Loi anti-Huawei : une balle dans le pied de notre 5G nationale

Sans jamais être cité dans le texte constitutionnel, il a été décidé qu’Huawei – qui est techniquement parmi les leaders mondiaux sur la 5G – ne dominera pas le marché français de la 5G.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
huawei by John Karakatsanis (creative commons) (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Loi anti-Huawei : une balle dans le pied de notre 5G nationale

Publié le 11 février 2021
- A +

Par Yannick Chatelain, Sylvain Colombero, Pierre Dal Zotto et Federico Pigni.

Les débats sont toujours passionnés autour du déploiement de la 5G, ses enjeux sont multiples et questionnent : possibles impacts sur la santé, sur la vie privée, etc. Nonobstant tous ses apports potentiels avérés elle offre :

  • La possibilité de disposer de connexions à la fiabilité inégalée et au temps de réponse extrêmement rapide. Ce qui permettra par exemple l’essor de la télémédecine avancée (comme la chirurgie à distance).
  • Un débit aussi rapide et stable qu’une connexion fibre, mais sur un appareil mobile, même en mouvement à grande vitesse (plusieurs centaines de km/h). C’est là que se situe la potentialité mise en avant pour les consommateurs, cela ne représente finalement qu’un tiers du potentiel de la 5G.
  • L’interconnectivité de près d’un million d’objets par km2, objets qui, en plus d’interagir avec les humains, communiqueront entre eux pour s’autoréguler (comme la voiture autonome ou les transports intelligents).

C’est sur le terrain géopolitique que la 5G se retrouve en France sur l’avant-scène en brandissant une question de sécurité nationale.

Huawei, coupable de… soupçons

Sans jamais être cité dans le texte constitutionnel, il a ainsi été décidé qu’Huawei – qui est techniquement parmi les leaders mondiaux sur la 5G – ne dominera pas le marché français de la 5G.

Dans le collimateur de nombreux pays dont les États-unis et l’Angleterre – les législateurs anglais affirment qu’existent « des preuves claires de collusion » entre Huawei et « l’appareil du Parti communiste chinois ». La France s’inscrit depuis plusieurs années dans le même mouvement de défiance.

Le Conseil constitutionnel a ainsi validé le vendredi 5 février les dispositifs figurant dans une loi du 1er août 2019, ciblant sans ambages le géant chinois des télécoms au grand dam des opérateurs télécoms français SFR et Bouygues Telecom, clients traditionnels de la firme. Ces derniers avaient déposé des questions prioritaires de constitutionnalité (QPC) au regard des conséquences sur leur activité. Ils ont été déboutés.

Si la notion de sécurité nationale est invoquée, notons que les risques que représente Huawei sont les mêmes que pour n’importe quel acteur privé : celui qui contrôle une partie de l’infrastructure technologique au niveau du réseau peut accéder à des éléments critiques en lien avec les télécommunications, lesquels se doivent d’être protégés.

Ajoutons que de nombreux pays tendent à favoriser leurs propres acteurs économiques, et que le passé nous a appris que des usages dévoyés des technologies ne sont pas l’apanage de la Chine et n’ont pas attendu la 5G.

Une loi anti-Huawei et des conséquences

Pour la France cette loi ne sera pas sans conséquence. Il est difficile d’avancer qu’elle soutient nos opérateurs phares. Comme le soulignait la fédération française des télécoms :

Si demain, Huawei était amené à être interdit sur tout ou partie du territoire, il faut bien que chacun ait conscience des retards considérables que nous prendrions dans les déploiements. Ça serait un retard considérable pour les territoires, pour les entreprises françaises, pour la transformation numérique. Cela aurait un coût.

Dès 2019, une étude conduite en avril par la GSMA, l’association des opérateurs et constructeurs de téléphonie mobile, corroborait ce discours et alertait devant la montée en puissance d’une ostracisation fondée sur le soupçon.

Le journal Le Monde qui avait pu accéder à ce document non rendu public indiquait que :

Une exclusion des vendeurs chinois d’équipements télécoms du marché européen augmenterait la facture du déploiement de la 5G d’environ 55 milliards d’euros pour les opérateurs européens.

Dans les faits, et pour l’exemple sur notre territoire, le 28 août 2020 l’opérateur Bouygues Telecom anticipant une évolution défavorable avait annoncé le démantèlement de 3000 de ses antennes en France, soit un septième de ses équipements, d’ici 2028.

Des potentiels leviers de croissance menacés

Si ce texte persiste à placer certains de nos opérateurs dans la difficulté et peut entraîner un ralentissement du déploiement physique de la 5G sur le territoire national, au sens technique de nombreux acteurs privés ou publics, européens (Thalès, Nokia, etc.) ou internationaux (KTSAT ou Huawei) notamment ont déjà investi dans la recherche et développement de la 5G.

Le développement technique étant aujourd’hui arrivé à maturité, l’enjeu se situe désormais au niveau du développement commercial de la 5G. C’est ce dernier qui risque d’être altéré ; le seul frein proviendrait donc des marchés verticaux qui ne voudraient ou ne pourraient pas innover en n’intégrant pas la 5G dans leur business models.

Les potentiels leviers de croissance sont énormes, et cela pour différents secteurs : urbanisme avec les smarts cities, automobile avec la voiture autonome, industrie avec les jumeaux numériques… Avec les retards connus sur la mise aux enchères des fréquences, si la France devait persister dans une défiance outrancière, elle risquerait de cumuler du retard sur le déploiement de la 5G alors même que les recherches sur la 6G ont déjà débuté sur le territoire.

À qui sait attendre, le temps ouvre ses portes – Proverbe chinois

Pour conclure, cette loi, qui ne peut être qualifiée de Huawei-friendly, ne semble pas avoir à ce jour altéré la sérénité de cette dernière. Nulle marche arrière n’a été évoquée quant à l’installation de sa première usine hors de Chine à Brumath, près de Strasbourg.

Cette usine devrait ouvrir en 2023, le géant chinois y produira du matériel pour les réseaux mobiles, notamment 5G. 500 emplois seront créés, et sa vocation sera de desservir toute l’Europe.

Si la firme ne s’est pas rétractée, le porte-parole de l’ambassade de Chine a toutefois laisser entendre le 9 février que :

Si l’équipementier chinois devait faire l’objet de discriminations ou d’une interdiction dans l’Hexagone, Pékin pourrait, en retour, prendre des mesures de rétorsion à l’égard de Nokia et d’Ericsson dans l’Empire du Milieu…

Dans un monde qui se prépare à une crise économique historique, la France se montrera-t-elle demain plus sensible à la diplomatie du carnet de chèques ?

À suivre…

Federico Pigni est Senior Professeur au département Management et Technologie. Dean (GEM).

Sylvain Colombero est Professeur Assistant au département Management et Technologie (GEM)

Pierre Dal Zotto est Professeur Assistant Coordinateur de la Chaire Digital, Organization & Society (GEM)

Yannick Chatelain est Professeur Associé au département Marketing, responsable « GemInsights » (GEM)

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Alors que les révélations de Snowden ont montré l’intensité des contrôles de toutes les communications par les Américains et les Britanniques, avec la collaboration de firmes privées, et ont fait constater que la pratique était plutôt généralisée entre pays voisins en Europe*, seule la Chine est visée cette fois-ci – ou plutôt UNE entreprise chinoise qui a le malheur d’être le leader mondial du secteur, ce qui est inacceptable

    * et je ne suis pas sûr du tout que la pratique ait cessé ( c’est un euphémisme )

  • Il semble que le gouvernement prenne plaisir à se tirer une balle dans le pied comme vous le dites.
    Quand comprendra-t-il que tous ces freins, toutes ces contradictions, toutes ces incohérences nous mènent droit dans le mur ?
    A force de persévérer dans cette voie, on va forcément réussir mais ce ne sera sans doute pas la bonne solution et j’ose espérer qu’un prochain gouvernement détricote toutes les absurdités qui ont été élaborées.
    Mais lequel ?

  • Ue étant sous le joug des usa, ils s’exécutent comme de bons petits soldats… Et c’est bon pour nos champions européens… Pour la France.. Le bateau est au fond de l’eau depuis longtemps

  • Certes mais la question qu’il serait légitime de se poser est de savoir si oui ou non Huawei est le panopticon du PCC et si oui est-ce qu’il faut s’en accommoder?

    • Et ? Donc se faire écouter par la NSA c’est pas un problème (via Apple et Google/Android) ?
      D’ailleurs, aucune preuve n’a été apporté sur toutes ces allégations ! Genre nous n’avons pas les compétences pour détecter des signaux « bizarres » qui partent de nos installations ?
      D’ailleurs, c’est Trump qui a sorti cette allégation, donc au vu de sa popularité, j’imagine qu’il ne faudrait pas la prendre en compte, si ? 😉

  • Nous avons l’une des meilleures entreprises mondiales de design de puces électroniques en Europe (aux Pays Bas). Pourquoi l’Europe n’est-elle pas capable de monter une entreprise de fabrication de puces, de façon à n’avoir besoin ni des américains ni des taïwanais, ni des sud-coréens?
    La réponse est simple: parce que les européens, plus ou moins drogués à l’écolo-socialisme (beaucoup plus en ce qui concerne la France) n’investissent pas dans les industries utiles, mais dans des utopies d’aucune utilité, comme les énergies renouvelables.

  • Pour une fois que l’Europe commence à montrer les crocs face à l’hégémonie chinoise et ses nombreux travers (ici l’espionnage) on ne va pas s’en plaindre, si ?
    Et comme la nature économique a horreur du vide, il ne manquera pas de sociétés de substitution à Huawei, bien plus honorables que cette dernière.

  • Il y en a ici qui sont d’une naïveté confondante. Rien ne se passe en Chine sans l’assentiment du PCC. Une entreprise comme Huawei ne peut pas exister sans l’agrément du PCC. Cela veut dire qui si le parti communiste chinois veut que Huawei espionne comme un gros cochon, et bien Huawei s’exécutera.

    On me rétorquera…meuuuuh ouiiii il n’y a paaas de preuuuve…
    On s’en cogne. Quand on a une puissance aussi prédatrice que la Chine (qui ne s’en cache d’ailleurs pas), on prend ses précautions.

    • Ce qu’on vous rétorque, c’est que si le but est de communiquer, il suffit de crypter ses communications pour qu’elles ne soient pas espionnées. Si le but est de faire croire que ce qu’on raconte est digne d’être espionné, ou de faire de la propagande pour montrer la haute conscience que nos décideurs ont de leur rôle de gardiens de nos secrets, et leur intérêt d’éviter que nous ne cryptions nos communications, c’est autre chose, évidemment…

      • Ce n’est absolument pas un problème de communication. Le vrai problème c’est d’avoir cette infrastructure de communication stratégique sous le contrôle totale et à la merci d’une puissance étrangère ouvertement hostile.

  • « Ça serait un retard considérable pour les territoires, pour les entreprises françaises, pour la transformation numérique. Cela aurait un coût. »

    Ben au pays du « quoi qu’il en coûte », cela ne sert à rien de chiffrer des coûts …

    Même pas le coût des clowns à roulettes ou de ceux qui votent pour eux.

  • Vous êtes payé par la Chine pour écrire un article pareil …. Oui Huawei et l’état chinois sont exactement la même entité communiste . Oui, on doit se protéger de Huawei et certainement pas lui laisser construire son réseau d’écoute chez nous . Et oui les américains nous écoutent … mais ,à tout prendre , je préfère les américains, nos alliés face aux communistes , aux chinois ….
    Article ridicule, écrit pas des agents à la solde de la Chine. Et enfin oui, la guerre a commencé et il est temps de choisir son camp

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
couverture de Red Mirror  L'avenir s'écrit en Chine
0
Sauvegarder cet article

Lors de la parution française en avril 2021 de Red Mirror, essai assorti d'un reportage photographique original sur les rues chinoises, j'avais déjà souligné le sens profond de cet ouvrage d'un journaliste italien, Simone Pieranni, illustré par Gilles Sabrié, un photographe qui vit à Pékin.

Ces deux auteurs décrivent par le récit et par l'image la vie des gens ordinaires qui peuplent les mégalopoles chinoises. Ce sont les mêmes qui manifestent aujourd'hui en Chine contre le fol maintien d'un confinement assassin pour les malheureux hab... Poursuivre la lecture

Nous pensions ces dictateurs inébranlables. Ils gouvernent la Chine, l’Iran, la Russie et bien d’autres pays mais il semblerait bien qu'ils soient des géants aux pieds d’argile.

Leur règne peut durer très longtemps et peut être ébranlé par un évènement banal a priori banal mais pouvant conduire au chaos.

 

La Chine

Les différents dirigeants et particulièrement l’actuel Xi Jinping, ont proposé à la population chinoise un deal simple : lui garantir une meilleure qualité de vie en échange du pouvoir absolu.

Ce pr... Poursuivre la lecture

Partout en Chine, des protestations populaires s’élèvent contre une politique de confinements sanitaires qui étouffe le pays depuis des années. En cause, une politique « zéro covid » autoritaire initiée dès 2020 pour contenir la progression du Covid-19, qui a abouti à une paralysie sans précédent du pays, notamment suite à l’isolement forcé de la ville de Shanghai.

Protests in China are not rare. What *is* rare, are multiple protests over the same issue, at the same time, across the country. The protest below, appa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles