L’intolérance islamiste prend en otage la liberté d’expression

Au cœur du drame de Conflans-Sainte-Honorine, il y a la tragédie d’un enseignant assassiné pour avoir enseigné à ses élèves le sens de la liberté d’expression. Et de quoi rêvent nos gouvernants ? De la mettre encore plus sous tutelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’intolérance islamiste prend en otage la liberté d’expression

Publié le 20 octobre 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Dans un entretien paru ce lundi dans Le Parisien, Éric Dupond-Moretti a assuré que la lutte contre le terrorisme islamiste allait se faire « dans le respect de l’État de droit ». Le garde des Sceaux, réagissant au meurtre de Samuel Paty, y rappelait que la primauté du droit était gage de justice :

« Toutes les réponses que nous pourrons apporter à cet acte odieux se feront dans ce cadre impérieux. S’en affranchir, sous le coup de l’émotion, signifierait que les terroristes ont gagné. »

Toutefois, parmi les pistes que le gouvernement se propose d’explorer, Éric Dupond-Moretti a évoqué le retour de la loi Avia au niveau européen, ainsi que la possibilité de lever l’anonymat en ligne, même s’il prend soin de préciser que la question est infiniment complexe :

« Le chemin de crête à trouver avec la garantie de la liberté d’expression est ténu. Il ne s’agit pas d’aller vers quelque chose qui ressemblerait à une censure, alors même que les terroristes cherchent précisément à attaquer notre liberté d’expression. »

Nouvelles menaces politiciennes sur la liberté d’expression

Éric Dupond-Moretti avait-il en tête les déclarations des politiciens et des journalistes qui, à peine le meurtre perpétré, réclamaient déjà davantage de contrôle des réseaux sociaux, de restrictions à la liberté d’expression et un encadrement des transactions financières de type bitcoin ?

Quelques jours avant les déclarations du ministre, c’est Laetitia Avia qui prenait la parole pour expliquer que l’assassinat tragique de Samuel Paty prouvait la nécessité de réguler les réseaux sociaux. Le retour programmé de la censure est dans les cartons, mais cette fois-ci avec la bénédiction européenne.

Bruno Le Maire, de son côté, estimait que des propositions devaient être faites pour « renforcer les flux financiers », et que les cryptomonnaies et la technologie blockchain posaient « un vrai problème de financement du numérique ».

Au cœur du drame de Conflans-Sainte-Honorine, il y a la tragédie d’un enseignant sauvagement assassiné pour avoir fait son travail, c’est-à-dire transmis à ses élèves le sens de la liberté d’expression. Et de quoi rêvent nos gouvernants ? De la mettre encore un peu plus sous tutelle.

Impossible de ne pas penser ici à l’excellente analyse de Nassim Nicholas Taleb dans son livre Jouer sa peau :

« Il suffit qu’une minorité intransigeante – qui met sa peau en jeu (ou, mieux encore, son âme) – atteigne un niveau relativement faible […] pour que la totalité se soumette à ses préférences. »

Comme par mimétisme, face à l’intolérance islamiste qui prend en otage l’Islam et menace la liberté d’expression, certains ont le réflexe de confisquer à l’intégralité de la population le droit de s’exprimer et de jouir de leur propriété.

Le combat contre le cancer islamiste est légitime, mais il ne doit pas être un prétexte pour faire disparaître à bas bruit ce pourquoi nous combattons, nos libertés chèrement conquises.

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • article: « face à l’intolérance islamiste qui prend en otage l’Islam »

    Pas d’accord. Un bon musulman vit selon les préceptes du prophète qui était un guerrier prosélyte et violent. Les périodes de paix et de tolérance ne sont forcément que de vagues rémissions et l’histoire est limpide là-dessus.
    Un chrétien ou un bouddhiste qui tue au nom de sa religion viole les principes fondamentaux de sa religion, un musulman qui tue les appliques à la lettre.
    Si l’église à fait des excès comme tout appareil de pouvoir, ce n’est pas un hasard si la chrétienté a tout inventé en matière de droit de l’homme et de libertés. Le libéralisme est d’ailleurs fondamentalement basé sur ce principe chrétien: « ne fait pas aux autres… »
    (Je suis athée)

    • Oui, le libéralisme est intimement chrétien, une sorte de version « pour les nuls » de la chrétienté (ceci étant dit sans malice ni méchanceté), déclinaison laïque des grands principes humanistes et première marche pouvant favoriser ensuite une plus grande connaissance du bien. Même la laïcité bien définie est, en vérité, éminemment chrétienne.

      A l’opposé, le socialisme sous toutes ses formes avec sa pseudo-morale de bazar, ses sciences factices, ses mensonges politiques et économiques et sa solidarité de pacotille fondée sur la rapine et le vol. Ce n’est pas un hasard si les antilibéraux, antifas et autres fascistes collectivistes, brûlent les églises en priorité. Au-delà de leur haine de la liberté d’expression, ils démasquent ainsi leur objectif véritable, leur motivation profondément anti-chrétienne, contre toute civilisation. Le socialisme, c’est le choix de l’anti-humanisme, le choix de la destruction, le choix de la barbarie.

      • Oui.
        La différence essentielle entre le christianisme et le socialisme, c’est que l’individu est tout dans le premier, il est à l’image de Dieu et ne doit des comptes qu’a celui-ci, alors qu’il n’est rien dans le deuxième.
        .
        Si les deux ont une morale qui se veut supérieure, il faut avant tout sauver l’individu dans le premier et le collectif, voir même une catégorie dans le deuxième.
        Le « bien commun » ou le « droit des opprimés » va ainsi justifier toutes les violations des droits et libertés de l’individu.

      • « Même la laïcité bien définie est, en vérité, éminemment chrétienne »
        Et la guerre, c’est la paix, la liberté, c’est l’esclavage, etc.

    •  » Un bon musulman vit selon les préceptes du prophète qui était un guerrier prosélyte et violent. » C’est mot pour mot le mensonge que répètent en boucle … les jahadistes… pour recruter leur chair à canon et que 99% des musulmans réfutent totalement.

      On peut juste arrêter de faire de la pub aux ~1% en hurlant que c’est eux qui ont raison et qu’il faut donc punir tous les autres ?

  • « Le combat contre le cancer islamiste est légitime, mais il ne doit pas être un prétexte pour faire disparaître à bas bruit ce pourquoi nous combattons, nos libertés chèrement conquises. »

    Totalement d’accord mais c’est un problème quasi insoluble.
    On ne peut stopper l’islam sans des lois spécifiques qui violent l’égalité devant la loi et des tas de libertés fondamentales.
    La seule solution serait de classer cette religion dans la liste des sectes dangereuses. C’est facile pour quelques milliers d’adeptes, plus difficile pour 1,8 milliards.
    D’un autre côté, ne rien faire c’est avoir à terme des sociétés totalitaires ou des guerres de civilisations.

    • Une autre solution : définir et imposer un islam gallican, avec réécriture du coran conforme aux lois de la république, usage obligatoire du Français, serment d’allégeance et de soumission des imams et des fidèles à la constitution. Définir comme terroriste tout autre expression de l’islam sur le territoire national. Créer une université chargée de diffuser l’islam gallican, seul et unique islam véritable, au reste du monde.

      • une réforme de l’islam en effet..
        que certains pensaient qu’elle se ferait toute seule par la cohabitation..ben il semble que non..ou le schisme n’est pas consommé

        • Elle aurait pu se faire si l’état avait fait son boulot et combattu l’islamisme. Or il a fait l’inverse et livré les musulmans de France aux islamistes, qui ont prêché en toute liberté la haine de l’occident et le djihad. Avant 1980 les femmes musulmanes étaient tête nue, de nos jours elles portent presque toutes le foulard. C’est la démission de l’état qui a engendré cette situation. Les musulmans qui ont abandonné leur religion sont traqués par les islamistes et mis en danger! Et ce dans un pays laïque.

      • « Une autre solution : définir et imposer un islam gallican »

        Très intéressant.
        Deux problèmes toutefois : il faut un pouvoir fort et autoritaire pour lancer et brûler les dissidents « forcer » un peu une nouvelle religion comme l’a fait Henri VIII en son temps et cette nouvelle religion se heurterait aux Coran qui est la parole de Dieu non-réformable.
        Un blob mou lancé par des invertébrés n’a aucune chance d’évincer l’original.

        • Il suffit d’imposer la bonne interprétation, pas besoin de réécrire, c’est comme la bible on peut lui faire dire ce qu’on veut tellement le phrasé est tordu.

          • Oui, mais en fait non…
            Le phrasé est tordu mais extrêmement explicite. Les imams « modérés » avaient tout fait pour essayer d’embrouiller le fidèle, mais il suffit de 30s sur un site « intégriste » pour que le musulman lambda se dise « ah beh si, en fait, il faut tuer les chrétiens, les juifs, les apostats… c’est marqué en toutes lettres, et c’est ce qu’à fait Mohammed, ‘le beau modèle’ et c’est attesté dans plein de hadith… OK, où est la machette ? »

          • Non justement, on ne peut pas faire dire n’importe quoi à la Bible puisqu’il y a l’Eglise. Toute interprétation hors de l’Eglise est forcément fausse. C’est la simplicité même, évidence accessible même au plus limité de nos contemporains.

      • cela a-t-il vraiment un intérêt ?
        Pourrait-on déjà commencer par faire respecter la loi républicaine aux musulmans vivant en France et cesser de faire des entorses par clientélisme ou ignorance ???

      • Comment, la republique serait la perfection incarnée par un buste de Marianne comme la justice serait une balance tenue pas une femme (pourquoi pas un homme) les yeux bandés ?
        Toutes les républiques sont exécrables, elles ne savent pas ce qu’elles veulent vraiment.

      • Non le pb réside dans les peuples arabes pas dans leur religion
        Les rapatrier chez eux reste la seule solution pérenne…
        Communautarisme, loi du plus fort, agressivité provocations intolérance sont le lot quotidien qu’on constate quand on les fréquente
        Allez au tgi pour consulter la liste des comparus du jour comme je l’ai fait par hasard il y a un an
        Agresseurs prénoms arabes 100%
        Et agressés prénoms français à 100%
        Ça a été un choc pour moi et une révélation
        Une statistique nationale serait la bienvenue distinguant algériens, marocains et tunisiens pour affiner le constat

      • @Cavaignac: Un islam gallican ? Vous proposez une hérésie, donc, qui me semble ressembler à l’apparition de l’islam chiite.

        Que voila une proposition qui va passer comme une lettre à la poste, à l’ONU, par exemple… comme un signe de paix, d’amour et jamais ne ressemblerait aux épisodes identiques dans le passé qui ont tous produit rivalités, guerres, …

        • Vous faites un contresens. En l’absence de structure officielle, il ne peut pas exister d’hérésie puisqu’il ne peut pas exister de dogme. En créant l’islam gallican, je vous propose justement de créer cette structure officielle, de portée universelle, qui concurrencera avec une rare efficacité toutes les autres « branches » de facto hérétiques.

          L’ONU ? Le machin bientôt inscrit sur la liste des organisations terroristes ?

    • @ Guillaume P : si on regarde l’Histoire, nos ancêtres n’ont cessé de se battre – d’être en guerre ouverte ou larvée – contre des musulmans conquérants. Il n’y a que depuis quelques décennies que nous voyons une importante communauté musulmane s’implanter en France et en Occident (avec en parallèle une sécularisation des gens, ce qui n’est pas sans rapport).
      Si l’islam est bien un système juridico-politico-religieux visant à l’organisation TOTALE de la société, y compris de la vie des non-musulmans – et il l’est – alors il est incompatible avec la démocratie, et cela ne pourra finir que par la soumission ou la guerre. Et la majorité pacifique des musulmans n’a aucune importance, car elle se contente de suivre. Nous le constatons aujourd’hui encore : elle est invisible et inaudible.
      Alors ? Nos ancêtres ont mené des guerres et des révolutions pour garder, conquérir ou reconquérir leurs libertés. l’important, si nous en arrivons à la guerre, est que nous la ferons de la façon la plus « civilisée » possible – en épargnant les prisonniers de guerre, par exemple (cf le droit international de la guerre).
      Honnêtement, au point où nous en sommes en France, avec des dirigeants au plus haut niveau qui ont publiquement parlé de partition et de guerre civile, je vois mal comment la France peut s’en sortir sans des mesures très fortes, d’expulsion des doubles nationaux reconnus dangereux, de reconquête des territoires perdus, donc une certaine violence car ne nous leurrons pas, en face ils sont prêts à en découdre. Nous allons payer au prix fort le pourrissement de la situation depuis des décennies, fruit de la lâcheté et de l’aveuglement de beaucoup, surtout mais pas seulement parmi les politiciens. Sinon, ce sera, à terme – la démographie et les attentats aidant – la soumission, et un régime situé entre le régime égyptien et le régime saoudien.

  • Cette loi Avia va évidemment repasser. Ils vont attendre un moment que l’émotion de cet attentat soit passée et, au nom de la sécurité de tous, ils vont la laisser devenr la norme. L’état aura donc la mainmise sur toutes nos communications. Tout sera lu et décrypté si on ne veut laisser passer des messages appelant à la haine, la violence et/ou la désobéissance. Vous ne saurez de toute manière pas ce qui a été supprimé (évidemment). Et l’état, mine de rien, mettra sur le dos des réseaux sociaux. On ne vos fera donc avaler QUE ce qu’on voudra. Un peu comme en Corée du Nord.

    Et qui va décider où sera la limite de ce qui est publiable ou pas ?

    • Qui va contrôler les contrôleurs ? Pas un processus démocratique en tout cas puisque, la liberté d’expression n’étant plus garantie, ce processus sera imparfait, rendu impuissant. Cette loi, c’est la privatisation de la liberté d’expression au profit de quelques-uns.

  • Lire et relire la lettre ouverte au monde musulman du philosophe Abdenour Bidar. Cette lettre a déjà 5 ans. Elle est toujours autant d’actualité. Elle n’a visiblement pas été reçue 🙁

    https://quebec.huffingtonpost.ca/abdennour-bidar/lettre-au-monde-musulman_b_5991640.html

  • Il en faut des contorsions pour en arriver là! Du grand art!

  • L’Islam est une théocratie au proselytisme violent (le djihad), le Judaisme est une théocratie sans prosélytisme, et donc pacifique.
    Le Christianisme est une religion, très prosélyte, mais sans violence, puisque séparée de l’état. Elle représente la version religieuse du libéralisme, car son « mode défaut » est d’être séparée de l’état « rendez à César etc. »
    Le socialisme/étatisme qui est une version « laïque » d’une théocratie violente, car il utilise également la violence de l’état pour assurer son expension, entretient, nécessairement, un rapport ambigü avec l’Islam qui utilise les mêmes modi operandi, alors que, paradoxalement, les mêmes étatistes se sont mis a détester la religion chrétienne, qui n’a jamais présenté un obstacle violent à leurs entreprises.
    L’apparente menace que fait peser l’Islam sur l’état français n’en est en réalité pas une car il s’en sert pour « islamiser laïquement » la société française avec des mesures tyranniques, pour éliminer toutet race de christianisme dans ladite société, avant de probablement, dans quelques décennies, finir par fusionner avec lui, et par créer un régime de type algérien.

    • Si je vous suis bien, l’enseignant fonctionnaire, représentant de la parole éducative de l’Etat, a été décapité par un semblable ?
      De même, pour vous, libéralisme=christianisme et socialisme=étatisme…
      Mon Dieu, mon Dieu, comme dirait l’autre !

  • A propos des cryptos, comme prévu, le masque a fini par tomber. Dans ce pays où les citoyens sont les quasi-esclaves d’un Etat qui a tous les droits, Il ne faudrait surtout pas qu’ils retrouvent leur souveraineté sur le fruit de leurs efforts. Il faut que les hommes de l’Etat puissent continuer de les spolier en fabriquant massivement de la fausse monnaie et éventuellement, aient même la possibilité de les dépouiller de toutes leurs économies. La dette de l’Etat à rembourser, ce n’est pas nécessairement pour les générations futures, comme on n’arrête pas de nous le répéter pour nous endormir. Les Français étant maintenus par le « système » dans une ignorance crasse des mécanismes économiques les plus élémentaires, ils sont encore très peu nombreux à réaliser la chance inouïe que leur offrent les cryptos de sortir de leur servitude monétaire.

  • nos gouvernants n’ont pas attendu l’intolérance islamique pour s’attaquer à la liberté d’expression.

  • « D’un prof assassiné pour avoir diffusé des caricatures de Mahomet dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression, on en arrive donc à un retour de la loi Avia, censurée pour atteinte à la liberté d’expression »

    Tout est dit (et bien dit).
    Combien de fois faudra-t-il rappeler que le coupable est l’islamisme et pas le reseau social ?
    En admettant même que le réseau social fut un vecteur principal (en oubliant le rôle de la mosquée, de la vidéo, de l’entretien téléphonique entre le père de la jeune fille et l’assassin, de la photo d’identification, etc), a-t-on jamais légiféré sur les couteaux de cuisine parce qu’un quelconque meurtrier en fit usage ?

  • Assez de verbiages, cher EDM ! On vous attend au pied du mur de l’islamisme ! Des actes forts et définitifs, plus de mots oiseux !

  • « face à l’intolérance islamiste qui prend en otage l’Islam »
    Non c’est l’islam qui est intolérant

    • Christophe Barbier se rend-il compte qu’il veut faire repasser une loi qui censure (selon quelles limites) pour que l’on puisse s’exprimer librement (sous entendu selon les critères dictés par le parti au pouvoir). Comprend-il vraiment ce qu’il dit ?

  • Christophe Barbier: « Blaise Magnin et Henri Maler y publient un article reprochant à Christophe Barbier ses contradictions sur la question de la liberté d’expression, passant de « il ne peut pas y avoir de limite à la liberté d’expression » à propos du journal satirique Charlie Hebdo, à « la liberté d’expression a des limites »

  • Il y a +/- 17année, il y a eu l’affaire Chagnon, il fut poursuivi par un médecin qui était un musulman actif.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Récemment, les propos de M. Dupond-Moretti, qui attaque la gauche (NUPES) à l’Assemblée nationale pour un ensemble de raisons seulement apparemment reliées par des liens disparates avec ce que différentes personnes associent à ce qu’on appelait avant, à l’époque de Marx et de Sartre, « la question juive », suscitent une vague de nouveaux articles, qui se suivent et se ressemblent, sur la montée de l’antisémitisme.

On y explique que, si le nombre d’« actes antisémites » n’augmente pas, et diminue plutôt (modulo les problèmes que posent ... Poursuivre la lecture

Parmi les dispositions du décret du 28 juin 2022 portant convocation du Parlement en session extraordinaire, publié le 29 juin dans le Journal Officiel, on retrouve à l’article 2 alinéa 8, l’examen de la « proposition de loi portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne en matière de prévention de la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne ».

Celle-ci fit l’objet d’un accord en Commission mixte paritaire. Disons-le d’emblée, ce texte représente une menace sérieuse pour l’État de droit, notammen... Poursuivre la lecture

impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles