Covid-19 : les entreprises ne sont pas prêtes pour une nouvelle période de télétravail obligatoire

Le télétravail est devenu un véritable sujet sur lequel il est aujourd’hui important de se positionner, sous peine de perdre une partie des effectifs, déjà éprouvés par la période que nous vivons.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Working from home By: Logan Ingalls - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid-19 : les entreprises ne sont pas prêtes pour une nouvelle période de télétravail obligatoire

Publié le 27 octobre 2020
- A +

Par Sonia Levillain-Desmarchelier.
Un article de The Conversation

Le 14 octobre 2020, le président de la République Emmanuel Macron annonçait entre autres mesures la mise en place d’un couvre-feu dans les métropoles les plus touchées par l’épidémie de Covid-19, une limitation des rassemblements privés, mais aussi la volonté d’une poursuite normale de l’activité économique, pouvant laisser sous-entendre que le lieu de travail n’est pas une zone à risque majeur de contamination.

Actuellement, le télétravail est encouragé par l’État, 2 à 3 jours par semaine. Certes, les mesures barrières très implémentées dans les entreprises font du lieu de travail un espace relativement sûr.

Comme l’a déclaré le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, avant les annonces présidentielles, « les entreprises ne sont pas des clusters ». En revanche, il n’en est pas nécessairement de même pour les transports en commun. Puisque l’État cherche à limiter fortement les interactions personnelles, on peut se questionner sur l’intérêt de la présence au travail sur site.

Geoffroy Roux de Bézieux : « Les entreprises ne sont pas des clusters » (France Inter, 10 octobre 2020). 

Pourquoi ne pas inciter au télétravail systématique pendant les semaines à venir pour toutes les organisations ayant la possibilité de le mettre en œuvre, puisque c’est une mesure de distanciation sociale qui a fait ses preuves pendant la période de confinement ?

De bonnes raisons de rester prudent…

Un premier élément du choix de ne pas ouvrir une nouvelle période de télétravail obligatoire tient sans doute au bilan que l’on peut tirer de la période de confinement du printemps, qui n’a pas abouti à une généralisation du télétravail puisqu’il a nettement reculé à partir de l’été.

Côté collaborateur, beaucoup ont été heureux de retrouver de la présence sociale sur site et des interactions réelles. La reprise d’une activité présentielle a aussi permis d’alléger les difficultés de déconnexion et les risques émotionnels de cette période.

La question de la performance peut aussi constituer un argument en faveur du statu quo en matière de restrictions sanitaires. Certes, la période de télétravail subie pendant le confinement s’est caractérisée par un maintien du temps de travail et de la productivité. Mais la mise en place de son usage à long terme requiert d’adopter une certaine prudence.

La mise à distance génère un certain nombre de challenges qui, s’ils ne sont pas relevés, peuvent se retourner contre l’entreprise : mobiliser les équipes dans une dynamique collective autour d’un sentiment d’appartenance, déceler les signaux faibles de lassitude ou de surchauffe des collaborateurs (dans un contexte pressurisant économiquement et remuant sur le plan personnel), communiquer, interagir, résoudre les problématiques, créer collectivement, piloter la performance, etc.

L’absence d’interactions sociales peut engendrer une perte de performance chez le collaborateur s’il se sent trop isolé.
Pxfuel, FAL

Le risque à long terme est de générer un détachement, une perte de sens, voire un désengagement du collaborateur, déjà difficile à fidéliser et à animer sur le long terme dans un contexte normal, et en parallèle d’observer un effondrement des performances.

Pour maintenir dans le contexte actuel une synergie collective, un bon transfert d’informations, ou un suivi efficace de l’activité et de la performance, il est nécessaire de mettre en place des pratiques managériales pédagogiques et volontaristes : un bon système de feedback, une grande disponibilité des managers, le développement des compétences des équipes et de la compétence managériale, et un bon mix présentiel/distanciel où le télétravail est pratiqué de manière cohérente avec la nature des missions de l’organisation.

Organiser et mettre en place tout ceci dans une nouvelle période de travail à distance total imposé semble bien difficile.

Amélioration continue

Il ne faut pas occulter non plus, parmi les freins à une extension du télétravail pour des raisons sanitaires, la traditionnelle méfiance de l’employeur envers le collaborateur dans les organisations dont la culture managériale n’a pas encore migré vers plus d’ouverture. Si des cas de laisser-aller sont évidemment à déplorer, faut-il pour autant généraliser ? Un collaborateur qui ne travaille pas ou pas assez est aujourd’hui assez vite démasqué.

Quoi qu’il en soit, le télétravail est devenu un véritable sujet sur lequel il est aujourd’hui important de se positionner, sous peine de perdre (au sens propre comme au figuré) une partie des effectifs, déjà éprouvés par la période que nous vivons.

Les attentes des collaborateurs, en termes d’autonomie ou de gains de temps, sont justifiées. La méfiance des employeurs, en ce qui concerne le maintien de la performance, l’est tout autant. Élaborer et mettre en place un bon accord de télétravail nécessite pour chacune des parties prenantes (employeurs, organisations syndicales, collaborateurs) une vraie ouverture d’esprit dans un dialogue constructif, ce qui demande du temps et ne peut être mis en place dans l’urgence que représenterait une nouvelle période de télétravail obligatoire.

Le meilleur équilibre possible pour tous est atteignable au prix d’ajustements récurrents, à réitérer jusqu’à trouver un mode de fonctionnement optimum. Finalement rien de bien innovant : de la communication, de l’action, de l’analyse, de la remise en question, des ajustements. Un bon système d’amélioration continue en somme, aux antipodes de décisions d’urgence.

Sonia Levillain-Desmarchelier, Professeur de Management, IÉSEG School of Management

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

The Conversation

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Est-ce à l’Etat de dire si le télétravail est bon ou mauvais dans tel ou tel cas ? Les initiatives publiques, même avec les meilleures excuses, pour faire évoluer la société dans des directions où elle n’allait pas toute seule, sont bien rarement couronnées de succès.
    Sûr que les téléconsultations permettent de limiter les risques d’attraper un virus en allant voir le médecin, mais sûr aussi que ça limite les chances d’avoir un bon diagnostic. S’il n’y avait que des avantages, pourquoi ne se sont-elles pas généralisées toutes seules ?

  • qu’est-ce qui change par rapport à d’autres épidémies, dont certaines bien plus létales?

    https://mobile.twitter.com/lcp/status/1319936461567909888

    Cette « pandémie » n’est qu’un prétexte à des décisions politiques, sociales, économiques, et bientôt monétaires.

    • ce qui change, c’est l’impact médiatique, qui permet des choses pas nettes pour certains qui nous dirigent, avec sans doute de graves conséquences pour les plus fragiles (comme toujours).

      • Oui, sans le formatage de l’opinion, ou plutôt avec une information plus objective ou du moins diversifiée, les politiciens ne pourraient pas imposer leurs mesures liberticides aussi facilement.
        Les Français, en majorité, souffrent de deux graves défauts: ils sont persuadés que les médias disent la vérité et que leurs dirigeants veulent leur bien. Là se trouve la racine de leur propension à la servilité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Maintenant que la période des confinements et de l’obligation du télétravail est terminée, que devient ce dernier ?

En 2020, on cherchait des idées et astuces pour vivre avec le télétravail forcé, comme j’en parlais ICI.

En 2021, une fois l’obligation levée, on se demandait qui allait revenir au bureau, une fois de bonnes habitudes prises en télétravail ; voir ICI.

Le sujet n’est pas épuisé. Le Monde publiait en avril dernier un dossier de Catherine Quignon sur un nouveau problème : les logiciels qui se sont perfectionnés... Poursuivre la lecture

Saras Sarasvathy, à l’origine de la théorie entrepreneuriale de l’effectuation, vient de recevoir le prestigieux prix suédois « Global Award for Entrepreneurship Research ».

Organisé depuis 1996 par la Swedish Foundation for Small Business Research (FSF) et la Swedish Agency for Economic and Regional Growth, le prix récompense les chercheurs ayant apporté une contribution majeure à la recherche en entrepreneuriat. Elle rejoint ainsi de grands chercheurs comme Sidney Winter, Shaker Zahra, Kathleen Eisenhardt, Scott Shane, Israel Kirzner... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles