Interdiction du voile : inutile, liberticide et démago

Photo by Mihai Surdu on Unsplash - https://unsplash.com/photos/1w0aqsMs-OU — Mihai Surdu ,

L’interdiction du port du voile dans les amphithéâtres, les sorties scolaires et les clubs de sport devrait faire bondir les libertariens, qui – d’ordinaire – se battent pour la liberté d’expression et la liberté d’association.

Par Rafael Guenoun.

« Couvrez ce sein que je ne saurais voir : par de pareils objets les âmes sont blessées, et cela fait venir de coupables pensées. »

De l’eau a coulé sous les ponts depuis l’écriture de Tartuffe. Aujourd’hui, plutôt que d’imposer la bienséance, la représentation nationale est moins Molière, et plus Carlos, version Tout nu et tout bronzé.

J’en veux pour preuve le concours Lépine auquel s’adonnent nos bons sénateurs, interdisant çà le voile dans les amphithéâtres (fermés depuis plus d’un an maintenant, mais bon…), les sorties scolaires et les clubs de sport, là le burkini, ou encore la pensée anti-républicaine.

Interdiction du voile : contre la liberté d’expression et la liberté d’association

Cette surenchère insupportable à propos du voile devrait faire bondir les libertariens, qui – d’ordinaire – se battent pour deux droits humains fondamentaux que sont la liberté d’expression et la liberté d’association.

Bastiat, dans La Loi, nous avertit du danger des bonnes intentions législatives qui donnent lieu à des conséquences désastreuses. Ici, point de bonnes intentions, mais seulement une volonté de marquer des points, politiquement, au jeu du « Qui sera le plus réac de la classe ? ». La faute, très honnêtement, à la macronie, qui souhaite prendre la droite sur sa droite à un an des présidentielles, et qui se fait doubler par LR et compagnie.

Tel est pris qui croyait prendre. La droite tendance national-socialiste se refait une jeunesse sur le dos des musulmans de France.

Pour rappel, l’islam est la deuxième religion de France derrière le catholicisme, mais ses pratiquants ne représentent qu’environ 8 % de la population française. À titre de comparaison, un peu plus de 30 % de la population française est catholique, bien que la majorité ne soit pas pratiquante.

Alors, certes, on m’opposera que les attentats à répétition dont sont victimes les Français ne sont pas perpétrés par des chrétiens. Cependant, c’est tirer un trait un peu rapide entre l’islam et l’islamisme que de penser qu’interdire les femmes voilées de cité, d’université, de sortie scolaire, ou de sport associatif, etc., donnera lieu à la disparition du terrorisme islamique.

Au mieux, cela les amènera à disparaître purement et simplement de la société, et donc de perdre l’opportunité de rencontrer des personnes de croyances et cultures différentes, de questionner – qui sait ? – leur rapport au culte.

Au pire, cela sera (ça l’est déjà, d’ailleurs) un formidable outil de propagande pour les groupes islamistes de tous bords. « Regardez : ils ne veulent pas de vous chez eux ! Mais, nous, nous vous accueillons avec plaisir… » La campagne de propagande est toute faite, il ne reste plus qu’à promulguer la loi anti-séparatisme telle quelle. Merci Macron.

On peut s’attendre à ce que, lors du prochain passage à l’Assemblée nationale, ces articles et amendements soient retoqués. Au final, cette loi sera à l’image de la macronie, un gloubi-boulga sans principes, sans saveur, tenant davantage du plan de communication que de l’acte politique.

Mais le mal est fait et pour ceux qui ne l’auraient pas compris nous allons encore remanger de la rhétorique sécuritaire sur la prochaine année. Et le vivre ensemble, cette marotte que tous nos politiques ont à la bouche, qui chez eux signifie « Sois un bon Français et tais-toi », va en prendre plein la poire, tant les actes de notre élite républicaine ne peuvent qu’opposer les Français entre eux.

Parce que, oui, les musulmans français sont aussi, voire avant tout, français. Certains diraient qu’il serait bon que nos parlementaires s’en rappellent une bonne fois pour toutes, mais ne soyons pas naïfs, ils le savent parfaitement bien. Pour beaucoup de ces hommes et de ces femmes, le but n’est plus d’agir pour le bien de la communauté nationale, mais de se faire réélire pour continuer à profiter des privilèges et des ors de la République sur le dos du contribuable. Si de surcroît, ils peuvent avoir leur quart d’heure de gloire sur BFM TV, à coups de phrases chocs et de slogans, tant mieux.

La prochaine fois que vous croisez votre député, n’hésitez pas à lui demander si le montant de son enveloppe parlementaire justifie l’assignation à résidence de fait de mères de familles et d’étudiantes qui portent le voile.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.