La Cour des comptes épingle l’État qui dépense trop

La Cour des comptes rendait mi-avril son rapport sur le budget 2020 de l’État. Sans surprise, il dépense trop.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Budget BY GotCredit (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Cour des comptes épingle l’État qui dépense trop

Publié le 2 mai 2021
- A +

Par Adélaïde Motte.
Un article de l’Iref-Europe

La Cour des comptes rendait mi-avril son rapport sur le budget 2020 de l’État. Sans surprise, la pandémie a aggravé le déficit et la dette publics. La Cour des comptes regrette également un suivi et un pilotage insuffisant des budgets. L’État dépense littéralement sans compter.

En 2020, l’État a dépensé 389,7 milliards d’euros pour son budget général, c’est-à-dire 15,5 % de plus qu’en 2019. Près de la moitié de cet argent provient d’un endettement public, et non de recettes publiques.

L’État dépense trop, mais pas seulement à cause de la crise

L’année 2020 a été une année particulière à cause de la pandémie. La Cour des comptes estime le coût de la crise à 92,7 milliards d’euros. Une situation d’autant plus préoccupante que les recettes, elles, ne sont pas au rendez-vous.

En 2020, l’État a perçu 256 milliards d’euros, c’est-à-dire 25,3 milliards d’euros de moins qu’en 2019, et surtout 37 milliards de moins que les prévisions initiales pour 2020, à cause des exonérations de charges accordées aux entreprises et aux particuliers. Alors que les dépenses publiques ont augmenté, les recettes ont diminué.

Mais la pandémie n’explique pas tout. Une fois les dépenses exceptionnelles neutralisées, la Cour des comptes pointe une augmentation des dépenses publiques de 4,9 %, soit 6,7 milliards d’euros. En 2019, elles avaient déjà augmenté de 7,3 milliards d’euros.

Des résultats en partie liés à une augmentation du personnel. Le graphique n°35, tiré du rapport de la Cour des comptes, montre bien cette évolution. L’augmentation des dépenses de l’État peut s’expliquer par la création d’emplois : alors que la loi de finances initiale prévoyait la création de 199 emplois, l’État en a créé 2801, principalement à la justice et à l’Éducation nationale.

Au-delà des dépenses exceptionnelles liées à la crise, une fois de plus, l’État n’a pas su se maintenir dans les limites des plans de finance.

Ainsi, la loi de finances initiale (LFI) avait fixé les dépenses pilotables de 2020 à 279,4 milliards d’euros, effets de la crise sanitaire compris. Les dépenses pilotables sont les dépenses ordinaires, hors crise : les crédits ministériels, les budgets annexes, les taxes plafonnées affectées à des tiers autres que les collectivités locales et la sécurité sociale, certains comptes d’affectation spéciale comme la gestion du patrimoine immobilier de l’État et le compte de concours financiers « Avances à l‘audiovisuel public ».

L’État a dépassé ce plan de dépenses pilotables de 6,4 milliards d’euros. Un dépassement qui correspond à l’augmentation des dépenses publiques, une fois neutralisés les effets de la pandémie.

Dépenser trop, dépenser mal

Après avoir constaté que l’État dépense au quotidien plus qu’il ne devrait, la Cour des comptes se penche sur ses investissements. Car de la même façon qu’une entreprise utilise ses marges pour améliorer le service proposé à ses clients, l’État doit investir ses recettes dans des services plus efficaces et plus adaptés aux besoins des citoyens.

Or, il n’utilise pas tous les crédits d’investissements fixés par la loi de finance initiale. En 2020, 59,1 % des autorisations d’engagement votées ont effectivement été consommées, soit 17,1 milliards sur 28,9, et 84 % des crédits de paiement ont été effectués, soit 13,6 milliards d’euros sur 16,2. Les autorisations d’engagement et crédits de paiement représentent deux niveaux d’autorisation parlementaire.

Les autorisations d’engagement sont « la limite supérieure des dépenses pouvant être engagées ». Elles sont entièrement consommées dès la signature de l’acte juridique engageant la dépense de l’État. Les crédits de paiement représentent « la limite supérieure des dépenses pouvant être ordonnancées ou payées pendant l’année pour la couverture des engagements contractés dans le cadre des autorisations d’engagement ».

Si une autorisation d’engagement est signée pour plusieurs exercices budgétaires, la consommation des crédits de paiement est échelonnée sur ces exercices. Le graphique n°48 montre que depuis 2016 l’État n’utilise pas tous les crédits de paiement qui lui sont fixés. Faut-il en conclure que les crédits d’investissements fixés par la LFI sont trop ambitieux pour lui ?

Que l’État ne dépense pas l’intégralité de l’enveloppe qui lui est accordée, cela peut passer pour vertueux.

Mais ici, d’un côté l’État dépense trop et vit à crédit sur le dos des contribuables, pour payer des fonctionnaires en surnombre, et de l’autre il ne va pas au bout de ses investissements pour proposer des services plus efficients. Le contribuable paie de plus en plus cher un service qui ne s’améliore pas.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Depuis le temps que j’entends « la cour des comptes alerte ci, alerte ça ».

    Cet organe n’a t’il donc aucun moyen de pression pour faire reprendre raison aux fous a la barre ???

    • Le moyen de pression, c’est l’électorat. Et comme il approuve d’abord les dépenses publiques et ne sait pas lire les rapports de la CC, il ne faut pas trop en attendre.

  • Un énième rapport de la cour des comptes qui sera sans effet. Le peuple français ne veut pas baisser la dépense publique, il pense pouvoir continuer éternellement et demandera à taxer les riches. Et comme les plus riches ne paient pas au prorata de leurs revenus, ça tombera sur les gens en dessous.

  • Migaud s’était à l’époque épingler pour sa gestion a Grenoble. Il avait fait exploser la dette de la ville.

  • What else is new?

  • Un service qui se détériore!

  • Il vaudrait mieux veiller à ce que les membres se fatiguent un peu plus et à ce que les rapports soient suivis d’effet.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On se souvient qu'au lendemain de la libération de la France, le général de Gaulle avait créé avec Jean Monet le Commissariat général au Plan pour redresser et moderniser l’économie française, et ce fut un succès.

Il avait dit :

« Il faut que les objectifs à déterminer par le Plan revêtent pour tous les Français un caractère d’ardente obligation ».

Aujourd’hui, il serait utile que les Français et leurs dirigeants considèrent que la réindustrialisation du pays est « une ardente obligation » car il n’y a pas d’autre solutio... Poursuivre la lecture

Si le renouveau revendiqué par Emmanuel Macron pour son second mandat présidentiel signifie qu’il ambitionne de renouveler, au sens de reconduire, le « quoi qu’il en coûte » budgétaire des années précédentes, on peut dire que le Projet de loi de finances 2023 ou PLF 2023 présenté lundi dernier en Conseil des ministres répond à merveille à cette ambition. Il n’est que de comparer les avis successifs de la Cour des comptes ou du Haut Conseil des Finances publiques (HCFP) rendus chaque année sur le sujet pour s’en convaincre.

Avec une rég... Poursuivre la lecture

Le gouvernement doit chaque année résoudre un problème récurrent : le budget.

Il consiste à faire correspondre une liste de dépenses prévues, ordinairement classées dans l’ordre des ministères qui les présentent à l’approbation des parlementaires, avec une liste d’impôts et de taxes. Les gouvernements n’ont en effet aucun autre moyen que ces deux instruments pour se procurer de l’argent.

Depuis plus de 40 ans néanmoins, devant la difficulté d’équilibrer ses comptes, le gouvernement a fait appel au crédit. Comme chacun le sait, c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles