités raciales dans les milieux professionnels sont citées pour étayer le récit selon lequel le capitalisme pénalise les groupes minoritaires. Bien qu'il soit devenu courant d'affirmer que les disparités constituent du racisme, la question est plus complexe.

La discrimination raciale... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles