Weibo, le twitter chinois qui a failli révolutionner le pays

La Chine a fait l’expérience pendant quelques années d’une société civile relativement libre grâce à internet et aux nouvelles technologies, avant que le pouvoir ne retourne ces dernières contre les libertés civiles.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Weibo.com Logo By: bfishadow - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Weibo, le twitter chinois qui a failli révolutionner le pays

Publié le 20 septembre 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

En 2009, une révolte éclate à Urumqi, la capitale du Xinjiang en Chine. Des membres de la minorité ouïghoure attaquent des membres de l’ethnie chinoise majoritaire, les Hans, en réaction aux opérations de « sinisation » de la région opérées par la dictature de Pékin.

Celle-ci réagit brutalement par la déportation de la minorité. Plusieurs réseaux sociaux accusés de fake news, dont Twitter, Plurk, Fanfou et Facebook sont interdits la même année. C’est de l’étranger, par le véhicule d’internet, que la subversion anticommuniste a pénétré, c’est donc ce qu’il faut combattre aux yeux des autorités.

C’est à ce moment que naît Sina Weibo, la plateforme de microblogging qui va vite devenir le réseau le plus populaire du pays. Pendant 4 ans, Weibo va servir de lieu d’échanges, d’informations, d’images, de vidéos et de prises de parole des citoyens chinois. L’espace de quelques années, Weibo va desserrer l’étau de la censure politique et de la propagande du Parti, donnant la parole aux dissidents et aux critiques du régime en place. Pendant quelques années, les médias vont échapper aux mains des bureaucrates du Parti.

Contre la censure et la corruption

Certains intellectuels dissidents, comme Murong Xuecun, se sont servis de Weibo comme d’un média alternatif dénonçant la censure et la corruption. Comme l’écrit Kai Strittmatter, le phénomène inquiète le Parti. Des milliers de personnes vont se coordonner sur le réseau pour récolter de l’information et enquêter sur les « crimes » supposés avoir été commis par les ennemis du régime.

Le phénomène génère à la fois des « chasses aux sorcières » comparables à ce qu’on peut voir sur les réseaux sociaux en Occident, mais aussi à la traque des fonctionnaires et des cadres du parti corrompu.

« Pour la première fois depuis la fondation de la République populaire, en 1949, on disposait d’un espace public qui appartenait aux citoyens et dans lequel on parlait leur langue », ajoute Strittmatter1

Et cet embryon de société civile a un poids non négligeable. Sur le marché, l’entreprise est évaluée en 2018 à 30 milliards de dollars. À son lancement, Sina Weibo comptait plus de 440 millions d’utilisateurs par mois. Pour avoir un point de comparaison, Twitter attire quant à lui 330 millions d’utilisateurs dans le monde. D’internet est née une sorte de société civile virtuelle qui ne soit pas placée directement sous la tutelle de l’État et du Parti, avec ses accès de libertés mais aussi ses excès.

C’était trop beau pour durer, et ça n’a pas duré.

Weibo tué par Xi

La censure chinoise sur internet a repris les choses en main. Depuis sa création, les comptes des militants, des journalistes et des intellectuels survivaient tant bien que mal, mais ce n’était pas suffisant aux yeux du Parti. Comme le note Strittmatter, Pékin conduit la reconquête d’internet au cours de 2013, clôturant et arrêtant les influenceurs les plus importants du réseau.

Ainsi Charles Xue, investisseur en capital risque qui comptait 12 millions d’abonnés, est arrêté pour « incitation à la prostitution » et « proxénétisme ». Son crime réel est d’avoir mis en cause la mollesse du gouvernement face à la pollution de l’air, la bonne santé alimentaire et les enlèvements d’enfants.

La même année, la cour suprême change les règles : quiconque répand une « rumeur » transmise plus de 500 fois ou sur laquelle on clique plus de 5000 fois encourt une peine allant jusqu’à 3 ans de prison. On condamne ainsi par avance la circulation de toute information libre. « Depuis, Weibo est mort en tant que média jouant un rôle politique. Là où se déchaînait un peu plus tôt un débat sauvage, souvent polémique, intelligent dans le meilleur des cas, mais de toute façon vivant, règne aujourd’hui un calme sépulcral. », conclut, amer, Strittmatter2.

La Chine a fait l’expérience pendant quelques années d’une société civile relativement libre grâce à internet et aux nouvelles technologies, avant que le pouvoir ne retourne ces dernières contre les libertés civiles. C’est une leçon étonnante, y compris pour l’Occident.

À droite comme à gauche, la « tentation chinoise » est grande de vouloir encadrer les réseaux sociaux, modérer ses excès réels ou supposés, ses fake news et sa cancel culture. L’aventure de Weibo nous rappelle toutefois que la liberté sur les réseaux participe aussi de la vie de la société civile. Il faut la protéger des populismes comme des moralismes.

  1. K. Strittmatter, Dictature 2.0. Quand la Chine surveille son peuple, Tallandier, 2020, p. 92.
  2. op. cit., p. 96.
Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Un phénomène comparable est à l’œuvre en Occident, même si l emprise du pouvoir est moins totale. L’élément déclencheur a été l’élection de Trump en 2015, qui a montré qu’Internet pouvait être un réel contrepouvoir aux médias dominants contrôlés par les partis au pouvoir et leurs soutiens financiers. Depuis, la reprise en main est évidente. Elle a culminé pendant cet épisode Covid avec la censure à grande échelle sur YouTube, Facebook et Twitter. En France, cette mise au pas des réseaux sociaux se cristallise autour des accords « contre les fake news » passés entre les patrons des réseaux et les médias « accrédités ». Le patron de Facebook Europe est d’ailleurs un ancien conseiller de Sarkozy. Ça veut tout dire…

    • tout cela était inévitable, les états pourrissent tout ce qu’ils touchent

      • Cette réaction est étonnante : les crèches sont-elles pourries, les hôpitaux ? les routes ? la marine ?
        Il faut enfin savoir si l’Etat c’est la somme des politiques et des administrations ou si c’est nous. Un peu tout à la fois direz-vous avec raison. Donc, il faut répandre la parole des blogueurs t examiner tous les cas douteux, mais les structures de l’Etat ne doivent pas intervenir. Et c’est là que ça ne va plus. Les politiques c’est nous, les administrations pouces qui tournent c’est nous, les arrêts de travail indus, c’est nous, la corruption c’est nous.

        • les crèches sont-elles pourries, les hôpitaux ? les routes ? la marine ?

          Oui.
          La France a l’état le plus gros au monde en PIB et tout est dans un état lamentable comparé à des pays qui dépensent parfois 20% de PIB de moins y compris les routes, la justice, l’éducation, l’économie, la sécurité, les retraites, les transports public, le chômage et les dettes.
          .
          « Les politiques c’est nous, les administrations pouces qui tournent c’est nous, les arrêts de travail indus, c’est nous, la corruption c’est nous. »

          Non, ceux qui dirigent réellement la France, ce sont les médias subventionnés à hauteur de 5 milliards, les hauts administratifs et les corporations d’état qui ont un pouvoir de nuisance exceptionnel (syndicats, EDNAT, SNCF etc.).
          De bonnes campagnes de presse bien politisées et des grèves tuent dans l’œuf toutes les réformes depuis 30 ans quant à regarder de trop prêt les privilèges, les gaspillages et les flux d’argent mafieux pointés par la Cour des comptes, c’est impossible : il faudrait des campagnes de presse réellement indépendantes.
          .
          La preuve : vous n’êtes absolument pas au courant que le pays est dans un état lamentable et qu’il est totalement en faillite.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Partout en Chine, des protestations populaires s’élèvent contre une politique de confinements sanitaires qui étouffe le pays depuis des années. En cause, une politique « zéro covid » autoritaire initiée dès 2020 pour contenir la progression du Covid-19, qui a abouti à une paralysie sans précédent du pays, notamment suite à l’isolement forcé de la ville de Shanghai.

Protests in China are not rare. What *is* rare, are multiple protests over the same issue, at the same time, across the country. The protest below, appa... Poursuivre la lecture

une personne en combinaison de prptection
2
Sauvegarder cet article

Commenter des images de France 24, la voix de son maître gouvernemental s’il en est, qui montre, à travers des images choquantes, les effets néfastes de la politique du zéro covid en Chine.

Pourquoi ?

Par exemple, la photo de droite montre le dos d’un travailleur qui escalade une clôture. Il s’agit du recadrage sur un travailleur d’un groupe de travailleurs de Foxconn, entreprise taïwanaise, filiale d’Apple, dont l’immense usine est située à Zhengzhou en Chine. Elle fabrique 70 % des iPhone de ce groupe (500 000 par jour). La lé... Poursuivre la lecture

Quand Xi Jinping arriva à la tête du Parti communiste chinois (PCC) en 2012, puis à celle de l’État chinois en 2013, on pouvait facilement penser qu’il allait s’inscrire dans les pas réformistes de son illustre prédécesseur Deng Xiaoping.

Et de fait, c’est à Shenzhen, haut lieu du développement économique de la Chine et de son ouverture sur le monde tels qu’encouragés par Deng dès 1978 qu’il emmena ses collègues du Comité permanent du PCC pour inaugurer symboliquement son premier mandat. À cette époque, on le vit même écumer la scène i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles