Être ou ne pas être Charlie ? Parcours d’un hashtag devenu argument

Les slogans ont des limites pour exprimer des positionnements parfois complexes. Et si on retrouvait le goût du débat plutôt que se contenter des phrases sans texte ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
JeSuisCharlie-13 by photograpix(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Être ou ne pas être Charlie ? Parcours d’un hashtag devenu argument

Publié le 20 septembre 2020
- A +

Par Laura Calabrese1.
Un article de The Conversation

L’attentat perpétré contre Charlie Hebdo a provoqué des réactions massives dans le monde, sûrement comparables à celles d’un événement comme le 11 septembre mais bien plus visibles par la proximité avec laquelle nous l’avons vécu sur les réseaux sociaux numériques.

La réponse épidermique au choc a été incarnée par le slogan « Je suis Charlie », par lequel une énorme quantité d’internautes a témoigné sa solidarité à travers le monde (le 9 janvier 2015, le hashtag #JesuisCharlie avait été utilisé 5 millions de fois sur Twitter).

Le slogan a également été décliné sous différentes formes dans les manifestations citoyennes des 10-11 janvier, juste après l’attentat à l’Hypercacher : « Je suis policier, Je suis juif, Je suis musulman », démontrant sa viralité, sa plasticité et sa capacité à condenser une multitude d’identifications. Depuis, de nombreux attentats à travers le monde ont provoqué une nouvelle circulation du slogan avec le nom de la ville en lieu et place de Charlie. Sa reformulation a été à la hauteur de sa circulation massive, jusqu’à devenir un meme.

« Je suis Charlie » : la plume contre l’épée

Le slogan exprimait à la fois le choc devant l’immensité barbare de l’événement et la solidarité envers les victimes, avec lesquelles l’énonciateur s’identifiait en se mettant à leur place et en partageant leur drame. Cette « dynamique identificatoire » a transformé le je en nous, comme l’écrivait Louize Merzeau.

Sa signification s’est nourrie des discours ainsi que des images qui ont circulé massivement en hommage à la rédaction décimée de Charlie, à la caricature, à la liberté d’expression.

Charlie
Graff en hommage aux victimes de l’attentat perpétré contre Charlie Hebdo (Poitiers,18 janvier 2015). Wikimedia, CC BY

 

Dans une étude sémiotique, nous avons montré que ces dessins très nombreux, réalisés par des dessinateurs et dessinatrices partout dans le monde, étaient basés sur les mêmes métaphores et images : la plume contre l’épée, le combat des idées contre l’obscurantisme, le journaliste comme héros et la renaissance perpétuelle malgré la barbarie.

Mais comme toute « phrase sans texte » (c’est ainsi que le linguiste Dominique Maingueneau désigne ces formes brèves), le slogan peut recouvrir une multitude de significations en fonction des positionnements des énonciateurs qui l’utilisent.

Charlie ou pas Charlie : ds représentations divergentes de l’événement

Si le hashtag #JeSuisCharlie a été créé le 7 janvier à 12:59 pour accompagner la diffusion de l’iconotexte créé par le graphiste Joachim Roncin, #JeNeSuisPasCharlie est apparu pour la première fois à 13:46 le même jour.

Les différentes manières d’appréhender l’événement se sont ainsi matérialisées dans une intervention sur le slogan même, qui devenait le terrain d’une bataille idéologique. Ces voix discordantes brisaient l’apparente homogénéité de l’hommage à Charlie Hebdo et évoquaient une dissociation avec les valeurs que l’énoncé était censé représenter.

Les contre-slogans ne sont pas un phénomène rare (pensons à « All lives matter », réponse des pourfendeurs de l’antiracisme à « Black lives matter »), mais il faut dire que la forme linguistique de la phrase ouvrait la porte à des reformulations telles que « je ne suis pas X », « je suis toujours/encore X » ou « je ne suis plus X ».

Le slogan invite à une adhésion totale

Mais c’est surtout le sens de l’énoncé en discours qui autorisait la reformulation négative, dans la mesure où celui qui dit « je » est libre de décider à qui il ou elle veut s’identifier. Ici, la structure attributive de « Je suis Charlie » engage l’énonciateur dans une identification inconditionnelle avec le journal satirique, car il donne un choix binaire, être ou ne pas être. Cependant, elle ne spécifie pas à quoi on adhère exactement, le nom propre de la publication renvoyant à une multitude de référents et de représentations. Un autre contre-slogan construit sur un nom propre, JeSuisKouachi, ne laisse au contraire aucun doute quant à la signification de la formule, qui fait l’apologie du terrorisme.

Si le cri d’empathie « Je suis Charlie » s’est chargé des images archétypales de la lutte pour la liberté et contre l’obscurantisme, « Je ne suis pas Charlie » s’est raccroché à des débats plus divers où les crispations étaient à leur comble, notamment sur la représentation du prophète et de l’islam, sur la comparaison avec les dessins antisémites, sur les limites de la liberté d’expression.

Quand les slogans deviennent arguments

Une étude de Romain Badouard sur la circulation du hashtag a montré que le contre-slogan recouvrait notamment trois attitudes : une critique « de gauche » qui dénonçait les récupérations politiques de l’événement, les dérives sécuritaires et une certaine stigmatisation des musulmans ; une critique conservatrice et identitaire qui se levait contre l’esprit libertaire de Charlie Hebdo et, enfin, une voix émanant plutôt des Français musulmans accusant le journal d’islamophobie.

Les cas d’apologie du terrorisme sont, selon les études citées plus haut, minoritaires.

Si le bon sens n’a jamais abondé dans ces discussions, la transformation des slogans en argument n’a pas aidé dans le dialogue de sourds. On peut noter que le premier énoncé porte sur des valeurs universelles alors que le second renvoie à des problématiques plus conjoncturelles ; dans ce sens, on pourrait très bien à la fois être et ne pas être Charlie.

Forte polarisation des débats

Un des effets de la circulation de ces deux slogans a été une forte polarisation des débats. Si on ne peut, bien sûr, pas attribuer au slogan même cette polarisation, il est clair que la forme attributive de l’énoncé a favorisé la représentation d’un affrontement entre deux camps radicalement différents : ceux qui sont quelque chose contre ceux qui ne le sont pas, occultant des positionnements plus nuancés dans lesquels les individus adhéraient à une série de valeurs fondamentales sans pour autant adhérer à la manière dont la rédaction de Charlie avait par moments énoncé ces valeurs.

Les énoncés tels que « je serai toujours/ne je serai jamais Charlie » n’ont fait que renforcer l’idée de groupes idéologiques antagonistes, de même que l’idée selon laquelle « l’esprit Charlie se perd », opérant une identification entre la défense inconditionnelle de la liberté d’expression et de la laïcité et le discours du journal.

On peut également penser que la polarisation a été à la mesure de l’événement traumatique, mais la circulation de ces slogans jumeaux a provoqué un appauvrissement flagrant des débats, ramenant celles et ceux qui débattaient à des idéologies élémentaires.

Faux dilemme ou grand malentendu ?

La dynamique de ces discussions s’est reproduite lors d’un autre événement similaire, celui appelé « Affaire Mila », où le slogan « Je suis Mila » ralliant le camp des Charlie s’opposait au contre-slogan « Je ne suis pas Mila » rassemblant le camp des anti.

D’autres polémiques ont pourtant montré qu’il est possible de s’associer à l’indignation collective sans pour autant adhérer aux idées de la personne défendue.

Très récemment, devant le dessin de Danièle Obono en esclave, de nombreuses voix se sont levées pour dénoncer le dessin de Valeurs Actuelles, tout en se dissociant de la prise de position de la députée lors de l’attentat de 2015, de son rapprochement avec le Parti des indigènes de la république et sa défense de personnalités controversées.

Des années après le massacre, une partie de la rédaction de Charlie a regretté le « je suis Charlie, mais » de certains, sans considérer que dit comme ça, l’énoncé est bien plus violent qu’une argumentation qui expliquerait une adhésion aux valeurs de la liberté de presse et d’expression, une empathie sur les événements vécus et une condamnation de la terreur mais un désaccord sur des opinions, ce qui est tout à fait cohérent avec la liberté d’expression et de pensée.

Il ne faut pas oublier, par ailleurs, qu’il y a aussi eu des « Je ne suis pas Charlie mais », montrant la limite des slogans pour exprimer des positionnements complexes.

Tout cela fait penser qu’il s’agit d’un faux dilemme ou d’un grand malentendu, et qu’il serait temps d’abandonner les phrases sans texte pour retrouver le goût du débat.

Sur le web

  1. Professeure d’analyse de discours et communication, Université Libre de Bruxelles (ULB).
Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • pas très Charlie tout ça, facho..

  • Rien de nouveau depuis Ich bin ein Berliner.

  • A part que tout le monde dit n’importe quoi, à la fois tout et son contraire, je n’ai pas compris grand chose…

    Je dois être Charlot ?

  • Pas inintéressant cette analyse, même si, comme toute analyse, on est parfois dans la sur-interprétation en oubliant que nombre de gens brandissent le slogan pour faire comme les autres, sans avoir de sens personnel.
    Perso, je n’ai pas mis « je suis Charlie » dans mes mails, mon mur FB, mon t-shirt, car Charlie n’est, selon moi, pas la liberté d’expression, mais la liberté d’agresser. Là où je défends la liberté de taquiner, de chatouiller, de faire réfléchir, Charlie défend la liberté d’insulter et de blesser. Si Charlie était de droite, plusieurs de ses dessins aurait été attaqué pour racisme.

    • moi j’ai attaqué tout de suite je suis charlie en affirmant prophétiquement, et il ne fallait pas être bien malin, que ce qui allait suivre était des attaques contre la liberté d’expresssion.. on crève de l’ambiguïté..moi j’aurais défilé avec une pancarte je ne suis pas charlie mais je suis charlie quand même..

      je suis Charlie est d’abord et avant tout une attaque contre l’expression tout court..

      • désormais être radical..c’est criminel..

        on voit se multiplier les intitulés de crimes que personne ne peut savoir si il n’a commis ou pas;.

        je peux comprendre l’emotion..je suis Charlie ça passe ..1 jour au max..

      • Oui, opération mondiale d’ingénierie sociale dans laquelle chacun est poussé à s’identifier à un slogan à défaut d’analyser rationnellement la réalité. On a consacré la liberté d’expression insolente, mais aussi insultante de Charlie afin de mieux verrouiller celle qui dérange les pouvoirs en place

    • Charlie Hebdo n’ est pas un journal obligatoire. C’ est un journal satirique, pamphlétaire, de caricature, que vous êtes libre d’ acheter ou pas. C’ est une tradition de la presse, et elle s’ inscrit parfaitement dans le droit. Je l’ achète de temps en temps parce qu’ il n’ épargne personne, et que ce n’ est pas un journal gauchiste. Il faudrait pouvoir relire les éditos de Cavanna, cela ferait un bien extraordinaire au débat.
      Charlie a été attaqué en justice de nombreuses fois, aussi par des gens qui se disent de gauche, et la plupart du temps relaxé. C’ est un journal a défendre bec et ongle pour sa liberté d’ expression.

      • La presqu’apologie de ce scatologique torchon ne mérite aucune attention, il est bien des sujets de plus haute tenue, sans tomber dans les bas fonds qui sont à la mode.

        • Ecoute, je ne tombe dans rien du tout, il me semble que ce journal a toujours eu le droit d’ exister avant d’ en payer le prix du sang, je lis Charlie depuis longtemps et tu es bien négatif mon tout tout petit Zélectron.

    • @Cactus
      Bonjour,
      Si vous n’achetez pas Charlie Hebdo, comment pouvez-vous vous sentir agressé ? Offensé, je peux concevoir’ mais agressé…
      Comme le dit Zemmour la liberté d’expression, c’est choqué.
      Soit on a le droit d’exprimer une opinion, soitnon n’a pas le droit.
      Je ne lis pas Charlie Hebdo, mais je pense qu’ils n’ont jamais appelé à tuer qui que ce soit.

      Quant à la liberte d’agresser, je vous suggère de porter votre regard vers ceux qui agressent physiquement des gens, agresseurs trop souvent multirécidiivstes, comme le violeur de Nantes, condamnés pour 9 viols à 18 ans de prison, libéré au bout de 11, a violé et tué une fillette de 11 ans. Ne serait-pas un peu ce que vous appelez de la « liberté d’agresser » ?
      L’enquête pour savoir s’il y avait eu des dysfonctionnements dans ce cas a conclu qu’il n’y en avait eu aucun.
      [Pour rappel, le viol, 1 viol, c’est 15 ans de prison, article 222-23 du Code Pénal]

      Quant à votre « liberté de taquiner, chatouiller », où se trouve votre limite à l’agression ?

  • oh zut…

    encore personnel mais voila ce que je ferais..

    je vais voir les gens qui ont crié je suis charlie et je leur demande ce qu’ils entendaient par là…
    si il en ressort « défendre la liberté d’expression » je leur demande pourquoi alors vous ne manifestez pas contre les atteintes à la liberté d’expression!!??

    je vos le donne en mille..on ira plutôt vers l’interdiction des discours de haine..ce qui pose question..

  • bah je suis fier de n’avoir été jamais Charlie, phrase vide de sens sauf pour les pseudo rigolos qui voulaient faire suivre le buzz …le respect des morts, la dignité ça se fait dans le calme et l’introspection, pas dans des défilés pour faire croire qu’on appartient à une communauté bien pensante et à la mode..

  • « Tout cela fait penser qu’il s’agit d’un faux dilemme ou d’un grand malentendu, et qu’il serait temps d’abandonner les phrases sans texte pour retrouver le goût du débat. »

    Temps d’abandonner ? Mais on vient à peine de commencer dans les écoles l’apprentissage des slogans…

  • L’état reniant sa signature ce n’est pas la première fois mais c’est grave car quel citoyen sensé souscrira à de futurs projets étatiques ???? Quand on pense que le fameux Bruno briguait la présidence de la république on est en droit de penser l’avoir échappé belle !!! mais il reste dangereux !!!!

  • Ce slogan me semble avoir l’inconvénient d' »effacer » le massacre de l’Hyper casher. Aurait-il été lancé s’il ne l’avait pas été avant ce massacre ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Florian Dauphin. Un article de The Conversation

« Élections truquées », manipulations : les relents complotistes se font entendre durant cette campagne électorale. Selon une étude menée au sein de la Fondation Jean Jaurès en janvier 2019, la majorité des Français ne serait pas hermétique aux théories complotistes. Sur dix énoncés jugés conspirationnistes proposés aux enquêtés, 65 % de la population adhèrerait au moins à l’un d’eux. Pourtant, la gravité du phénomène pourrait parfois être relativisée.

Alors que la France étai... Poursuivre la lecture

Mercredi 15 décembre dernier, Emmanuel Macron a répondu pendant presque deux heures aux questions des journalistes Darius Rochebin et Audrey Crespo-Mara de TF1 et LCI dans un grand entretien intitulé "Emmanuel Macron, où va la France ?" qui avait été enregistré le dimanche précédent.

Un titre dans la veine "Confessions pseudo-intimes d'un Président en campagne" aurait certainement mieux convenu tant l'exercice, feutré, calibré, méticuleusement mis en scène dans le décor riche et doré de la salle des fêtes de l'Élysée, ressemblait à une... Poursuivre la lecture

Zemmour Mélenchon énergie programme
0
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Hier soir sur BFMTV, s'est tenu le débat entre le polémiste Éric Zemmour et le candidat de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon. Un affrontement entre le représentant de la droite radicale et le représentant de la gauche radicale. Deux visions se sont affrontées lors d'un débat tendu marqué par des invectives de la part des deux protagonistes.

Un point problématique doit être soulevé : la question sanitaire qui occupe la vie quotidienne des Français depuis un an et demi n'a pas du tout été abordée. Certe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles