Macron le 14 octobre, prêt à en découdre avec toute opposition

Que cela plaise ou non, le conseil scientifique sera reconduit. Car c’est Jupiter qui en décide. L’aventure covid version Macron peut se poursuivre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Capture d'écran France 25 du 14 octobre 2020.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron le 14 octobre, prêt à en découdre avec toute opposition

Publié le 18 octobre 2020
- A +

Par Paul Touboul.

Quel piètre discours, contraint, martelé, raide, faussement volontariste, soutenu par un regard plus glaçant que persuasif, entendu ce 14 octobre ! En bref un discours de commande.

Car Emmanuel Macron a paru lancé à la rescousse de ses troupes, lesquelles, à l’orée de mesures impopulaires et conscientes des remous suscités de plus en plus affichés, avaient dû s’en remettre à la parole de Jupiter.

Un Dieu agacé de n’être pas dans son rôle, haussant le ton pour pallier les manques d’un discours appris, se démenant tel un maître d’école peu assuré que l’écoute suit, fixant ses vis-à-vis à l’image d’un guerrier prêt à en découdre avec toute opposition.

En fin de compte c’est à cette opposition que le chef d’État s’est adressé avant tout, opposition jamais nommée mais dont les contours seraient l’exact contrepoint de la politique sanitaire menée à ce jour.

Une politique qui a vu se succéder un confinement généralisé au printemps face à la déferlante virale, puis en fin d’épidémie, le dépistage intensif des foyers de circulation virale entretenant un climat d’anxiété persistante face à l’émergence redoutée d’une seconde vague. Et l’on en est toujours là, le combat s’éternisant désespérément.

Alors à ces rebelles qui doutent ou pire, qui osent s’exprimer et proposer d’autres options, il est dit, par la voix présidentielle : ça suffit, il n’y a qu’une politique en la matière, celle du gouvernement, et j’en suis la caution suprême. Que chacun se range, qu’au lieu de l’éparpillement d’individualités se rassemble une nation, une vraie, à laquelle chaque citoyen apporte sa solidarité !

Et bien sûr solidarité autour des mesures gouvernementales. C’est clair et aussi une autre façon de nous dire d’obéir.

Et comme à des élèves en salle de classe, le maitre d’école nous dévide la liste des gestes barrières qui nous sont rappelés à l’envi sur tous les modes et en tous lieux.

Emmanuel Macron nous fait la leçon, veut se montrer persuasif, entre dans le cercle familial pour montrer que même là les mesures de protection ont leur place, nous délivre une règle des six, chiffre barrière magique s’appliquant à tout regroupement familial ou autre, bref ré-énonce le credo anti-covid à ceux qui auraient négligé de lire le petit livre rouge de la macronie.

Car le virus continue de nous menacer. Le chiffre de 0,3 % de mortalité nous est asséné à l’appui de la dangerosité du virus, et là on croit rêver. Car ce chiffre est au fond celui associé aux épidémies de grippe saisonnière. De qui se moque-ton ?

La président, imperturbable, n’en poursuit pas moins son propos. Le virus peut tuer. Il continue de circuler de manière inquiétante. De plus en plus de contaminés et de sujets hospitalisés. D’où les mesures à venir de couvre-feu dans les régions les plus touchées, en fait la plupart des grandes métropoles.

Notre président Macron, plus père de la nation que jamais, s’afflige des retombées dramatiques pour les restaurants et autres lieux de réunion de l’horaire couperet de 21 heures.

Et nous avons alors droit à quelques conseils pour y faire face qui, à vrai dire, frisent quelque peu le ridicule. Pauvres restaurateurs en plein marasme ! pauvres cinémas et autres salles de distraction ! On les aidera, c’est sûr. Et les jeunes, quel gâchis ! que les temps sont durs pour eux, qu’il s’agisse d’emplois ou de vie sociale ! le président pense aussi à eux.

Le comble arrive avec le couplet sur les plus défavorisés. Car l’épidémie, sans vergogne, parait frapper surtout les pauvres, les précaires. Le fait est martelé. L’injustice est flagrante. Heureusement le gouvernement en a conscience. Des mesures ont été prises pour venir en aide à cette population qui ne mérite pas ça.

Décidément ce virus est pire que tout. Il semble ressortir de ce constat que nous avons encore plus de raisons de le combattre. En la matière, le pouvoir se tient prêt, a les solutions.

Finalement la critique n’a pas sa place ici. Le président Macron semble avoir eu vent de contestations et s’en est agacé. Les décisions sanitaires n’ont pas toujours eu le meilleur accueil et des objections argumentées ont été avancées. A même été questionné le sacro-saint conseil scientifique dont l’objectivité a été mise en doute pour cause de conflit d’intérêt.

Alors, oui, c’est dit. Que cela plaise ou non, le conseil scientifique sera reconduit. Car c’est moi, Jupiter qui en décide. De quoi clouer le bec aux récalcitrants. L’aventure covid version Macron peut se poursuivre.

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • tout est dit dans le dessin de Le Honsec: HEIL MACRON.

  • macron n’est pas un dieu ni Jupiter.
    La critique a sa place et que Macron l’incapable s’en enerve est normale.
    Quant à prétendre que ce pouvoir a les solutions ne soyez pas ridicule,ce qui se passe depuis le mois de mars prouve de façon sûre le contraire

  • macron et ses discours ….il ne croit même pas en ce qu’il dit ; il veut chéffer mais il n’en a pas l’envergure ; ces gens qui ne font que parler , s’écouter parler , veulent être écouter, ne sont pas les plus actifs , on le voit bien sous l’ère macron ;

  • Macron se trompe de guerre et ne le voit même pas.
    Plutot que d’emmerder les Français avec la traine de son incurie sanitaire, il ferait mieux de s’occuper du vrai front intérieur qui s’allume du côté de la radicalidation islamiste hors de contrôle.
    Comment est-il possible d’avoir une gouvernance qui ait si peu conscience des priorités?
    Pour ceux qui ne connaissent pas la solution proposée par Objectif-France, c’est là:
    http://www.objectif-france.org/of/videos/10100-territoires-perdus.html

    • Facile de tenir un vocabulaire guerrier contre un virus,par contre vis à vis de l’autre problème qui nous pète à la gueule comme d,’habitude ce sont des postures et des coups de mentons émotifs et puis ce sera 1 suppo de PADAMALGAM 500mg et au lit.

    • Je viens de lire leurs propositions sur la santé et la sécu, j’aime bien,
      merci pour ce lien

    • J’ai vite arrêté la visionnage de Soubelet car il dit que la première chose est de renforcer la loi. C’est se moquer du monde. La première mission d’un état, c’est d’assurer la sécurité des citoyens. Il ne devrait donc pas y avoir besoin d’autre chose que cette vérité-là. Si, pour assurer la sécurité des citoyens, il faut envoyer un bataillon de légionnaires dans les quartiers de voyous pour les neutraliser, faisons-le. S’il faut les isoler définitivement, construisons des prisons à sécurité renforcée (si on ne sait pas ce que c’est, allez voir aux USA comment on fait). Etc.
      Et relisez Bastiat: tout y est.

      • Il est vrai que si l’on appliquait toutes les lois existantes à la lettre (votées de tous bords) on se rendrait compte de l’univers concentrationnaire * qu’elles représentent.

        Pas besoin de nouvelles lois, même en en supprimant la moitié il y en aurait moins que sous Vichy…

        * J’ai une hésitation en écrivant cela, cette situation s’installant peu à peu au présent, quels mots pour décrire un avenir pire ?

  • Tout est dans le Coran aussi…

  • On peut toujours disséquer l’action du président mais, il s’en fout de notre opinion, il n’en fait qu’à sa tête, sans doute qu’il a un programme à suivre et il ne dévie pas de sa route, asphyxier l’économie française pour la mettre entre les mains du fmi. Ce faisant, l’euro ne pourra pas survivre. Un concurrent de moins au dollar.

  • Intéressant, cela confirme ce que je pensais mais c’est aussi dramatique, comme je l’ai déjà dit, mon leclerc a cessé de desinfecter ses chariots, ce qu’il faisait depuis le debut, un coup de fil du président ?

  • E Macron a été, sauf erreur de ma part, élu président de la République par une majorité des français. Il est donc légitime à organiser la vie de la société pendant cette pandémie. Et il a la sagesse de s’appuyer sur un conseil scientifique ce qui l’honore, contrairement à d’autres chefs d’états. C’est mieux que d’écouter les uns et les autres qui, dans une querelle d’égo donne des conseils à tout va, fuissent ils ancien cardiologue !

    • Une majorité de votants n’ayant aucun choix possibles.. Il est élu comme dans toutes les républiques bananière.

    • même élu, cela ne l’autorise pas à faire n’importe quoi et surtout pas à mépriser ceux qui pensent différemment et qui ne peuvent que constater les dégâts qu’il produit.

    • Légitime à supprimer les libertés fondamentales et à détruire l’économie : vous plaisantez ? À moins que vous ne soyez en service commandé ?

    •  » Macron, c’est le grand flou. Entre l’électeur de gauche et l’électeur de droite qui votent pour Macron, l’un des deux, forcément, sera cocu, mais toute l’intelligence de Macron est de faire croire à l’un que ce sera l’autre et inversement.  »

      Jean d’Ormesson

    • La sagesse serait d’écouter 2 ou 3 conseillers compétents et intelligents qui sortent du lot. (Sans pour autant appliquer forcément leurs recommandations).

      Mais transformer la science en structure technocratique est tout sauf de la sagesse.

      • encore faut-il savoir écouter (avoir l’intelligence et la culture qui vont avec…).

        • Déjà, quand on ne fait pas la différence entre la science et la technologie, c’est mal barré …

          Et tartiner des couches administratives d’experts bien gras quand on a déjà une crise de foi-e, c’est idiot.

    • La liste est longue des dictateurs … élus ! Et là on en tient un qui se sent bien, il y prendrait goût le bougre ! Paraîtrait même qu’on en redemanderait (enfin pas moi).

    • En fait vu sa composition un conseil pseudo-scientifique avec de nombreux liens d’intérêts

  • « Que chacun se range, qu’au lieu de l’éparpillement d’individualités se rassemble une nation, une vraie, à laquelle chaque citoyen apporte sa solidarité ! »
    Oui, que tout le peuple se rassemble, toutes tendances confondues, et s’unisse dans un élan de solidarité pour évincer ce blanc bec orgueilleux, arrogant, prétentieux et toute sa clique d’une imbécillité crasse. Et cerise sur le gâteau, ce pignouf ne supporte pas la critique !
    Nombreuses sont les personnes ayant compris la manipulation de la peur du virus. Elle n’est que le prétexte des lois liberticides pour terroriser et museler la population, le tout enrobé d’une empathie mielleuse hypocrite. Cette tyrannie exprimée révèle l’affolement voire la panique des branquignols qui nous gouvernent face à ce pays qui leur échappe, se disloque et menace, par une colère grandissante, d’exploser.

  • Il veut en découdre, certes. Alors il doit savoir qu’à part fermer la France comme la Corée du nord sa lutte est vaine et perdue d’avance. Le salut ne vient pas d’ici, mais d’Allemagne.
    https://cdn.lbryplayer.xyz/api/v3/streams/free/Alliancemondialemedecin/161fab73a75360971900adb71f8c086ee63bad36/77754c

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Victorieuse à la présidentielle mais fortement contestée après les élections législatives, la Macronie va devoir transiger, négocier et réinvestir le champ parlementaire. Et ce n’est pas vraiment dans ses habitudes.

Le triomphe d’Emmanuel Macron en 2017 est aussi le triomphe de l’hyperprésidentialisation du régime. Porté en triomphe par les médias et bénéficiant d’une confortable majorité à l’Assemblée, le nouveau président peut s’imaginer Jupiter. Il s’entoure de technocrates chargés d’appliquer à la lettre ses consignes et exige l’ob... Poursuivre la lecture

casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles