Donald Trump est le principal argument de vente de Donald Trump

Le marketing droitier de Donald Trump qui est désormais celui du parti républicain suffira-t-il à le faire réélire ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump By: Matt Johnson - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Donald Trump est le principal argument de vente de Donald Trump

Publié le 25 août 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

La convention d’investiture du parti républicain s’est ouverte ce lundi pour consacrer Donald Trump comme son champion pour l’élection présidentielle américaine à venir.

Quelques jours auparavant, l’opposition démocrate avait ouvert les hostilités par l’intermédiaire des époux Obama, qui avaient critiqué de manière virulente l’actuel président des États-Unis, et ainsi préparé l’ouverture de la convention d’investiture démocrate qui a vu triompher le ticket Joe BidenKamala Harris.

Où va le Parti républicain ?

Derrière l’optimisme affiché, et limité, des supporters de Donald Trump, demeurent plusieurs interrogations en suspens : où va le Parti républicain ? Quelle est aujourd’hui son identité ? Qu’est-ce qui l’oppose aujourd’hui à ses adversaires démocrates ?

La formation qui autrefois faisait du libre-échange l’une des pierres angulaires de son programme politique a entamé une mue populiste qui brouille les cartes, y compris aux yeux des commentateurs de droite.

Pour The American Spectator, tant que Donald Trump et sa famille demeurent au centre du débat public américain, le Parti républicain subira une crise de leadership. L’absence de base politique du président et sa méconnaissance des mécanismes institutionnels ont poussé Trump à forger sa coalition en agrégeant autour de lui des représentants du capitalisme de connivence, des membres de l’establishment comme des aventuriers ayant attiré son attention.

Le président n’a pas cherché à forger une coalition politique et idéologique pour diriger, mais à concentrer l’attention sur lui, personnalisant à l’extrême ses décisions publiques : il n’y a jamais eu de trumpisme, mais un Donald Trump qui décide au jour le jour des directions parfois contradictoires et dont la succession ne répond à aucune logique prédéterminée.

Pas de programme, juste Donald Trump

L’absence de programme politique du Parti républicain jure avec la préparation du Parti démocrate, comme l’observe la National Review. Trump n’a proposé hier que des idées générales, des orientations assez vagues pour son éventuel second mandat, qui font pâles figures à côté du catalogue de propositions du ticket Biden-Harris. Bien entendu, cela ne dit rien sur la volonté démocrate de les appliquer, mais le niveau de préparation entre les deux candidats ne semble pas le même.

Dans le pragmatisme affiché du président Trump, le meilleur côtoie le pire. Éric Bohm de Reason salue la prise de position forte du Parti républicain en faveur de la liberté scolaire. Ce geste en faveur de la liberté individuelle rappelle certains aspects positifs du mandat de Trump, en particulier dans le domaine de la fiscalité, qui viennent contrebalancer ses prises de position protectionnistes ou en faveur de la guerre commerciale contre la Chine.

D’autres bonnes nouvelles pourraient arriver, mais globalement, le Parti républicain désormais trumpisé est avant tout un générateur de slogans anti-Biden, jouant essentiellement sur la peur suscitée par la victoire possible du Parti démocrate.

Si le programme de Biden promet d’être désastreux, miser sur son échec n’est pas nécessairement la meilleure stratégie, ou la plus optimiste.

Le discours de Kimberly Guilfoyle à la convention en a synthétisé l’esprit, fustigeant le socialisme de Joe Biden, la cancel culture et le cosmopolitisme des progressistes sur le ton des commentateurs de FoxNews. Le marketing droitier de Trump qui est désormais celui du Parti républicain suffira-t-il à le faire réélire ? La réponse dans deux mois.

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • Trump sera réelu. ça ne fait pas un pli, n’ en déplaise à la presse et toute l’ intelligentsia française. Perso ça me réjouit de voir ce clown à la tête de ce pays devenu un grand n’ importe quoi, il basculera dans le socialisme pur sucre un peu plus tard, inexorablement.

  • Trump n’a pas besoin de programme, son but est de poursuivre sa tâche de rendre sa grandeur à l’Amérique. Il l’a réussie plutôt remarquablement bien, et notamment par de nombreuses réformes libérales, il ne s’agit pas seulement de baisses d’impôts, mais de suppressions de lois, du retrait des accords de Paris, du contournement de l’Obamacare, d’un apaisement au niveau militaire (moins de conflits que sous Obama), de la nomination de juges peu favorables au socialisme à la cour suprême, etc.

    Le libéralisme ne s’oppose pas à la guerre, lorsque celle-ci est de la légitime défense. La Chine est une dictature communiste, un ennemi du monde libre, dont le régime arrive à se maintenir que grâce au fait que le monde libre l’a inondé d’usines pour profiter outrageusement d’une main d’œuvre bon marché et docile.

    Cette stratégie d’ouverture a échoué et après le Tibet, c’est Hong Kong qui est en train d’en faire les frais. A l’inverse, la stratégie de Reagan de maintenir la pression contre l’URSS a permis son effondrement et grâce à cela, certains anciens satellites de l’URSS ont pu être libérés et mettre en place des régimes relativement libéraux.

    Lorsque l’auteur de l’article fustige les mesures contre la Chine, il démontre sa méconnaissance de l’Histoire. Trump est comparable à Reagan sur plus d’un point, et les libéraux qui citent Reagan comme un exemple feraient mieux de défendre le bilan de Trump, plutôt que de faire la fine bouche et relever qu’il n’est pas dans un libéralisme pur à 100% (ce qui est de toute manière impossible, le congrès étant aux mains des démocrates).

  • il n’y a jamais eu de trumpisme, mais un Donald Trump qui décide au jour le jour des directions parfois contradictoires et dont la succession ne répond à aucune logique prédéterminée.
    Ce n’est pas l’avis de Guy Millière (et d’autres) pour lequel au contraire il y a une ‘doctrine Trump’ – souvent résumée par la formule America First et qui l’a détaillé dans plusieurs de ses ouvrages.

    Sur les libertés, l’auteur fait référence aux libertés économiques (avec la dérégulation et la baisse des impôts mises en œuvre par D. Trump), je crois qu’on pourrait y ajouter la défense des deux premiers Amendements de la Constitution – liberté d’expression* et liberté de port d’arme – et plus globalement de la Constitution des États-Unis.

    * ce qui contraste avec les pratiques des Démocrates et de leurs soutiens, par exemple les GAFA, qui censurent de façon de plus en plus décomplexée toute position contraire à la doxa ‘progressiste’

    • Défense de la constitution, alors qu’il fait tout pour torpiller l’organisation de l’élection de Novembre ?

      • Démonstration????

      • – Proposer un report, comme Macron ou la PM néozélandaise ?
        – Rappeler les risques de fraudes et globalement d’absolu foutoir en cas de vote par courrier « papier » ? Oui, oui, le retour du bon vieux bulletin en papier, « mail » n’est pas « e-mail ».
        – Mettre les Démocrates face à leur partisanisme intransigeant ? Refus des élections de 2016 (à l’inverse de leur promesse), refus d’enquêtes sur Biden, campagnes du russiagate et ukrainegate…

        Croyez vous que mettre soudainement 20 milliards de $ pour éviter UN SEUL JOUR de déplacement des américains va stopper l’épidémie ?
        Admettrez vous que la gestion des villes démocrates des émeutes « pacifiques » a des arrières pensées politiques d’avant élection ?

        • Ce que je vois surtout c’est qu’il devrait etre de son devoir – et celui de son administration – de tout faire pour que l’élection ait lieu correctement le 7 novembre prochain.
          Or il fait tout le contraire.

        • – Proposer un report, comme Macron ou la PM néozélandaise ?
          Les US n’ont JAMAIS reporté leur élection présidentielle, en plus de 230 ans d’histoire, et malgré deux guerres mondiales et une guerre civile. Si Trump avait le moindre respect pour les US il n’aurait meme pas parlé de report mais aurait pris des mesures pour garantir que l’élection se déroule correctement

          – Rappeler les risques de fraudes et globalement d’absolu foutoir en cas de vote par courrier « papier » ?
          Il n’y a eu à ce jour aucune preuve de fraude massive aux élections via courrier aux US. Trump a inventé ça de toute pièces pour dissuader ses opposants de voter, alors que lui même vote par courrier

          Quant au partisianisme des démocrates, ça n’est pas le sujet (ni le partisianisme des républicains). Dans toute campagne électorale il a des coups bas. Ca n’empêche pas qu’il est du devoir de l’administration en place de garantir la bonne tenue des élections. Qu’elle soit républicaine ou démiocrate ou autre.

          Et pour les 20 mds $ de la poste, vaste sujet, vaste débat. Une partie des républicains (ça date d’avant Trump) a toujours voulu mettre fin à ce service public pour le privatiser.
          L’idée se défend, est-ce du régalien ? etc.
          Par contre, le faire maintenant pour empecher la tenue correcte d’élections, ça c’est de la trahison.
          Trump avant 3 ans et demie pour réformer la poste, d’autant plus qu’il avait la majorité au congrès sur ses deux premières années de mandat. POurquoi ne l’a -t-il pas fait avant ?

          • Il n’y a eu à ce jour aucune preuve de fraude massive aux élections via courrier aux US. Trump a inventé ça de toute pièces pour dissuader ses opposants de voter, alors que lui même vote par courrier</em

            Soit vous êtes très mal informé, soit vous mentez.

            Le très anti-Trump New York Times a écrit en 2012 un long article détaillant les raisons pour lesquelles le vote par correspondance est source de fraude ; de même que le tout aussi anti-Trump Washington Post.
            Extrait :
            les statistiques montrent que les votes par correspondance sont moins susceptibles d’être comptés, plus susceptibles d’être compromis et plus susceptibles d’être contestés que ceux qui sont exprimés dans un isoloir.
            Plus loin : Bien que la fraude dans le vote par correspondance soit beaucoup moins courante que les erreurs innocentes, elle est beaucoup plus répandue que la fraude dans le vote en personne, selon les administrateurs électoraux.
            Dans un rapport de 2005 signé par le président Jimmy Carter et James A. Baker III, qui a été secrétaire d’État sous le premier président George Bush, la Commission sur la réforme des élections fédérales a conclu (3) que « les bulletins de vote par correspondance restent la principale source de fraude électorale potentielle ».

            Je ne vous mets pas de lien pour ne pas être « modéré », mais si vous me le demandez, pas de problème.

            Vous êtes très mal informé (ou partial) et vous en tirez des conclusions totalement erronées, et même graves, en accusant Trump de trahison.

            • « plus susceptibles d’être compromis, plus suscetibles d’être contestés, et source de fraude potentielle »
              Oui, le risque est plus grand par ce moyen. potentiel.

              Question : y a-t-il eu des fraudes massives par ce biais lors des précédentes élections US ?
              Non. Aucune fraude massive n’a été relevée par les commissions électorales aux US.

              Or Trump ne dénonce pas un risque potentiel. Il affirme que c’est frauduleux, de base.
              Et plutôt que de prendre des mesures pour garantir une démocratie saine et la tenue d’élections fiables – ce que tout gouvernement d’une « vraie » démocratie est censé faire – , que fait-il ?

              … Quant à insulter et traiter de menteur votre contradicteur parce qu’il ne pense pas pareil que vous, merci. Typiquement Trumpien.

              • « Et plutôt que de prendre des mesures pour garantir une démocratie saine et la tenue d’élections fiables »

                Plutôt que de dire « non, c’est pas vrai », dites moi donc ce qui menacerait ces élections ?
                Une démocratie « saine » est-elle possible quand les média sont aussi biaisés ? Voyez les fuites sur le comité du NYTimes qui juge avoir parfaitement bénéficié (financièrement) de sa couverture du russiagate (à coup de témoignage fallacieux ou secret), et qui annonçait en aout 2019 déjà sa prochaine campagne : le racisme ! Quelle prescience…

                « Aucune fraude massive n’a été relevée par les commissions électorales aux US. »
                C’est à dire ? Aucune fraude OU vous pensez qu’un système de vote par mail pour TOUS les américains (massif !) n’a aucune chance soit d’échouer soit d’être contesté ?

                A ce propos, voici ce que disait le rapport de la commission sur la réforme du système électoral en 2005: (WSJ: https://www.wsj.com/articles/heed-jimmy-carter-on-the-danger-of-mail-in-voting-11586557667)

                —«Les bulletins de vote par correspondance restent la principale source de fraude électorale potentielle.» Cette citation ne vient pas du président Trump, qui a critiqué le vote par correspondance cette semaine après que les démocrates du Wisconsin aient tenté et échoué de transformer une élection à la dernière minute en une affaire exclusivement par courrier. C’est la conclusion du rapport bipartisan de 2005 de la Commission sur la réforme électorale fédérale, présidée par l’ancien président Jimmy Carter et l’ancien secrétaire d’État James Baker III.

              • @ AxS : je n’ai pas dit que vous mentiez, mais Soit vous êtes très mal informé, soit vous mentez.
                Typiquement gauchiste comme façon de faire : faire dire à son interlocuteur ce qu’il n’a pas dit.

                Pour le reste, il va falloir que vous détailliez :
                1- quand Trump a dit que c’est frauduleux, de base, et non qu’il y a un risque accru de fraude,
                2- pourquoi des articles et compte-rendus fouillés ont été faits sur cette question, par des gens pas spécialement « trumpiens », qui concluent à ce risque de fraude accru – sachant qu’en période de pandémie, le vote par correspondance a toutes chances d’exploser – si comme vous l’affirmez aucune fraude n’a été observée dans le passé. À moins que la subtilité ne soit dans l’adjectif « massive », ce qui signifierait qu’une fraude « non massive  » est acceptable à vos yeux.

                Par ailleurs, vous n’avez aucun argument sur les autres points où tout montre que vos Dems sont experts s’agissant de porter atteinte au Premier Amendement ainsi qu’au second, sans parler des restrictions jamais vues adoptées et encouragées par bcp de Dems aux libertés de circuler, de culte, d’entreprendre.

                La liberté étant un des fondements de la Constitution américaine, difficile de dire, sauf à inverser le sens des mots, que Trump ne défend pas mieux la Constitution que les criminels Démocrates.

                • restrictions jamais vues adoptées et encouragées par bcp de Dems aux libertés de circuler, de culte, d’entreprendre… à l’occasion de la pandémie.

      • Ce sont les Démocrates qui font tout pour torpiller l’élection de novembre, en faisant dure la crise du Covid-19, en prenant à cette occasion – dans les États ou les villes où ils sont en responsabilité – toutes sortes de mesures pour freiner la reprise à la fois de l’économie mais aussi de l’école, au nom d’un principe de précaution totalement dévoyé.
        Ce faisant, les Dems veulent pousser au vote par correspondance, alors même que l’on sait – pas besoin d’ailleurs de sortir de polytechnique pour cela, un peu de bon sens suffit – que les risques de fraudes sont bien plus importants avec le vote par correspondance.
        Si Trump a parlé de décaler l’élection de novembre, c’était à la fois de la provoc mais aussi pour souligner les risques de fraude si l’élection se déroule comme le veulent les Dems.
        Vos Dems sont de faux libéraux et de vrais totalitaires : qui censure le discours des gens qui ne pensent pas comme eux, sinon les médias et autres réseaux sociaux acquis aux Dems ?

  • Généralement, le candidat sortant n’a pas un programme aussi détaillé que le candidat prétendant…
    Et le libre-échange se fait de manière fair play et égalitaire entre les protagonistes, chose que les autres pays (et coalitions) n’ont pas fait avec les US ; ce que cherche depuis le début à faire Trump via son « protectionnisme » apparent.
    Tenter de remettre en route son régalien avant de s’ouvrir au monde n’est pas une mauvaise chose en soit… On devrait en prendre de la graine justement…

  • Good bye Donald….Il est temps de rejouer au golf et de refaire du business d’entreprises…Kamela arrive et là je me marre…!!!!

  • « Pas de programme, juste Donald Trump »

    Sur ce point il a tout compris.
    L’élection présidentielle américaine – tout comme la française d’ailleurs – vise à élire une personne, et non un parti/une liste ou des idées.
    Et c’est exactement ça que Trump vend : lui même.

  • Une élection est avant tout un combat entre plusieurs camps. Dans le cas de l’élection présidentielle américaine, c’est un duel entre deux personnes, cette année Trump et Biden. Comment pouvez-vous ergoter sur les chances de réélection de Trump sans analyser la pertinence de la candidature de Biden? Si, comme le martèlent les conservateurs américains Biden, surnommé par beaucoup Sleepy Joe, est en train de perdre la tête, il semble très improbable qu’il parvienne à supporter le poids du débat face à Trump; auquel cas Trump est sûr d’être réélu. Les chances de Trump sont aussi assez élevées si il parvient à mener le débat sur la question de la sécurité, le délire « defund the police » soutenu et mis en oeuvre par de nombreux maires démocrates ayant montré ses effets catastrophiques.

  • Je pense que l’auteur de cette article manque sincèrement de discernement…

    Les républicains ont choisi de faire campagne sur la plateforme de « Donald Trump Jr » car c’est effectivement son meilleur argument de vente…c’est un président qui n’est jamais descendu en dessous des 40% d’approbation, et que même les démocrates modérés commencent à apprécier vraiment une fois que ces derniers se sont fait « red pilled » par les émeutes dans les diverses grandes villes (mal) gérées par les démocrates.

    Côté impréparation, on repassera également, habituellement, on connait la plateforme sur laquelle les deux partis font campagne AVANT leur convention, et on sait combien de votes le candidat du parti à obtenu en interne…pour Trump les chiffres ont été publiés bien avant la convention des républicains (à savoir que Trump est supporté par 91% de son parti, qu’il y 1% d’indécis et qu’il y a 8% qui lui sont fermement opposés)…côté démocrate, tout le monde à bien compris que Biden était un « placeholder candidate » pour Harris…et Biden semble avoir eu énormément de mal à se faire accorder le soutien de son parti…environ 1/3 le supporte faute de mieux, 1/3 le supporte à condition qu’il vire plus à gauche…et environ 1/3 ne lui a pas accordé son soutien…

    Ensuite, niveau préparation des conventions, les démocrates semblent avoir eu énormément de mal avec les nouvelles technologies…au même titre qu’ils semblent avoir eu du mal à trouver des soutiens acceptant de se faire filmer (sur la même image montrant les familles soutenant Biden, on avait plusieurs familles qui apparaissaient plusieurs fois)…le streaming côté démocrate était déplorable, l’audience en ligne n’a jamais dépassé quelques centaines de personnes sur les lives…là où côté républicain, les chiffres d’audimat sur les legacy média étaient un peu moins bons…mais l’audience des lives en ligne était très (très très très) supérieure à celle de la convention des démocrates…

    Trump n’est pas parfait, loin s’en faut, mais quitte à voter, je pense que les électeurs américains ont bien compris le jeu des démocrates…faire élire Biden + Harris (Mme 1% soutenue quasi exclusivement par l’establishment du parti) pour que Biden laisse sa place dès fin janvier 2022 à Harris, afin que celle-ci puisse jouer l’élection de 2024…et celle de 2028 !

    Ensuite, je pense aussi que les électeurs ont bien compris la différence entre les état démocrates (où certains sénateurs rendent l’argent que l’état fédéral leur a accordé dans le cadre de la crise du covid) et les états républicains (où les sénateurs et les maires démocrates se mettent à jouer les commissaires politiques façon Staline*).

    * à ce titre, il est amusant de constater que certains résistent et trouvent à contourner les restrictions abusives de liberté pronées par les démocrates…typiquement, les propriétaire d’une petite salle de sport située à côté d’une grande surface (restée bien évidemment ouverte) ont d’abord fait sauter leurs portes et fenêtres afin que leur salle de sport ne soit pas considérée comme un lieu clos tout en gardant la liste des heures de passages de leur clientèle, à des fins de contact tracing…précautions jugée insuffisante par la police et les juges de la pensée qui ont fini par leur retirer leur licence professionnelle…la police de la pensée ayant néanmoins oublié d’interdire les rassemblement et la fermeture des locaux de campagne pour les présidentielles…cette salle de sport est désormais devenu l’un des QG de campagne des républicains 🙂

    • @Charles.W « Ensuite, je pense aussi que les électeurs ont bien compris la différence entre les état démocrates (où certains sénateurs rendent l’argent que l’état fédéral leur a accordé dans le cadre de la crise du covid) et les états républicains (où les sénateurs et les maires démocrates se mettent à jouer les commissaires politiques façon Staline*). »

      Euh, je crois que vos parenthèses sont inversées ;-)…

  • L’auteur devrait nous parler de la candidate du camp libérale.
    S’il ne le fait pas, peut-être est-ce parce qu’il est pessimiste sur ses prises de position absolument « woke », malgré l’excellence excellentissime des ses propositions libérales.

    Oups. Comme quoi l’électeur est un être rationnel lui aussi. Et certainement moins obtus à comprendre les enjeux stratégiques (son boulot) que l’auteur résume à « protectionnisme ».

  • D. Trump a remis l’église au centre du village. Il mis en oeuvre un programme libéral et conservateur, visant à restaurer la grandeur de l’Amérique. Les Républicains, en grande partie,depuis longtemps déjà se couchaient devant les progressistes (comme en France),D. Trump a relevé le défi. Il a mené bataille contre la Chine , un régime totalitaire qui a spolié l’occident . L’Europe continue à se coucher lâchement . Oui je pense que D. Trump sera réélu. Les démocrates ont un programme d’extrême gauche qui ruinerait les USA . Quant à J. Biden , il est sénile et corrompu. Il ne sort pas de chez lui et il sera laminé s’il accepte de débattre avec D. Trump.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est bien connu : quand un politicien/un groupe de politiciens ne peut arriver à ses fins, il tentera de changer les règles pour y arriver. C’est prévisible, mais cette fois-ci les démocrates dépassent les bornes.

En effet, avec le support de Joe Biden et de leurs laquais des médias, les démocrates se précipitent pour abolir la pratique du filibuster (l’OQLF suggère « obstruction systématique »), qui vise à étirer les débats à un point tel qu’un projet de loi a peu de chance d'être adopté puisque le temps limite sera dépassé.

C... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles