Ne discutez pas : en France, TOUT se surtaxe, même le recyclé !

Recycler des smartphones pourrait être rentable, et ce serait dommage : vite, une grosse taxe et n’en parlons plus !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ne discutez pas : en France, TOUT se surtaxe, même le recyclé !

Publié le 8 février 2021
- A +

par h16

Ce n’est pas parce que la situation est morose et les soirées d’hiver un peu longues actuellement qu’il faut se laisser aller à la mélancolie. Pour éviter la déprime, rien de tel qu’un peu de sport, par exemple un combat de sumo. Et en France, quoi de mieux que deux grosses entités étatiques pour se pouiller vigoureusement ?

Pour ce combat de pachydermes, je vous propose deux ministères bien trop dodus jetés l’un contre dans une empoignade aussi grotesque qu’illustratrice des dérives consternantes de notre exécutif.

D’un côté, nous trouvons Minicul, le ministère de la Culture qui est particulièrement décidé à remplir ses caisses, pourtant déjà beaucoup trop abondées par un contribuable exsangue en échange d’efforts culturels désastreux, depuis l’autoflagellation rituelle à tout propos jusqu’aux navrantes productions habituelles des cultureux officiels en passant par les redevances audiovisuelles permettant par exemple à la poignée de radios d’État de se goinfrer un budget supérieur au budget combiné de 330 radios privées du pays.

De l’autre, c’est Minitrans, le ministère de la Transition énergétique, énorme pachyderme à l’embonpoint d’autant plus significatif que ses missions ne cessent de croître avec gourmandise et qui semble décidé à pousser une de ses biens trop nombreuses marottes, à savoir celle du recyclage sans lequel toute stratégie écolo-médiatique ne saurait trouver grâce auprès de l’électeur bioconscientisé correctement syntonisé avec Gaïa.

Le combat entre Minicul et Minitrans est déjà âpre, et chacun de ces gros monstres dodus n’entend pas lâcher l’affaire. L’enjeu est d’importance puisqu’à n’en pas douter, il marquera la direction du pays dans les prochaines années : doit-on tout faire pour recycler, ou peut-on continuer à taxer malgré tout comme il fut fait jusqu’à présent, c’est-à-dire jusqu’à la corde et au détriment d’absolument toute considération économique, écologique, pratique et sociale ?

Toute l’histoire part du besoin affiché, pour le ministère de la Transition Trucmuche, de favoriser la filière du recyclage des téléphones portables, ce qui permet d’en accroître la durée de vie, évite la pollution liée à leur rejet et à la production de nouveaux appareils. Bonus supplémentaire évident : ce recyclage permet de créer de nouveaux emplois sur le territoire et, pour les frétillants politiciens, c’est l’occasion de rappeler tous les efforts qu’ils font afin de lutter contre le fléau du chômage. Si on y ajoute qu’en plus, les emplois concernés sont souvent associés à une mission de réinsertion, c’est le pompon : toutes les cases sont cochées, voilà du projet bien choupinet qu’on n’aura pas de mal à vendre auprès de l’électeur.

Ce serait aller un peu vite en besogne : nous sommes en France et lorsqu’elle n’est pas formellement interdite, toute activité appelle forcément une ou plusieurs taxes roborative pour l’un ou l’autre ministère chargée de la collecter. C’est ici le cas de Minicul qui insiste pour que, même sur ces appareils, soit collectée l’indispensable, géniale et si productive Taxe sur la Copie Privée qui tabasse à peu près tous les supports numériques en France et permet de durablement coincer l’Hexagone en queue de peloton des pays de la révolution numérique en y faisant intelligemment exploser les prix des supports.

Sacem, nouveau logoPour les tenants compulsifs de la taxation (derrière lesquels on ne saura s’étonner de trouver la SACEM), l’affaire est claire : ces smartphones, même reconditionnés, sont des supports numériques et doivent donc s’acquitter de la petite taxounette en question à hauteur de 14 euros pour 64 Go de mémoire, ce qui propulse immédiatement les smartphones reconditionnés dans le champ de l’invendable.

Smartphone recyclé trop cher car trop taxé, donc pas de vente, donc pas de collecte de taxe ? Peu importe. Pas de vente, pas de recyclage, pas d’emplois ? Ce n’est pas grave puisque l’emploi des taxateurs ne sera, lui, pas remis en cause par ces décisions.

Évidemment, le Minitrans a fait part de ses griefs à Minicul qui n’entend pour le moment pas lâcher le morceau.

Si tout ceci est assez consternant, c’est aussi assez peu cohérent de la part des deux mastodontes bureaucratiques. Ainsi, on apprend sans surprise que « Les marges du secteur sont très faibles, ajouter 14 euros par appareil risque de tuer un secteur en croissance », sans que, pourtant, personne ne veuille s’interroger sur les raisons intrinsèques qui imposent des marges si faibles à ce secteur.

On ne semble pas plus s’interroger sur le fait que l’emploi en France coûte si abominablement cher ou que les contraintes l’entourant sont si fortes, depuis les conditions de travail jusqu’à la formation du salaire en passant par la paperasserie administrative dantesque dans laquelle on noie copieusement chaque entreprise hexagonale, pas plus que l’incitation à rester le cul dans son canapé sont, elles aussi, si élevées – surtout actuellement.

Mais plus à propos, cette petite histoire illustre une fois encore qu’une taxation délirante empêche le développement d’activités, et que, confrontés au problème, les ministères concernés s’empressent de trouver un moyen… de taxer autrement, tout au plus.

Quant au constat qu’une taxe fusille de l’emploi, il ne sera surtout pas transposé à d’autres taxes sur d’autres activités. Du reste, la France croule sous le travail et le plein emploi et il n’y a donc aucune raison de s’inquiéter de l’avalanche de taxes qu’elle subit depuis des décennies.

Le problème de cohérence ne s’arrête pas là lorsqu’on lit Minitrans qui découvre ainsi que « Taxer le reconditionné, c’est taxer deux fois le même produit : neuf et d’occasion ». Oh, ça alors !

Ainsi donc, taxer deux fois serait méchant-méchant ?

Vous voulez dire que taxer deux fois un bien, par exemple une habitation une première fois chaque année pendant toute la durée où elle appartient à quelqu’un, puis la taxer encore une fois lorsqu’elle serait léguée en héritage à ses enfants, ce serait aussi méchant-méchant ?

Ou bien serait-ce comme taxer un revenu déjà taxé, chose qui se pratique en long, en large et en travers en France avec par exemple la CSG dont une partie, pourtant prélevée automatiquement, est réintégrée pour le calcul de l’impôt (on taxe une taxe, c’est français et tout le monde semble trouver ça normal) ?

Voilà une position étonnante de la part d’un ministère, et qu’on souhaiterait voir plus souvent pour tous les autres !

En attendant, on ne pourra qu’observer Minicul et Minitrans se bouffer entre eux pour savoir comment taxer les Français jusque dans leurs smartphones recyclés, et pour des montants qui ne méritent objectivement pas le temps passé (on parle de quelques millions d’euros), sauf à considérer uniquement l’appétit vorace et jamais rassasié des sociétés d’ayants-droit collectrices de ces montants…

En ce moment, compte tenu de la situation économique, politique et sociale du pays, c’est vraiment un combat indispensable.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Oh la grosse boulette d’H16, le revenu n’est pas taxé 2 fois ! D’abord on a le brut, on le taxe et on a le net imposable, on retaxe le tout et on a le net, on reretaxe et on a le net payé.. Ca fait 4 ! Et de fait, d’un employeur qui sort 6000 E on arrive à un employé qui en touche 2500 E, soit une bonne prise d’environ 60 %.. N’est-ce pas, oh coïncidence, la part de l’état dans l’économie ?!

    • Je pense que H16 voulait bien parler de la CSG, taxée avant le net, et dont une partie est remise dans le calcul de l’impôt du net.
      Mais oui, votre démonstration est très claire aussi ! 😀

    • vous oubliez ( mais c’est un détail à 20% ) la taxe sur ce que vous achetez avec votre argent déjà taxé 4 fois dites vous !!!! et çà nous conduit pour votre exemple à une prise de 80 % sur la masse salariale ce qui est plus réaliste puisqu’une partie majoritaire maintenant du pays ne paie pas d’impôt sur le revenu et que même le plus pauvre d’entre les pauvres paiera quand même la TVA sur ses maigres achats !!!!

  • Quand on aura MiniTaxe, on sera bon. On attendant on se cogne MaxiTaxe qui a de plus en plus de peine à passer à travers les portes…

    • mais  » MaxiTaxe  » se fait réélire sans problème par les bénéficiaires devenus majoritaires de  » MiniTaxe  » !!!! donc sauf grosse révolte un peu plus musclée que celle des gilets jaunes rien à attendre de bon !!!!

  • L’action de l’état n’est plus que capitalisme de connivence camouflé en socialisme gluant.

    Au final, il faut constater les faits : avec les progrès de la robotisation le coût de fabrication des objets manufacturés mêmes les plus complexes tend vers zéro et le prix de vente n’est plus que des taxes.

    Pourquoi pas ? Simplement parce que les pays les plus taxeurs – et donc la France – s’excluent du monde par cette dérive.

  • Si on pouvait prélever une taxe sur chaque idée de merde, ce gouvernement aurait déjà renfloué les caisses à lui tout seul.

  • bravo et avec cet exemple on peut être certain que la relocalisation de certaine fabrication médicale est gagnée d’avance !!!

  • Plus surprenant, la TVA sur les produits reconditionnés est considérée comme TVA sur produit d’occasion et n’est donc pas fiscalement déductible par les entreprises https://help.backmarket.com/hc/fr-be/articles/360030380754-Puis-je-r%C3%A9cup%C3%A9rer-la-TVA-si-je-suis-un-professionnel-

    Une autre incitation à utiliser des produits reconditionnés, sans doute …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La décision du gouvernement de supprimer la redevance audiovisuelle publique sera effective dès 2022. On nous explique qu’en fait la suppression de cette redevance va constituer « une mesure de plus en faveur du pouvoir d’achat » des Français qui devaient la payer, c’est-à-dire toute personne possédant un téléviseur, à moins qu’elle en soit exonérée sous certaines conditions. Le raisonnement semble limpide : ceux qui payaient 138 euros par an n’auront plus à supporter cette charge et leur pouvoir d’achat sera augmenté d’autant.

Qui va pay... Poursuivre la lecture

Selon l’agence Reuters citée par Boursorama, la Commission européenne va proposer à ses membres une taxe sur les bénéfices réalisés par les entreprises du secteur de l'énergie lors de la récente flambée des prix du gaz. 

Cette nouvelle recette serait ensuite investie pour subventionner encore un peu plus les énergies renouvelables et les travaux de rénovations permettant de réaliser des économies d'énergie.

Un racket institutionnalisé

Les gouvernements seront également encouragés à utiliser les recettes de ce racket institutionn... Poursuivre la lecture

Par Vincent Benard. Un article de l'IREF Europe

La cuvée 2022 du malus écologique automobile est arrivée, toujours plus saumâtre, puisqu’à émissions égales, la hausse tourne autour de 50 % par rapport au tarif 2021.

Le malus est une taxe à l’achat du véhicule, définie en fonction des grammes de CO2 émis par votre véhicule à chaque kilomètre selon une mesure normalisée officielle. Si votre véhicule émet moins de 127 g de CO2 au km selon cette norme, vous ne payez pas de malus. Au-delà, pour chaque gramme, le barème augmente, suiv... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles