Covid-19 : les États-Unis face à la plus profonde récession de leur histoire

Alors que les États-Unis font face à la plus profonde récession de l’histoire américaine, la flambée des cas de coronavirus dans de nombreux États va freiner la reprise.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Charles Deluvio on Unsplash - https://unsplash.com/photos/9BXL-Vn22Do

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid-19 : les États-Unis face à la plus profonde récession de leur histoire

Publié le 5 août 2020
- A +

Par Philippe Lacoude.

Gravement touchée par les confinements promulgués par les différents gouverneurs américains prétendant faire face à l’épidémie de coronavirus, l’économie américaine a reculé à un rythme annualisé record de -32,9 % au deuxième trimestre suite à la chute de 5,0 % au premier trimestre.

Une crise sans précédent

Le ministère américain du Commerce publiant toujours ses chiffres en rythme annualisé corrigé des variations saisonnières (CVS), ce chiffre se traduit en fait par une baisse réelle de -9,5 % en CVS par rapport au trimestre précédent.

Cette évolution catastrophique du produit intérieur brut (PIB), qui a momentanément ramené l’économie à son niveau de production du quatrième trimestre 2014, souligne à quel point les États-Unis se trouvent dans l’ornière.

Ceci dit, en Espagne, le PIB a chuté de -18,5 % au second trimestre, revenant ainsi aux niveaux de 2002. Avec une baisse historique du PIB de -13,8 % au deuxième trimestre, la France retourne aussi à la fin 2002, effaçant ainsi presque 20 ans de progrès économique. En Italie, la chute du PIB de -12,4 % ramène l’économie à sa production trimestrielle de 1995 dans un contexte de dette publique extravagante.

Ainsi, même si les États-Unis font face à la plus profonde récession de l’histoire américaine, le pays ne revient pas aussi loin en arrière grâce à la forte croissance économique en temps normaux.

Des secteurs sinistrés

Sans surprise, la production industrielle est en chute libre. Les entreprises ont mis fin à de nombreux investissements ou ont gelé leurs dépenses d’infrastructures telles que les plates-formes pétrolières (-35 %) ou l’équipement industriel (-37,7 %), des baisses record.

La construction immobilière (-38,7 %), le transport aérien, l’hôtellerie sont sinistrés.

Les ventes de carburant et d’automobiles se sont un peu remises mais restent en berne alors que les Américains roulent peu.

Les inventaires ont baissé d’un niveau record, soit -234 milliards de dollars.

Des pertes d’emploi

Les pertes d’emplois du mois d’avril, soit -20,8 millions, n’ont pas été effacées par les gains de mai, soit +2,7 millions, ou de juin, soit +4,8 millions. En conséquence, le trimestre est globalement négatif.

Sur ce front, l’espoir était que le nombre des allocataires diminue régulièrement à mesure que l’économie reprenait, mais il a augmenté de 867 000 au cours de la semaine dernière, pour la première fois depuis la fin mai, indiquant que la reprise de juillet est molle, à supposer qu’elle soit réelle.

Des ménages extrêmement prudents

Comme en France où les livrets ont connu une forte collecte de fonds, les ménages américains épargnent massivement.

Les chiffres sont impressionnants. Le revenu personnel disponible a augmenté de 1530 milliards de dollars, soit +42,1 %, au deuxième trimestre après une hausse de 158 milliards de dollars, soit +3,9 % au premier trimestre.

Les dépenses personnelles ont diminué de 1570 milliards de dollars au deuxième trimestre après une baisse de 233 milliards de dollars au premier trimestre, contribuant pour 25,93 % à la baisse du PIB.

L’épargne personnelle était de 4690 milliards de dollars à la fin du deuxième trimestre contre 1590 milliards de dollars au premier trimestre.

Le taux d’épargne personnelle – l’épargne en pourcentage du revenu personnel disponible – était de 25,7 % au deuxième trimestre, comparativement à 9,5 % au premier trimestre.

Reprise des marchés financiers ?

Les marchés financiers font une lévitation que n’importe quel économiste trouverait bizarre : depuis le premier janvier, le NASDAQ, sur-pondérant les actions des entreprises technologiques, est en hausse et le S&P 500 est à peu près inchangé.

Bien sûr, cette réaction anticyclique est due au fait que le gouvernement américain a injecté des fonds dans à peu près tous les secteurs. Pour la première fois au cours d’une récession, les revenus des ménages sont même en hausse !

Mais ceci peut-il durer ?

Le fait est que l’État fédéral américain est dans une situation financière extrêmement précaire. La seule raison pour laquelle ces injections massives de liquidités ont pu être réalisées tient au fait que la masse monétaire a explosé en 2020 de plus de 3559 milliards (par rapport au niveau d’un an auparavant). La courbe est saisissante. On dirait le Zimbabwe !

Pour le moment, il n’y a pas d’inflation car la hausse de la masse monétaire est concomitante à l’effondrement de la vitesse de circulation de la monnaie due à la hausse vertigineuse de l’épargne des ménages : en clair, la nouvelle monnaie ne circule pas !

Rebond ?

Après un pareil trimestre économique, les 50 États américains ne peuvent pas se permettre de reconfiner. Responsabilité prophylactique, détection massive, traçage des cas, isolement des malades, retour à la normale pour les séropositifs… Les futures mesures contre l’épidémie de Covid-19 seront d’ordre individuel et les comportements d’adolescents capricieux vont devoir cesser.

Selon Market Watch, une filiale du Wall Street Journal, l’économie devrait rebondir de plus de 18 % en rythme annualisé au troisième trimestre.

La flambée des cas de coronavirus dans de nombreux États américains va freiner la reprise. Les niveaux d’activités de la fin 2019 ne seront pas reconquis avant quelques trimestres.

Comment les électeurs américains réagiront-ils à tout ceci en novembre prochain lors de l’élection présidentielle ?

Voir les commentaires (46)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (46)
  • les gens en france ont majoritairement accepté de sacrifier l’économie..

    • ..et ça ne date pas du covid19, pendant qu’on refait le monde avec de grands idéaux, d’autres le font en se sortant le doigt du c.

  • Heureusement que Trump va remplir les caisses de l’Etat fédéral en prenant sa part sur le rachat de TikTok par Microsoft. (« il exigeait de Microsoft ou de «n’importe quelle entreprise très américaine» qui rachèterait TikTok : «C’est comme pour un propriétaire et un locataire: c’est le bail qui donne la valeur. Nous sommes le bail, en quelque sorte». »)
    lol.

    • Il pourra montrer des jolis graphiques lors de sa prochaine interview sur HBO (pour ceux qui ont raté la dernière, la séquence où il tend ses feuilles comme un élève à un journaliste médusé vaut le détour)

      • vous n’avez pas compirs, ici sur ce site il est interdit de défendre ou de se moquer du sieur Trump qui est un grand libéral pour nombre de lecteurs de Contrepoints, même s’il passe son temps à dire des conneries et faire juste du protectionnisme.

        • Le problème de TikTok est avant tout le fait que cette application loggue énormément de choses qu’elle ne devrait pas…

          Autre problème qui n’a lui aussi rien à voir avec Trump ou qui que ce soit est lié au fait que la Chine se permet de blacklister des centaines d’applications qui ne leur reviennent pas sans que personne ne puisse rien y faire…et qu’ils sont surpris quand on menace de leur supprimer une application…plus hypocrite que le CCP et ses supporters, tu meurs..

        • On peut très bien se moquer ici de TrikTok est plutôt une manière astucieuse de satisfaire son électorat sinophobe sans compromettre outre-mesure les aspects économiques. On aimerait bien que les dirigeants français ou belges aient ce genre d’idée, plutôt que le réflexe de la taxe cachée derrière un numéro d’acteur consommé.

          • Désolé, il manque « se moquer de … Trump, à condition de la faire subtilement. Le rachat de Tiktok … »

          • Donc vous approuvez son interventionnisme étatique dans un contrat privé ?
            Alstom qui rachète Bombardier, c’est quoi la commission « spéciale » pour l’Etat ? Ce dernier va venir à la table des négociations pour avoir sa part ?

        • Encore faudrait-il que Trump ne devienne pas l’explication à tout. La conclusion de l’article pose la question sur l’élection, et on sait très bien que les MSM et apparemment avec l’assentiment de leurs lecteurs assidus, résumeront tout à un partisanisme politique.

        • Trump est un c… Mais l’est-il plus que Macron ? Différemment mais au fond on s’en fout.

          Le seul problème est le pouvoir de nuisance écrit dans leur programme politique.

          D’un point de vue libéral et en me concentrant sur les fonctions régaliennes de l’état, je considère que le président est une potiche et les ministres l’équivalent des Marseillais ou des Ch’tis de la télé-réalité. C’est le parlement qui fait les lois et le peuple qui fait l’économie. Les gesticulations des autres ne peuvent être que néfastes.

          Il faut être un étatiste pour considérer que le président doit être intelligent ou même capable – ce qui est contradictoire avec le fait de consacrer sa carrière à la politique.

          • Diviser pour régner est souvent une stratégie du pouvoir et pourtant il suffirait au peuple de retourner cette phrase en divisant le pouvoir pour régner. J’aime pas le dire mais je me demande parfois si les électeurs ne sont pas plus bêtes que les bêtes et plus moutonniers que les moutons.

        • Dekkard, je vous plussoie à 1000%.
          Mon score fort négatif est la preuve que le sieur Trump pourrait chanter l’Internationale en brûlant le livre de Hayek qu’il serait encore applaudi par certains ici.
          Trump se rêve despote.

          • comme dit plus haut c’est juste le fait qu’il n’ait pas fait l’ENA, qu’il n’aime pas les journalistes et qu’il ne taxe pas à outrance qui fait de lui une personne appréciée sur ce site ..et sur ce point aucune mesure par rapport aux « élites » françaises de la politique..ça n’empêche qu’il reste pour moi un sale con opportuniste et sans aucun talent sauf pour arnaquer les autres.

            • Mmmh, pour les journalistes, il aime ceux qui l’admirent. Il a usé des médias, notamment en tant qu’animateur d’un jeu de télé-réalité, il est bon communicant. Il n’aime juste pas qu’on lui pointe ses contradictions et erreurs. (Logique, certes, mais il en rajoute une couche de populisme en mode « on vous ment, on vous spolie ».).
              Pour l’opportuniste, là je vous rejoins encore totalement : je suis persuadé qu’il a lui-même été étonné d’être élu.. il n’a aucune épaisseur philosophique, idéologique, politique. Ses anciens tweets et déclarations pré-président, quand il écartait de manière virulente l’idée de se présenter, en dit long.

            • Ce qui fait de lui une personne appréciée sur ce site, ce sont, derrière le théâtre médiatique, les qualités qui lui avaient permis de devenir milliardaire avant d’être politicien, qualités qui n’ont pas disparu et dont on aimerait trouver des semblables chez nos politiciens à nous. Ne jugez pas au degré zéro et à l’aune de la France, on ne devient pas milliardaire par hasard, intrigue et copinage, ni président des US. Il faut savoir obtenir des résultats. L’ENA, au contraire, enseigne comment se passer de résultats pour réussir dans la politique…

              • il est bien né (merci papa) et n’a pas ensuite été un si bon businessman que ça , il a coulé plus d’une boîte avant de réussir je crois non?..pour les résultats politiques il a juste fait du protectionnisme …faites ça en France et vous êtes taxé de facho et d’antieuropéen.

                • Ca, c’est comme ça qu’on le dit en France, mais ça n’est pas du tout ce que l’on peut déduire en analysant ses succès, ses déboires, et ses résurrections avec une vision plus entrepreneuriale et américaine. Personnellement, j’ai aussi prêté des sous à des gens qui ont coulé leurs boites, qui n’étaient pas mes fils, et qui ne se sont jamais relevés, alors… Même pour le protectionnisme, il est loin d’être protectionniste à la française, il a fait surtout du pragmatisme au service de ses intérêts électoraux d’abord et économiques ensuite, et l’affaire du rachat TikTok pourrait bien être un signe que dans un second mandat, les intérêts économiques l’emporteraient sur les flatteries aux électeurs. Tandis qu’en France, le protectionnisme ne s’appelle pas protectionnisme, mais caché derrière la taxe et la réglementation, il est bien plus violent et définitif que celui de Trump.

          • « Trump se rêve despote. »

            Trump rêve, d’autres agissent … Trump cause, d’autres se mettent sciemment et volontairement dans une position où le peuple réclamera de lui même le despotisme.

            Tiens on ferme les distributeurs de billets !

            • C’est étonnant comme le bien-être des américains peut autant intéresser les autres.

              Derrière tout ça, je flaire l’idée qu’après l’Allemagne certains comptent sur les US pour renflouer les caisses vidées par les gabegies bien-pensantes et « vertueuses ». A mon avis même avec un démocrate au pouvoir, ils se fourrent un peu le doigt dans l’oeil.

              Mais comme on dit chez les pauvres, c’est eux qu’on l’argent.

  • Ce qui plombe la reprise aux USA ce sont essentiellement les démocrates qui sont prêts à tout pour remporter les prochaines élections…y compris à ruiner totalement l’économie du pays (ce qu’ils ont indiqué à plusieurs reprises)…déjà qu’il avaient truqué les midterms (dans beaucoup d’états démocrates des lots de bulletins majoritairement pro-démocrates sont arrivés dans les derniers jours du décompte complet des voix dans des circonscriptions ayant voté à une faible majorité pour un républicain)…raison pour laquelle ils veulent un vote par courrier…certains états dont la Californie étant en train d’étudier des lois permettant de donner son bulletin à un tiers pour qu’il le dépose, d’accepter les enveloppes contenant plusieurs bulletins ou encore de faire voter des personnes récemment décédées au motifs qu’elles auraient pu exprimer un vote avant leur mort.

    Actuellement, les démocrates prétendents les choses suivantes:
    – un commerçant ne peut pas réouvrir car le virus risque de se propager dans son magasin
    – un activiste BLM peut aller manifester en rangs serrés sans masques, car il le risque pas de propager le virus (on a même eu des « études scientifiques » allant dans ce sens…manque de chance,
    – dans de très nombreuses grandes villes dirigées par des démocrates la mafia communiste que constitue désormais le mouvement « BLM » (à ne pas confondre avec le mouvement BLM originel du milieu des années 2010) indiquent aux commerçants et aux individus de se laisser racketter
    – …

    En omettant volontairement les choses suivantes:
    – Cuomo a NYC a préféré envoyer des patients touchés par le covid dans les maisons de retraites plutôt que de les envoyer sur le navire hopital spécialement affraité par Trump à cet effet…résultat, des dixaines de milliers de morts dans les maisons de retraites
    – Cuomo a fait interdire la prescription du traitement de Raoult…alors que lui même a eu le virus et a rapporté certains effets secondaires spécifiques à la prise de ce traitement…
    – le gouverneur de Californie a fait des choses assez similaires
    – …

    Par ailleurs, les démocrates sont en train d’essayer de manipuler l’opinion afin de remporter les élection.
    – Joe Biden ne sort pas en public et n’apparait quasiment jamais…
    – Les propos de Trump sont censurés et ceux de Biden édités (regardez le nombre de coupures dans les discours / interviews de Biden)
    – la méthodologie de sondage de CNN est totalement biaisée, n’incluant quasiment que des majorités sonores, mais omettant le coeur de l’électorat
    – des lois votées par les démocrates sont mises sur le dos de Trump
    – des responsabilités locales sont mise sur le dos de l’état fédéral
    – …

    La liste des manipulation et des mensonges des démocrates et telles que j’en viendrais presque à penser que Trump est un mec réellement bien et que la seule chose qui gène les élites est que Trump étant milliardaire, ce dernier n’est pas sensibles à une quelconque forme de corruption par l’argent…

    Nous somme actuellement en pleine guerre de l’information, assez difficile à suivre et les manipulations des uns et des autres nécessiteraient probablement plusieurs articles…

    Cf: Tim Pool, Anthony Brian Logan, Tucker Carlson, Hannity, Kayleigh McEnany, …

    • Bonus, Biden serait en tête dans les sondages alors que ses meetings de campagne n’attirent que très peu de monde (292 personnes regardaient le live de son dernier meeting…vs plusieurs centaines de milliers sur chaque chaine rediffusant les meetings de Trump).

    • Les démocrates peuvent tricher et mentir, cela ne fait qu’augmenter les chances de Trump d’être réélu.

      • Pas nécessairement, en ce moment, ils sont en train d’envisager sérieusement d’utiliser les sondages à la sortie des urnes comme vérité…et essayer de demander à certains grands électeurs de ne pas suivre la coutume qui veut qu’un état remporté par un candidat attribue sa voix au candidat ayant remporté le vote dans l’état pour une notion inédite aux USA…à savoir que le candidat ayant reporté le vote populaire au niveau national…

        Par ailleurs, il est intéressant de s’intéresser aux scénarios testés par les démocrates dans le cas ou l’élection serait très serrée et en faveur de Donald Trump…certains scénarios font assez froid dans le dos…les démocrates n’hésitant plus à parler de sécession, comme la dernière fois où ils ont lutté pour conserver leurs esclaves…les esclaves modernes des démocrates étant le peuple chinois…

  • Et tout cela, pour un virus qui ne va pas provoquer autant de décès que la grippe de 1957-58 par million d’habitant, au niveau planétaire.
    Il y a vraiment des questions à se poser quant à la psychose collective qui s’est emparée d’une partie du monde à l’occasion de cette « pandémie » : psychose savamment entretenue par politiques et médias aux ordres et/ou en recherche de sensationnel (une déformation professionnelle), et qui aura conduit à des mesures liberticides ainsi qu’à des récessions économiques jamais vues.
    Aux USA, s’ajoute la période électorale, qui voit les Démocrates faire de cette épidémie et ses conséquences, à défaut d’autre argument de campagne, une question centrale, quitte à exagérer son bilan humain et à aggraver la crise économique – tout en attribuant ces mauvais résultats à Donald Trump, évidemment.

    • Pas mieux…cela dit, cette pandémie aura permis à pas mal de monde de se réveiller sur notre dépendance à la Chine…cette dernière faisant du dumping social en employant des esclaves / quasi-esclaves…raison pour laquelle le Japon et l’Inde et l’Australie sont également en train de retirer toutes leurs billes de Chine.

      • La condition individuelle du Chinois lambda rappelle plus sur les 30 dernières années les 30 Glorieuses que l’esclavage. Il y reste certes beaucoup (ou à peu près tout) à faire pour les libertés individuelles, mais vous ne me ferez pas croire que les retraits japonais, indien ou australien auront le moindre effet en ce sens.
        La dépendance en matière économique ne devrait pas en être une, elle est relativement facile à maintenir en relation gagnant-gagnant. Une relation qui serait le meilleur moyen d’aboutir à une amélioration des libertés individuelles et du confort économique partout. Mais l’argument de l’Occidental défenseur du bon droit avec ses blocus a un poids électoral indiscutable…

        • Les conditions de travail du Chinois moyen sont nettement plus dures que celles du Français moyen durant les 30 glorieuses ; rappelons quand même que la Chine est dirigée par un régime communiste.
          Il n’est pas fair-play (euphémisme) de travailler avec un partenaire qui a recours au quasi-esclavage ou qui a l’habitude de voler la propriété intellectuelle. Et le libre-échange avec ce genre de pays ne permet à l’évidence pas de « amélioration des libertés individuelles et du confort économique partout. » Les libertés des Tibétains ont-elles progressé depuis 30 ans ? Celles des Hongkongais ? La sérénité des Taïwanais s’est-elle accrue ? celle des Japonais ? Plus largement, celle des voisins de la Chine communiste ? En quoi donc le libre-échange aveugle et dogmatique a-t-il fait avancer les choses en ce domaine ? (euphémisme) Et le fameux score social que le régime communiste est en train de mettre en place pour la population chinoise, un progrès démocratique ? Sans parler donc de la situation de l’emploi dans les pays soumis à la concurrence déloyale chinoise.
          Un autre type de pays dont nous sommes dépendants, les pays arabes producteurs de pétrole, nous ont soumis sans vergogne à un odieux chantage dans les années 70 (d’où le fameux choc pétrolier) – et hélas nos dirigeants se sont aplatis -, en quoi cela constitue-t-il un progrès, pour nous, pour les citoyens de ces pays, pour la démocratie ?
          Les pays qui sortent de régimes autoritaires, quand cela arrive (c’est rare) le font pour d’autres raisons que pour des raisons commerciales, parce que des pays comme le nôtre auraient instauré avec eux une « relation gagnant-gagnant ».
          On pourrait aussi prendre l’exemple de l’accord signé avec l’Iran sous Obama, qui n’a en rien conduit le régime à se libéraliser.
          Les relations gagnant-gagnant, cela marche très bien entre pays démocratiques, c’est vrai. Avec des dictatures, c’est une chimère.

          • J’essaie de distinguer le salaire matériel et son pouvoir d’achat de la liberté individuelle. J’ai visité la Chine en 1991, et quoi que vous affirmiez, en termes d’aisance matérielle, le chemin parcouru par le Chinois moyen est parfaitement comparable à celui parcouru par la génération de mes parents au sortir de la guerre. Avez-vous visité la Chine ? En termes de libertés individuelles, c’est différent, mais au delà de l’indignation, je réitère ma question : qu’est-ce qui vous semble permettre des progrès ? Je ne parle pas de changement de régime, mais de changements du régime dans le bon sens. Ce sont les échanges commerciaux qui ont fait disparaître le mur de Berlin, non ? Bien sûr, il faut savoir négocier commercialement, et glisser les libertés incognito dans les deals. Rien de facile et ça peut échouer. Je ne vois pas d’alternative, en avez-vous une qui ait marché quelque part ?

            • Je n’ai pas visité la Chine, mais je lis et visionne régulièrement des infos et documentaires. Tout ce que je lis et entends va dans le sens d’une Chine à deux vitesses, au plan économique : en gros, la Chine urbaine et la Chine rurale : la première a vu l’apparition et le développement de classes moyennes à l’européenne depuis une trentaine d’années, la seconde – bien plus nombreuse – est largement à la traîne. En moyenne, je ne crois pas un instant que la Chine en soit au niveau de confort moyen des Français dans les années 70, à la fin des 30 glorieuses. Et je ne parle pas de libertés – ce qui est quand même un peu le thème central, ici. La surveillance généralisée, le « score social » en train d’être mis en place, les persécutions religieuses, etc. : n’importe quel index des libertés individuelles en parlera plus précisément, et ne sera pas en faveur de la Chine communiste.
              Ce qui change un pays, c’est la mentalité des gens avant tout. C’est l’échelle de valeurs qu’adoptent ses habitants. Il faut étudier l’Histoire, alors on en fait le constat indiscutable. À ce niveau, l’impact des croyances, donc des religions, est bien plus important que ce que croient beaucoup de gens. Un signe positif dans la noirceur de la Chine est le développement du christianisme, malgré les persécutions.
              Quant au rideau de fer, il est avant tout tombé parce que le bloc communiste s’est effondré sur lui-même, victime de ses contradictions et échecs à répétitions.

              • Merci de votre réponse. Quand on parle du chemin parcouru depuis 30 ans, il faut aussi voir d’où la Chine est partie. Je persiste à penser que pour le Chinois lambda, l’amélioration est tout à fait du même ordre de grandeur, car il est parti de bien plus bas que nos parents d’après-guerre. Une anecdote de 91 : ma compagne, pourtant fille de pauvres maraîchers, a été proprement effarée en visitant une ferme modèle où les installations, celles qu’on montrait fièrement aux prestigieux visiteurs étrangers, étaient bien loin d’atteindre le niveau pompe dans la cour et cabane au fond du jardin de son enfance…
                Ce qui maintient Xi en place n’est pas tant la force et la contrainte que le regard que les Chinois portent sur les progrès dans leur confort personnel ces dernières décennies. Quand on passe du tracas quotidien de ne pas se coucher le ventre vide à la nourriture abondante, à la télé, au smartphone, à la confiance que son enfant sera soigné et aura sa chance de s’élever dans la société, on peut devenir réceptif aux idées de liberté, mais on ne se révoltera pas contre les maîtres qui vous ont obtenu cela, en tout cas pas tout de suite.

        • Vous avez mille fois raisons! Le nationalisme économique n’est JAMAIS une solution et ce qui condamne Trump pour l’Histoire, c’est d’y avoir eu recours.
          Tous les effets de son tax cut ont été effacés par son protectionisme taxateur, et il doit maintenant, en pleine épidémie, regretter la baisse de résilience del’économie américaine qui a été induite pas ses conneries commerciales.
          Le covid en a simplement accéléré la présentation de la facture.

          • La baisse de la résilience de l’économie américaine ? Bien au contraire, les USA sont désormais indépendants sur le plan agricole et sur le plan énergétique. Croire qu’une compétition truquée par l’un des acteurs est quelque chose qui doit continuer ?

        • Pour les chinois qui vivent dans certaines grandes villes, c’est possible…par contre, allez demander à ceux qui ont été sacrifiés sans leur accord pour sauver quelques grandes villes des innondations (quelques dixaines de millions de personnes tout de même)…

          Pour ce qui est de la consommation intérieure de la Chine, beaucoup de surfaces cultivables ont été sacrifiées à cause des innondations, et beaucoup de pays ont produit beaucoup moins qu’habituellement…il n’est donc pas à exclure des difficultés d’approvisionnement en nourriture d’ici quelques mois en Chine.

          Ensuite, je ne suis pas un défenseur du bon droit, mais seulement quelqu’un qui pense que pour être réellement indépendant, il faut savoir garder certains secteurs d’activité localement chez soi (genre tout ce qui est relatif à la santé, aux technologies de l’information et de la production de certains équipements électroniques stratégiques).

          Enfin, j’ai vu notre gouvernement laisser le chinois ZTE s’installer à proximité d’une faculté de sciences travaillant régulièrement avec l’armée dans le domaine des drones et des télécoms…quand l’armée vient assister à des démonstrations, tout le campus est verrouillé par l’armée, mais on laisse gentillement les gentils chinois de ZTE observer ce qu’ils veulent…

      • Des quasi-esclaves ? vous etes déjà venu en Chine ?
        C’est bizarre, mais les quasi-esclave sont propriétaire de leur appartement a 96%, et non strictement aucunes dépenses contraintes.
        Bizarre ces quasi-esclave débarquent sur les champs a Paris pour acheter des sacs a des prix que je ne peut pas offrir a ma femme.

        • Ca dépend du secteur d’activité…quand des paysans pauvres sont fermement invités à accepter d’aller travailler pour telle ou telle société d’assemblage de smartphone aux fenêtre de laquelle on a mis des grilles et des filets anti-suicide, je ne suis pas certain qu’on ait la même définition d’un travailleur heureux de travailler…

          Ensuite, pour ce qui est d’être quasi propriétéaire, regardez aussi la qualité des biens mis à disposition…de nombreux immeubles d’habitation sont construits avec des matériaux d’une qualité plus que douteuse…cf les tofu building, les histoires d’appartements balayés par un simple coup de vent, etc, etc…

          Enfin, à titre personnel, j’ai énormément de mal avec un régime qui laisse prospérer des contrefacteurs en tout genre…renseignez-vous par exemple sur le traffic de faux oeufs et de fausse nourriture d’une manière générale.

        • Vous confondez la classe moyenne et les nouveaux riches chinois habitant dans les villes, et la classe laborieuse et paysanne habitant dans les campagnes, cette dernière étant bien plus nombreuse.
          Si un régime totalitaire comme le régime communiste chinois (certains diront que le communisme est compatible avec le confucianisme) était capable, malgré le « score social », les persécutions religieuses et politiques, un côté policier très marqué à l’intérieur et très guerrier à l’extérieur, d’assurer la prospérité et la liberté à ses habitants, cela se saurait.

          • Non, je ne confond pas, les parents de ma femme sont des paysans en plein milieu des rizières, le village, c’est des pavillon de 3 étages, climatiseur, chauffe eau solaire , des canards, des poules, a manger …
            Durand le covid, ils sont tranquillement chez eux, alors que les esclaves en Europe sont oblige d’etre mis au chomage technique, avec des aides a tout va, les esclaves, ne sont pas ceux que vous pensez.

            • Donc à vous écouter, tout roule en Chine ? Pas de problème de démocratie (c’est quand même le but, quelque part), de persécutions religieuses et politiques, de « score social », de liberté d’expression, de bonne entente avec ses voisins, etc. ?
              Si on suit le raisonnement régulièrement avancé par certains, la prospérité économique – évidente selon vous en Chine* – doit entraîner la démocratie : cela se vérifie en Chine, selon vous ? Vous y déménagez bientôt, je suppose ?

              • Et vous, vous rejoignez ceux qui donnent des leçons sur ce qu’ils connaissent mal et personnalisent les débats plutôt que de d’ouvrir grand leurs yeux et leur esprit… J’aurais attendu mieux de vous.

                • Dites, MichelO, l’objet de ce site n’est-il pas la liberté ?
                  Et les questions posées précisément par nos échanges, celles du lien entre libre-échange et liberté & démocratie ?
                  Il est un fait incontestable que la situation des libertés en Chine est très mauvaise, et cela malgré l’accroissement considérable des échanges économiques entre ce pays et le reste du monde, Occident en particulier.
                  Juste un lien, mais il en existe des dizaines d’autres : https://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9mocratie : la Chine, 153ème du classement !

                  J’attendrais beaucoup mieux de vous, MichelO, soutien de Contrepoints, que ce genre de commentaire lapidaire.
                  Et j’attendrais de vous que vous « ouvriez grand vos yeux et votre esprit » concernant la Chine communiste : vous n’avez, au passage, apporté AUCUN argument en réponse aux miens, sinon le témoignage de votre conjointe – datant de presque 30 ans !

                  Incroyable de lire de tels commentaires sur un site se réclamant du libéralisme, donc de la liberté.
                  Les faits sont les faits, ne vous déplaise, et votre idéologie ressemble fort à celle des pacifistes des années 30, aplatis devant Hitler, et dont Churchill a dit qu’ils nourrissaient le crocodile en espérant être mangés les derniers.

                • La Chine communiste vous fascine à ce point ?

                • En quoi est-ce que je « personnalise » les débats » ? parce que j’ironise un peu, à partir de réalités incontestables – sauf si TOUS les médias mentent sur la Chine, évidemment…
                  Dites-vous cela parce que vous n’avez aucun argument, aucun FAIT à m’opposer, sinon vos œillères idéologiques ?

                  • D’abord, oui, l’objet de ce site est la liberté. Mais c’est aussi et d’abord de défendre intelligemment la liberté. Nier que l’amélioration matérielle considérable des situations individuelles existe, particulièrement en Chine mais aussi dans d’autres pays (à l’origine on parlait des USA), et a une influence majeure sur la perpétuation des régimes illibéraux ou libéraux, ça m’effare et ça ne peut être que contre-productif. Oui, ma position est que le libre-échange contribue incomparablement plus au progrès des libertés que la « démocratie » ou le prosélytisme religieux. Oui, ma position est que de multiples voyages dans le pays, des rencontres avec des individus, des efforts pour s’imaginer à leur place, permettent de se faire une meilleure idée de comment et quoi faire que les indices statistiques fournis par les journalistes. Répondre ironiquement à celui qui vous livre un témoignage est indigne. Je maintiens. Je n’évoque que peu mes séjours en Chine parce que le dernier date d’il y a 10 ans, et que beaucoup de choses y ont changé dans la situation matérielle des individus. En tout cas, le Pékin, le Shanghai comme les campagnes, ce que nous avions vu en 91 et ce dont j’ai pu observer les changements en 94, 97, 2001 ou 2010 montre que les libertés ne sont pas un préalable à l’amélioration du bonheur matériel individuel, et même que c’est seulement une fois celui-ci atteint que l’on peut enfin en parler de manière constructive.
                    Les va-t-en-guerre, l’opposition frontale, ça ne fait que renforcer les régimes autoritaires. Ca ignore les individus, vous savez, tous ces millions de gens qu’il faut écouter avant de chercher à leur apporter le bonheur (et même la liberté), simplement pour savoir comment le faire et ne pas être ridicule en montrant son ignorance de leur état.
                    Un peu de subtilité, que diable ! La liberté a besoin qu’on montre à ceux qui en manquent qu’elle n’a pas priorité sur le bonheur, mais qu’elle le renforcera.

  • Les cas de coronavirus sont faciles à faure « flamber »: il suffit de multiplier les tests. Quant à la récession économique, elle a évidemment à voir avec le traitement médiatique et politique de l’épidémie. En effet, le confinement est une décsion politique et non sanitaire.
    Voilà bien de quoi effacer les bons résultats de Trump en matière de chômage…
    Difficile de croire au hasard, alors que de nombreux économistes pointaient le risque d’une crise mondiale majeure en 2020 en raison des politiques monétaires depuis 2009…

  • les médias et les universitaires de tout genre (bref, le ban et l’arrière ban du marxisme, para-marxisme, néo-marxisme et des communistes dissidents) ainsi que nombre de politiciens ont insisté et insistent toujours pour que le confinement soit LA mesure contre le COVID. Quand le confinement a montré qu’il n’avait vraiment aucun effet sanitaire bénéfique ils ont poussé pour imposer le port du masque et restreindre les regroupements.
    Le point commun de toutes ces mesures : elles ont un impact très très négatif sur le commerce et les libertés individuelles.
    On voudrait délibérément « ruiner le capitalisme » pour imposer un « monde d’après » basé sur la pauvreté et le contrôle de l’Etat et préparer le population à accepter ce « monde d’après » sans mot dire parce que « ça aplatit la courbe » ou « ça sauve des vies » (à quel prix) qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Et donc ça pousse.

    Le résultat visible dans cet article était évidement attendu. Mais ça n’est semble-t-il pas encore assez. On va donc demander (et obtenir dans les état et pays aux gouvernements les plus à gauche) de nouveaux confinements, de nouvelles restrictions aux déplacements, de nouvelles contraintes sur les chaines logistiques (pourtant personne n’a jamais été contaminé comme ça).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Selon le média russe Kommersant, la Turquie aurait signé un contrat avec la Russie pour la fourniture du deuxième régiment de systèmes de missiles antiaériens S-400. Celui-ci prévoirait en outre la localisation de la production de composants individuels. Une coopération aussi bien commerciale que technique.

Ankara, quant à elle, nie l'existence d'un tel contrat, arguant que le deuxième régiment était prévu dans le contrat original signé des années auparavant.

Dans tous les cas, la coopération entre la Russie et la Turquie se mai... Poursuivre la lecture

Trump
0
Sauvegarder cet article

Depuis la présidentielle de 2016, il semble que l’establishment médiatique et Washington veulent la peau de Donald Trump coûte que coûte. Ça a lamentablement échoué durant sa présidence et même après avec la commission hyper-biaisée du 6 janvier.

Mais maintenant, le ton monte d’un cran. La semaine dernière, non seulement le FBI est arrivé sans crier gare à son manoir de Floride, mais l’État de New York l’a longuement questionné sur ses pratiques fiscales, soupçonnées frauduleuses.

Sur ce dernier point, il est demeuré muet comme ... Poursuivre la lecture

Par J. Bracken Lee.

C'était, bien sûr, "la patrie des libertés et le pays des braves". Les Américains étaient libres simplement parce que le gouvernement était trop faible pour intervenir dans leurs affaires privées - il n'avait pas l'argent pour le faire - et ils étaient courageux parce qu'un peuple libre est toujours audacieux. La condition de la liberté est la volonté de se tenir debout sur ses pieds.

C'est ce que voulait le premier Américain. Il se méfiait de l’État, surtout s'il était hors de sa portée. Il venait de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles