Vaccination : une propagande un peu douteuse

La propagande émotionnelle quasi pornographique du gouvernement pour la campagne vaccinale commence à devenir grotesque.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vaccination : une propagande un peu douteuse

Publié le 26 avril 2021
- A +

par h16

Voilà, tout se déroule comme prévu, c’est-à-dire mal : alors qu’en début d’année, le gouvernement peinait comme un charlot à trouver des doses de vaccin, qu’il devait les payer fort cher et dans l’urgence après avoir peigné la girafe pendant des mois durant, le voilà qui peine à présent comme un charlot à les écouler.

Heureusement, le gouvernement a plus d’un tour dans son tonneau des Danaïdes sac pour régler rapidement le petit souci avec le brio qu’on lui connaît, ce qui ne manque pas de déclencher une hilarité modérée chez le contribuable qui paye pour ce spectacle.

C’est ainsi qu’une partie du spectacle se déroulera… à Disneyland, avec l’ouverture d’un vaccinodrome au sein du centre de conventions qui accueille habituellement des événements professionnels.

Si l’on peut saluer l’utilisation judicieuse par le gouvernement des moyens disponibles, on ne peut s’empêcher de trouver l’emplacement un peu particulier, le mélange « rêves d’enfants » et « picouses à gogo » laissant symboliquement songeur.

Le Monsieur Loyal du spectacle (nom d’autant plus drôle qu’il est fort mal porté par Olivier Véran) nous gratifie par exemple de discours ciselés permettant de faire une retape un peu grasse composée à 10 % de statistiques, à 40 % de mouvements de mentons et 50 % d’émotion pure avec laquelle on peut – par le truchement pratique des ondes radios – manipuler le bulbe cervical de la ménagère de moins de 50 ans.

Pour le minustre de la Santé, pas de doute : il faut absolument aller se faire vacciner tant cette distribution de picouses est une bénédiction et surtout que les vaccins ne comportent qu’un risque infime de provoquer des effets désagréables. Pour lui,

Ce risque, si vous traversez l’Atlantique en avion, il est cinquante fois plus élevé que si vous vous faites vacciner par AstraZeneca.

Ceci est bel et bon, mais il n’en reste pas moins que cette comparaison délicate tente de faire oublier que comme prendre l’avion, la vaccination doit toujours rester un acte non obligatoire et, surtout, dont l’évaluation des risques est strictement personnelle.

Ce risque est apprécié par chacun en fonction non pas de statistiques, mais d’un vécu, d’une expérience, de son propre passif médical et absolument aucun ministre ne pourra remplacer ses émotions et ses impressions statistiques par celle de l’individu concerné.

C’est peut-être regrettable, mais c’est ainsi et c’est aussi pour cela que certains refuseront toujours de prendre un avion, quoi qu’on puisse penser des statistiques pourtant excellentes de ce moyen de transport, notamment en comparaison avec la marche à pied… laquelle, bien que dangereuse, est plus souvent choisie pour aller faire ses courses que prendre l’avion (eh oui, si Véran sait faire des comparaisons boiteuses, tout le monde le peut).

Pour Véran, le fait de recourir à des statistiques et des comparaisons ne camoufle pas que c’est bien lui qui a décidé d’arrêter la distribution de ce vaccin en cours de route pour la reprendre ensuite, que c’est aussi lui qui en a limité la distribution aux plus de 55 ans, et que l’accumulation de ces messages confus et contradictoires, en quelques semaines, rend ses petits tours de pistes émotionnels ridicules et le font passer pour un vendeur de tapis (pas doué).

Si la retape gouvernementale s’arrêtait là, ce serait probablement supportable puisqu’elle se situe aux mêmes rangs de niaiseries et d’absurdités que ce que nous subissons depuis plus d’un an maintenant à ce sujet. Malheureusement, d’autres membres du gouvernement s’y sont mis aussi.

Par ailleurs, il aurait été inconcevable que l’ex-ministre de la Santé Roselyne Bachelot, devenue depuis ministre de la Culture (sans doute pour la récompenser de ses sur-performances radiotélévisées) et ayant elle-même contracté la maladie, ne s’épanche pas dans la presse pour y raconter son aventure médicale.

Celle qui fut en charge de la pandémie de H1N1 à la fin des années 2000 a en effet récemment contracté la covid, s’est retrouvée sous oxygène pendant quelques jours, et, une fois remise, s’en est ouvert à l’une de ces chaînes d’actualité pour y expliquer toute l’horreur de sa situation.

Et si l’on peut se rassurer en notant qu’elle s’en est finalement sortie, on ne peut que remarquer l’affichage grandiloquent, impudique et volontiers excessif de l’émotionnel et l’insistance que la ministre et les médias déploient autour d’elle : l’émotion fait vendre (des émissions, des programmes politiques… des vaccins), l’émotion fait passer des messages (la situation est très grave, vite, vite, vaccinons tout le monde, quoi qu’il en coûte, endettons l’État, ça va bien se passer et le jeu en vaut la chandelle, si l’on ne confine pas, on va tous mourir) et l’émotion n’est pas mauvaise conseillère, voyons, qu’allez-vous imaginer là.

Bien évidemment, le spectateur avec un tant soit peu de recul comprend tout l’aspect artificiel de cette émotion violemment jetée à sa face pour donner un vernis de légitimité aux gesticulations gouvernementales qui se sont succédé depuis un an. Au-delà de cette émotion, rien d’autre que de l’improvisation, aucun raisonnement, aucune préparation, aucune tentative de planification ; juste une suite de réactions, elles aussi purement émotionnelles et dans le cas du gouvernement exclusivement construites sur la sauvegarde active de leurs petites miches et rien d’autre.

Illustrant à la fois ces derniers points et l’absence totale de scrupule de nos dirigeants, le pompon du ridicule est atteint lorsqu’avec un culot que seuls les cuistres et les imbéciles peuvent déployer lorsqu’ils ont chopé un considérable melon sans personne pour les recadrer, le Premier ministre Castex tente de faire vacciner une ancienne célébrité à des fins même pas cachées de pure communication : selon le Canard Enchaîné, avec toute la classe et la délicatesse qui sied aux butors grossiers du gouvernement, Matignon aurait chargé le service d’information du gouvernement (SIG) de proposer un plan de communication pour inciter les plus de 55 ans à recevoir leur première dose, plan notamment construit sur la vaccination de célébrités dont un premier nom, suggéré par Castex, aurait été celui de Sheila. Dans ce plan subtil, on notera que Sheila n’a pas son mot à dire : reléguée au rang de potiche pratique, elle ira bien se faire picouser pour la bonne cause et voilà tout.

Ce qui devait arriver arriva évidemment : l’intéressée, outrée, a bien logiquement envoyé Castex paître, ce dernier n’étant finalement bon qu’à mâchonner du foin.

À ce point de nullité, on doit se demander pourquoi ce gouvernement lance cette propagande ridicule dégoulinante d’émotions mal encadrées et baignée de moraline douteuse.

En effet, si les risques inhérents à la maladie sont à ce point importants, si les bénéfices du vaccin sont à ce point évidents, il n’y a pas besoin de propagande. Un vaccin à la fois très fiable et très peu dangereux n’aura aucun mal à convaincre les populations à risques de se vacciner, ce qui, assez rapidement, modifie nettement la situation sanitaire du pays.

Mais en pratique, le gouvernement joue ici sa seule carte : après avoir systématiquement éliminé toute possibilité aux individus de gérer leur santé eux-mêmes, et conscient qu’on ne pourra pas confiner la population indéfiniment, il a absolument tout parié sur la vaccination de la population, seule planche de salut pour diminuer les vexations idiotes qu’il a pourtant été seul à imposer au peuple.

Malheureusement, l’empilement de ses maladresses, compromissions, revirements et grotesqueries qu’il a enchaînées depuis un an rend tout son discours bancal, confus et immédiatement suspect.

Depuis le début de l’épidémie, l’État a systématiquement considéré les Français comme des mammifères mous et stupides tout justes bons à produire des impôts et payer des amendes le cas échéant. Il commence à présent à payer ce manque cruel de discernement, son absence de confiance et son dirigisme liberticide et il est probable que la facture n’a pas fini de s’alourdir.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (74)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (74)
  • Parce qu’il n’a pas eu sa dose de vaccin, il a eu une bouffée délirante et a tué une femme policier dans son bureau.

    • Parce qu’il n’avait pas eu son qr code et qu’il n’y avait pas assez de reconnaissance faciale voyons lol. Il y a aussi des marchands de tapis en securité qui se frottent les mains. (Tout ça payé avec nos impots de brebis consentantes). Le monde d’après tout ça.

    • Pourtant avec « vite ma dose » et « tous anti-covid » ça aurait dû être simple de trouver cette fameuse dose de vaccin.

  • Je n’ai pas compris pourquoi on limitait l’accès aux vaccins à certaines catégories de personnes, alors qu’on va en refiler 500000 à l’Afrique… Pleins de français, conscients et responsable de leur situation sanitaire personnelle souhaitent se faire vacciner (comme ils doivent certainement le faire lors des épisodes forts de grippe saisonnière), et ils ne le peuvent pas. Combien de morts auraient pu être évités ?
    On a vraiment l’impression qu’on a tout oublié des précédentes épidémies… Ceux qui s’en sont le mieux sortis sont les pays qui avaient retenu des leçons, comme la Chine par exemple (oups, pays « totalitaire », voire « sanguinaire » !)
    Sympa la citation de fin d’article : le philosophe doit être un complotiste non ? 🙂

    • Nul doute que les Africains, les yeux humides de reconnaissance, vont se ruer sur cette manne céleste. Ce sera vraiment bien utile à leur population, dont chacun sait qu’elle est très âgée et que son souci principal, dans un contexte d’hygiène impeccable, d’absence endémique de maladies infectieuses et de prospérité insolente, est d’éviter à tout prix les rhumes à mortalité minuscule.

    • La diplomatie, mon cher, la diplomatie…

      • Même pas! Uniquement de la propagande woke ( dont Macron est le type même en France), il faut penser aux petits noirs traumatisés par le colonialisme et le racisme systémique des blancs!

    • l’Europe arrive à 1 million de décès, l’Afrique dépasse à peine les 100 000. Et on veut aider les africains? Euh…

    • à vous lire c’est le vaccin la solution ultime, vous feriez un bon propagandi..euh un bon porte parole Larem.

      • Mon commentaire n’indique pas si je suis pro ou anti vaccin… Je suis contre l’obligation du vaccin, mais pour que les gens choisissent et prennent leur responsabilité en toute conscience.

    • Inutile de mettre des guillemets sur « totalitaire » concernant la Chine. Allez-y, sortez des chemins battus et ouvrez les yeux. Pour commencer, essayez de lire la presse sur internet une fois sur place par exemple. Et, si vous pratiquez le chinois, tentez d’écrire sur un forum chinois semblable à celui-ci que vous « ne comprenez pas » la politique de la Chine.

    • @maniaco prendre la Chine en exemple est gonflé, le virus vient de chez eux, tout porte à croire qu’ils l’ont fabriqué, par ailleurs au vu de la liberté de la presse, il est désopilant de lire votre satisfaction de la gestion par la Chine, le derrière calé dans votre canapé. En matière de propagande, vous êtes un bon client réceptif. Vous devriez postuler comme étalon

      • Au début du confinement, la présence d’une belle Chinoise dans le métro suffisait à faire de la place dans la rame.

        Ça confirme les propos de Malcolm, la majorité des gens est idiote.

    • « Combien de morts auraient pu être évités ? »
      Pas beaucoup. 0.15% de la population a été comptabilisée « victime du covid », soit 102 000 décès depuis 16 mois.
      On peut sans scrupule en enlever la moitié, cataloguée covid d’autorité alors qu’ils sont morts d’une autre affection. Restent 50 000.
      La vaccination n’ayant débuté que depuis 4 mois, 37 000 décès auront été inévitables.
      Avec une efficacité vaccinale à 100 %, 12 000 décès auraient pu être théoriquement évités. Mais c’est loin d’être le cas, d’autant que cette efficacité demeure un secret d’état.
      Même en étant généreux, et en retenant ces 12 000 victimes, il faut les mettre en balance avec un nombre nettement supérieur, celui des décès par une autre pathologie grave mais interdite de soins par le gouvernement.

  • Tout à fait d accord avec H16 mais pas sur que tous les français aient le meme sens critique;Dans mon entourage familial et amical,je me sens plus qu isolée avec ses idees là;on me fait taire rapidement avec des « tu exagéres,les choix ne sont pas faciles pour les politiques,l exercice du pouvoir est difficile,tu critiques toujours tout… » et j en passe des meilleures!Ce niveau de lobotomisation et de naiveté est desespérant!Ou est passé le doute permanent propre à la science et l esprit volterien?

    • Les français ne l’ont jamais eu. Souvenez vous, De Gaule déjà les qualifiait de veaux. On les mène à l’abattoir et ils tirent sur le lanceur d’alerte, comme vos familiers!

    • « l exercice du pouvoir est difficile »

      En particulier pour les personnes qui ne possèdent pas les qualités requises et essaient d’appliquer des « recettes » pour compenser.

    • Vous avez la réponse dans votre dernière phrase: la pensée scientifique (cartésienne) ou plutôt son absence. Comment émettre, valider ou infirmer des hypothèses si les bases mêmes de la logique mathématique sont incomprises? (Attention je ne parle pas du « comité scientifique » qui ne sait, en fin de compte, pas faire de comparatif entre un pays confiné et un pays non confiné)

    • Ioumie : seriez-vous ma jumelle ? Pareil autour de moi, même remarques dans mon entourage familial, pas les collègues de boulot heureusement.
      Et c’est navrant, déprimant. Pourtant il n’y a pas besoin de chercher loin pour trouver toutes les infos qui démontent les idées des abrutis qui gouvernent.

  • On inspire deux fois profondément et on se dit que cela sera sûrement pire demain alors réjouissons nous du temps présent, nos pitres ne manquent pas d’imagination pour encore nous faire pisser de rire, Sheila
    c’etait une blague afp, castex et ses aéroports, un blague malabar, et les cadeaux de vaccins à l’afrique , pendant qu’on y distribue des pruneaux, de l’humour noir?

  • Il est de fait qu’en début de campagne vaccinale, les vaccins nous sont parvenus au compte-gouttes. La faute, nous a-t-on dit, à l’UE qui s’est chargée d’en faire des achats groupés pour le compte des états membres, mais qui n’a pas proposé aux labos un prix assez concurrentiel par rapport à leurs autres clients. H16 nous apprend que nous les payons tout de même trop cher ?

  • « la vaccination doit toujours rester un acte non obligatoire. »

    Au nom de qui ou de quoi pouvez-vous tenir cette assertion avec tant d’aplomb ?
    Avec un « commandement » aussi débile, qui confond santé publique dans un état de droit et égoïsme déguisé par des principes mal-assimilés et fantasmés de liberté façon Jean-Moulin, nous aurions encore de multiples épidémies disparues il y a des décennies, telle la rougeole, dont l’éradication nécessite une couverture vaccinale proche de 100%.

    Deux choses :
    -Être citoyen, ça n’implique pas que des droits mais aussi des DEVOIRS (on apprend ça au collège, pour rappel.)
    -La science et la médecine, qui ont doublé notre espérance de vie en deux siècles et qui vous évite aujourd’hui de mourir prématurément dans d’atroces souffrance, se fichent totalement de vos beaux principes.

    Vous n’avez AUCUNE légitimé ( et apparemment, de connaissances) pour vous permettre d’aborder cette problématique de santé publique.

    • Imposer un vaccin dont on ne connaît pas les effets secondaires à moyen et long terme à des personnes jeunes et sans risques ne relève pas d’une politique de santé publique mais plutôt de la roulette russe.

      • Pas sûr qu’elle soit russe la roulette…

        • C’est surtout se retrouver dans le merveilleux système de santé que le monde vous envie qui tient de la roulette pas très russe. Je considère cela bien plus risqué que les effets secondaires du vaccin. Vu ma situation personnelle, je n’exclus pas de devoir être mis sous oxygène… à condition qu’il y en ait ou qu’il y ait de la place. Ma décision est prise, je recevrai ma première dose vendredi. Mais je n’oblige personne et je désapprouve totalement ceux qui veulent obliger. Comme le dit très bien h16 :  » le risque est apprécié par chacun en fonction non pas de statistiques, mais d’un vécu, d’une expérience, de son propre passif médical « .

    • Oui, « santé publique » a un sens mais « acte obligatoire » n’en a pas.

      Les médecins ont l’habitude de parler « d’acte médical » pour toute prescription. Cela rappelle qu’aucune prescription n’est anodine et est une évaluation bénéfice / risque en fonction de la connaissance scientifique.

      Dès lors, l’état ne peut en aucun cas déclarer « obligatoire » une vaccination sans remettre en cause la science que vous invoquez. Et cela revient de plus à placer les médecins dans une position qu’ils n’ont pas choisi.

      L’état a failli dans sa mission de « santé publique » et compense comme d’habitude avec une faute encore plus grave. Dans le traitement comme dans la prévention, la faute principale est de se substituer au médecin « de famille ». (Et j’utilise volontairement la terme de « médecin de famille » par opposition à celui plus et trop moderne de « médecin traitant »).

    • Vous faite une confusion entre les « droits positifs » édictés par la loi et qui ont une contrepartie sous forme de devoirs, (genre « droit au logement » ou « droit à la sécurité sociale » qui s’accompagnent du « devoir de payer des taxes ») et les « droits négatifs » ou « droits naturels » qui ont comme contrepartie le fait que nous soyons humains. J’ai le droit de dire ce que je veux, seule une action d’autres humains peut limiter cela (alors que pour « droit au logement », c’est le contraire, il FAUT d’autres humains pour que ce « droit » puisse exister).
      Sinon, la médecine qui a doublé notre espérance de vie n’a pas eu besoin d’obligations. On n’a forcé personne à se traiter avec des antibiotiques, mais comme ça marchait visiblement très bien, les médecins en ont prescrit, les gens en ont pris.
      Ici on a des vaccins expérimentaux (selon les propres normes du gouvernement) à l’efficacité plutôt faible et qui causent des effets secondaires fréquents (et d’autres rares mais mortels). Ce traitement ne permet pas d’éviter une mort certaine mais réduit, un peu, les chances de développer une forme grave d’une maladie qui n’en produit pas tant que ça et est finalement assez peu dangereuse pour une large part de la population (celle là même qui n’est pas vaccinée… les vieux qui sont réellement a risque sont quasi tous vaccinés maintenant).

    • Et pourquoi le serait-elle obligatoire ? Surtout pour des gens qui ne risquent rien (les moins de 60 ans sans comorbidité)…
      Et alors qu’on nous serine que le vaccin ne protège que contre les formes graves, qu’il n’empêche oas d’attraper le covid et encore moins de le refiler…
      Beaucoup croient que toute vaccination protège de la maladie, de la contagion et bien menée permet d’éradiquer virus ou bactérie, comme cela a été le cas de la variole. Votre présentation, sur l’exemple de la rougeole, tend à le faire croire.
      Or rien n’est plus faux.
      Cette propriété tripartite de la vaccination ne se vérifie que pour peu de vaccins. A ma connaissance, la variole et la rougeole, où la vaccination est particulièrement efficace contre la contagion.
      A l’opposé, plusieurs vaccins ne protègent que de la maladie, mais n’evitent pas la contagion. C’est le cas de la polyo, de la diphtérie, de la grippe…
      Il est ainsi amusant de constater que les trois seuls vaccins obligatoires pendant des années (DTP) ne protégeaient que la personne vaccinée (le tétanos n’est pas contagieux).
      Il y a deux erreurs, contre-productives, dans la propagande, pardon, communication de nos gouvernants :
      – faire croire qu’on se vaccine d’abord pour les autres, alors que c’est d’abord pour soi
      – ramener constamment la discussion sur l’éventuelle obligation.
      On sera beaucoup plus enclin à se faire vacciner si c’est dans notre propre intérêt plutôt que dans l’intérêt de l’inconnu qu’on croisera dans un cinéma. Et dans ce cadre, l’obligation est néfaste, car elle rend suspecte l’intérêt personnel : pourquoi diable l’Etat devrait-il rendre obligatoire un truc qui serait si bénéfique pour l’individu ?

      • « pourquoi diable l’Etat devrait-il rendre obligatoire un truc qui serait si bénéfique pour l’individu ? »

        Parce que ces gens-là sont persuadés que le reste de la société est peuplé d’imbéciles et que si on laisse les individus choisir ils se saboteront eux-mêmes.
        Par là même, ils en viennent à penser (par une espèce de glissement logique irrationnel) que la liberté est dangereuse par nature et la contrainte sécurisante par nature, alors que rien n’est plus faux.

    • « Vous n’avez AUCUNE légitimé ( et apparemment, de connaissances) pour vous permettre d’aborder cette problématique de santé publique. »
      🙂 🙂
      Mais vous non plus!
      Et vu les arguments d’autorité, la moraline et les assertions fausses dont vous vous targuez, vous n’avez pas de connaissances sur le sujet, tout juste des croyances.

      • j’avais envie de lui demander s’il avait fait son service militaire (il cause de droits et de devoirs) mais j’ai pas osé..^^

    • La vaccination est un acte médical et tout acte médical doit recevoir le consentement du malade (article R.4127-36 du code de la santé publique).
      Vous n’avez aucune légitimité ni connaissances apparemment pour en parler.

    • La liberté, cette broutille, mais je conçois que vous ne l’ayez pas appris « au collège ».

    • Vous vous vaccinez contre la grippe tous les ans j’espère… environ 50% de couverture vaccinale… Ca signifie qu’il y a 50% de gens qui ne respectent pas leur devoir ? On fait quoi ? On les enferme dans des camps de rééducations ? Pourtant, ces gens n’ont peut être jamais contracté le virus…
      Par contre, ne pas fermer les frontières quand l’épidémie a été détecté et que des médecins avertissaient de la potentielle propagation (considérés comme des complotistes), ça c’est un manque de devoir… de notre gouvernement !

      • y’en a encore plus qui ne votent pas, mince faut absolument rendre le vote obligatoire (sans valider les votes blancs faut pas pousser mémé dans les orties)

        • En Belgique le vote est obligatoire gna gna gna ! Ça donne une rente aux partis traditionnels en francophonie, aux socialos d’abord soutenus de génération en génération par les maghrébins à Bruxelles, par les chômeurs, les assistés et les smicards en Wallonie. Quant à moi, ma haine de cette caste politique est si forte que j’ai décidé de ne plus jamais voter. Je ne me sens plus représenté par aucune des officines de ces guignols, de ces traîtres, de ces sukkeleirs comme on dit chez nous (une fois).

      • @maniaco +1 , mais une question : quelles frontières ? Ou ça des frontières ?

    • Avec la santé publique que vous mentionnez et les champions en poste actuellement, on serait encore en train d’injecter des hormones de croissance, et ils nous passeraient en boucle les refrains « le rapport bénéfice/risque reste positif » et « mieux vaut risquer Kreuzfeld-Jakob qu’être sûr d’être un nain ».

      Mettre en doute une vaccination systématique de l’ensemble de la population dès le berceau, à grande vitesse, avec des vaccins toujours officiellement en phase d’essais jusqu’au moins 2022, dont le seul commercialisé avant cette crise était un remède contre la grippe porcine pour les vétérinaires, pour combattre un virus à la mortalité quasi-nulle chez les moins de 30 ans, ce serait de l’égoïsme d’après vous ? Par chez moi, on appelle ça du bon sens, question de point de vue 😉

      En ce qui me concerne, je ne suis pas du tout anti-vaccin, et si on envoyait Sheila ou Gotainer faire de la promo pour que les personnes fragiles (les plus de 65 ans et les malades chroniques) se fassent vacciner rapidement, ça ne me choquerait pas spécialement. Mais vacciner tout le monde aussi vite et sans distinction, par contre, c’est juste de la folie, c’est totlament irresponsable. Quant à la science et à la médecine que vous mentionnez, si les décisions étaient prises sur des critères scientifiques, on appliquerait le principe de précaution et on ne vaccinerait que les personnes à risque, pour éviter les mauvaises surprises quelques années plus tard comme avec le Mediator par exemple.

      Seulement voilà, le Conseil Scientifique est aux oubliettes, les médias se contentent des mêmes experts alarmistes depuis un an, et les décisions sont prises dans un bunker par un banquier épidémiologiste. Alors franchement, à ce stade, h16 est au moins aussi qualifié que n’importe qui d’autre pour parler vaccination. 😀

    • « Être citoyen, ça n’implique pas que des droits mais aussi des DEVOIRS ». Finalement c’est peut être ça mon problème, être citoyen français m’impose des devoirs qui me semblent disproportionnés par rapport aux droits qu’il m’accorde.
      Il ne manquerait plus de m’octroyer le « droit de taire ».

    • Julien77 : il faut raison garder et ne comparer que ce qui est comparable.
      La rougeole n’atteint que les jeunes enfants, à l’inverse de la covid
      Et préfère les populations défavorisées, la covid l’Europe occidentale et les USA par rapport à la population.
      Surtout, malgré d’incessantes campagnes vaccinales, son éradication est loin d’être acquise, même à 100% de couverture vaccinable (inaccessible en l’état). Sinon il y a longtemps que sa vaccination aurait été abandonnée (car non dénuée de risques).
      Seule la variole a disparu grâce à la vaccination, car il s’agit de la seule épidémie virale strictement humaine.

    • En quoi ce vaccin serait-il un devoir s’il n’empêche pas les vaccinés d’être vecteurs malgré tout ?

      C’est quoi la liberté façon Jean-Moulin ?

      Il y a tellement de ratés et tellement d’intox dans l’action gouvernementale que parler de légitimité est d’une arrogance sans bornes.

    • vous dites qu’un individu n’a aucune légitimité à refuser qu’on lui injecte un vaccin… ben voyons.. alors qui a la légitimité…

      vous dites que le commentateur n’a aucune connaissance pour aborder une question de santé publique…que je vous prie de DEFINIR.. sans ambiguïté aucune…

      comme ça on saura à quelle condition on peut nous obliger à tout et n’importe quoi..

      il est où le seuil qui indique la vaccination doit être obligatoire???

      allez mon gars.. pourquoi …quels critères…et quelles « connaissances » te permettent de dire des trucs pareils..

  • La comparaison du risque vaccinal avec le transport aérien est tellement débile qu’on se demande même si Véran a vraiment fait des études de médecine.
    En plus, elle est fausse.
    Il y a si peu de gens qui prennent l’avion actuellement que le risque de thrombose y est pratiquement négligeable.
    Quant à Castex, il faut sans doute être un exégète de la pensée complexe de Macron pour expliquer pourquoi il a été nommé à Matignon.
    J’ai 62 ans et j’ai beau chercher dans mes souvenirs, je ne me rappelle pas un premier ministre aussi peu crédible.

  • « la vaccination doit toujours rester un acte non obligatoire et, surtout, dont l’évaluation des risques est strictement personnelle »

    Cette affirmation purement dogmatique n’est elle pas par essence antinomique au concept même de vaccination? Vous semblez prôner la démarche de « vaccination individuelle », ce qui est non sens.
    Que diriez-vous si je vous proposait :
    « le paiement de l’impôt doit toujours rester un acte non obligatoire et, surtout, dont l’évaluation des avantages est strictement personnelle » ?

    Certes le débat peut exister dans une vision strictement libérale de l’état, mais un état sans comportement altruiste (vaccination), un état sans homogénéité est il encore un état ?

    Si la France est menacée d’invasion un jour, nous direz vous :
    « la défense de notre pays doit toujours rester un acte non obligatoire et, surtout, dont l’évaluation des risques est strictement personnelle » ?

    • La vaccination n’est pas altruiste. Elle est avant tout individuelle. Comme la santé. Le seul exemple de vaccin qui a éradiqué une maladie est la variole qui est purement humaine et la variole a été éradiqué par des campagnes de vaccination des épisodes épidémiques,

      • A vous suivre, tous les personnels soignants vaccinés chaque hiver contre la grippe seraient donc tous ignares au point de réaliser un acte dont la balance bénéfice/risque individuelle leur est défavorable?

        • On peut se poser la question.
          Comme la vaccination contre l’hépatite B obligatoire pour la personnel soignant, alors que les cas de transmission soignants->malades sont hypothétiques.
          je repost l’article R.4127-36 du code de la santé publique sur le consentement du malade.
          Lisez l’article de Dupagne dans atoute. (Grippe saisonnière : 7000 morts d’après les organisateurs, 500 d’après la police)

        • Entre une personne qui est au contact avec des malades divers tous les jours et une personne qui prend le métro ou est dans un bureau, il y a quand même une belle longueur… Vous êtes du genre à avoir hoché la tête à la comparaison faite entre l’avion et le vaccin vous lol !

        • Parce que vous croyez que tout le personnel soignant se fait vacciner?
          C’est loin d’être le cas : 67% chez les médecins, 48% chez les sages-femmes mais seulement 36% chez les infirmiers et 21% chez les aides-soignants.
          Dans mon entourage, seuls environ 40% des médecins se sont fait vacciner. Il y a loin d’y avoir unanimité!!

          https://www.topsante.com/medecine/votre-sante-vous/professionnels-de-sante/grippe-les-soignants-ne-se-font-pas-assez-vacciner-629615

    • La vaccination est une technique thérapeutique beaucoup moins simple qu’on veut nous le faire croire.

      De ce fait, la réduire à une politique de santé est largement abusif. Et dans le cas présent, la reprise politique ou politicienne ne traduit que la précipitation et la fuite en avant de l’exécutif.

      Il faut croire en la science, mais surtout ne pas croire que la science a toujours raison du premier coup. On avait besoin d’un vaccin, on l’a. Croire que ce sera CE vaccin qui nous débarrassera du virus ou qu’il est nécessaire que tous soient vaccinés est la solution de ceux qui ont des idées simplistes. Le virus mute. Les variants remplacent leurs prédécesseurs en faisant varier tous les paramètres. Il faudra probablement affiner la technologie du vaccin. Le Covid n’est pas la Variole.

      En revanche on peut espérer que la recherche Covid soit profitable dans la lutte contre d’autres maladies.

      • J’aimerai bien qu’on nous donne un point étape avec les millions de personnes vaccinées… Comme par exemple, combiens on recontracté le virus (voir propagés), combien sont morts suite à cette contraction, etc. Mais je doute qu’une telle étude ne soit déjà commencée…

    • « Vous semblez prôner la démarche de « vaccination individuelle », ce qui est non sens. »

      Au contraire, c’est la seule démarche qui ait du sens. L’altruisme ne s’oppose pas au choix individuel, au contraire, il n’existe pas de véritable altruisme qui ne soit pas librement choisi. Quelle générosité y a-t-il à faire quelque chose parce qu’on y est forcé?

      « Un Etat sans homogénéité est il encore un Etat ? »

      Oui. C’est même la seule forme d’Etat qui ne soit pas tyrannique.

    • L’impôt est dans de nombreux cas soumis aux revenus tirés. Feriez-vous payer de L’ISF à un smicard sans patrimoine ? Ou sur du dividende sans actions ou parts?
      Quel intérêt à rendre obligatoire une vaccination qui ne concerne au final que peu de personnes ?

    • Vous vivez à l’ombre du mythe selon laquelle toute vaccination empêche les contagions et permet d’éradiquer la toxine (virus ou bactérie). Ce qui en ferait donc une question collective et pourrait ainsi justifier une obligation dans l’ensemble de la population.
      En réalité, ça dépend des vaccins. Certains ont un impact purement individuel – ils ne protègent que de la maladie. D’autres protègent aussi des contagions. Quant à ceux qui permettraient d’éradiquer totalement le virus ou la bactérie impliqués, ils sont peu nombreux.
      Sur un acte de santé purement individuel (le premier type de vaccin) rien ne peut justifier une vaccination obligatoire.
      Plus généralement, y compris donc sur les vaccins qui bloquent les contagions, l’obligation n’est même pas efficace sur un plan collectif. En Europe, environ la moitié des pays se contentent de recommandations vaccinales. Et la couverture vaccinale des dits pays n’est pas moins bonne !
      Certains pourront certes invoquer le coût, pour la collectivité, des éventuels morts ou infirmes éventuels malades non vaccinés. Un ancien premier ministre avait ainsi justifié l’obligation de vaccination de la rougeole en rappelant qu’elle fait environ 2 morts par an en France. Mais dans un pays où le tabac et l’alcool, en vente libre, font chaque année, plus de 100000 morts, cet argument est bien, bien léger, pour rester poli… La rougeole n’est d’ailleurs problématique que dans les pays en voie de développement, pour les enfants sous-alimentés. Chez nous, c’est une maladie bénigne, sauf pour les personnes immuno-déprimées.
      Inutile de dire qu’étant donné le taux de couverture vaccinale, en général, dans les PVD, y compris pour des maladies létales, l’éradication mondiale de la rougeole n’est pas demain. Et son éradication dans les seuls pays développés ne changera guère le bilan de cette maladie.

      • Un candidat au qualificatif de vaccin altruiste serait le vaccin HPV que les garçons subiraient au bénéfices des filles.
        Quoique 1/3 des cancer ORL seraient HPV…

        • C’est pas faux. On vaccine bien les petites filles contre les oreillons. La parité n’a pas encore atteint le champ de la vaccination.
          Mais on pourrait s’abstenir de vacciner contre le HPV les moines, les bonnes soeurs et les adeptes d’une sexualité « traditionnelle »…

          • Et la rubéole? C’est bien un vaccin vivre-ensemble..

            • Quoique la rubéole c’est plutot l’enfant 🙁

            • On pourrait qualifier la vaccin contre la rubéole de champion de l’altruisme puisqu’on vaccine les nourrissons pour éviter une contamination d’individus pas encore nés (les foetus) voire pas encore conçus…
              Encore que je m’interroge… peut-on vraiment parler d’altruisme pour des gens à qui on ne demande pas leur avis et qui seraient bien incapables d’en comprendre le moindre sens ?

    • des éventuels morts ou infirmes pour les éventuels malades non vaccinés

    • Art. 14. Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

      • c’est pour Tom et son « Que diriez-vous si je vous proposait :
        « le paiement de l’impôt doit toujours rester un acte non obligatoire et, surtout, dont l’évaluation des avantages est strictement personnelle » ? »

    • @tom vous en avez d’autres des comparaisons foireuses ? je dis ça parce que j’aime bien rigoler

    • « un état sans comportement altruiste »

      Tiens, elle m’avait échappé celle-là. Altruiste, c’est se préoccuper des autres. Dire qu’un état n’est pas altruiste c’est reconnaître que l’état gère ses propres intérêts ou plus précisément l’intérêt de ses pseudo « serviteurs ». (Pas faux).

      Mais le fond du problème est bien sur que vous pensez que l’état peut tout et doit tout (à ceux qui se posent volontiers en victimes de la société). C’est bien sur aller bien au delà de l’espoir que place dans la vaccination Macron 6M (Macron Moi-Même Maître du Monde).

  • « En effet, si les risques inhérents à la maladie sont à ce point importants, si les bénéfices du vaccin sont à ce point évidents, il n’y a pas besoin de propagande. Un vaccin à la fois très fiable et très peu dangereux n’aura aucun mal à convaincre les populations à risques de se vacciner, ce qui, assez rapidement, modifie nettement la situation sanitaire du pays. »

    Je ne comprends pas, donc si un vaccin, je cite : « très fiable et très peu dangereux » n’a « aucun mal à convaincre […] », cela signifie que si celui-ci a du mal à convaincre, il n’est pas efficace ? Ne tombez-vous pas dans l’argumentum ad populum ?

    • Je pense qu’il faut voir sous l’angle de la confiance de la population envers le gouvernement : s’il n’avait pas fait autant de bourdes, le peuple serait peut être plus en écoute « positive » dans ses discours… Mais au bout d’un même, l’incompétence, ça se voit… Voyez le 2 poids 2 mesures avec les vaccins astra et johnson…

      • Et quand les « bourdes », les mensonges et les approximations sont propagées par des ministres « médecins », la méfiance s’étend naturellement à tout le corps médical.

        Il parait que notre « Dux Bellorum » s’est auto-diplômé épidémiologiste. Peut-il nous faire un résumé de ça :

    • et surtout cela suppose une « sagesse populaire » que rien dans l’histoire tend à prouver, au contraire même.

  • il n’y pas que l’evaluation des risques « sanitaires » dans un choix..il y a aussi des convictions religieuses des tabous, la méfiance..

    le débat sur le benefice risque existe..mais ce n’est pas tout…

    d’ailleues les obligations ou incitations appuyées reposent d’abord sur l’idée que c’est un geste « pour les autres »… non pour soi..

    on combat « la pandémie »…on est tenu aussi d’admettre que se faire vacciner lui porte un coup.. or on se fait vacciner tous les ans pour « la grippe »… ou ce n’est pas trivial à appréhender pour un clampin comme moi..

    on aime à compter les morts…mais on doit le rappeler on ne fait que retarder la mort..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
l'histoire
0
Sauvegarder cet article

Harold Innis est sans doute le principal théoricien canadien de la communication même si son nom est moins connu de nos jours que celui de son compatriote Marshall McLuhan. La profondeur de ses analyses fait que sa réflexion sur les médias a traversé le temps pour garder toute son actualité.

Pouvoir et connaissance au cœur de la communication

Si McLuhan et Innis assument tous deux la centralité de la technologie de communication, ils en déduisent des implications différentes.

Alors que McLuhan considère que les technologies de l... Poursuivre la lecture

Nous avions déjà constaté lors d’un précédent billet que les reportages de Cash Investigation souffraient de biais idéologiques. Il s’agissait d’égalitarisme dans l’épisode concernant les inégalités salariales entre les hommes et les femmes. Ce nouvel épisode, consacré à l’entreprise McDonald's, baigne quant à lui dans un anticapitalisme primaire.

Valeurs nutritionnelles d’un Happy Meal

Cash Investigation s’attaque dans un premier temps à la valeur nutritionnelle d’un menu Happy Meal. Le reportage enfonce des portes ouvertes. Il est à ... Poursuivre la lecture

À l’instar de Michael Moore, Oliver Stone est célèbre pour ses opinions très tranchées. Ce dernier a surtout donné dans la fiction comme Né un 4 juillet ou JFK. Mais dans Ukraine on Fire, il reprend le format pamphlet – on montre un seul côté – de son compatriote.

Le film est disponible sur Rumble après un ban sur Youtube. On a accusé la plateforme de censure pour son retrait du pamphlet de 2016, alors que Youtube s’en est défendu en affirmant ne pas vouloir monter les contenus graphiques et sanglants du film de Stone.

L’Ukraine n’... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles