Ces énarques et ces fonctionnaires qui gèrent la crise sanitaire

L’ENA étant surreprésentée dans notre gouvernement, elle se trouve logiquement surreprésentée aussi dans la gestion de la pandémie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
School office BY Ken Shelton(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ces énarques et ces fonctionnaires qui gèrent la crise sanitaire

Publié le 16 avril 2021
- A +

Par Adélaïde Motte.
Un article de l’Iref-Europe

Depuis plus d’un an, le gouvernement se caractérise par ses difficultés à maîtriser chaque aspect de la crise, qu’il s’agisse des masques, des tests, des vaccins, et bientôt des autotests. Pareil constat semble moins surprenant lorsqu’on connait le nombre d’organismes qui prétendent à régler les problèmes. Et ceux qui les dirigent.

Centre opérationnel de réception et de régulation des urgences sanitaires et sociales (ou CORRUSS), conseil restreint de défense, réunion interministérielle sur la recherche et la coordination sanitaire, réunion interministérielle pour la mobilisation économique, cellule interministérielle de crise… Non seulement ces cellules sont trop nombreuses pour être efficaces, mais en plus on y retrouve toujours les mêmes personnes, qui n’ont pourtant pas toujours brillé par leur compétence.

L’ENA sur-représentée dans la gestion de la crise

L’ENA étant surreprésentée dans notre gouvernement, elle se trouve logiquement surreprésentée aussi dans la gestion de la pandémie. Ainsi, la direction politique et stratégique de la crise est assurée par le Premier ministre, c’est-à-dire Jean Castex, qui a succédé à Édouard Philippe. Après une maîtrise de droit et le duo classique Sciences Po-ENA, Jean Castex est passé par la Cour des comptes, le ministère de la Santé et, pour finir, Bercy.

Sciences Po et ENA également pour Édouard Philippe, qui a ensuite exercé, un temps assez court, le métier d’avocat, est passé chez Areva, avant de se consacrer entièrement à la politique en tant que maire, député, et enfin Premier ministre. Le pilotage de la crise est donc sous la coupe de l’ENA, temple avant tout de la fonction publique mais pas de l’efficacité.

La conduite opérationnelle est du ressort du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. S’il n’a pas fait l’ENA, mais seulement Sciences Po Lille, il n’en est pas pour autant un homme de terrain, au fait des préoccupations et de la vie des Français. Entre les secrétariats d’État, les ministères, les conseils régionaux, les mandats de députés, les mairies, il s’est forgé un réseau de personnalités reconnues, mais peut-être pas une connaissance très approfondie des entreprises, des indépendants, des artisans, des cadres, des familles, des étudiants, et de toutes ces classes socio-professionnelles qui font la France.

Les énarques ne sont pas les seuls incompétents au pouvoir

On pourrait espérer que ceux de nos gouvernants qui n’ont pas fait l’ENA soient un peu plus au fait des secteurs dont ils s’occupent. Malheureusement, leurs études terminées, ils ont souvent enchaîné des postes dans la fonction publique, ce qui revient presque inévitablement à s’enfermer dans une tour de verre aux vitres opaques.

Il en est ainsi d’Olivier Véran, ministre de la Santé dont on argue qu’il est également neurologue. Effectivement, il a fait des études de médecine jusqu’en 2005. Mais elles ont été complétées par une étape à Sciences Po (où il a suivi un executive master en gestion et politique de santé), à l’issue de laquelle il a choisi d’être député et conseiller régional. Arrivé au ministère de la Santé, que lui restait-il de son expérience en hôpital ? Manifestement, pas de quoi répondre correctement à la crise sanitaire, comme le montre le fiasco des lits de réanimation.

Dans la même veine, on peut citer Jérôme Salomon, directeur de la cellule de crise du ministère de la Santé. Après des études portant sur les maladies infectieuses, la biologie des populations, l’épidémiologie, et enfin le management des hôpitaux, il tombe lui aussi dans le giron du secteur public, avec des passages au ministère de Bernard Kouchner, au ministère des Affaires sociales, à l’université et chez Santé publique France. On peut malgré tout espérer que certaines de ses décisions aient été prises à la lumière de son expérience à l’institut Pasteur ou à la présidence des hôpitaux universitaires.

La crise sanitaire met une nouvelle fois sous les projecteurs le mal que la fonction publique fait au pays. L’interdiction de licenciement conduit à déplacer les fonctionnaires comme des pions sur un jeu d’échecs, sans pouvoir les remplacer par des personnes plus compétentes issues du privé.

Un exemple, celui de Nicolas Castoldi, chargé de la mobilisation sur les tests, qui s’est retrouvé administrateur au Sénat dès la fin de ses études à l’ENS philosophie. Il est ensuite passé par des secteurs divers, de l’enseignement supérieur au budget, en passant par France innovation scientifique. En quoi un diplômé de philosophie était-il qualifié pour coiffer ces multiples casquettes ?

Dans la crise sanitaire que nous traversons, les problèmes sont multiples et les solutions aussi. Et ça n’est pas si simple. Il n’y a donc pas de solution miracle. Mais plutôt que de vouloir faciliter l’accès à l’ENA, en limitant les épreuves sélectives, ne vaudrait-il pas mieux supprimer l’ENA et favoriser la naissance d’écoles diverses et variées et privées quand c’est possible ? La possibilité d’ouvrir des universités privées, en leur permettant de délivre leurs diplômes, permettrait de diversifier les filières d’accès aux hautes fonctions de l’État.

Parallèlement, la suppression du statut de la fonction publique permettrait de faire évoluer le personnel de cette haute fonction publique, de se séparer de ceux qui ne sont pas performants et d’y embaucher des personnes ayant l’expérience de la gestion d’entreprise quand ce serait utile.

Il serait profitable aux milieux économiques comme à la fonction publique que leurs personnels puissent aisément s’interpénétrer, poursuivre leurs carrières de l’un à l’autre et vice-versa.

Comment espérer que nos ministres et autres conseillers puissent apporter des solutions adaptées à la société civile quand ils vivent dans des vases clos et protégés ? Il faudrait peut-être qu’ils aillent se frotter à la réalité du terrain autrement qu’en sélectionnant des comités citoyens pour leur faire dire ce qu’ils en attendent.

Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Et quand c’est pas l’ENA, c’est l’APHP.
    Finalement, le pouvoir décisionnaire, dans cette crise, c’est comme le rasoir à 2 lames…
    La première lame prend de mauvaises décisions et la seconde prend les mauvaises décisions qui n’ont pas été prises par la première !

    • Les rasoirs à six lames sont maintenant chose courante : quelle magnifique occasion de multiplier les niveaux de décision …

      Mais le rasoir d’Ockham n’a jamais eu qu’un seul tranchant

      • les « 6 lames » sont un pis aller puisqu’elles ne sont plus autant aiguisées qu’auparavant, il faut donc désormais en mettre 8 ou 10 !

        le rasoir d’Occam est trop parfait pour que son usage intéresse les sus-dit (on lui prête parfois même la qualité quasi-éternelle de son affutage !, ça risquerait de supprimer les nombreux étages d’atermoiements et donc de ponx )

  • les énarques et les fonctionnaires ne gèrent rien du tout ; sinon ça se verrait ; gesticulations , bla-bla et conneries , c’est tout ce dont ils sont capables ;

    • Bien d’accord ! Des gens à l’intelligence parfois brillante mais qui tourne à vide, faute de connaître « la vraie vie », des gens jamais responsables alors qu’ils prennent les décisions pour le gouvernement.

      • Si ils étaient intelligents, ils réflechiraient aux conséquences de leurs comportements à plus ou moins long terme, je pense qu’ils sont plus bêtes qu’on ne le pense, quand à leur courage il n’est plus à démontrer.

    • Ah si! Ils gèrent très bien leurs carrières, privilèges, émoluments, retraites et autres avantages! Faut pas croire, c’est un « boulot de dingue » et qui nous coute un pognon du même tonneau!

  • Au delà de la formation, c’est l’entre-soi de ces gens qui pose problème. Mêmes réseaux, même milieux sociaux et une capacité considérable à se couvrir les uns les autres. Il est très significatif qu’en dépit des échecs répétés depuis un an, les responsables soient quasiment restés les mêmes. Aucun turnover, aucun sens de la responsabilité… donc on répète toujours les mêmes erreurs, par peur de se déjuger.

  • Depuis la révolution le peuple passe des mains de la minorité qui a le droit de commander au mains de la minorité qui a l’art de tromper.

  • Ce qui est surtout apparent, c’est que chacun de ces organismes et de ces individus a pour priorité de preserver ou d’élargir son pouvoir.
    Que cela améliore ou empire la situation des malades est annexe et sans aucune importance

  • Le problème est juste financier et régalien.
    l’appât du gain fait le reste, sans financement de tous ces services de fonctionnaires , il n’existerait pas donc la seule et unique solution , couper le robinet et c’est pas prêt d’arriver tant que tous ces gogos seront payer ils ‘entretiennent eux même leur propre budget donc zéro solutions. A moi la blockchain et hop tous le monde dehors, et hop 6mois de grèves qui équivaut à plus ou moins la dette de ces parasites donc , j’attends l’impossible. Sauf que après quelque coupure d’elec , un nouveaux varians , une ptit descentes au enfers des taux d’interets ca pourrait arrivé plus vite que prévus, avec optimisme une ptite dizaine d’année….

  • Breton, commissaire européen en charge des vaccins de la Covid 19 a professé à Harvard….

    • Breton a certainement ses défauts, mais il est très loin d’être l’archétype du fonctionnaire décrit dans l’article. Je préfère quand même avoir ce genre de personne issue du privé, à la tête de nos institutions plutôt qu’un de ces autres gugusses parigot qui ne connait même pas le prix d’un ticket de bus.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La crise du covid a amené des restrictions des libertés.

La question qui se pose est de savoir pourquoi celles-ci ont été soutenues par une partie non négligeable de la population. Contrepoints s'est entretenu avec Samuel Fitoussi, auteur d'une note pour l'Institut Sapiens sur les erreurs de gestion systémiques pendant la crise sanitaire. Il a étudié l’économie à Cambridge et à HEC.

 

Contrepoints : Irresponsables par nature : vous revenez sur la séquence ahurissante des auto-attestations, dont les plus fervents défe... Poursuivre la lecture

Alain Aspect, couronné ce mardi Prix Nobel de physique 2022, est en colère.

Il est atterré par l'extension du complotisme dans la population, y compris parmi la communauté scientifique. Interrogé sur France Inter, le physicien a exprimé son inquiétude et il a souligné en s'adressant aux jeunes :

"La science n'est pas l'ennemie des problèmes actuels [...] La science est la solution. Lancez-vous dans la science avec l'objectif de résoudre ces problèmes qui vous intéressent. "

 

"La science est la solution"

Pour ... Poursuivre la lecture

Il y a quelques jours, on apprenait que l'université de Strasbourg décidait de fermer ses portes aux étudiants pendant deux semaines supplémentaires cet hiver, par souci d'économie. Le président de l'université à en effet précisé qu'il s'agirait d'« une troisième semaine de congés de Noël début janvier et [d']une semaine complète de cours en distanciel en février ».

Pendant que l'éducation est une fois encore reléguée au second plan, Élisabeth Borne nous apprend à gérer notre consommation énergétique : « La règle, c’est de chauffer à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles