Bourse : que faire après l’exubérance rationnelle ?

S’il est possible d’appréhender de manière relativement juste les fondamentaux d’une entreprise, il est impossible de contrôler l’irrationalité des marchés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Charging Bull - New York City By: Sam valadi - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bourse : que faire après l’exubérance rationnelle ?

Publié le 13 octobre 2020
- A +

Par Sébastien Thiboumery.

Dans un contexte particulièrement marqué par l’incertitude économique et la valorisation élevée des marchés (Nasdaq en tête), la question que tout investisseur rationnel doit se poser est : les actions offrent-elles toujours une rémunération proportionnelle à leur risque ?

Pour y répondre, utilisons le modèle de Gordon Shapiro permettant d’obtenir de manière décente le prix d’une action. Ce modèle théorique, qui a le mérite de la simplicité, nous enseigne que le prix d’une action (So) est égal au dividende (D1) rapporté au rendement exigé par l’actionnaire (r) diminué du taux de croissance des dividendes (g). Autrement dit : So = D1 / (r – g). Mathématiquement, un léger changement dans l’un des deux taux au dénominateur, « r » ou « g », a une influence très forte sur la valeur de l’action.

Dans les faits, on constate que le taux américain à 10 ans a baissé d’environ 120bps depuis le début de l’année, ce qui peut expliquer (toute chose étant égale par ailleurs) une hausse de valorisation d’un titre de plus de 50 %, ce qui se vérifie pour des valeurs de « croissance » telles que Amazon (>70 %) et Apple (>60 %). A contrario, les titres value ont été impactés moins favorablement par la baisse du « r » car le « g » a également été revu à la baisse, leurs bénéfices étant davantage liés au cycle économique.

Un retour de balancier à redouter ?

Ce phénomène de baisse des taux explique en grande partie l’écart de performance boursière des styles de gestion « croissance » et « value », qui n’a jamais été aussi élevé. Ne faut-il donc pas redouter un retour de balancier ?

En effet, continuer à parier sur une baisse du taux américain à 10 ans qui s’établit aux alentours de 0,70 % paraît risqué, d’autant plus qu’il a effectué une légère remontée sur les dernières semaines. Mais comme le rappelle la formule de Gordon Shapiro, le cours de l’action progresse grâce à une réduction de la différence entre le rendement exigé par l’actionnaire et le taux de croissance des dividendes.

Il en découle qu’une entreprise peut espérer une hausse de son cours de bourse en augmentant, à taux de distribution inchangé, ses bénéfices. Toutefois la progression des bénéfices n’est pas toujours suffisante. Les FAANGS (Facebook, Amazon, Apple, Netflix, Google, Salesforce) rappellent à bien des égards les Nifty Fifty il y a 50 ans (Mac Donalds, Disney, Coca-Cola) : des entreprises solides, dominantes dans leurs secteurs d’activités, avec de belles perspectives de croissance mais traitant à des multiples de valorisation très élevés.

Ces valeurs ont connu une longue période de sous-performance boursière malgré la progression de leurs bénéfices, car elles étaient tout simplement trop chères. Ainsi, même en achetant la meilleure société au monde, un investisseur n’aura pas un retour sur investissement suffisant s’il paie trop cher.

Cependant, certains préfèrent surpayer un actif offrant de la croissance, cherchant désespérément quelques points de base de performance supplémentaire en espérant que l’actif continue de monter, plutôt que d’acheter un actif avec moins de croissance mais à rendement plus élevé et offrant davantage de potentiel de revalorisation.

Or s’il est possible d’appréhender de manière relativement juste les fondamentaux d’une entreprise, il est impossible de contrôler l’irrationalité des marchés. Lorsque les taux remonteront, l’impact sur les sociétés fortement valorisées sera significatif. Avec des taux d’actualisation plus élevés, la valeur présente des cash flow futurs sera bien plus faible que dans un environnement de taux zéro.

L’impact d’une hausse de taux de 1 % a un effet très négatif sur le multiple d’une entreprise traitant à un FCF yield de 2 %, mais bien moindre avec un FCF yield de 10 %. Attention donc au retour de balancier. C’est pourquoi les investisseurs devraient s’intéresser de nouveau à la value.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • On ne peut pas non plus négliger que quand la planche à billets tourne à plein régime, la fausse monnaie abonde et le cours des actifs non monétaires (or, foncier, commerces …) ne peut qu’augmenter. Ce n’est pas la « valeur » de ces biens qui augmente, c’est celle des monnaies qui baisse.

    • et cela s’appelle l’inflation.

      • Parfaitement, sauf que, comme l’inflation ne se voit pas encore dans une hausse des prix généralisée, la hausse de la bourse passe pour irrationnelle alors qu’elle ne fait qu’anticiper l’inévitable effondrement monétaire.

        • L’irrationalité soulevée par l’auteur concerne l’écart de hausse des cours entre les valeurs de croissance et les autres titres. Ce phénomène est lié à la situation provoquée par la crise covid et à la psychologie des foules qui fait le reste.
          Dés lors peut-on affirmer que la bourse anticipe l’inévitable effondrement monétaire, je ne sais pas.

  • Le modèle retenu D/(r-g) produit forcément des valorisations excessives puisqu’il compare des unités monétaires (D) à des taux (r-g), comme si c’était des valeurs de même nature. Avec ce modèle, il faudrait des taux à 10% et plus pour obtenir des valorisations à peu près normales, ce qui est tout bonnement irréaliste compte tenu de la croissance historique moyenne des économies, sauf en période d’hyperinflation façon Weimar, Russie soviétique, Venezuela ou Zimbabwe.

    Aucun investisseur rationnel ne va attendre un siècle ou plus pour obtenir le frémissement du début du commencement d’un retour sur investissement. Seule l’injection monétaire forcenée, obsessionnelle, suicidaire des banques centrales conduit les marchés à faire ces choix. Quand on investit non pas avec son argent mais avec l’argent des autres (les injections monétaires redistribuant la richesse cumulée de la masse des pauvres vers quelques riches privilégiés), quand il n’a fallu produire strictement aucun effort pour obtenir cet argent tombé du ciel, on peut se permettre de faire n’importe quoi avec. C’est précisément la situation des marchés depuis plusieurs années.

    Après tout, se construire un modèle aux petits oignons (ad hoc) pour se rassurer, pour se dire qu’on n’est pas devenu fou, peut être considéré comme une attitude rationnelle. De la rationalité logée au sein d’une folie : les internés qui se prennent pour Napoléon sont pour la plupart parfaitement logiques. Les investisseurs qui se positionnent sur des titres outrageusement survalorisés sont pour la plupart parfaitement logiques.

  • Dans le chaos on trouve les bénéfices rapides…. Même pas besoin de me poser de questions, il faut investir surtout sur les canards boiteux pas les boîtes qui survivront, tout le monde les connaît.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour ceux qui me lisent, la baisse des actions n’est pas totalement une surprise.

Dans cet article, j’expliquais une règle immuable : c’est lorsque les hypothèses implicites du marché divergent des vôtres que vous pouvez réaliser des performances exceptionnelles. Et les miennes se résumaient en un mot : récession. J’estimais et estime toujours que les marchés d’actions et de taux doivent intégrer la perspective d’une récession. De ce fait les premiers devaient baisser de 30 % et les seconds se détendre nettement.

Les actions ont... Poursuivre la lecture

À quelques mois de l’élection présidentielle de 2022 il est de bonne guerre pour tous ceux qui s’opposent au capitalisme et à la cupidité des actionnaires de dénoncer les pratiques condamnables des grandes entreprises cotées comme les rachats d’actions. Cette dénonciation est d’autant plus performante qu’elle s’appuie sur un raisonnement qui se veut sérieux et compétent. Or, il n’en est rien. C’est ainsi que le journal Le Monde consacrait son éditorial du 24 décembre 2021 à cette pratique condamnable, selon lui, qu’est le rachat d’actions par... Poursuivre la lecture

Par Alexis Vintray.

Les adages boursiers désignent des expressions de « sagesse populaire » dans le domaine boursier. D'un intérêt variable, ils permettent néanmoins souvent de rappeler de manière imagée des vérités sur le fonctionnement de l'économie et des marchés financiers. Tour d'horizon de ceux qu'il faut absolument connaître, et de ceux qu'il faut... absolument oublier !

Les adages boursiers avec une part de vérité « Acheter au son du canon, vendre au son du clairon » Cet adage souligne que les marchés financiers, résulta... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles