L’horreur des centres secrets de détention et de torture en Iran

L’opposition iranienne appelle les instances internationales à prendre des mesures pour obtenir la libération des détenus soumis à la torture
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’horreur des centres secrets de détention et de torture en Iran

Publié le 22 septembre 2020
- A +

Par Hamid Enayat.

Suite à la révélation par Amnesty International que « la police, les services du renseignement, les forces de sécurité et des agents de l’administration pénitentiaire iraniens ont commis de terribles violations des droits humains en relation avec les manifestations nationales de novembre 2019 » les détails de nombreux centres de détention secrets du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) et du ministère des Renseignements et de la Sécurité (MOIS) ont été dévoilés ce qui suit par l’opposition iranienne, le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) :

La torture dans les centres de détention secrets de CGRI

Un manifestant identifié par ses initiales M-A a été arrêté par les services de renseignements des pasdarans et emmené dans un centre de détention clandestin, où il a été contraint de se déshabiller et a été torturé pendant deux jours d’affilée à coups de matraques et d’électrochocs sur des parties sensibles de son corps.

G-A a été arrêté par les services de renseignement des pasdarans. Il a été torturé dans un gymnase pendant une semaine avec des électrochocs et des matraques.

Un autre prisonnier, M-S, a été torturé de la même façon, après avoir été également forcé de se déshabiller.

Simulacre d’exécution

Le simulacre d’exécution est la torture que les pasdarans utilisent sur de nombreux manifestants arrêtés lors du soulèvement de novembre. Dans certains cas, ils ont simulé l’exécution en jetant le prisonnier du toit.

Le manifestant aux initiales M-A a été victime de deux simulacres d’exécution. Une fois, il a été placé dans le coffre d’une voiture et conduit à un autre endroit. Après avoir été extrait de la voiture, ses bourreaux lui ont demandé de témoigner et d’être prêt à être exécuté. Puis, alors qu’il avait les yeux bandés, ils ont tiré près de son oreille et autour de lui.

Dans certains cas, un mollah est présent pour dire au prisonnier de témoigner avant l’exécution et de faire son testament. Dans un autre cas, le prisonnier n’a pas reçu de repas et il lui a été dit qu’il serait exécuté la nuit même, il a ensuite été menotté et sorti de la cellule.

Le manifestant aux initiales A-R a été gravement torturé dans le quartier 240 de la sinistre prison d’Evine, les yeux bandés. Puis, ils l’ont emmené dans un autre endroit et lui ont dit de faire un testament car « nous allons te pendre ». Toute la scène était prête pour l’exécution. Ils ont placé un tabouret sous les pieds et ont continué cette torture psychologique pendant des heures.

La torture d’enfants et d’adolescents

Parmi les personnes arrêtées lors du soulèvement de novembre 2019, un grand nombre d’enfants et d’adolescents de moins de 18 ans ont été gravement torturés. Le manifestant détenu, aux initiales A-K, a été battu à coups de matraque et de bâton, a également été fouetté et on lui a arraché les ongles. A-M., un autre prisonnier de moins de 18 ans, a été gravement torturé par électrochocs.

Certains manifestants arrêtés lors du soulèvement de novembre 2019 ont été violés à plusieurs reprises. Une autre méthode de torture consiste à verser de l’eau froide sous le prisonnier allongé sur le sol de la cellule. Il est maintenu dans cet position pendant des jours, souffrant de douleurs aux jambes et au dos et d’autres sévères complications.

Les services de renseignement des pasdarans à Chiraz torturent les manifestants arrêtés en novembre 2019 dans la prison d’Ebrat et y emploient les gardiens les plus impitoyables. Dans ce service, les gardiens s’appellent les uns les autres par des titres tels que Jalal gaucher, Majid impie et Hussein sans vergogne. L’un de ces gardes avait écrit sur la porte d’entrée : « Il n’y a pas de Dieu ici. » Navid Afkari, le champion de lutte exécuté tout récemment, ainsi que ses frères ont été emprisonnés dans ce quartier.

Épidémie de torture

Les recherches d’Amnesty international démontrent que la torture et d’autres formes de mauvais traitements ont été utilisés de façon généralisée par des agents de l’État et de l’administration pénitentiaire contre les hommes, femmes et adolescents. Leur but ? Extorquer des « aveux » aux personnes détenues ou arrêtées sur leur participation à des manifestations ou leurs liens avec des médias et des groupes d’opposition.

La prison secrète à Chiraz

Dans cette prison, les prisonniers sont torturés avec les yeux bandés. Le prisonnier est pendu au plafond et battu avec un câble sur les mains, les pieds et les doigts. Dans de nombreux cas, ses doigts sont brisés. Une autre torture consiste à déshabiller un prisonnier et à le soumettre à un soleil de plomb ou à un froid extrême.

De nombreux détenus ont été laissés sans surveillance après avoir été torturés en novembre 2019, et certains d’entre eux ont vu leurs blessures s’infecter. Les ongles de certains prisonniers ont été arrachés. Trois détenus du soulèvement de novembre sont morts sous la torture dans cette prison.

Les prisonniers dans le couloir de la mort sont transférés à l’isolement la nuit précédant l’exécution. Les agents veillent à ce que les noms et informations des prisonniers d’Ebrat ne soient pas divulgués et ne parviennent pas aux organisations internationales.

L’opposition iranienne a appelé les instances internationales ainsi que d’autres organisations de défense des droits de l’Homme à prendre des mesures urgentes pour obtenir la libération des manifestants détenus qui sont soumis à la torture et à des exécutions.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  •  » les gardiens « ….des non humains , des dégénérés en puissance , des monstres sanguinaires ….à pendre haut et court , sans passer par la case torture …..

  • A la lecture d’un tel article, on se dit que Trump a raison sur toute la ligne quant au retrait des USA du traité nucléaire avec ce pays…

  • Ce ne sont pas des non humains, ce sont des hommes, comme nous, comme tout le monde. Rappelez-vous Kohutchek le bourreau hongrois qui n’a jamais « compris » ce qu’il avait fait.

  • Au lieu de critiquer l’Iran, regardons ce que devient la liberté d’opinion chez nous et plus généralement, sans les pays occidentaux.
    Des journalistes ou des citoyens harcelés, voire enfermés pour leurs opinions, cela existe. Chez nous.

  • Quels rapports entre l’accord sur le nucléaire iranien et la situation des droits de l’hommes?Pourquoi une telle fixation de Contrepoints sur ce pays, il y a au moins un article par mois minimum sur les Mollah..
    L’Egypte, Barhein, l’Arabie Saoudite etc on en parle ou pas ?
    On est dans le militantisme pure là, l*indignation sélective ça va deux minutes.
    On attend un article sur les centres de rétention effroyables pour étrangers en Arabie Saoudite, ou encore la répression impitoyable du Caire contre toute opposition, les villages rasés dans le Sinai au nom de la lutte contre le terrorisme, la 30 aine de cadet tués simultanément sur une base libyenne par un drone qui après enquete minitieuse appartiendrait aux Émirat Arabes Unis, mais chut…….

    • L’un n’empêche pas l’autre.
      Vous avez raison: en Egypte, les sbires de Sissi font ce qu’ils veulent sous prétexte de lutte contre les Frères musulmans.
      Si CP pouvait trouver des auteurs rapportant ces exactions, ce serait publié. Je ne crois pas à une volonté délibérée contre l’Iran.

  • Il faut dire ce qui est : les Pasdarans du régime iraniens sont devenus, ce qu’auraient été les SS si le sinistre régime hiltérien avait duré un peu plus.
    Pour rappel, comme les SS, ils contrôlent les armes de pointe, ont fait main basse sur une partie de l’économie (les SS se développaient en ce sens en louant à des industriels une main d’oeuvre gratuite pour eux avec les terribles camps), ont créé une armée bis, bien mieux équipée et encadrée, et ont leur service de sécurité ayant bien plus de pouvoirs que la police classique.
    Bref, ils forment un état dans l’état, bien mieux vus par le régime car d’une fidélité politique absolue et bien plus motivés (pour ne pas dire plus) par l’idéologie à laquelle ils adhèrent entièrement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alain Cohen-Dumouchel.

La propriété privée n'est pas un concept intuitif ou évident puisqu'elle n'a jamais pu s'établir pendant 4000 ans. Ce n'est qu'avec les Lumières et les révolutions anglaises, puis françaises et européennes que la propriété devient un droit de l'Homme reconnu par le pouvoir et qui lui est opposable. La propriété est ici garantie par l'administration en dehors de toute éthique imposée. Elle devient privée c'est-à-dire que tous ceux, pouvoir compris, qui n'ont pas de droits de propriété sur un bien sont officie... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Ne jamais oublier Tienanmen

Par Frédéric Mas.

La mémoire de la répression sanglante des étudiants survenue place Tienanmen à Pékin le 4 juin 1989 s’efface doucement. Le pouvoir politique chinois autant que l’opinion publique occidentale semblent y travailler avec ardeur, autant par lâcheté que par intérêt.

L'image du "tank man" est la plus emblématique, mais celle-ci représente l’appétit du Parti communiste chinois pour le pouvoir.

Liberté en Chine: #Tienanmen #chine pic.twitter.com/t2xx2a5hy5

— Eric C. Busque (@dystoman)... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Olivier Maurice.

Contrairement aux pays anglo-saxons où domine une autre tradition, plus civile que personnelle de la liberté, la tradition politique française a tendance à considérer la liberté comme un comportement, suivant ainsi la conception développée par Jean-Jacques Rousseau.

On a beau vouloir confondre l'indépendance et la liberté. Ces deux choses sont si différentes que même elles s'excluent mutuellement. Quand chacun fait ce qu'il lui plaît, on fait souvent ce qui déplaît à d'autres, et cela ne s'appelle pas un éta... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles