Stefan Molyneux banni : coup dur pour la liberté d’expression

Photo by Brian Wangenheim on Unsplash - https://unsplash.com/photos/51JMn8zVS_I — Brian Wangenheim,

Opinion : plaidoyer pour un indéfendable. Après Youtube, Twitter vient de désactiver le compte de Stefan Molyneux.

Par Brice Rothschild.

Après Youtube, Twitter vient de désactiver le compte de Stefan Molyneux. Le public francophone ne le connaît probablement pas, mais je vais tenter ici d’expliquer pourquoi cette affaire doit tous nous concerner.

Qui est Stefan Molyneux ?

Stefan Molyneux est un philosophe canadien. Je n’ai pas parcouru l’ensemble de sa gigantesque production, mais à mon humble avis c’est un libéral de tendance anarcho-capitaliste qui avance des thèses controversées sur le quotient intellectuel, les ethnies et l’immigration.

Notez que ces sujets ne représentent même pas la majorité de son œuvre, mais c’est là-dessus que de multiples accusations se sont portées contre lui : « suprémaciste blanc », « néo-nazi », « militant d’extrême droite ».

Ces accusations sont absurdes pour quiconque a vu ses vidéos. Ses travaux sont sourcés et il a des entretiens et des débats avec des personnalités très diverses : scientifiques, philosophes, économistes, policiers, etc. Si on peut douter de ses interprétations et de ses conclusions, on ne peut qu’être impressionné par l’ampleur et la profondeur de ses recherches.

Je dois avouer que je ne ne m’étais pas élevé contre l’éjection du conspirationniste américain Alex Jones des mêmes médias. C’était une erreur, car c’est une question de principe : il n’y a de débat possible que si toutes les opinions ont la parole, même les plus farfelues.

Qui seront les prochains ?

Si la disparition de Molyneux de Twitter et Youtube vous laisse indifférent, ayez conscience que vos Twittos et Youtubeurs préférés peuvent être les prochains sur la liste, si leurs thèses sont un tant soit peu controversées, aujourd’hui ou demain.

Au sens strict, la liberté d’expression n’est pas ici en jeu car Stefan Molyneux est libre de s’exprimer sur d’autres médias. Youtube exerce simplement son droit éditorial sur les contenus qui sont hébergés sur sa plateforme.

Seulement, comment ne pas voir un lien entre la désactivation de ces comptes avec le politiquement correct du moment. Cela devrait nous inquiéter…

Heureusement, des solutions existent : je pense à des plateformes alternatives telles que BitChute, LBRY, Parler ou encore Mastodon. Internet a permis à Twitter et Youtube d’exister, ouvrant la voie à de nouveaux modes d’expression. Abusant de leur position dominante, ces plateformes se font maintenant concurrencer par de nouvelles, plus respectueuses du débat public.

Espérons que ces nouvelles venues gagnent en visibilité.

« Il existe des technologies incroyables que nous pouvons utiliser pour approfondir la discussion rationnelle et philosophique des problèmes de ce monde : je vous en supplie, restez dans le débat »

Quelles que soient nos opinions, tâchons de répondre à cet appel.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.