Stopcovid devient TousAntiCovid : même fiasco

StopCovid change de nom. Une habitude pour nos politiciens de nous refournir le même produit sous un autre emballage ! Explications.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Markus Winkler on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Stopcovid devient TousAntiCovid : même fiasco

Publié le 1 novembre 2020
- A +

Par Marc André.

S’ajoutant à la liste proprement abyssale des plantages en série qui égayent, depuis le début de l’épidémie, notre quotidien de contribuables accablés, les ratés de l’application dite de traçage destinée à accompagner le déconfinement de juin ont été à la hauteur de tout ce que nous étions en droit d’attendre de notre gouvernement d’incapables patentés.

StopCovid était destiné à nous alerter si, par hasard, nous croisions une personne infectée. Entre son incapacité à générer les QR codes nécessaires aux bons citoyens infectés pour se signaler à ladite plateforme, son ergonomie douteuse et la promotion de son efficacité mise en cause par le Premier de nos ministres lui-même qui avouait ne pas l’avoir téléchargée, le résultat était couru d’avance.

L’efficacité de StopCovid a été telle que… nous sommes reconfinés et que dans la foulée, les pignoufs qui président à nos destinées ripolinent leur application foireuse en changeant son nom.

Feu StopCovid fait place maintenant à TousAntiCovid. Nous pourrions utilement économiser l’argent public qui va bientôt nous faire défaut, en la supprimant, car à ce rythme-là, nous serons de toute façon bientôt TousCovid.

Ce plantage en règle n’est que le dernier d’une longue série de catastrophes numériques d’État. À chaque fiasco retentissant, sa recette miracle consistant à donner un nouveau nom au machin branlant, en priant le Dieu des Bits que cela suffise à masquer l’incompétence crasse de nos décideurs.

Il en fut ainsi du célèbre APB (Admissions Post Bac) qui générait les billets d’entrée dans le supérieur pour nos chers bacheliers, en en laissant chaque année plusieurs milliers sur le carreau et quelques dizaines d’autres milliers frustrés par une affectation sans rapport avec leurs choix initiaux.

Exit APB et vive Parcoursup ! Mêmes génies à la manœuvre, mêmes résultats, avec cette fois en prime une dose d’opacité supplémentaire, les Universités étant un peu plus libres de sélectionner leurs impétrants (mais chut, c’est un secret bien gardé).

Ceci est du reste typique de la conception que la haute administration se fait du numérique. Un truc auquel elle ne comprend absolument rien, mais qu’elle voit comme le moyen d’introduire des changements, sans que l’opinion n’ait son mot à dire au travers, par exemple, de ses représentants au Parlement. En l’occurrence, dans ce cas précis, la sélection à l’entrée de l’Université, tabou de gauche s’il en est un.

Dans ces conditions, comment s’étonner du peu de succès de l’application StopCovid ou de son remplaçant ? Les Français sont tout sauf idiots et ils pressentent, parce qu’ils ne croient pas plus en BFM qu’aux Prophètes, caricaturés ou pas, que ladite application va faire bien plus que juste ce qu’elle est supposée faire.

Remettons-nous dans le contexte du lancement du bouzin. Les Français sont libérés. Pendant deux mois, ils ont dû remplir de la paperasse pour aller chercher leur pain ou promener Mirza. Ils se disent donc, à juste titre, que s’ils utilisent le gadget et qu’il plante (comme c’est gouvernemental, c’est assez probable que ça foire) ils vont se retrouver fliqués, tracés, voire reconfinés fissa fissa, sans autre forme de procès.

Conclusion, ils boudent le jouet qui perd ainsi toute utilité. Indépendamment des bugs de conception qui sont à l’informatique gouvernementale française ce que le racket est à la mafia : un code source, le problème principal demeure celui de la confiance.

Comment croire ceux qui nous expliquaient que les masques ne servaient à rien, pas plus que les tests, avant de nous enfermer pour deux mois ? Pourquoi avoir confiance, maintenant qu’ils nous disent le contraire, tout en nous réenfermant pour… à peu près autant, histoire de laisser passer le réveillon ?

Il n’y a pas de malédiction spécifiquement française pour expliquer ces échecs administratifs numériques retentissants. Certes comme nous sommes très peu regardants quand l’argent est public, les donneurs d’ordres ne sont pas très attentifs à ce que leur délivrent leurs fournisseurs.

Certes, les briefs de départ sont compliqués par tout un tas de réglementations et d’exceptions que personne n’a jugé utile de lister avant de lancer la production et qui viennent singulièrement compliquer le rendu, une fois le codage du programme commencé.

Mais le problème principal est celui de la confiance des utilisateurs. Dans un pays où l’État commence par taxer avant de poser des questions, où l’on préfère planter des PV plutôt que d’expliquer, le résultat est garanti.

À force d’être traités comme des enfants par l’État Nounou-Fouettard, les Français ont développé un juste sentiment de méfiance et des stratégies d’évitements, comme tout adolescent qui se respecte, face à un parent qui ne comprend pas qu’il n’a plus 6 ans. Six ans, c’est précisément l’âge à partir duquel il est maintenant devenu obligatoire de porter le truc qui ne servait à rien en mars dernier… Kafkaïen !

Voir les commentaires (44)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (44)
  • Cette application a au moins permis à Jean Castex de faire la seule chose à peu près intelligente en tant que premier ministre : ne pas la télécharger sur son téléphone.

    • et comme je suis quelqu’un d’intelligent , je fais comme castex : pas de téléchargement du machin ;

      • Aïe, commentaire ambigu ; on pourrait comprendre « intelligent comme Castex »; c’est vraiment ce que vous voulez ?

        😉 😉

        • Ben non, ce n’est pas parce que Castex a fait PAR HASARD une chose intelligente qu’il l’est réellement! Quand on fait n’importe quoi, on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise ( enfin c’est le bon sens populaire qui le dit, moi je ne fais que répéter!)

    • Son téléphone est contrôlé par les services de sécurité pour qui il est hors de question d’y installer une application qui surveille ses déplacements. Si Stopmachintruc est une faille de sécurité pour Castex, il l’est tout autant pour les Français.

      • J’ai installé une application StopMacron. Pour l’instant, elle fonctionne aussi mal que StopCovid. Mais l’espoir fait vivre.

  • Tout comme StopCovid, la transparence annoncée n’est pas au rendez-vous : on a toujours une partie du code qui est non-accessible « pour des raisons de sécurité », ce qui est une excuse absolument foireuse (et je dis ça en tant que développeur informatique depuis près de quinze ans).
    Qu’une entreprise privée protège son code pour ne pas que les concurrents le réutilisent / le copient, c’est compréhensible; qu’un gouvernement cache le code d’une application qui concerne notre santé, ça ne l’est pas.
    Niveau sécurité, déjà il s’agit de données qui n’ont que très peu d’intérêt pour d’autres boîtes / pays, ensuite n’importe quel hacker de niveau correct pourrait de toute façon la forcer s’il le souhaitait, enfin ne pas laisser l’accès au code revient à se priver de la participation de tas de développeurs français qui pourraient justement repérer d’éventuelles failles de sécurité.
    En clair, le gouvernement nous met à disposition une application qui n’est compatible avec aucune de nos voisins européens et qui dissimule une partie de son code source sans raison. Le tout en se prétendant parfaitement transparent.
    Cette bouse numérique ne finira jamais sur mon smartphone…

    • J’aime bien ‘bouse numérique’ !

      ça éclabousse et ça pue autant que les vraies ?

      Ou alors, est ce lorsque l’on ne sent plus les vraies bouses (anosmie covidienne) que la bouse numérique se met à puer ?

      • Pour les bouses numériques, en France on est les plus forts! Par contre on ne sait pas encore quand on pourra en arrêter le compte définitif car la foire risque de durer encore longtemps;

      • Oui, mais la différence avec les vraies c’est qu’elles peuvent être utiles au jardinier. La numérique ressemble d’avantage à un malware.

    • Personnellement, je me passe bien du code : je n’ai pas l’intention de corriger les « bugs » ou faire un « fork » de l’appli (créer une version différente).

      En revanche, j’aimerai voir le cahier des charges ET SURTOUT ses modifications au cours du temps (juste pour rire).

    • La seule application venant du pouvoir qui aurait aujourd’hui un succès considérable serait: « TousAntiGouvernement » ou « TousAntiMacron » voire « TousAntiVeran »

  • Laurent Lenormand
    1 novembre 2020 at 7 h 30 min

    Vous allez voir que pour le 3è enfermement (car il y en aura un), ce flic numérique deviendra obligatoire.

  • Quand on aime, on ne compte pas… avec l’argent gratuit des autres…
    TousAnti Covid ou bien ToussentEnsemble…

  • Cette application peut être utile si on est libre de se déplacer et vivre normalement, mais devient inutile tant qu’on est obligé de rester chez soi !
    Nous obliger à rester à domicile et nous inciter en même temps à utiliser cette appli démontre bien la débilité des gugusses qui sont aux manettes du pays et qui sont en train de nous envoyer dans le mur.

  • Pourtant c’était une belle idée qui aurait pu être européenne et obligatoire au passage de frontières…. M’enfin, pister 350 millions de personnes…. Sur une théorie de transmission fausse…. Sans l’aide de services Google ou autre entreprises performantes est tout simplement impossible.

  • On aura bientôt la version simplifiée, qui marchera, elle, « à cause du sigle » : TousAntiCovidSimplifié, TACS…

  • Une merdeinutile de plus pour que les copains du gouvernement s’en mettent plein les poches.

    • La raison de cette idiotie est sûrement celle là. Refiler de l’argent à des parents ou des copains, spécialité de nos politiciens!

  • L’application Tous AntiCovid fonctionne très bien
    Et rien à voir avec la précédente
    Mieux vaut l’essayer avant de la critiquer
    A ce jour 28141 cas déclarés grâce a l’application
    Si l’application permet d’éviter même que quelques morts l’argent public est pour une fois bien employé.

    • Vous tenez vos chiffres d’où? Des services gouvernementaux ou des media subventionnés?

    • « fonctionne très bien »

      Tiens ! Ca me rappelle la litanie d’un fournisseur informatique.

      Malheureusement pour le fournisseur en question, il était facile de prouver qu’ils avaient connaissance des problèmes et fait preuve de négligence.

      • Celui qui avait pour logo un arbre, parce qu’un arbre, ça se plante ?

        • Non, un des nombreux autres « has been » de l’informatique que vendait de la m… en multipliant les notes de restaurant.

          • Vendu à un hôpital !

            Remarquez que s’apercevoir que le matériel et le logiciel du système est une m. est déjà un exploit dans une administration ou le logiciel applicatif ne marche pas.

      • 100% des applications Android sont beugués comme je n’ai jamais vu sur microsoft, faut voir les logiciels sfr ou BNP, c’est totalement naze.

        • Les banques ont souvent des nuls comme informaticiens, et SFR a des oursins dans les poches et un nombre impressionnant de cadres plus intéressés par la politique que bosser.

    • Et alors, vous attendez qu’une application vous dise d’aller chez le médecin en cas de fièvre ou vous prenez un doliprane préconisé par veran en attendant d’avoir une place au cimetière si vous êtes à risques ?
      Et pas d’inquiétude, 99% des gens ne risque rien.

      • Pour le cimetière, n’oubliez pas de remplir les CERFA à l’avance.

        • C’est vrai mais la flicaille ne demande pas encore le cerfa aux morts.. Je suppose, rien n’est impossible dans un monde de détraqués.. Je viens d’écouter lci, j’ai vraiment mal à la tête avec toutes ces têtes pensantes.

    • Justement non, même si elle évite quelques morts,(..uh..comment le savoir???) pour une quantité donnée de fric, cette quantité de fric eût été mieux utilisée dans un bidule qui en eût sauvé davantage!!!
      Justement l’argument de sauver des vies ne tient pas; si on ajoute que c’est de l’argent que vous êtes obligé de donner sans en connaitre la quantité exacte, pour sauver la vie de gens que vous ne connaissez pas, dès lors, caricaturalement mais en vue d’une démonstration par l’absurde , vous aurez pu payer pour sauver la vie du type qui vous coupera la gorge demain matin.

  • Sinon, je suis surpris que personne n’ait encore lancé l’application « TousAntiGastro », l’appli qui permet de localiser ce qui font chi*r.

  • La vision proposée ici n’incorpore pas clairement d’autre perspective dynamique que le prolongement de faits établis censés perdurer.
    Il n’y a par exemple pas de traces des forces centripètes qui animent ce grand pays, ravagé par la révolte des turbans rouges milieu XIXè et dont l’unité n’est pas si parfaite qu’on voudrait le penser.
    Par ailleurs, imaginer que le centralisme politique actuel autour d’une nomenklatura est indestructible revient à nier l’effondrement de l’Union Soviétique.
    Enfin, dans la géopolitique future, la Chine ne pourra dominer le monde qu’en fédérant d’autres acteurs, elle ne pourra pas le faire toute seule.

  • J’ai reçu l’application de la Secu qui consiste à se faire tripoter le trou de balle à partir de 50 ans.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le président Macron a reconnu ce mois-ci avoir bien envie d’emmerder les non-vaccinés. Et déjà en juillet 2021, il assumait d’ailleurs pleinement de leur accorder moins de droits qu’au reste de la population française :

Partout nous aurons la même démarche : reconnaitre le civisme et faire porter les restrictions sur les non-vaccinés plutôt que sur tous.

Nous ne nous étonnerons donc pas que l’instillation pernicieuse de ce poison idéologique fasse des émules, et que l’on lise de ci de là des incitations à faire payer leurs soins... Poursuivre la lecture

Les Guadeloupéens et l’État s’affrontent dans les Caraïbes, dans un climat de déraison qui se nourrit des haines réciproques. L’apaisement et la rationalité ne seraient-ils pas la voie à privilégier ? Un punch, on se pose, on échange, on élabore des solutions… Ne rêvons pas : aucun des deux opposants n’en a le désir. Un président court après sa réélection et certains Guadeloupéens se souviennent de tout ce que l’État leur a accordé antérieurement, en guise de faveurs, après qu’ils ont tout démoli, sur les docks ou ailleurs…

Face à des ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Le phénomène le plus inquiétant de la pandémie mondiale du coronavirus dit Covid-19 est la perte de bon sens d’une grande partie de la population associée à un gigantesque foutoir des opinions et des mesures conseillées, décidées, dans la plupart des pays.

En dehors des aspects de politique de la santé qui ont agité à juste titre notre pays, de la politique de prévention affichée et modifiée de façon permanente, des protocoles à justification et à applications variables, on peut dire sans trop de contradictions possibles que la science... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles