Français, protégez votre épargne !

En mars 2021, la BCE annonce une inflation pour la France de 1,4 % sur un an. Français, il va falloir penser à protéger votre épargne.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
tirelire-cassee-2

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Français, protégez votre épargne !

Publié le 21 mai 2021
- A +

Par Etienne Chaumeton.
Un article de l’Iref-Europe

Record des prélèvements obligatoires, record des dépenses publiques, inflation en hausse… l’État doit trouver de l’argent et c’est l’épargne des Français qui est menacée.

Le ministre de l’Action et des comptes publics, Olivier Dussopt, a récemment confié au journal Le Figaro que la crise du Covid-19 allait coûter 424 milliards d’euros aux finances publiques sur trois ans, en 2020, 2021 et 2022. Ces sommes comprennent des baisses de recettes fiscales et les dépenses exceptionnelles liées à la crise.

Qui va payer ?

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a assuré à plusieurs reprises qu’il n’y aura pas de hausses d’impôts. En matière de fiscalité, les Français savent que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. Dans une enquête réalisée par l’Association des maires de France (AMF) et la Banque des Territoires auprès de 1869 communes et intercommunalités et publiée le 3 mai, 36% des communes répondent avoir décidé d’augmenter leurs taux de fiscalité en 2021, ou en avoir l’intention.

Philippe Laurent, coprésident de la commission finances et fiscalité de l’AMF et maire de Sceaux, estime « que l’augmentation du taux de la taxe foncière sera en moyenne sur l’ensemble des communes de 2 à 3 % ». Les propriétaires de foncier bâti vont donc voir la rentabilité de leur patrimoine baisser. La hausse de la taxe foncière n’est qu’un prélude à d’autres inévitables augmentations d’impôts.

Quoi qu’il en soit, tous les Français vont continuer de payer un impôt caché, l’inflation, conséquence de la politique « non conventionnelle », c’est-à-dire de planche à billets, menée par la Banque centrale européenne (BCE). Alors que le PIB de la France a diminué de 8,2 % en 2020, la masse monétaire s’envole.

Le graphique ci-dessous de la BCE (où elle est mesurée par M1 et M3) montre qu’elle progresse à des taux annuels supérieurs à 10 %. Son rythme de croissance a plus que doublé depuis le début de la crise.

épargne

Cette expansion monétaire brutale va se traduire tôt ou tard par des hausses de prix, donc une spoliation du pouvoir d’achat causée par l’inflation, qui ne date pas de la crise sanitaire. Christine Lagarde avait déjà assuré en octobre 2019 que « on sera plus content d’avoir un emploi plutôt que d’avoir une épargne protégée ».

En mars 2021, la BCE annonce une inflation pour la France de 1,4 % sur un an. Les ménages n’ont donc pas intérêt à thésauriser des liquidités sur un compte courant.

Comment dans ce cas protéger son épargne à court terme ?

Il existe deux types de produits financiers, les « produits de taux » et les « produits de fonds propres ».

Les produits de taux 

Ils sont directement ou indirectement déterminés par l’État. Ainsi les taux des livrets A, LDD, PEL ou CEL (de 0,25 à 1 %), sont tous inférieurs à l’inflation. Ces placements ont donc des rendements réels négatifs ne permettant pas de conserver le pouvoir d’achat du capital.

En ce qui concerne les bons du trésor, les taux sont également très faibles, voire négatifs. La France, comme l’Allemagne ou le Japon, ont des taux à 10 ans négatifs. En d’autres termes, en achetant des bons du trésor, vous payez l’État pour qu’il vous rende un capital plus faible que celui que vous lui prêtez. Aux États-Unis les bons du trésor sont encore positifs (1,4 % pour le taux nominal à 10 ans), mais largement inférieurs à l’inflation.

Les produits de fonds propres

La peur de l’inflation et la rentabilité négative des produits de taux conduisent les épargnants à s’orienter vers les produits de fonds propres, notamment les actions.

Début 2021, la bourse de Paris connaît une croissance surprenante. Plus d’un an après le début du premier confinement, alors que le PIB s’est contracté de plusieurs centaines de milliards d’euros, que des pans entiers de l’économie sont à l’arrêt ou en hémorragie (bars, restaurants, centres commerciaux, tourisme, transports…), que le nombre de chômeurs s’accroît et que les déficits publics se multiplient, le CAC 40 bat des records. À plus de 6330 points, il a largement dépassé son niveau de janvier 2020 ou de l’été 2007. Il faut remonter à l’été 2000 pour retrouver un tel niveau. Aux États-Unis, le S&P 500 réalise les meilleurs scores de toute son histoire, à plus de 4160 points.

Par crainte de voir leur capital détruit par l’inflation ou par des taux réels négatifs, des épargnants ont pu trouver logique de se tourner vers les actions. C’est pourtant un pari risqué. Des entreprises atteignent des niveaux de valorisation décorrélés de leurs véritables performances. Le price-to-earnings ratio (PER) du S&P 500 américain, qui calcule le rapport entre le prix d’une action et le bénéfice par action de l’entreprise, est historiquement compris entre 10 et 20. Début 2021, le PER du S&P 500 est largement au-dessus de 35 et dépasse le niveau d’avant le krach de 1929. Étant donné les incertitudes sur les bénéfices à venir des entreprises, il est probable que les actions subiront une forte correction à court terme.

Que faire alors ?

Pour se prémunir des méfaits de l’inflation, des rendements négatifs et des perspectives orageuses à court terme pour la bourse, il peut être envisagé de se tourner vers les métaux précieux, qui ont le mérite, à long terme, d’être d’autant plus valorisés que les banques centrales créent de la masse monétaire.

La Chine accumule depuis des années des stocks d’or de plus en plus importants. Face aux difficultés économiques à venir, les Français pourraient s’en inspirer. Mais en la matière rien n’est jamais certain !

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • L’inflation reste une perte ridicule par rapport à celle induite par les prélèvements fiscaux en cas de réaffectation intelligente de l’épargne. La meilleure stratégie pour les Français serait d’obtenir du fisc un laisser-faire sans retenue envers tout arbitrage…

  • Dommage que cela se termine par un plaidoyer pour l’or qui est totalement improductif et donc au mieux simple objet de spéculation ! Quand aux PER stratosphériques, il ne faut pas oublier que même à 35, cela représente un rendement hors impôt (en dividende ou plus value) de 3%, ce qui doit au moins compenser l’inflation. Ce n’est pas le Pérou mais c’est mieux que d’attendre le grignotage par l’inflation. A t on vraiment le choix quand on n’est plus en mesure de créer et gérer sa propre entreprise ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lors de ses vœux, Bruno Le Maire a critiqué les industriels qui ont délocalisé sans justification. Ils manqueraient de patriotisme.

Monsieur le ministre de l’Économie, avec tout le respect que je vous dois, permettez-moi de vous rappeler ce que vous n’ignorez pas : si les entreprises industrielles délocalisent ce n’est pas, comme vous le dites, pour « gagner un centime par pièce » mais parce que depuis quarante ans, aucun gouvernement n’a mis en œuvre les réformes effectuées par nos voisins et que, concernant ce sujet, Nous attendons t... Poursuivre la lecture

Les dépenses publiques n’ont cessé d’augmenter depuis un siècle. Elles sont financées de deux façons : les prélèvements obligatoires (impôts et cotisations sociales) et les emprunts publics. Comment ont évolué ces trois masses financières colossales depuis le début du XXe siècle ? La réponse est bien connue : ça monte, ça monte. Mais comme les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel, il faudra bien mettre fin un jour à cette évolution suicidaire. 90 % du PIB de dépenses publiques, c’est le totalitarisme. Nous étions à 62 % en 2020. Jusqu’où no... Poursuivre la lecture

Un article de Finfrog 

Durant la crise sanitaire, les Français ont continué d'épargner, à des niveaux plus ou moins importants selon les périodes. Selon la Banque de France, ils auraient accumulé un surplus d'épargne de près de 187 milliards d'euros fin octobre 2021 soit une augmentation de 73 milliards d'euros en un an.

Plus de 44 milliards d'euros d'épargne au deuxième trimestre 2021

 

Les chiffres publiés par la Banque de France sur l'épargne des Français en 2021 montrent que la crise du covid a eu un impa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles