Hanouna, Charlie et la détestable rhétorique de l’huile sur le feu

Soit l’on arrête de « mettre de l’huile sur le feu », pour le dire comme Hanouna, soit l’on republie les caricatures encore et encore, pour proclamer haut et fort que chaque Homme qui naît sur cette terre est libre de ses choix.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ciryl Hanouna - Screenshot Canal Plus - https://www.canalplus.com/divertissement/tpmp-partie-1/h/8946028_50013

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hanouna, Charlie et la détestable rhétorique de l’huile sur le feu

Publié le 29 septembre 2020
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

Depuis les attentats islamistes de janvier 2015 qui ont fait douze morts dans les locaux du magazine satirique Charlie Hebdo, sans oublier la policière tuée à Montrouge et les quatre victimes de l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes, il est entendu que tout le monde « est Charlie », T-shirts, banderoles et couvertures Facebook à l’appui.

Tout le monde est d’accord pour dire que la liberté d’expression et la liberté de la presse sont des droits fondamentaux de nos sociétés ouvertes qu’aucune circonstance ne saurait remettre en cause.

Tout le monde est d’accord pour dire que la liberté de conscience et la liberté de religion sont des biens précieux et inaliénables.

Et tout le monde est également d’accord pour dire que le droit au blasphème, c’est-à-dire le droit de s’exprimer pour critiquer plus ou moins rudement une religion ou une divinité, ne l’est pas moins.

Enfin, presque tout le monde

Car voilà qu’au sein de cette magnifique communion sur l’intangibilité absolue des droits mentionnés ci-dessus, des voix se font entendre de-ci de-là pour expliquer premièrement que le blasphème des uns serait en fait une atteinte à la liberté de religion et de conscience des autres, raison pour laquelle il ne saurait relever de la liberté d’expression, et deuxièmement qu’il constituerait une scandaleuse discrimination religieuse envers les fidèles de la religion concernée.

Si vous vous rappelez, c’était précisément la ligne qu’avait adoptée en début d’année la ministre de la Justice de l’époque Nicole Belloubet à propos de l’affaire Mila, avant de se rétracter laborieusement :

L’insulte à la religion, c’est évidemment une atteinte à la liberté de conscience. C’est grave. (Belloubet sur Europe 1)

J’ai voulu dire que dans notre démocratie, les injures ou les discriminations à raison de l’appartenance religieuse, c’était une infraction. (Belloubet sur BFM)

Charlie, Mila et le délit de blasphème

Si ce n’est qu’en France le délit de blasphème n’existe pas et qu’il n’y avait aucune discrimination envers quiconque dans cette affaire, seulement l’expression – grossière, j’en conviens – d’une opinion très négative sur les religions en général et sur l’islam en particulier. Ce qui a immédiatement valu et vaut encore à Mila un torrent d’insultes, menaces de viol et d’égorgement.

Mila a-t-elle tué quelqu’un, a-t-elle cassé la gueule d’un musulman en raison de sa religion, a-t-elle vandalisé une mosquée ou volé des objets religieux de l’islam – ce qui serait effectivement délictueux ? Non. Elle a juste utilisé des mots.

Même chose pour la rédaction de Charlie Hebdo qui a utilisé des caricatures pour exprimer sa mauvaise opinion de l’islam. À noter d’ailleurs que ce journal n’a jamais lésiné non plus sur sa critique tout en délicatesse du catholicisme et du pape.

On aurait pu croire qu’avec le procès des auteurs des attentats de 2015 qui se tient actuellement aux assises de Paris, il était acquis une fois pour toutes que les victimes étaient Charlie et Mila, et non ceux qui se sont sentis insultés par leurs mots ou leurs dessins ; et les coupables (présumés) les frères Kouachi et leur complice Coulibaly qui ont assassiné ; et tous ceux qui sur les réseaux sociaux ont appelé au viol et au meurtre pour venger le pauvre prophète insulté et caricaturé, et non Mila et les journalistes de Charlie Hebdo.

Ces derniers ont d’ailleurs profité de la tenue du procès pour republier les caricatures qui avaient signé l’arrêt de mort de leurs collègues, voulant réaffirmer par là qu’ils ne se laisseront jamais intimider par les méthodes criminelles des ennemis de la liberté d’expression :

Une republication qui ne fut pas du goût de tout le monde.

Hanouna et l’huile sur le feu

Le site marianne.net nous apprenait ces jours-ci que dans son émission Touche pas à mon poste de lundi dernier, le célèbre animateur Cyril Hanouna, qui distille jour après jour son savoir-vivre et son savoir-penser à des milliers de téléspectateurs, avait régalé son audience d’une spectaculaire et renversante tirade dans laquelle Charlie et Mila (et le rappeur Freeze Corleone, sujet de l’émission) étaient en fait les fautifs car par leurs mots virulents sur les religions, ils font de la peine, ils choquent et ils « jettent de l’huile sur le feu » (vidéo du 21 sep. 2020 à partir de la minute 40′) :

Moi je pars du principe que quand on choque une personne, il faut arrêter.

Moi […] de toute façon, je suis toujours contre les blagues, les discriminations et les provocations sur les religions.

Est-ce qu’on a vraiment besoin aujourd’hui de textes comme ça, de messages comme celui de Mila, qui est insupportable, de, je le dis franchement, de dessins comme ceux de Charlie Hebdo, qui mettent mine de rien de l’huile sur le feu, de paroles dans les chansons de ce rappeur qui sont inadmissibles, mine de rien, parce que les gens qui ont connu la Shoah, […] vous vous rendez compte de ce qu’ils peuvent ressentir ?

Personne ne prétend qu’il soit agréable de voir ses pensées les plus chères dépecées par des contradicteurs acrimonieux, ignorants ou vulgaires. Mais autant l’on peut essayer à titre personnel de ne pas blesser les personnes avec lesquelles on a des désaccords politico-religieux, autant il n’est pas admissible d’en faire un critère général de restriction de la liberté d’expression.

À partir de quel niveau passe-t-on du débat un tant soit peu abrasif à la provocation ou à l’insulte des religions ? Et même s’il y avait outrage caractérisé, comment la riposte terroriste pourrait-elle passer pour une riposte légitime ?

J’ignore ce que Cyril Hanouna a pensé de l’attentat au couteau commis vendredi dernier au pied de l’ancien immeuble de Charlie Hebdo par un jeune Pakistanais qui n’avait « pas supporté » la republication des caricatures du prophète Mahomet, mais si l’on suit son raisonnement, c’est la republication elle-même qui, en tant qu’huile sur le feu, est à l’origine du meurtre, pas le meurtrier qui ne serait qu’un malheureux musulman offensé et poussé à bout, et donc un petit peu excusable.

C’est toute l’histoire du « un tel l’a bien cherché ». Mila l’a bien cherché, elle n’avait qu’à se taire – Hanouna exprime d’ailleurs sa satisfaction qu’on ne l’entende plus. Charlie Hebdo l’a bien cherché, il n’avait qu’à se tenir tranquille.

C’est toute l’histoire du meurtrier qui est glissé par une sorte de fausse compassion dans les habits de la victime au nom d’un retournement qui transforme un crime en libération d’un ordre intellectuel et social considéré comme injuste. Les caricatures sont injustes, elles constituent une oppression intolérable dont la victime auto-proclamée se libère par le meurtre ou l’appel au meurtre. Fausse compassion car qu’y a-t-il de plus méprisant que de penser que Kouachi, Coulibaly et les autres sont dénués de libre-arbitre ?

C’est toute l’histoire d’une forme de soumission devant « la raison du plus fort », une sorte de syndrome de Stockholm qui pousse à s’incliner devant les bourreaux pour tenter de préserver une illusoire paix civile dans un océan de non-dits et de relativisme dans les principes démocratiques les plus fondamentaux.

Et du côté des bourreaux, c’est toute l’histoire du loup de la fable qui veut exister sans partage :

Je sais que de moi tu médis l’an passé, dit-il à l’agneau. Impossible, répond l’agneau, je n’étais pas né. Si ce n’est toi, c’est donc ton frère, ou l’un des tiens, rétorque le loup. Vous ne m’épargnez guère, vous, vos bergers et vos chiens, il faut que je me venge. Et il le mange, « sans autre forme de procès ».

Transposé au suspect de l’attentat au couteau, qui s’est trompé de cible mais qui « assume » quand même, cela donne :

Je sais que du prophète vous médîtes trop souvent et encore ce mois-ci. Impossible, répondent les employés de l’agence de presse Premières Lignes, nous ne travaillons pas pour Charlie Hebdo dont les bureaux ne sont plus là. Si ce n’est vous, c’est donc un de vos collègues. Vous n’épargnez guère le prophète, vous, vos journaux et vos journalistes. Il faut que je me venge. Et il s’élance pour les tuer « sans autre forme de procès. » (Bilan : deux blessés graves)

Tant il est vrai qu’un terroriste se fiche pas mal de qui il tue. L’agneau, son frère ou son voisin, peu importe, pourvu qu’il parvienne à semer une indicible terreur qui lui permettra d’imposer ses idées, sa religion, bref sa propre loi « sans autre forme de procès. »

Dès lors, le choix est simple : soit l’on arrête de « mettre de l’huile sur le feu », pour le dire comme Hanouna, c’est-à-dire que l’on renonce à toutes nos libertés pour ne pas réveiller les instincts répressifs des fous d’Allah et de tous les fous de tous les totalitarismes ; soit l’on republie les caricatures encore et encore, pour le faire comme Charlie Hebdo, pour proclamer haut et fort que chaque Homme qui naît sur cette terre est libre de ses choix.

Sur le web

Voir les commentaires (66)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (66)
  • et moi , je suis contre les …… qui profanent nos églises , nos cimetières et s’en prennent aux citoyens non pas pour des histoires de religions , qui ne sont qu’une excuse , mais par haine de la France ;

  • mouais..

    dans nos sociétés c’est l’etat qui peut porter atteinte à la liberté d’expression mais c’est l’etat qui doit protéger ceux qui la pratique…

    grosso modo si je vais dire ses quatre vérités à un skin head ou à un fanatique religieux, je sais que je risque deme faire casser la gueule sinon tuer..mais en contrepartie j’attends à ce qu’il soit poursuivi et châtié par la justice…seuls les inconscients et les militants de la liberté d’expression font cela..

    les gens justement n’etaient PAS CHARLIE… sinon ils auraient brandi en masse des caricatures de mahomet devant les mosquées… d’ailleurs les corteges étaient pleins de gens habitués à crier crs ss qui embrassaient les policiers…vision foireuse du monde .ou la police acceptable est celle de la pensée!
    mais avoir la liberté d »expression et donc de provoquer sinon d’insulter..a des conséquences …

    c’est se balader en mini jupe pour une fille… parfois dangereux mais utile de temps à autre pour montrer l’etat du monde..

    il faut se battre pour la liberté..

    • le trouble a l’ordre public est une conséquence inévitable de la liberté d’expression..

      • Oui mais le « trouble » n’est pas dû à la liberté d’expression mais à son rejet par les extrémistes.
        Rappelons d’ailleurs que le cas Mila n’est pas dû à ses insultes à elle, mais au fait qu’elle ait répondu à ceux qui l’insultait. Donc dans cette situation, pas de condamnation de la liberté d’expression des agresseurs, mais uniquement de sa réponse à elle, beau retournement, comme d’hab.

    • @jacques lemière-Tout est dit : « les gens justement n’étaient PAS CHARLIE… sinon ils auraient brandi en masse des caricatures de mahomet devant les mosquées… »

  • Cette expression d’huile sur le feu me fait bondir à chaque fois ! Et si on pousse un peu plus loin la réflexion (dans le sens de réfléchir et non de répondre) c’est quoi, le feu ? Ces pôv’victimes de la société, discriminées, rejetées pour leur couleur ou leur adresse, à la limite de l’extrême violence et qu’il suffit d’un dessin pour embraser ? Alors qu’on déverse déjà des millions pour leur vivrensemble ? Il faut aussi maintenant ne plus rien dire ou faire qui les fasse se sentir encore plus rejetées ?!

    • Le « feu » pourrait être une susceptibilité aigü. En tirant le fil du mécanisme de cette susceptibilité on arrive au constat que les musulmans (au sens civilisation), surtout les conservateurs, sont des perdants narcissiques. Le pétrole peut sauver quelques apparences mais l’occident surclasse le monde musulman néocolonnial actuel. Amour-propre élevé + infériorité + radicalité = très forte susceptibilité qui a toutes les chances de s’exprimer par de l’agressivité et de la violence. D’ailleurs pour réduire cette tension interne, les plus radicaux voudront supprimer tout ce qui matérialise leur infériorité. Ce n’est pas la caricature de Mahomet en soi qui fait réagir mais surtout ce que représente son auteur. C’est évidemment la voie la plus simple mais aussi la plus stupide. L’islamisme n’est que le vecteur par le langage de ces mécanismes psychologiques, tout comme le communisme peut l’être pour les perdants narcissiques du capitalisme.

  • Peut être qu’un terroriste tue sans pitié parce qu’il a une ouverture d’esprit proche de zéro, il agit souvent d’ailleurs d’abord contre sa propre famille (propre ou figurée) pour l’épurer.
    La liberté d’expression exprime cette ouverture d’esprit collectivement mais lorsqu’il s’agit d’un individu..

  • Bel article, merci.
    Les propos de Mila n’ont pas surgi dans un vide, ils ont été prononcés dans un contexte de « drague lourde » comme savent la pratiquer certains spécimens qui traitent les femmes non islamiques comme du bétail. Je crois que ce détail a un sens lourd: ce que disent le bouffon Hanouna et ses thuriféraires c’est qu’après avoir été humiliée, une femelle infidèle doit se taire et ne surtout pas blesser les sentiments des racailles. Ceci dit sans aucune sympathie particulière pour Mila et ses cheveux bleus.

  • Votre article est désolant madame….peu d’intelligence, de réflexion et surtout ce mauvais état d’esprit qui gangraine tout notre vivre ensemble…notre liberté s’arrete Où commence celle de l’autre et ce n’est pas en provoquant en permanence l’autre que nous aboutirons à une société respectueuse de chacun…

    • Combien de musulmans lisent Charlie Hebdo ? Le Coran ?

    • Allez dire ça aux extrémistes musulmans qui nous provoquent en permanence (lutte contre le porc à l’école, voilée au Sénat, voilées pour les sorties scolaires -qui étaient bien du temps scolaire au moment de l’affaire Léonarda-, lutte pour les salles de prières, lutte pour adapter l’entreprise au ramadan, lutte contre les crèches de Noël etc etc).
      Les catholiques sont bien plus « provoqués » et pourtant, ce sont toujours les mêmes pleurnicheuses qu’on doit préserver !
      Enfin, « l’autre » n’est pas « provoqué en permanence », avant la tuerie Charlie Hebdo n’était vu que par ceux qui le voulait bien.
      Ce qui gangrène notre « vivre ensemble » ce n’est certainement pas la liberté pour un journal de publier ce que bon lui semble, mais bien le désir acharné d’une minorité de la population d’imposer SA vue de la société à la majorité.
      Les insultes auxquelles Mila a fait face étaient-elles respectueuses de sa personne, n’étaient-elles pas des provocations ? Vous les condamnez celles-là ? Ou juste sa réponse (qui n’était pas une tuerie ! j’espère que vous comprenez le côté hallucinant de votre commentaire !).
      Vous comprenez la notion de disproportion ?

    • Donc j’ai pas le droit de dire que j’aime pas les chiens et que c’est un animal stupide ??? C’est nouveau ça… Même si je ne les aime pas, ce n’est pas pour autant que je vais le tabasser si j’en croise un dans la rue hein ! Et ça, ça s’appelle comme vous le nommer bien, « le respect » 😉

    • qui provoque qui ? Un journal écrit que personne ne vous oblige à acheter, ou des manifestations permanentes et publiques de personnes qui veulent imposer leur pensées et leur façon de vivre, que ce soit dans les lieux publics, les manifestations publiques ou l’on crie allah ouakbar, et des rappeurs dont on ENTEND les paroles sans même avoir acheté le morceau ?

  • Je ne suis pas Charlie qui organisait des pétitions pour faire interdire le FN.

    Marre de cette culture de l’excuse pour les criminels.

    • Pareil, je ne suis pas Charlie, que je n’aimais pas avant la tuerie, et je ne suis pas Mila que je ne connaissais pas avant l’Affaire.
      Mais je suis contre contre contre absolument et résolument contre cette notion qu’on peut excuser les déversements de violence pouvant aller jusqu’au meurtre ou les déversements de haine pouvant aller jusqu’à l’appel au meurtre, dès lors qu’ils sont tournés contre des personnes critiquant l’islam.
      Non non et non, comme ils aiment dire : il y a une ligne rouge à ne pas dépasser.

  • Houellebecq : « La religion la plus con, c’est quand même l’islam».

    Houellebecq : «La lecture du Coran est une chose dégoûtante. Dès que l’islam naît, il se signale par sa volonté de soumettre le monde. Sa nature, c’est de soumettre. C’est une religion belliqueuse, intolérante, qui rend les gens malheureux.»

  • L’insulte à la religion, c’est évidemment une atteinte à la liberté de conscience. C’est grave. (Belloubet sur Europe 1)
    Cette femme n’a donc jamais rien compris a ce qu’est la Laïcité ainsi que la Liberté absolue de conscience. Son inculture est effrayante, elle ne pouvait absolument pas être ministre.
    La liberté de conscience elle est justement un droit pour tous, et fait Qu’un musulman n’a justement ^pas le droit de s’immiscer et de régenter la conscience des autres. Le coran dot être systématiquement éliminé de la vie des français, seul les lois décidées par le peuple peuvent s’appliquer dans notre pays. Toutes infractions a ce principe doit être éradiquée, instantanément et avec la brutalité nécessaire a un arrêt immédiat et une non contagion.

    • @Esprit critique-Parfaitement

    • Humm..
      La laïcité c’est la neutralité de l’état pour les questions religieuses. Elle s’impose à l’état. Le Coran n’a pas à être éliminé de la vie des français. Si un musulman veut suivre le Coran c’est son droit. Si une femme musulmane veut porter un voile elle le peut, même à l’école. Si une fonctionnaire veut porter un voile c’est sont droit. L’état doit être « religion blindness », il ne doit pas voir le fait religieux.

      • Le voile n’est pas religieux. C’est du prosélytisme et un rejet de la France, il doit être traité comme tel et interdit. D’autant plus interdit que nombre de femmes sont forcées de le porter par leur entourage, rien que pour cette raison il doit être refusé.
        Oui un musulman peut suivre le Coran, c’est son droit. Mais quand les musulmans font bloc pour que des préceptes du Coran soient imposés (suppression du porc dans les cantines par ex, mais il y a des dizaines d’autres sujets), alors il faut arrêter de se réfugier derrière le « c’est son droit » et cesser d’être « total blindness ».

  • Hanouna se vante d’être un ami de Macron, et d’avoir son téléphone perso !!!
    Ou c’est un fou dangereux, ou c’est encore plus grave.

    • Hanouna arrive simplement à la limite du rôle qu’il veut se donner en représentant son public de jeunes. Il s’est embourbé dans cette affaire à essayer de défendre à la fois les rappeurs et les communautés religieuses.

      S’il pense être à la fois un « saltimbanque » et être porteur d’un message politique, il est effectivement fou.

      • En fait, c’est un arabe qui veut défendre sa religion de m…de ! son fonctionnement est le même car il défend les terroristes de manière politiquement correcte (son émission, bien que nulle, fait de l’audience . . . ).

        • Hanouna un arabe ?!? (?!?!?!?).

            • Il vient de fêter Kippour !

              Quand vous parlez de sa « religion de m », je me demande si vous comprenez ce que vous dites ?

              • Je ne parle pas de ce qu’il y a dans sas généalogie . . . vous êtes idiots ou quoi ? ce n’est pas parce que quelqu’un s’appelle Kretinsky que c’est un polonais . . . .
                Je cite Hanouna ; « J’aimerais que nous parlions religion.
                Je le fais rarement. C’est un sujet intime que certains montent en épingle pour des raisons bien différentes de la spiritualité. Je suis juif traditionaliste. Et d’origine tunisienne avec une forte culture arabe. »
                La culture, c’est autre chose de ce qu’il y a sur le papier . . .

          • Hanouna est d’origine juive, c’est certain. Est-il pratiquant, je n’en sait rien et on s’en fout.
            Les juifs de part le bassin ethnique ou est née cette religion, sont essentiellement des arabes.
            Faut pas confondre ce qui constitue une origine génétique majoritaire que l’ADN montre parfaitement et le sujet de conversation que la personne a eu une heure avant …
            Cela ne se situe pas au même niveau.

            • Il est probablement juif comme je suis catholique : par respect de la famille. Et il dit lui-même se considérer arabe alors qu’il a surtout je pense une culture de banlieue.

              Tout ça pour recadrer le problème. Il ne cherche nullement à propager des idées extrémistes, mais la soit-disant « culture de banlieue » me choque. Ce n’est pas évident de renier le milieu dans lequel on a grandi, mais je ne vois pas en quoi on devrait en faire l’éloge et encore moins en nier les problèmes et les travers.

              Hanouna a dit une c. de plus en voulant concilier la chèvre et le chou. Mais confondre banlieue, arabes, religion, stupidité et extrémisme ne mène nulle-part.

      • Ce n’est pas Hanouna le problème.

        Il se veut libre et voudrait être le porte-parole des jeunes et un pont entre les communautés. Mais il est en fait prisonnier à la fois de son image et de la bien-pensance médiatique. (Et il n’est pas le seul).

        A cause de cette bien-pensance, il est interdit de remettre à sa place qui le mérite (comme les rappeurs) ou d’évoquer des vérités flagrantes. L’ensemble des média est pourrie jusqu’à la moelle à vouloir privilégier la bonne-parole à la vérité.

        Le bon exemple appartient aux artistes , la vérité aux journalistes, la bonne parole au Pape. Et il ne faut surtout pas mélanger les genres car les 2 premiers sont indispensables et le brouillage de chacun des messages une catastrophe.

        L’utilité de la « bonne-parole », je ne sais pas.

    • Pas un fou dangereux, non ! Juste un imbécile et un lâche qui préfère se coucher devant l’ennemi plutôt que d’affronter l’adversité.
      Dans ces affaires, Charlie et Mila sont les vrais héros de notre époque.

    • Non c’est juste la voix de son maître et Hanouna ne fait qu’aboyer ce que ce dernier pense! Son islamophilie est connue de tous depuis sa visite à Alger !

    • Hanouna c’est pas ce qu’on fait de pire à la télé? ce mec vendrait sa mère pour faire de l’audience ..une belle m…e quoi.

  • La liberté de conscience est un droit dont chacun dispose. Ce qui est grave ce sont les moyens qu’utilisent les politico- extremo- islamistes, à ne pas confondre avec un musulman, pour nous imposer une stratégie de débordement avec la complicité de nos gouvernants et intellectuels marxistes, à commencer par le prosélytisme.
    Débordement lié à l’affaiblissement de nos pouvoirs régaliens (police, justice) organisés par l’état complice, lié à une immigration non gérée, lié à l’implantation incontrôlée d’associations et de lieux dit «  de culte » maîtrisés par des agents de propagande, lié à l’acceptation de pertes de territoires, lié à un délitement de l’éducation, de la famille, des valeurs républicaines.
    Cette somme, non exhaustive, contribue à l’aliénation de notre liberté de pensée, de s’exprimer car cette population nous impose son mode de pensée et de vie et n’hésite pas occasionnellement à nous martyriser si nous n’allons pas dans leur sens.
    Qu’attend-t-on pour réagir? Probablement d’être soumis… mais cela risque d’être trop tard et les flots d’argent ne sont que des cautères sur des jambes de bois…

    • Merci de nous préciser la différence entre un Musulman et un « politico- extremo- islamistes… »
      La différence entre : Un déséquilibré et un terroriste islamiste, les journaleux ont déjà essayé de l’expliquer. Personne n’a été dupe.

      • Je précise:
        Un musulman comme un catholique, protestant, israélite, orthodoxe ou un athée jouit de sa liberté de conscience en paix avec les autres ce qui n’empêche pas de s’entretenir ou d’échanger sur les différences cultuelles des religions sans chercher à faire du prosélytisme.
        Un politico-extremo-islamiste utilise sa religion , en l’occurrence l’islam comme une arme de guerre et veut ainsi imposer son dogme, sa loi (charia) comme un principe divin et un mode de vie incontournable, n’acceptant aucune autre alternative.

  • Il en pense quoi Hanouna du gars qui a tué à Christchurch ? Lui aussi est excusable au même niveau que les autres j’imagine… Bah oui, la vue du bâtiment a été la goutte d’eau qui a fait débordé le vase ou « mis de l’huile sur le feu », non ? Peut être pas dans ce cas… oups…

    • Quoi, des églises et cathédrales sur la voie publique, au vu et au su de tout le monde? Si ce n’est pas de la provocation! Méfiez vous, je sens que je vais m’énerver, et organiser un attentat suicide au marteau piqueur

    • C’est a la mosquée de Christchurch qu’ont été formé des criminels terroristes musulmans renommés, . Le gouvernement Néozélandais n’a jamais rien entrepris pour lutter contre , pas de fermeture. Les Imams néozélandais de Christchurch continuent a former des assassins !

      • Intéressant. Vous avez des sources ?

        • …..La mosquée Al Noor de Christchurch (Nouvelle-Zélande), qui a récemment été le théâtre d’une attaque ayant impliqué un militant nationaliste australien, était depuis longtemps liée à l’organisation djihadiste Al Qaeda et en particulier la branche yéménite, responsable du carnage de Charlie Hebdo.

          Deux Néo-Zélandais convertis à l’Islam et radicalisés dans cette mosquée avait ensuite rejoints l’organisation terroriste au Yémen
          La mosquée Al Noor de Christchurch (Nouvelle-Zélande), qui a récemment été théâtre d’une attaque ayant impliqué un militant nationaliste australien, était depuis longtemps liée à l’organisation djihadiste Al Qaeda responsable des attentats du 11 septembre…

  • Un gouvernement et donc un ministre n’a pas à exprimer d’opinion sur un sujet tel que celui-ci. Ce n’est pas son rôle (régalien). Imaginez que le président aille afficher les dessins de Charlie dans les rues en Iran ! Il irait insulter les musulmans du monde entier au nom de la France.

    Les politiques représentent la France vis à vis de l’étranger. Ils ne sont pas la France. Chaque français a le droit de s’exprimer en son nom et en étant protégé par la loi et la police. Mais plus on prétend représenter un groupe et plus on doit être modéré.

    Un politicien peut et doit parler de la pratique de l’Islam en France, mais n’a pas de commentaires à faire sur une religion. Nuance. Mais importante pour moi car il n’a pas à parler en mon nom (en dehors de la constitution et du droit) ni à dicter ce que je dois penser. Et c’est applicable à ceux qui prétendent « faire » l’opinion au lieu d’exprimer une opinion.

  • Hanouna !! Le reflet, que dis-je, la matérialisation cathodique de 80% des français.
    Ce pauvre type est une catastrophe à lui tout seul. Des blagues du type Bigard (le top du top !!!) une culture à coté de laquelle une chêvre passerait pour un prix Nobel, je ne parle pas du look (jamais le physique).
    Mais le plus triste, le plus navrant, le plus affligeant, c’est le taux d’audience !
    Heureusement, il est parfois battu par E. Zemmour !!
    Un grand moment !!!!

  • Bel article, merci.
    Vous citez Hanouna « Moi je pars du principe que quand on choque une personne, il faut arrêter. »
    Hanouna me choque par sa vulgarité et sa glorification de la bêtise. Il peut arrêter ?

  • C’est qui hanouna, Le type a l’air un peu idiot sur la photo ?

    • Il est beaucoup moins idiot qu’il n’en a l’air (mais pas plus intelligent que la moyenne des pantins médiatisés).

      Comme d’autres, il a compris que dans le monde actuel, on pouvait tirer meilleur parti à jouer sur SA bêtise que sur son intelligence ou que sur la bêtise et l’intelligence des autres. (Sauf quand on commence à se prendre trop au sérieux).

    • Pas qu’un peu, car pour sortir le genre d’ânerie malhonnête il faut l’être complètement. Cela fait des dizaines d’années que Charlie fait pire sur le catholicisme et le Pape, sans que ses adeptes viennent les massacrer ou lancer des appels au meurtre comme pour Salman Rushdie! Il y a d’un côté les gens civilisés et de l’autre les sauvages, un point c’est tout.

      • Il y a surtout plusieurs types de civilisations et de règles morales.. La notre n’a plus de moralité basée sur la foi chrétienne, elle prone la soumission comme châtiment d’exister et d’avoir créer l’histoire et dominer le monde. Une civilisation se bat ou meurt…

  • « J’ignore ce que Cyril Hanouna a pensé de … »

    Il pense ce qu’il veut, mais quand vous parlez d’Hanouna n’omettez pas de préciser qui il est. Cela évitera de transformer CP en blog antisémite …

    • Hanouna a bien des défauts. A commencer par avoir un peu trop tendance à vouloir jouer les caïds dans la profession.

      En revanche, il a été attaqué de façon plutôt malhonnête par la bien-pensance pour prétendus sexisme et homophobie.

      Est-de que CP est devenu l’alliée de la gauche bien-pensante ?

  • Ras le bol de ce mec et de sa clique de pseudo-modèles de vertu !

  • Avoir du respect pour ce que l’autre considère (à tord ou à raison) comme sacré, n’est pas restreindre sa liberté mais bien au contraire user de sa liberté pour prendre en compte l’autre. Mme Meyer verse dans une vision étriquée et nombriliste de la liberté

    • On est libres d’avoir une vision étriquée de la liberté. On est libres de ne pas avoir de respect pour ce que l’autre considère comme sacré. Chacun sa vision, dès lors que cela reste dans le cadre légal.
      Mais cet autre n’est pas libre d’utiliser une kalachnikov ou des appels au viol pour faire respecter sa vision de la liberté, d’autant que sa vision est d’imposer l’infériorité des femmes. Trop forts, ils arrivent à se faire défendre au nom du respect de leur liberté d’être des extrémistes, vraiment trop forts !

      • Ils nous boufferont grâce à nos sacro-saints Droits de l’Homme, je ne sais plus qui l’a dit… Bouteflika ? Le précédent ? Celui du « ventre fécond des femmes » ?

        • Possible il n’y pas de sens à l’histoire.. pour autant…il faut garder ses valeurs..

          la premiere façon de « bouffer? » dans une démocratie c’est le nombre.

  • « L’insulte à la religion, c’est évidemment une atteinte à la liberté de conscience. C’est grave. »

    Insulter une religion ne signifie nullement d’interdire a une personne de croire…
    Aucune atteinte. Cette ministre est inculte.

    La vérité théologique d’une religion étant un blasphème pour les autres, il ne peut exister de pluralité religieuse sans droit au blaspheme.
    Si les musulmans refusent la contrepartie de la tolérance religieuse, libre à eux d’aller vivre dans un pays en phase avec leurs convictions.

    La république française à une tradition de tolérance religieuse, s’est battue contre le nazisme, ce n’est pas parce que la moitié d’une minorité n’arrive pas à tolérer les concessions du fait d’être une minorité qu’on va supprimer notre histoire, notre culture.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une doctorante dans le domaine des STEM (siences dures) de l'une des meilleures universités du monde m'a dit un jour :

"Je pense que tout le monde a raison."

Lorsque j'ai essayé d'argumenter que les faits et la vérité existent et que sa déclaration défie la définition de juste, elle m'a répondu : "nous pensons différemment, et c'est bien ainsi".

Une institution renommée ressemblait soudain à un jardin d'enfants.

Aujourd'hui, j'aime commencer un cours de philosophie en demandant aux étudiants s'ils peuvent dire que ... Poursuivre la lecture

Par Emma Camp.

Mercredi, la Foundation for Individual Rights and Expression (FIRE) a publié son classement annuel des universités en matière de liberté d'expression. Ce classement est issu d'une enquête menée auprès de près de 45 000 collégiens dans plus de 200 universités aux États-Unis. L'enquête est menée depuis 2020 et permet de recueillir un large éventail d'informations sur le climat politique du campus dans un éventail d'universités.

Reason Sean Stevens, chercheur principal de FIRE explique :

"Les écoles dont l'adm... Poursuivre la lecture

Par Margot Arold.

Interdiction de rigoler ? Sujets désormais interdits ? Il semblerait qu’en haut lieu on ait totalement perdu le sens de l’humour… et qu’on compte bien mettre au pli les Français qui seraient tentés de rire de sujets rendus de plus en plus sensibles.

 

Christophe Galtier et son trait d'humour

Ainsi, Christophe Galtier, entraîneur du PSG a-t-il répondu de façon ironique à la question de l’utilité d’un déplacement Paris-Nantes en avion :

https://youtu.be/V9SI7bCltkI

« Ce matin, on a discu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles