La Turquie jette de l’huile sur le feu au Haut-Karabakh

La Turquie poursuit une politique catastrophique dans le conflit du Haut-Karabakh entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Turquie jette de l’huile sur le feu au Haut-Karabakh

Publié le 4 octobre 2020
- A +

Par Ahmad al-Khaled.

Au cours des dernières années, la politique étrangère agressive de la Turquie a touché tous les États qui demeurent dans la zone d’intérêt d’Ankara. La reprise du conflit dans la région du Karabakh a été considérée par le président turc Recep Erdogan comme un nouvel objectif pour ses ambitions impérialistes. Et c’est pourquoi l’État d’Arménie a été attaqué par la Turquie.

Le 27 septembre, l’Azerbaïdjan soutenu par la Turquie a lancé une opération militaire pour reprendre le contrôle des territoires contestés du Haut-Karabakh. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a confirmé sur son compte Twitter la volonté d’Ankara de soutenir Bakou et de se battre pour ses intérêts, protégeant ainsi le principe « deux pays, une nation ».

Il a également appelé l’Arménie à retirer immédiatement ses troupes des territoires « occupés » du Karabakh. Dans le même temps, les médias et les réseaux sociaux ont commencé à diffuser des informations sur le déploiement d’équipements militaires turcs et de mercenaires de Syrie et de Libye en Azerbaïdjan.

Même avant le déclenchement des affrontements entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, le 19 septembre, des sources syriennes locales ont informé que la Turquie avait commencé à recruter des volontaires à Afrin, dans le nord de la Syrie, pour leur envoi dans la zone de conflit.

Des mercenaires auraient été emmenés dans un camp d’entraînement dans la ville turque de Gaziantep, d’où ils ont été transportés vers la capitale azérie sous l’apparence de soldats turcs.

Selon Flightradar24, des avions turcs ont décollé de l’aéroport de Mitiga à Tripoli en Libye et ont atterri à Bakou. Les experts militaires supposent qu’un groupe de mercenaires a été envoyé par la Turquie en Azerbaïdjan pour participer aux combats contre les forces armées arméniennes.

Les activités ultérieures des mercenaires syriens peuvent être suivies via les médias sociaux régionaux. Les rapports indiquent que plus d’une douzaine de combattants, principalement des factions syriennes pro-turques Ahrar al-Sharqiyah et la division de Hamza, ont été tués lors d’affrontements au Karabakh.

Selon le journal britannique Guardian, les mercenaires syriens n’étaient pas destinés à participer au conflit en tant que force de combat, mais étaient « inscrits pour travailler comme gardes-frontières en Azerbaïdjan ».

Malgré les excuses des autorités turques et les déclarations du président azerbaïdjanais Ilham Aliyev sur la non-ingérence de la partie turque dans le conflit du Karabakh, de nombreux éléments prouvent l’ingérence directe d’Ankara.

Le dernier exemple de l’agression turque a été l’abattage d’un avion Sukhoi SU-25 appartenant à l’armée de l’air arménienne par un avion de combat turc F-16. En outre, Ankara a intensifié son soutien à Bakou avec des véhicules aériens sans pilote sophistiqués « Bayraktar ».

Les véritables objectifs d’Erdogan dans le conflit du Karabakh restent flous, d’autant plus que l’intervention turque pourrait déclencher une nouvelle escalade et conduire la Russie à une engagement militaire.

Probablement si les parties opposées ne prennent pas de mesures pratiques vers une solution pacifique et n’empêchent pas l’ingérence étrangère, le monde peut être témoin d’un nouveau conflit de longue durée et de plus de victimes civiles.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • « Ahrar al-Sharqiyah » est d’inspiration islamiste, voire salafiste.
    Furqat Al-Hamza est plutôt civile, armée par les USA et devenue le bras armé de la Turquie en Libye. ( et s’est violemment opposée à la première à plusieurs reprises, en Syrie.)
    Bref, SNAFU.

  • La Turquie gendarme de la région en remplacement des us, ça va de soi et cela ne devrait pas gêner la Russie sauf pour la forme.

    • Non pas que sur la forme , il y a par ici le passage d’un oléoduc qui part de Russie pour aller en Turquie et qui justement traverse l’Arménie par le Haut Karabakh…C’est un joli sac de noeuds…

  • La Turquie un gendarme ? Génocide des Arméniens, refus absolu de le reconnaître, massacre des Kurdes, invasion de la Syrie, guerre contre les Grecs, occupation illégale de Chypre, etc etc L’agression de la Turquie sur les Arméniens déjà victimes de ce pays, c’est comme si l’Allemagne attaquait l’Etat d’Israel

    • Le trac record est long comme le bras d’une pieuvre…
      Erdogan est le nouveau Kadhafi de ce siècle, quoique ce dernier était plus raisonnable.

  • Comme ils n’arrivent pas vraiment sur le plan militaire, ils tapent sur les civils. Ils larguer des bombes sur la ville Stepanakert.
    La terreur, cela ne vous rappelle rien?
    Le boucher d’Ankara a déjà des milliers de morts sur la conscience. Il va en avoir quelques milliers de plus. Boucher hors-classe.

    Quand à la Russie, elle me semble bien empruntée. Elle doit traverser la Géorgie pour aller en Arménie. Soutenir l’un, c’est perdre l’autre. Je sens les US jeter une petite dose d’huile sur le feu.

  • Une étape de plus dans l’offensive mondiale de l’Islam contre la civilisation chrétienne. Bigre! Serais-je politiquement incorrect?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dommages causés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie aux chaînes d'approvisionnements alimentaires mondiales semblent être encore plus importants que ce que l'on craignait. Selon certaines estimations, la production agricole de l'Ukraine destinée au marché mondial serait réduite de moitié. La pénurie mondiale d'engrais, également exacerbée par la guerre, menace de réduire les récoltes. Combinée à la sécheresse, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) met en garde : "Une action humanitaire ciblée es... Poursuivre la lecture

Par Raoul Delcorde.

En deux mois et demi de guerre, on dénombre déjà plusieurs tentatives de médiation dans le conflit russo-ukrainien : la Turquie, Israël, ainsi que plusieurs États arabes et européens, sans oublier l’UE en tant que telle ou encore l’ONU ont envoyé des représentants à Moscou, à Kiev, ou dans les deux capitales ; récemment, le pape a également fait offre de médiation.

La médiation est au cœur de l’action diplomatique. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

La médiation est l’intervention d’un tiers dans la r... Poursuivre la lecture

Poutine
0
Sauvegarder cet article

Vladimir Poutine pensait avaler l’Ukraine en quelques jours, mais la guerre dure depuis plus de trois mois. Elle ne s’achèvera pas avant longtemps. Car c’est désormais l’Occident tout entier qui soutient l’Ukraine. L’Ukraine indépendante voulait devenir libre, instaurer une démocratie. Pas question pour le despote qui règne à Moscou. La liberté des peuples est pour lui le danger suprême, l’ennemi à éliminer par tous les moyens.

La surprise est de taille pour la plupart des citoyens occidentaux et même pour de nombreux politologues. Ceu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles