La 5G, une nouvelle phase de la révolution digitale, mais plutôt pour 2025-2035

Entre enthousiasme et crainte, les tensions entre les promoteurs et les détracteurs sont fortes. La 5G peut-elle être une révolution, à court, moyen, long terme ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La 5G, une nouvelle phase de la révolution digitale, mais plutôt pour 2025-2035

Publié le 5 septembre 2020
- A +

Par Valery Michaux.1.
Un article de The Conversation

Entre le 20 septembre et le 30 septembre 2020 seront lancées en France les enchères sur les fréquences de la 5G. Entre enthousiasme et crainte, les tensions entre les promoteurs et les détracteurs sont fortes. La 5G peut-elle être une révolution, à court, moyen, long terme ?

La 5G en quelques mots

La 5G est la cinquième génération en matière de réseau de téléphonie mobile. Elle repose sur une technologie cellulaire à haut débit. Il s’agit d’une norme internationale sur laquelle tout le monde s’est accordé. Elle permettra d’offrir un service « sans couture » à l’échelle planétaire.

Stricto sensu, la 5G apporte une amélioration d’un facteur 10 par rapport à la 4G, tant pour le débit que pour le temps de latence. Le débit concerne la quantité de données. Le temps de latence désigne la rapidité de transit d’une donnée entre le moment où elle est envoyée et celui où elle est reçue. Débit et latence vont permettre une instantanéité des échanges. Dans un premier temps, on pourra faire ce que l’on fait aujourd’hui avec son smartphone, mais beaucoup plus rapidement.

Le moteur majeur du développement de la 5G restera au démarrage les limites de la 4G et les problèmes d’encombrement de la bande passante auxquels nous faisons déjà face. Néanmoins, ce sont les nouveaux usages potentiels qu’elle rend possibles qui vont dans un second temps servir de locomotive.

En effet, la 5G offre une capacité à connecter un nombre croissant d’objets aux humains et d’objets ensemble. On annonce un million d’objets connectés au km². La 5G représente une « potentialité » technologique… ce qui ne dit rien de ce qui peut réellement se passer. Par exemple, en 2013, on prévoyait 50 milliards d’objets connectés en 2020, mais fin 2019, on avait seulement 7,6 milliards d’objets connectés, si on exclut les ordinateurs et les smartphones.

La 5G c’est aussi une promesse de nombreuses applications dans le domaine de la santé (Source T-Mobile).

De la difficulté à appréhender l’influence future des technologies

Quand on cherche à appréhender l’impact d’une technologie, on surestime les changements induits à court terme en se laissant influencer par des effets de mode. On nous annonce depuis quelques années que la blockchain révolutionnerait la finance. On attend toujours.

Mais si on surestime la vitesse de diffusion des innovations à court terme, on sous-estime par contre les transformations induites par les technologies à plus long terme – c’est le paradoxe relevé par Bill Gates. Les bouleversements induits peuvent être très profonds au sein de la société.

2010-2020 : 4G, une réelle révolution sociétale

Pour mieux comprendre la dynamique de la révolution 5G, il est indispensable de comprendre la dynamique des quatre révolutions télécoms précédentes : 1G, 2G avec EDGE et GSM, 3G et 4G constituent des révolutions très lentes.

La 3G, qui a émergé au niveau recherche dans les années 1990, a fait l’objet de premières offres commerciales en 2001 un peu partout dans le monde. Elle a pris une bonne quinzaine d’années pour arriver à son apogée, période durant laquelle le monde bascule du téléphone filaire au smartphone.

La 5G va débloquer des applications de réalité virtuelle bloquée par les problèmes de débit en 4G : exemple, l’immersion totale en réalité virtuelle dans Google Earth.

 

De même, les premières offres commerciales de la 4G apparaissent entre 2009 et 2011, après 10 ans de recherche. À cette époque, l’iPhone était sorti il y a à peine 3 ans et Apple nous initiait à un tout nouvel objet : la tablette.

On n’avait encore jamais entendu parler d’Uber, lancé en 2009, de Airbnb lancé en 2008 ou de Netflix qui était tout juste en train de tester le streaming. Dix ans après, on mesure la distance avec ces années 2010 et les profondes transformations de notre paysage quotidien. La 4G a été une vraie révolution sociétale. Il n’est donc pas exclu que la 5G puisse bouleverser aussi notre quotidien en seulement 10 ans.

En réalité, les transformations observables aujourd’hui ne sont pas dues seulement à la 4G, mais à la convergence de la 4G, du streaming, du cloud et du wifi.

D’une part, cette convergence a révolutionné notre façon de nous informer, d’acheter, d’échanger, de regarder la télévision.

D’autre part, elle a rendu la « révolution cloud » possible : le secteur informatique dans les entreprises s’est renouvelé complètement avec de nouvelles manières de stocker et d’analyser les données. Une simple PME de 20 personnes peut « louer » aujourd’hui une intelligence artificielle pour quelques heures en fonction de ses besoins.

2025-2035 : la 5 G, une nouvelle phase de la mutation digitale

La 5G, elle, a émergé dans la recherche au milieu des années 2010. Il existe déjà quelques offres commerciales dans quelques pays, souvent d’ailleurs à l’échelle seulement d’un quartier restreint : États-Unis, Corée du Sud, Chine, Espagne, Italie, Allemagne, Royaume-Uni et Suisse.

En dehors de quelques expérimentations, en France, on en est simplement aujourd’hui à la négociation des fréquences avec les opérateurs pour une ouverture commerciale à la fin de l’année 2020 voire au début de l’année 2021.

Exemple d’un projet qui pourrait potentiellement démarrer avec l’arrivée de la 5G : au lieu d’écouter la radio, le chauffeur d’une voiture autonome va s’immerger dans une réalité virtuelle utilisant les mouvements de la voiture. 

 

Néanmoins, les opérateurs télécoms installent plutôt une 4G+ qu’une « vraie 5G » en continuant à utiliser le cœur des réseaux 4G tout en ajoutant petit à petit des antennes 5G. Les nouveaux smartphones 5G pourront bénéficier de cette première avancée dès cette année.

Les opérateurs n’annoncent la « vraie 5G », ou 5 G Standalone, avec une infrastructure réseau dédiée, qu’à l’horizon 2023-2025. En effet, les investissements nécessaires sont colossaux. L’apogée de la 5G est donc plutôt pour 2035, sauf accélération inattendue. Il est d’ailleurs possible que la 4G et la 5G cohabitent encore un bon moment. La 5G permettra de faire converger les autres réseaux et jouera le rôle d’un réseau des réseaux.

La 6G émerge déjà dans le monde de la recherche, mais il faudra compter au moins une dizaine d’années pour un démarrage.

Comme pour la 4 G, ce n’est pas la 5 G qui va révolutionner le monde, mais une convergence technologique qui va d’abord se faire sentir dans les entreprises : le « cloud distribué », ou edge computing, c’est-à-dire le stockage et l’analyse des données au plus proche de l’utilisation et des besoins, l’intelligence artificielle, la réalité augmentée et la réalité virtuelle (qui étaient bloquées par les débits limités de la 4 G), la robotisation ainsi que l’industrie des objets connectés. Toutes ces technologies vont se nourrir les unes des autres progressivement pour amplifier les potentialités de la transformation digitale.

CES 2020 : quels projets seront rendus possibles par la 5G pour rendre nos villes plus intelligentes et écologiques. 

 

Potentiellement, cette convergence pourrait apporter des solutions innovantes dans les domaines de la santé, de l’énergie, de la production industrielle, de la sécurité publique, de la mobilité comme de la formation et de l’entertainment entre autres. La course entre les acteurs a déjà commencé comme l’illustre la guerre économique qui entoure Huawei.

Quels freins à la 5G ?

En prospective, pour appréhender les transformations futures, il faut non seulement s’intéresser à la dynamique que peuvent créer les nouveaux usages, mais aussi aux facteurs qui peuvent freiner l’adoption des nouvelles technologies. Le frein majeur au développement de la 5G sera sociétal. Des craintes d’un nouvel ordre sont apparues avec la révolution 4 G, et elles sont en train de s’amplifier avec l’arrivée de la 5G.

Encore plus qu’aujourd’hui, on pourra tout connaître en permanence de nos faits et gestes tant en tant que citoyens, usagers, patients ou consommateurs. Quelles limites voudront nous donner à cette intrusion potentielle continue dans nos vies privées ? Les débats ne font que commencer, portés par des associations et des collectifs qui dénoncent une future société de surveillance.

Corollaire à cette connexion permanente, les risques de cybersécurité, de cybercrimes et de cyberterrorisme risquent d’être décuplés. Les défaillances techniques peuvent aussi avoir des répercussions plus fortes étant donné le nombre d’objets connectés possibles.

Les dangers pour la santé font également polémiques. La 5G utilise des ondes à haute fréquence qui sont très locales. Les antennes vont donc se multiplier. Pour l’instant, les études ne démontrent ni un effet nocif ni un effet inoffensif.

Mais pour prendre un temps de recul, 180 scientifiques et médecins de 37 pays différents ont déjà demandé à l’Union européenne un moratoire. Des régions en France comme la Corse ou des élus de grandes villes en font autant.

Enfin, la 5G est-elle « meilleure » ou « pire » pour la planète que la 4G ?

Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui tirent la sonnette d’alarme sur la pollution digitale énergivore qui se développe. La 5G est potentiellement meilleure, car elle correspond à des rayonnements ciblés sur mesure contrairement à la 4G qui diffuse son rayonnement en continu sur un ensemble géographique.

Elle serait également plus économe en énergie. Néanmoins, de nombreux experts sont prudents : l’explosion potentielle des usages et des objets connectés peut très bien limiter ces deux avantages. Ici aussi, la société va devoir faire des arbitrages.

Sur le web

  1. Enseignant-Chercheur – HDR, Neoma Business School.
Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Je pense qu’il faut voir la 5G comme une évolution technologique comme il y en a eu et y en aura beaucoup. Mais à chaque annonce technologique, on essaie de « vendre » une révolution.
    La 5G ne fait pas exception à la règle mais les seules applications « révolutionnaires » annoncées sont assez risibles: la voiture autonome, qui ne verra jamais le jour en dehors de certains environnements très contrôlés, et la « télémédecine », qui était déjà une des applications « révolutionnaires » de la 3G mais on ne voit pas très bien pourquoi un chirurgien ferait une opération depuis un véhicule en mouvement ! Si opération à distance il y a, une bonne fibre marchera toujours beaucoup mieux.
    Il n’y a pas de doutes qu’on trouvera des applications mais je doute fort des aspects « révolutionnaires » de la chose…
    L’intérêt semble surtout de remplacer les quelques milliards de smartphones existants . Pour le reste…

    • Le plus drôle, c’est qu’on nous « vend » en même temps une révolution par des développements technologiques externes à la 5G et un « arbitrage » sur l’intérêt technico-économique de ces développements hypothétiques.

      Autrefois, on parlait de vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Aujourd’hui on l’a déjà revendu des centaines de fois et créé des « futures » en bourse sur la valeur de la peau de l’ours.

  • La. 5g…ne concerne pas l’utilisateur mais Orange sfr free Bouygues. Ont ils un intérêt dans cette opération très coûteuse, je ne pense pas à l’échelle d’un pays, sans doute dans les grandes villes ou la 4g se montre faiblarde…. Pour les reste des utilisations, c’est de la science fiction. La maison, le Wi-Fi suffit largement et c’est gratuit.

  • Et que deviennent toutes ces applications mirifiques quand on sort de la zone couverte ? Les bagnoles autonomes s’arrêtent, les malades en télémédecine s’arrêtent, …

    • Pardon, vous n’opérez pas depuis un véhicule en mouvement.
      On ne fait pas l’impossible.
      Pour un véhicule, ce n’est pas la 5G qui pilote le véhicule. Il a ses cartes à jour au démarrage. Ne serait-ce pas les capteurs par hasard ❓
      La 5G ou le wifi vont permettre d’échanger des informations : véhicule roulant à contresens, fou du volant roulant trop vite, sanglier sur la route (même avec un 4×4 c’est costaud ce bestiaux…), verglas sur la route, route glissante… Je rentre dans la queue sur autoroute, j’en sors…

      • Ben oui, comment signale-t-on un fou du volant dans une zone non couverte ? Et en vertu du principe de précaution, n’arrête-t-on pas tout le monde si on n’est pas capable de signaler l’éventuel fou du volant ou accident ?
        Ce qui m’ennuie dans cette affaire, c’est qu’il me paraît bien plus urgent d’améliorer la couverture 3-4G que de trouver des applications nouvelles à la 5G, laquelle devrait simplement suppléer aux manques de débit là où il y en a besoin pour les applications existantes. Ca a un petit côté Commissariat au plan…

        • Ne demandez pas l’impossible. La 5G sera d’abord utile et rentable dans les grandes agglomérations, pas en rase campagne. Sinon, il y a le wifi. Votre fou du volant ne risque pas grand-chose sinon de se prendre un sanglier… et de se faire bien secouer ❗
          Wifi, portée limitée mais c’est mieux que rien.

          • Collier Wifi obligatoire pour tous les sangliers ? C’est vous qui changerez les piles, pas moi 🙂

            • Jamais dit qu’il fallait équiper les sangliers. C’est quoi ce délire ❓
              Auriez-vous choppé le COVID19 ? Cette saloperie fait des ravages…
              Mais s’il est possible de prévenir les véhicules derrière vous que vous freinez en urgence, cela pourra vous éviter le coup du lapin.
              Avouez quand qu’un lapin à cause d’une biche, ce serait con, non ❓

              Wifi, 5G, je m’en branle royalement les couilles. Et que l’état se mêle de ses oignons et pas des miens.

              POINT.

        • « trouver des applications nouvelles à la 5G »

          Le smartphone a un côté gadget qui permet de vendre facilement n’importe qu’elle application plus ou moins utile. J’ai l’impression qu’on en déduit un peu rapidement qu’il est facile de délier les cordons de la bourse des particuliers. La mienne est collée à la super-glu pour la mettre à l’abri des doigts du fisc.

  • Quels freins?
    Je dirais aussi: quelles fins?
    Si c’est pour instaurer une surveillance massive des populations, la liberté n’aura rien à y gagner.

  • Vous citez la telemedecine, qu’elles sont les constantes biologiques qui nécessitent une telle latence et un tel débit ? Le EDGE n’est-il pas suffisant ?
    Le premier iPhone était EDGE alors que nous étions en plein dans la 3G (en Europe) et il ne pouvez pas envoyer un MMS (photo) !
    En illustration vous avez un chirurgien, qui va prendre le risque de se faire opérer en 5G alors qu’un bus d’adolescent peut s’arrêter au pied du relais et vous vous retrouvez sans réseau…
    Les bandes qui vont être mise aux enchères sont agnostiques… Les opérateurs peuvent déjà lancer la 5G sur toutes les fréquences qu’ils ont.
    Ces fréquences seront faites pour compléter le réseau dans les zones à forte intensité, peut être saturées sans ajouter de nouveau relais ou à la marge, la densité est déjà forte en ville. A la campagne, il fait que ça ‘porte’ donc 700 ou 800 MHz les premières fréquences de la 2G ! Et donc un débit sans comparaison avec ce qui nous est fait miroiter.
    Les vendeurs Nokia et Ericsson ont dit que 10 millions de relais étaient compatible 5G par upgrade logiciel (payant). Ericsson a précisé que tous ceux vendu depuis 2016 le sont prêt.
    Les opérateurs vont mettre la fibre sur leurs relais et ajouter une antenne 3,4 GHz… Je ne crois pas a un densification des relais car c’est un coût et les prix sont tirés vers le bas…
    Quand aux révolutions d’usage, on a assisté jusqu’ici au basculement de service de l’internet fixe au mobile.
    Au début de la TV sur ADSL, il fallait 2Mb pour obtenir ce service aujourd’hui 512Mb est suffisant avec Netflix par exemple.
    Du côté des fournisseurs, ils ont besoins de réduire la bande passante par utilisateur pour réduire leurs coûts !
    L’action de Th. Breton pour réduire les debits durant le confinement l’a montré 2k ou 4k sur un portable de 5″ ne sert à rien.
    Les mmWaves sont pour les stades et autres endroits dont la densité d’utilisateurs est énorme… Ne peut-on pas se passer de téléphone dans ces endroits ? C’est vrai que c’est pratique pour commander une bière…
    EDGE n’avait pas beaucoup de débit, Apple a ‘inventé’ les app pour y remédier, ces même app qui consomment des débit démesurés aujourd’hui.
    Les gens livrent gratuitement et librement (c’est imposé) leurs données personnelles à Google, Apple, Facebook…. Mais refuse Stopcovid qui est archi controlé ! Comment l’expliquer ? Ils n’auraient pas peur des sociétés mais de l’état ? Ces sociétés sont de droits américains, savent-ils que leurs droits ne sont pas reconnus aux US (Edgard Snowden)…

    • « Ne peut-on pas se passer de téléphone dans ces endroits ? »

      Occupez-vous de vos affaires ! Celles d’autrui (les gens…) ne vous regardent pas, ni de près ni de loin.

  • Il y a un ENORME détail qui m’échappe. Ils veulent connecter 50 milliards d’objets. Je n’ai pas consulté les données sur la puissance requise pour l’émission en 5G, mais chacun sait que le réseau vide les batteries des smartphones.

    Envisage-t’ils de dissiper 50 milliards de Watts pour que ces objets se fassent « coucou ».

    (N.B. Je simplifie énormément mais sur le fond c’est du même tonneau que les voitures volantes de Retour vers le futur.)

    • Il y a justement émission continue en 4G. Avec la 5G, c’est variable, et cela se traduit par une consommation 10x plus faible.

      • Il y a bien sur des progrès constants qui diminuent la puissance consommée par les émetteurs et les processeurs.

        Mon problème avec les « objets connectés » est : « pourquoi en réseau 4G, 5G ou LoRa s’ils ne sont pas mobile ? Si vous avez des objets connectés chez vous, ne préférez vous pas qu’ils se connectent ensemble et à votre routeur (sécurité, efficacité, disponibilité, et efficience énergétique).

        Leur buiseness model part du principe que vous êtes incapable de gérer ça ou que personne ne va vendre une solution présentant tous les avantages.

        50 milliards d’objets connectés ?!? Je ne vais pas en trimbaler 10 sur moi avec contrainte de changer les piles ou recharger des batteries ! (Et encore moins le paysan dans un pays « en voie de développement »).

        • Bien des gens n’y comprennent rien. Qui sait combien de canaux en wifi, leur puissance?
          Qui sait que l’on peut avoir son réseau ethernet sur la prise de courant?
          Vous avez une formation supérieure. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde.
          Et rien n’interdit de configurer ces interfaces question sécurité.

          • Je ne me place pas dans une vision technique car je sais que l’on (moi le premier) n’achète pas une « solution » pour se prendre la tête. De plus, la vision technique est souvent biaisée par le fait qu’on a une vision partielle de ces questions.

            C’est pourquoi je pose la question sur le « business model ». La même remarque sur la vision partielle peut être faite. Mais je ne comprends pas. (Tout comme le père d’Amélie Poulain quand il reçoit les cartes postales de son nain de jardin).

            (J’ai parlé des réseaux LoRa : personne ne connait encore, mais certains on investi beaucoup d’argent dans une technologie coûteuse à l’utilisation – abonnement + facturation au message – avec un débit ridicule. Je ne comprends pas …).

            N.B. Pour la « sécurité », vous pouvez configurer ce que vous voulez mais un hacker « professionnel » sera toujours plus performant que vous ou moi.

            • NB : Il peut toujours hacker mon frigo votre hacker… Il n’aura pas le contenu.
              Puis quand il verra 200 bouteilles de Champagne millésimé, il tentera le coup, s’il trouve l’adresse.
              Manque de pot, il se fera descendre par le robot laser aveuglé par le rayon 4W, et finira en compagnie du cochon affamé. C’est cool d’avoir un cochon. C’est écologique…

              Il y a des petits malins. Cependant, qu’ils fassent attention.

              Sinon pour rester sérieux, cela peut leur être utile pour spammer. Tant que madame Michu ne lit pas le mode d’empli…

  • Bonjour,
    Et si la 5G était simplement le moyen de diminuer encore le peu de libertés qui nous restent ( cf Chine où le fait de traverser hors des clous affiche immediatement votre image …. ).
    Ecouter le discours de Robert Kennedy Jr à Berlin le 29/08/2020.

    • couper votre portable.

      • en chine dans ceraines regions (chez les Ouighours) c est deja considere que de ne pas avoir de smartphone est un comportement suspect.
        c est vrai que c est le mouchard ideal: la plupart des gens l on toujours avec eux, on peut activer le micro et la camera a distance et plein de gens stockent dedans leur vie (et meme des photos intimes)

        Et la police n a pas besoin de ca pour vous identifier:
        vous avez vous papier sur vous ? -> le RFID vous trahi
        vous etes passe devant une camera -> reconnaissance faciale

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous sommes à l’aube d’une nouvelle rupture technologique qui pourrait, à terme, bouleverser le marché de l’emploi. Le développement des solutions d’intelligence artificielle sur des pans entiers du marché de l’emploi aura des externalités positives indéniables, encore trop mal perçues des travailleurs.

Des transformations structurelles sans destruction massive

Selon le rapport de référence « Automatisation, numérisation et emploi » du Conseil d’orientation pour l’emploi (janvier 2017), moins de 10 % des emplois existants seront menacé... Poursuivre la lecture

Par Doug French. Un article du Mises Institute

Relatant une boutade de l'économiste soviétique Nikolai Fedorenko, Yuri Maltsev a illustré le problème du socialisme dans sa préface à l'ouvrage de Ludwig von Mises intitulé Economic Calculation in the Socialist Commonwealth. Fedorenko a déclaré à l'époque, selon les mots de Maltsev, "[Un] plan économique entièrement équilibré, vérifié et détaillé pour l'année suivante serait prêt, avec l'aide des ordinateurs, dans 30 000 ans."

L'intelligence artificielle comme outil socialiste ?

Vi... Poursuivre la lecture

Par Marc Bidan et Meriem Hizam.

Cette contribution évoque une drôle d’histoire. Il s’agit d’un simple grain de sable dans un scénario pourtant bien huilé. Ce grain de sable, cette anomalie, ce bug, cette erreur permet de replacer l’intelligence humaine au centre de ce qui est présenté – bien souvent par abus de langage – comme artificiel. Ainsi, même les robots sauront bientôt mentir !

À partir de ce paradoxe, cet article montre la persistance de la présence humaine dans l’intelligence artificielle. Il s’agit de dérouler et décr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles