Primaires démocrates : Warren et Buttigieg, deux défaites

La consolidation des primaires démocrates aura permis de constater deux types d’attitudes devant la défaite : celle de Warren et celle de Buttigieg.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Elizabeth Warren by Gage Skidmore(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Primaires démocrates : Warren et Buttigieg, deux défaites

Publié le 9 mars 2020
- A +

Par Pierre-Guy Veer.

Lors du Super Tuesday des primaires (le premier de mars), la course présidentielle se précise et les principaux partis sont presque prêts à connaitre leur candidat. Alors que la course républicaine s’apprête à couronner Donald Trump, la course démocrate se joue maintenant entre deux candidats, tous les autres ayant suspendu leur campagne : Joe Biden et Bernie Sanders.

Comme leurs victoires du 3 mars furent assez décisives, deux candidats en particulier n’ont virtuellement aucune chance de gagner : Peter Buttigieg et Elizabeth Warren. Ces deux candidats représentent deux extrêmes du parti, et pas seulement à cause de leur différence d’âge, respectivement 38 ans et presque 71 ans.

Une modération relative

Malgré son jeune âge, Buttigieg a eu une vie déjà bien remplie : militance politique, consultation dans le secteur privé, enrôlement dans l’armée et maire pour deux mandats (avec des majorités écrasantes) de la ville de South Bend, en Indiana.

De tous les candidats ayant formulé des politiques fiscales, celles de l’ancien maire étaient relativement « raisonnables » – et le terme est très euphémique ici. Selon la Tax Foundation, ses politiques fiscales auraient « seulement » causé la perte de quelque 0,9 million d’emplois – comparativement à 2,25 millions pour Sanders et 1,5 million pour Warren.

Toutefois, le fait le plus remarquable de sa campagne est à quel point son orientation sexuelle – il est ouvertement homosexuel et marié – est presque passée sous le radar. Selon le chroniqueur conservateur Brad Polumbo, lui-même gay, cet exploit doit être mentionné. En effet, il n’y a pas encore 20 ans, l’homosexualité était un crime dans treize États, et le mariage entre personnes de même sexe était explicitement non reconnu par le gouvernement fédéral jusqu’à une décision très divisée de la Cour suprême en 2013.

Même Donald Trump, qui traite Warren de Pocahontas et rit de la petite taille de Michael Bloomberg (candidat éphémère qui a dépensé, sans succès, une fortune en pub), n’a montré aucun sentiment négatif face à l’orientation du jeune candidat et se disait même prêt à voter pour un candidat comme lui.

En fait, les attaques les plus virulentes contre Buttigieg sont venues de la gauche, historiquement défenderesse des gays. Polumbo a déniché quelques perles extrêmement dérogatoires de périodiques, l’accusant d’être un Uncle Tom gay, ou de paraitre « trop » hétérosexuel lorsque le Times l’a pris en photo avec son mari pour la Une de leur magazine.

Artisan de son propre sort

Alors que l’ancien maire est resté humble et n’a pas joué la carte de l’homophobie, c’est tout le contraire qui s’est passé dans le camp Warren, la sénatrice du Massachusetts. Bien qu’elle ne blâme pas explicitement sa défaite sur la misogynie et le sexisme, ses meneuses de claques dans les médias et dans son parti ne se gênent pas du tout – oubliant déjà qui a gagné leur nomination en 2016 et le vote populaire lors de la dernière présidentielle…

On blâme la Terre entière sauf la sénatrice elle-même, qui a couru à sa propre perte. Contrairement à Sanders, dont les politiques certes extrêmes se limitent à des questions économiques, Warren avait presque littéralement un « projet pour tout » – et donc impliquait le gouvernement dans la vie des gens comme jamais.

De plus, elle est la candidate qui a le plus tenté de séduire les Social Justice Warriors, ces défendeurs de la veuve et l’orphelin qui ne sont vraiment que, pour citer une expression québécoise connue, des boss des bécosses. Entre autres,

  • elle a promis que son futur secrétaire à l’Éducation devrait recevoir l’aval d’un élève transgenre qu’elle a rencontré en campagne
  • elle a juré que son cabinet aurait 50 % de femmes et de personnes non binaires
  • elle utilise le terme latinx, inventé pour éviter de se référer au sexe alors que 98 % desdits Latinos n’utilisent même pas ce néologisme dénué de sens

Ces promesses peuvent sans doute séduire un électorat urbain élitiste, mais monsieur et madame Tout-le-Monde et les baby-boomers – dont le poids électoral est encore significatif – ne sont pas du tout concernés par ce jargon incompréhensible.

Non, s’il y a une personne à blâmer pour la défaite d’Elizabeth Warren, c’est… Elizabeth Warren. Il peut paraitre cliché d’accuser une politicienne d’être menteuse ; mais dans le cas de Warren, c’est pathologique : elle avait promis de ne pas se lancer dans une présidentielle en 2018 lors de sa réélection au sénat, elle a sciemment menti sur ses origines autochtones (d’où le surnom dérogatoire de Trump), sur l’éducation privée de ses enfants, sur son congédiement alors qu’elle était enceinte, sur l’emploi de son père, sur son rejet des comités de financement politiques (PAC) etc.

De plus, sa trop grande ressemblance avec Bernie Sanders du point de vue économique – elle soutient le ruineux Medicare-for-all – aura vite fait de lui aliéner même les électeurs de son État qu’elle n’a même pas remporté.

Bref, la consolidation des primaires démocrates aura permis de constater deux types d’attitudes devant la défaite.

Celle de Peter Buttigieg, humilité et constat que les électeurs ne voulaient pas de lui sans jouer la carte de la victime malgré la présence d’une caractéristique arbitraire qui aurait pu avoir une influence négative.

Et celle d’Elizabeth Warren, narcissisme et croyance que tout lui est dû. Elle et ses partisans ont joué la carte du sexisme – malgré la présence de nombreuses femmes comme Kamala Harris et Amy Klobuchar – plutôt que de prendre du recul pour constater que le problème n’est pas les électeurs mais la candidate.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Warren est agee et sait que c ets fini pour elle: elle ne sera jamais presidente. Buttigieg a une trentaine d annee et peut tres bien retenter sa chance dans 4 ans. Surtout si Trump est reelu (il n y aura pas de sortant democrate. et meme dans ce cas, Biden et Sanders sont si vieux qu ils ne verront peut etre qu un mandat)

  • « Toutefois, le fait le plus remarquable de sa campagne est à quel point son orientation sexuelle – il est ouvertement homosexuel et marié – est presque passée sous le radar. »

    Pas d’accord. L’article d’ailleurs n’explique pas pourquoi Buttigieg (avec Klobuchar) se sont sortis de la foule des candidats. Buttigieg en particulier n’est maire que d’une très petite ville. Et ses discours semble toujours n’avoir été que très consensuels (hormis les attaques ad personam sur le candidat républicain, obviously). A comparer avec p.ex Cory Booker, maire d’une plus grande ville, très bien élu et avec des propositions bien plus fortes.
    Qui furent ses sponsors ? Que signifie son départ juste avant la grosse journée, pour favoriser Biden ?
    L’homosexualité de Buttigieg peut être son « pass » de minorité.

    Pour son avenir présidentiel, rien n’est moins sûr (hormis comme vice président surprise): Son âge ne sera plus un avantage relatif étant donné que les « vieux » sont partant ; d’autres « minorités » vont venir ; son expérience politique est réduite … Son attitude tient plus de la manœuvre tactique que de sa personnalité propre.

  • Warren est aussi bête et pathologique que Ségolène, mais avec la méchanceté en plus. Par contre 2,25 millions d’emplois perdus pour Sanders c’est un minimum, s’il mettait en œuvre son « Green New Deal » les dégâts seraient gigantesques.
    La seule chance des démocrates, ce serait un coup de théâtre, une « révélation » foireuse de plus juste avant l’élection pour assassiner politiquement Trump.

  • « Alors que l’ancien maire est resté humble et n’a pas joué la carte de l’homophobie. »
    Pas vraiment son beau-frère (le frère de son mari) a contesté la version de Buttigieg concernant les difficultés qu’aurait eu son mari dans sa jeunesse auprès de sa famille concernant l’homosexualité.

  • Il y a maintenant près de 2 semaines, ITW de Steve Bannon dans les Matins de France Culture et il faut le dire,son analyse de la situation politique des US et de l’impasse démocrate était très intéressante. Il n’a par contre pas vu venir le retour dans la course de Biden et qui est ennuyeux pour Trump.

    •  » le retour dans la course de Biden et qui est ennuyeux pour Trump. »
      Sauf qu’avec les casseroles du fiston,je me demande si DT n’attend pas son heure pour démolir le papa et que c’est loin d’être ennuyeux pour lui

    • @nevez
      Bonjour,
      Joe Biden… dont les américains disent qu’il ne sait pas où il est la plupart du temps. Celui-ci s’est rapproché de Beto O’Rourke parce qu’ils ont le même but conernant le Second Amendment.
      O’Rourke :  » Hell Yes ! we are going to take all your AR15 and AK47 ! »
      Biden : « We’re coming for you. »
      « Those who say ‘the tree of liberty is watered with the blood of patriots’ — a great line, well, guess what : The fact is, if you’re going to take on the government you need an F-15 with Hellfire Missiles. There is no way an AK-47 is going to take care of you. »

    • « Il n’a par contre pas vu venir le retour dans la course de Biden »

      Donc, il n’a pas vu non plus l’échec total de Bloomberg malgré 600 millions de dollars déboursés ? Donc, il n’a pas non plus prévu les manoeuvres du DNC contre Sanders ?

      Biden à défaut de Bloomberg, c’est l’appareil du parti démocrate qui marche à fond. Bannon doit encore croire au libre arbitre des militants encartés.

      PS: Bloomberg n’en était pas à sa première tentative, puisqu’il avait quasiment payé l’élection de plusieurs représentant démocrates. Mais échec pour lui…

  • Petite remarque: c’est un petit peu du réchauffé de chez Reason. Pas que cela me dérange outre mesure, mais on peut remettre a la sauce européenne non?
    Les similitudes entre les démocrates US et le Labour UK sont absolument flagrantes: une minorité bornée, sourde, aveugle, se déchire pour flatter une minorité bornée, sourde, aveugle (cf Trevor Philipps) . Et laisse l’électorat de bon sens complement délaissé. On s’en sort bien avec un Trump ou un Bojo. C’est un déséquilibre périlleux par nature.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aux États-Unis comme ailleurs, la novlangue corrompt de plus en plus le langage. Sous l’impulsion de la mouvance woke, on s’efforce de complètement redéfinir des mots afin d’excuser leurs pires exactions.

On croyait le secteur de l’économie protégé de ces inepties. C’est grandement sous-estimer la stupidité des politiciens…

En effet, selon les définitions classiques, les États-Unis sont entrés en récession après un second trimestre de croissance négative du PIB. Ce fut le cas depuis des décennies, y compris sous la présidence de... Poursuivre la lecture

Biden Riyad inflation Etats-Unis récession
0
Sauvegarder cet article

Par Lina Kennouche.

La visite du président américain à Djeddah dans le cadre du sommet CCG+ 3 (Conseil de Coopération du Golfe + Égypte, Jordanie et Irak) à la mi-juillet s’est achevée sans résultats tangibles.

Si, sur la forme, le fait même que Joe Biden se soit rendu dans le royaume a témoigné d’un certain réchauffement de la relation américano-saoudienne, sur le fond, les États-Unis ont échoué à obtenir un engagement ferme sur les principaux objectifs de ce déplacement.

Un épisode qui illustre le déclin de plus en plus... Poursuivre la lecture

démocrates Joe Biden quoi qu'il en coûte
0
Sauvegarder cet article

Par Bonnie Kristian. Un article de Reason

Après que le sénateur Joe Manchin (élu démocrate en Virgine-Occidentale) a rejeté la législation sur le climat de son propre parti, le président Joe Biden a déclaré :

"L'action sur le changement climatique et les énergies propres reste plus urgente que jamais. Je vais donc être clair : si le Sénat ne bouge pas pour s'attaquer à la crise climatique et renforcer notre industrie nationale des énergies propres, je prendrai des mesures exécutives fortes pour y répondre."

Lundi soir, ci... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles