Tous écolos ? C’est vite dit… Mais on y aura droit quand même

Le matraquage politique et médiatique auquel on assiste depuis dimanche sur la victoire de l’écologie dans les urnes et dans les esprits finit par ressembler à une campagne de propagande très éloignée des réalités.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tous écolos ? C’est vite dit… Mais on y aura droit quand même

Publié le 3 juillet 2020
- A +

Par Nathalie MP-Meyer.

Ne dirait-on pas que la France est enfin parvenue au point ultime et éblouissant de son Histoire ? À entendre les leaders écologistes s’émerveiller de leurs fantastiques résultats à l’issue du second tour des élections municipales de dimanche dernier, à voir tous les sourires prodigués dès le lendemain par le président de la République aux 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat, pas de doute : l’aspiration universelle au bonheur vert a triomphé des horreurs économiques du « capitalisme productiviste » pour nous entraîner joyeusement vers les délices d’une indépassable République sociale et écologique !

Après Grenoble décrochée en 2014 par Cédric Piolle, ce sont maintenant Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Annecy, Tours, Poitiers et Besançon (pour ne parler que des plus grandes villes) qui ont succombé à la passion des élus écologistes pour la multiplication des pistes cyclables et la suppression des affiches publicitaires en ville.

Sans compter Paris où Anne Hidalgo (PS) conserve aisément son siège grâce à l’appui de la liste EELV de David Belliard. Sans compter Marseille, où la liste d’union de la gauche menée par l’ex-EELV Michèle Rubirola est arrivée en tête.

Martine Aubry menacée par la vague verte

Et sans compter Lille et toutes ces municipalités qui ont senti passer tout près le vent du boulet écolo. Martine Aubry (PS) retrouve sa mairie pour la quatrième fois, c’est vrai, mais avec seulement 227 voix d’avance sur son concurrent écologiste.

Si une certaine rumeur lilloise veut qu’elle se soit représentée, en dépit de sa promesse de limiter ses mandats municipaux à trois, dans le but spécifique de contrer les écologistes avec lesquels elle était pourtant alliée auparavant, il ne lui aura pas fallu longtemps pour capter cinq sur cinq la demande de care environnemental exprimée par une partie de ses administrés :

« J’ai entendu le message à Lille et en France sur la nécessité de cette transition écologique. Je tiens à dire à Stéphane Baly [candidat EELV] que nous n’oublierons pas les 39 % des Lillois qui ont voté pour lui. »

Mais il existe un autre groupe, un groupe autrement plus important, celui des abstentionnistes, qui a représenté à Lille plus de deux-tiers des inscrits (68,3 %). On sait peu de choses sur lui sinon que personne en son sein n’a jugé utile de se déplacer dimanche pour apporter son soutien à l’un ou l’autre des trois candidats restés en lice (Aubry, EELV, LREM).

Dans cette perspective, la maire de Lille ne représente plus que 12,4 % des inscrits et les 39 % qu’elle a promis de ne pas oublier se limitent à 12,2 %.

Chez les « géants » verts, même topo. À Lyon, le candidat écologiste Grégory Doucet a été élu avec 52,4 % des suffrages exprimés mais seulement 20 % des inscrits en raison d’une abstention supérieure à 60 %. À Bordeaux, son collègue Pierre Hurmic a réalisé un score de 46,5 % qui tombe à 17 % dès lors que l’on tient compte des 62 % d’abstention. Etc.

Abstention nationale record

Au niveau national, on constate bel et bien que l’abstention a fait un nouveau bond après son record du premier tour pour s’établir finalement à 58,4 %. En cette période d’accélération du déconfinement, difficile de tout mettre sur le dos du coronavirus.

Plus que jamais domine l’impression que les appareils politiques entrent périodiquement en joute entre eux pour se disputer les bonnes places et la plus grosse part du gâteau électoral, c’est-à-dire le droit de dépenser à leur guise les impôts actuels et futurs des Français, mais que tout cet événementiel autour des élections – la campagne, les débats télévisés, les meetings et les visites au marché – se déroule dorénavant dans le petit comité hyper-politisé et motivé des militants et sympathisants des partis.

Tout ce joli monde, quel que soit le parti considéré, vit d’une certaine façon dans une sorte de bulle d’entre-soi politicien que les citoyens ordinaires, lassés des slogans automatiques un peu creux et des indélicatesses des élus, n’ont plus vraiment envie de fréquenter.

Les Français qui aspiraient paraît-il à davantage de pouvoir local ont largement boudé le scrutin municipal de cette année, conférant finalement à leurs élus de terrain une légitimité des plus fragiles.

Dans ces conditions, la fameuse « victoire » des écologistes qualifiée par ses propres acteurs de « vague verte historique » représente évidemment une belle performance relativement aux villes acquises et à l’implantation locale ; elle suscite même, à gauche, un nouvel élan d’espoir pour 2022.

Mais une fois les chiffres et les situations particulières analysés, elle ne semble plus aussi brillante. Entre dégagisme (de Collomb à Lyon, par exemple), jeux d’alliances purement opportunistes et abstention, il y a encore loin de la coupe aux lèvres pour faire des écologistes le premier parti de France et de l’écologie le seul et unique horizon des Français.

Victoire des écolos ou retour au clivage droite-gauche ?

Il se trouve qu’un sondage réalisé par l’institut Ifop-Fiducial quelques jours avant le second tour des municipales interrogeait les Français sur leur vote si l’élection présidentielle avait lieu le dimanche suivant.

Il va sans dire que ce sondage ne nous apporte aucune information sérieuse sur ce qui va effectivement se passer en 2022. Instruits par les rebondissements « complètement dingues » de 2017, nous savons que tout peut arriver d’ici là. Mais il est néanmoins intéressant car il donne une bonne idée des rapports de force politiques actuels.

Or voici les résultats : au premier tour, Marine Le Pen (RN) recueillerait de 27 à 28 % des suffrages, Emmanuel Macron (LREM) de 26 à 28 %, la droite LR représentée par Xavier Bertrand ou François Baroin obtiendrait 12 %, Jean-Luc Mélenchon (FI) 11 %, Yannick Jadot (EELV) 8 %, Nicolas Dupont-Aignan 5 %, Olivier Faure (PS) 3 % et le PCF de 1 à 2 %.

Autrement dit, tout comme certains ont voulu lire un peu vite dans les résultats du premier tour des municipales un retour au traditionnel clivage gauche-droite et une forme de résurrection de la droite, le matraquage politique et médiatique auquel on assiste depuis dimanche sur la victoire de l’écologie dans les urnes et dans les esprits finit par ressembler à une campagne de propagande très éloignée des réalités.

Mais peu importe. Mettez-vous cela en tête, chers lecteurs : dorénavant la protection de la planète doit être au cœur de nos vies et l’ambition écologique au cœur de notre modèle productif.

C’est précisément ce que le président de la République a dit et redit lundi 29 juin dernier alors qu’il recevait à l’Élysée les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat pour leur faire part de ses réactions vis-à-vis de leurs 149 propositions.

Eh bien, c’est très simple : à trois exceptions près – les 110 km/h sur autoroute, la réécriture du préambule de la Constitution et la taxe de 4 % sur les dividendes – il « partage » tout, « adhère » à tout, se montre « favorable » à tout. Comment pourrait-il en être autrement puisqu’Emmanuel Macron voit dans le rapport de la Convention un travail de grande qualité empreint d’humanisme et digne de l’esprit des Lumières !

En réalité, nos conventionnels n’ont vu aucun problème à soumettre nos droits humains aux impératifs supérieurs de l’environnement dans la Constitution – point heureusement écarté par Macron.

Ils n’ont vu aucun problème à taxer, contraindre, punir et interdire à tout bout de champ, de ville, d’habitation, de mode de transport, etc. pour faire advenir autoritairement ces lendemains décarbonés censés nous apporter bonheur vert et justice sociale.

Ils n’ont vu aucun problème à introduire le crime d’écocide que le Premier ministre lui-même juge pourtant dangereux pour nos libertés.

Tout le contraire de l’émancipation individuelle qui fonde la révolution des Lumières. Mais encore une fois, peu importe. Il s’agit de prendre les écologistes de court, il s’agit de s’approprier le thème qui leur a valu quelques magnifiques implantations locales, il s’agit de viser 2022, alors que le Parti présidentiel apparaît comme le perdant un peu ridicule du vote municipal.

Et tant pis si les Français se sont montrés un petit peu moins obsédés d’écologie qu’on pourrait le croire à la lecture hâtive des résultats municipaux de dimanche dernier. À force de dire et répéter, à l’école, dans les médias, dans les films et dans les livres, qu’il n’y a rien au-dessus de la protection de la planète, une majorité de citoyens finira bien par s’en convaincre. Constructivisme intégral. Ça promet.

Sur le web

Voir les commentaires (50)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (50)
  • Ceci démontre une fois de plus que la politique ne pourra s’enorgueillir de représenter les citoyens. Il en est de même des médias main stream.
    Tant que ces dirigeants sans assise populaire réelle se contenteront de changer la couleur d’une zone bleue etc…cela se passera bien.
    En revanche, et l’on peut le craindre au plus haut point de la part des écolos-gauchos-sectaires, dès lors qu’ils se permettraient de toucher gravement aux libertés individuelles, et l’on peut s’y attendre, la révolte sera la seule réponse possible.

    • Les libertés individuelles sont déjà gravement touchées et … ??? Les français veulent l’ignorer comme ils semblent ignorer que le Proverbe de « l’arroseur, arrosé » est un verset biblique et non le titre d’un Film…

  • Le fond du problème est sans doute que Macron est quelqu’un de pas très intelligent.
    Un dirigeant intelligent s’entoure de gens brillants pour réaliser son projet. Macron, lui, s’entoure de gens totalement médiocres pour apparaître intelligent et visionnaire. En fait de pensée complexe, il n’y a en fait que confusion des idées.
    Cette convention citoyenne n’est qu’un nouvel épisode de ce naufrage où la grandiloquence remplace la vision, la niaiserie remplace la connaissance et l’incohérence remplace l’action, pour finalement ne proposer qu’un espèce de suicide collectif.

    • Vous remplacez écologie par santé et c’est tout pareil: des médiocres s’entourent d’encore plus médiocres et ne font , in fine, que des conneries. Et quand un homme se lève et montre un autre chemin, tout le monde lui tombe dessus.
      CPEF

    • il est ainsi facilement manipulable par ceux qui l’ont fait élire.

    • C’est simple, le formatage écolo des cerveaux est massif en primaire, au collège, au lycée puis dans tous les médias « corrects ». Bombardement quotidien ! Allez vous étonnez ensuite du résultat… (cf. Gramsci.)

      • @orldiabolo : on peut ajouter la référence suivante pour illustrer ce que vous qualifiez justement de formatage écolo des cerveaux :

        « Quand un adversaire me dit : « Je ne passerai pas dans votre camp », je lui réponds calmement : « Votre enfant nous appartient déjà… Vous, qu’est-ce que vous êtes ? Vous ne serez pas toujours là. Mais vos descendants sont maintenant dans le camp nouveau. D’ici peu de temps, ils ne connaîtront rien d’autre que cette communauté nouvelle. » »
        (Adolf HITLER – Discours du 06 novembre 1933)

        Communisme, nazisme : voilà à quoi s’apparente la propagande escrologiste conçue par ces (ex ???) extrémistes de gauche

    • Macron n’est pas très intelligent, mais ce n’est pas grave: ce n’est pas lui qui a le pouvoir car la France est un pays occupé par toutes sortes de gens à la solde du vrai pouvoir qui est supranational.

    • macron pas intelligent? son problème être élu..a t ill réussi à le résoudre oui..

      ça peut plaire de le prendre pour un imbécile.. mais ce n’est pas le cas..
      l’écologie ne l’intéresse pas..la production électrique non plus TOUT est outil pour accéder au pouvoir.

  • L’écologie étant basée sur le mensonge et l’escroquerie permanente comment une personne sensée peut elle adhérer.. Je ne vois qu’une raison, une seule, la promesse de mettre fin aux embouteillages… L’électeur en a marre des embouteillages du matin et du soir et semble complètement zapper la façon ecolo de résoudre ça, supprimer sa bagnole.. Faut dire que dans l’autre camps aucune solution en vue… Le reste, le climat les petits oiseaux le bio est secondaire voir sympathique, qui n’aimerait pas un air pur et entendre les zoiseaux gazouiller ? .

    • Influence des médias. La plupart des gens sont formatés par la télé et par le travail préalable de décérébration de l’Education Nationale

    • vouloir un air pur..n’est pas se soucier d’environnement, l’air est très peu « sain » en Amazonie et au Sahara..en terme de particule fine par exemple..

  • j’espère que les écolos vont en faire voir de toute les couleurs aux français et les emmerder jusqu’à la gauche ; comme ça , en 2022 , ce parti nuisible sera bouté hors de la scène politique ; je ne peux pas croire que les abstentionnistes ne se réveilleront pas d’ici là ;

    • Vous pouvez toujours en rêver, l’écologie a gagné et c’est irréversible… J’ai lu ce matin que l’armée française allait se mettre au vert, bientôt nos chars seront à l’hydrogene, cool la jeep sera hybride et les avions voler ont à l’huile de potirons, le nouveau porte avions sera surement à voiles et son capitaine à vapeur.. .

      • Sans doute pas, car, à ce moment là, il n’y aura plus la moindre thune pour ces délires.

      • Son capitaine à voile et à vapeur… Il faut de l’égalitude…
        Et n’oubliez pas les moulins à vent (pas le pinard) sur le pont d’envol…

  • Mais qu’ils fassent leurs conneries. On en sera débarrassés plus vite.
    En espérant un bon gros black-out des familles que les gens voient ce qu’est de vivre avec des bougies.

    • Meme si je suis sceptique sur la capacite de EELV, il ne faut pas sous estimer la possibilite qu ils reussisent en eliminant les parties infaisables de leur programmes

      Regardez Mitterrand. EN 81 de nombreuses personnes (dont chirac qui a fait voter Mitterrand en sous main) pensaient que Mitterrand ne pourrait pas rester plus 1-2 ans au pouvoir. Resultat il a duré 14 ans !!!

    • Ne rêvez pas.
      S’il y a un black-out, ce sera de la faute du turbo-libéralisme, de la persistance de trop d’En fossiles et des méchants capitalistes et réactionnaires de droite qui n’ont pas permis l’installation suffisantes d’EnR qui aurait permis, à coup sûr bien évidemment, de résoudre le problème.

      « lorsque les faits ne sont pas d’accord avec la théorie, tant pis pour les faits » Hegel

      On en a pas fini avec l’écologisme. Il faudra plus qu’un black-out…

    • Des conneries, le maire de Grenoble en a fait, et pourtant il est réélu en fanfare !

  • Le fond du problème est qu’en ce moment, tout est bon pour ne pas parler du vrai gros sujet: la « gestion » désastreuse de l’épidémie de Covid, le scandale de l’interdiction de traitement de la maladie, et la crise économique dans laquelle on plonge.
    On a eu droit à l’anti-racisme, maintenant c’est l’écologie… et la farandole des diversions va continuer.

  • « Mais il existe un autre groupe, un groupe autrement plus important, celui des abstentionnistes, qui a représenté à Lille plus de deux-tiers des inscrits (68,3 %).  » Mais pour contrer Martine Aubry, il faut aller voter. Elle ne représente personne, soit, mais elle est au pouvoir parce qu’elle a su décider les siens à aller voter. Cela semble aisé de ne pas y aller et par la suite de critiquer. Trop tard.

    • Malheureusement on se trouve souvent face à un pb de choix : médiocrité avérée, nullité crasse…
      Combien de fois j’ai voté pour ce qui me semblait le moins pire ?

      • ou pour contrer le pire.

      • @ahd289 : moi aussi, hélas de plus en plus souvent, ce que je trouve parfois très frustrant. Mais cela ne m’empêche jamais de voter, fût-ce en mettant un bulletin blanc dans l’urne. Je me sens ensuite en droit de donner mon avis sur les affaire de la Cité.

        Sauf cas de force majeure, l’abstentionnisme est scandaleux, d’abord parce qu’il insulte la mémoire de tous ceux qui ont lutté pour la Liberté, comme les résistants antinazis. Je suis écœuré de voir tant de gens ne pas trouver vingt minutes pour aller voter à un moment ou à un autre de la journée, ce qui ne les empêche pas de critiquer « les politiques » qui sont « tous pourris ». Et, bien sûr, peu d’entre eux donnent de leur temps au profit d’activités d’utilité commune, que ce soit l’aide aux personnes âgées, le bénévolat au sein de l’union des entreprises et des commerces de leur ville, le soutien scolaire ou mille autres tâches utiles. Ce consumérisme égoïste est à l’opposé de ce doit être l’attitude de citoyens d’une démocratie. Ensuite, il ne faut pas s’étonner si certains élus se contrefichent des souhaits des citoyens.

        « La démocratie doit être action continuelle du citoyen. Si cette présence vigilante ne se fait pas sentir, les gouvernements, les corps organisés, les élus, en butte aux pressions de toute sorte de groupes, sont abandonnés à leur propre faiblesse et cèdent bientôt, soit aux tentations de l’arbitraire, soit à la routine et aux droits acquis. »

        (Pierre MENDÈS-FRANCE – La République moderne, Éd. Gallimard, 1962)

        • La liberté c’est le choix, la « démocratie » française actuelle donne le choix entre diverses nuance de socialisme étatique, il n’y a absolument aucun choix, c’est une farce.
          Ceux qui ont lutté pour la liberté voulaient avoir le choix, ne pas participer à la « démocratie » française n’est pas une insulte à leur mémoire bien au contraire.

          • @Guillaume P : il y a souvent le choix ; par ailleurs, rien ne vous empêche de vous impliquer d’une façon ou d’une autre, dans la vie de la Cité. Cette attitude consumériste n’est pas appropriée en démocratie : vous n’êtes pas « acheteur » d’un service ! Je déteste cet égoïsme mâtiné d’arrogance à l’égard des « pauvres types » qui vont voter, voire qui s’engagent dans des actions d’intérêt commun.

            Parler avec autant de mépris de la »démocratie » française me rappelle notamment la propagande communiste lorsque le PCF réfutait toute critique du régime soviétique en ironisant sur les « libertés formelles » et la « démocratie bourgeoise ». Eh bien, allez à Hong Kong pour voir comment on étrangle la démocratie !

            En faisant l’apologie de la désertion civique, vous êtes le complice objectif des adversaires de la démocratie et des idées que vous rejetez : les escrologistes auraient-ils connu un tel succès si 60 % des électeurs avaient voté ?

            • Les suisse ont voté directement 700 fois les lois et la fiscalité en 30 ans, ils ont LE CHOIX et la Démocratie qui veut dire « Pouvoir du peuple » !
              En France les représentants ont tous le même programmes à quelques variantes prêt. Les Français n’ont aucun choix et aucun pouvoirs.
              .
              En donnant votre voix à un candidat qui ne vous représente pas, vous lui donnez mandat de faire exactement ce que vous ne vouliez pas. C’est vous qui trahissez la mémoire de ceux qui ce sont battus pour avoir le choix et la liberté.
              .
              Moi je dit comme beaucoup que les « élus » ne représentent qu’une minorité et ça ce voit dans les taux d’abstention.
              L’information est correcte !

    • Mais voter pour qui ?

      Par exemple, le candidat officiel de la droite lilloise voulait financer des « autoroutes vélos » pour 30 millions par an ! Accessoirement, il est visé par une enquête du PNF dans une sorte d’affaire Fillon bis, affaire opportunément publiée juste avant le premier tour. Et il faudrait voter pour ça ?

      Commentaire d’un électeur désabusé : « la vie à Lille devient un enfer ». Sans exception aucune, l’ensemble des candidats promet d’aggraver encore cet enfer, d’une manière ou d’une autre. Aller de pire en pire d’une élection à l’autre semble être l’unique mot d’ordre. La majorité des Français ne prend plus la peine de participer parce qu’il n’y a plus la moindre proposition politique crédible, plus de véritable opposition. Il n’existe plus que des nuances même pas subtiles de la pensée unique, alors qu’elle est massivement rejetée. Mais où est donc passée la démocratie ?

      L’immense majorité des électeurs refuse de cautionner par son vote un système pseudo-démocratique. Si le paysage politique n’évolue pas rapidement, les Français finiront par souhaiter la survenue aventureuse d’un régime autoritaire afin qu’il mette brutalement un terme à la falsification de la démocratie.

      • « les Français finiront par souhaiter la survenue aventureuse d’un régime autoritaire afin qu’il mette brutalement un terme à la falsification de la démocratie. »
        Faire table rase pour pouvoir repartir…quel espoir ! mais quel danger ! mais la liberté sans danger…

        Il arrive un moment il faut arrêter de reconduire les mêmes pour, au moins, les sanctionner. Sinon, avec une bonne dose de de cynisme ces « élus » par défaut s’appuient sur leur « légitimité » pour faire ce qu’ils veulent.

      • @Cavaignac : je n’ai pas beaucoup d’estime pour un certain nombre de politiques ; mais de là à considérer qu’ils sont « tous pourris » et porter aux nues les déserteurs des urnes, non.

        Votre propos sur le « système pseudo-démocratique » est irresponsable et inadmissible : c’est exactement ce que disait la propagande du PCF (les communistes) qui nous servait cet « argument » ad nauseam pour repousser toute critique du régime de l’Union soviétique ; c’est exactement ce que soutenaient – et continuent d’affirmer – tous les extrémistes de gauche. En ai-je lu ou entendu des propos aussi ironiques que péremptoires sur « les libertés formelles », « la soi-disant démocratie bourgeoise » !

        Plutôt que de jouer les Français arrogants du style « Tous des c… sauf moi », je préfère me référer à Churchill qui disait que la démocratie est le pire des régimes à l’exception de tous les autres. Et puis, plutôt qu’émettre des propos plein de morgue, bougez-vous N de D ! En démocratie, il faut s’impliquer, essayer de construire quelque chose au quotidien en se donnant de la peine et en acceptant d’y consacrer du temps tout en sachant que maints projets n’aboutiront qu’en partie ou échoueront et que peu de gens vous en seront reconnaissants.

        Allez expliquer aux citoyens de Hong Kong que nous vivons dans une pseudo-démocratie en France : je suis prêt à parier que ceux qui ne vous gifleront pas vous proposeront de faire l’échange avec le régime qui leur est imposé.

        • S’impliquer, construire, faire des efforts est devenu impossible : dès qu’on est un individu raisonnable, on est exclu du seul cadre autorisé, les actions et listes « participatives » sont politiquement et médiatiquement correctes si elles défendent les sophismes populaires, pas si elles défendent le bien du peuple.
          Faites le donc, l’échange avec les protestataires hongkongais : les Français qui iront là-bas seront bien malheureux, mais les Hongkongais qui viendront chez nous seront bien désappointés et déçus, parce que la démocratie ici aujourd’hui n’a plus rien à voir avec le moins pire des régimes dont parlait Churchill. Ils n’auront fait qu’échanger leur cheval borgne de l’oeil droit contre un cheval borgne de l’oeil gauche !

        • « En démocratie, il faut s’impliquer, essayer de construire quelque chose »

          Un entrepreneur fera toujours plus de bien que n’importe quelle association ou militant. Il créé de l’emploi, des salaires, des biens ou des services, il ne se met pas en grève et n’oblige personne.
          .
          Les entrepreneurs sont massacrés en France.
          Ou était le candidat qui n’était pas pour les massacrer depuis 30 ans ?
          Ou était le choix « démocratique » dans les urnes ?

  • En fait, j’ai l’impression que le mode ‘abstention’ qui se met en place depuis quelques années a pour cause une confortable (mais néanmoins rassurante) illusion de ne pas embarquer à bord du Titanic.

    C’est une forme de ‘survivalisme’ des individus qui se concentrent sur leur capacité propre à s’adapter aux incertitudes (lire dangers) créés par un environnement constamment changeant au gré des vents politiques…

    Les gens ont simplement arrêté de courir derrière des illusions, et au lieu de se fatiguer, économisent leurs forces et ressources pour affronter ce ‘final combat’ que leur promet leur instinct atavique.

    Puis un jour on demandera :
    « mais ils sortent d’où, tous ces gens là ? »

    • Intéressante vision que je partage et que j’applique, je me concentre ce sur quoi j’ai la main directement (ma famille, mes amis proches, mon travail, etc.) et je m’adapte aux circonstances / contextes.

      • @Eric : c’est votre droit ; mais si vous n’allez pas voter, ne critiquez pas les responsables qui sont élus puisque vous avez laissé les autres, escrologistes en tête, prendre la place.

        • Et comment, en votant, peut-on empêcher un escroc pour lequel on n’a pas voté d’être élu ? Si vous pouvez nous le dire, un grand merci d’avance, mais sinon, ne voyez-vous pas la faiblesse de votre position ?

          • Je ne comprends bien non plus son raisonnement.
            Quand le choix est entre un coup de marteau sur la tête ou dans le ventre, je ne vois pas bien en quoi se décider pour l’un ou pour l’autre peux améliorer la situation.
            Pire: l’auteur du forfait peut dire que vous avez voté pour lui, donc que vous vouliez ce coup de marteau.

        • @Liger
          Il y a au moins deux bonnes raisons de ne pas aller voter.
          1- vous n’avez qu’une voix donc la probabilité que votre suffrage change quoi que ce soit est nulle (sauf dans une toute petite commune),
          2- en participant volontairement à la procédure électorale vous manifestez par avance votre approbation du résultat font vous vous faites complice.

    • en Belgique le vote est obligatoire et le résultat est la, un marécage d’idées plus ou moins idiotes, la démocratie ne conserné que les élus, pas le peuple. D’ailleurs est-ce que nos banlieues se soucient de qui est le maître, non, ils font leur bizness, en Afrique idem, en fait partout où il y a des élections,.. Ça se passe entre élus et partisans, si les élus sont honnêtes, ça se passe bien sinon.. Si tu veux en croquer tu deviens partisan ou militants et voilà la démocratie…. Et vive le roi.

    • @Leipreachan : l’abstention est le tombeau de la démocratie ; si vous ne votez pas, ne vous plaignez pas que soient élus des gens dont le programme vous déplaît.
      Et que ferez-vous si certaines décisions des élus vous sont insupportables ? Quitter la France ? C’est votre droit mais cela ne répond pas au problème.
      Si vous restez et que vous voulez combattre des idées qui vous déplaisent, soit vous vous exprimez dans les urnes et, le cas échéant, par de l’action concrète dans le respect des lois, … soit vous vous mettez hors la loi : du  » Élections, piège à cons !  » des extrémistes de gauche à la dictature, le chemin est tout tracé, même si les nombreuses étapes peuvent masquer sa funeste issue.

      Votez, souvent sans illusion, parfois sans joie, mais votez, morbleu ! Dans la commune où j’habite, nous avons gardé un bon maire qui était sérieusement menacé par une coalition associant le parti du freluquet, des socialo-inconsistants et des escrologistes. Petite joie mais joie quand même : pendant au moins 6 ans, il y aura une équipe municipale sérieuse et les zozos parleront dans le vide : heureusement qu’il y a eu assez de gens pour se bouger au lieu de jeter un regard méprisant sur les élections.

      On a les élus que l’on mérite : car si une dictature se passe volontiers de l’implication de ses sujets, une démocratie requiert l’implication des citoyens.

      Je suis conscient de faire du prêchi-prêcha élémentaire mais que dire d’autre lorsque 60 % des électeurs semblent ignorer les notions politiques les plus élémentaires et s’abstiennent de tout devoir civique ? Le cynisme à deux balles est le complice objectif des extrémistes, escrologistes en tête aujourd’hui.

      • @ Liger : je comprends ce que vous dites, d’autant que sauf empêchement, je vote toujours.
        Cependant il faut comprendre ce qui se passe en France (et pas que chez nous, certes) : même quand tous les lecteurs de CP vote(rai)ent, par exemple en 2007 (fort taux de participation pour l’élection de Sarkozy), quel est le résultat ? Quelle est l’offre politique qui suit ? Force est de constater que le niveau ne cesse de baisser, sur ce plan, et qu’il faut avoir décidé résolument de voir le verre au 1/4 plein plutôt que le verre aux 3/4 vide pour continuer à se mobiliser en se donnant pour objectif d’éviter le pire (les khmers verts, les rouge vif, etc.).
        Il y a un vrai problème, profond, dans ce pays, qui comme le suggère un autre intervenant vient de loin, car commençant par le matraquage des esprits à l’école, à l’université, les médias, etc. Je pense même qu’il est encore plus profond et en lien avec la perte généralisée de l’éthique, ou de la morale élémentaires (qui étaient enseignées soit à l’église, soit dans le cadre de l’école « républicaine », dans le passé).
        Partir, à titre individuel, peut même devenir la seule solution. Les Juifs qui ont quitté l’Allemagne, et l’Europe, à temps, ont sauvé leur vie, il y a 80 ans. Un certain nombre d’Arméniens aussi, un peu plus loin dans le temps. Des gens qui ont quitté des pays communistes, ou s’islamisant dangereusement, idem. Nous n’en sommes pas là en France, mais à la vitesse où les choses évoluent, cette option ne peut être définitivement et totalement écartée. La lucidité doit être de mise, et la lucidité peut vouloir dire solution radicale, de temps à autre.

  • 1) Ces élections municipales , en pleine crise sanitaire n’ont aucune légitimité 2) LREM qui dispose d’une majorité de godillots à l’Assemblée, n’a aucun ancrage local. 3) Quant aux verts ils veulent changer notre mode de vie avec 20% des inscrits.
    Belle démocratie !

    • 13,6% exactement aux dernières municipales

    • @HERAKLES : certes ; mais c’est d’abord de la faute des abstentionnistes, notamment au 1er tour car on n’était pas partout dans la situation de Lille au second tour qui proposait le choix entre la peste Aubry et le choléra escrologiste.

      Et puis, jusqu’à une certaine taille de la commune, si on veut s’engager et faire passer ses idées, cela est possible et on peut obtenir certains résultats… si on est prêt à donner de son temps et de son énergie. Par exemple, je me souviens que, dans la commune où j’habitais, il y avait une municipalité bétonneuse qui cassait les rares bâtiments anciens existants et bitumait à tout-va ; l’association de défense de l’environnement (qui n’était pas du tout dans le style des néfastes escrologistes actuels, sans cela je n’y aurais pas appartenu) dont j’étais membre résolut de faire échouer la réélection des responsables municipaux de ces gâchis ; nous fondant sur nos années d’action au quotidien, nous avons bâti une liste avec un programme réaliste mais en rupture avec mais délires bétonneux de l’équipe en place, nous avons fait du porte-à-porte, non seulement pour expliquer notre vision de la situation et nos propositions, mais aussi pour informer les électeurs sur le fonctionnement du scrutin, en particulier sur les modalités du panachage, option qui était alors possible. Bref, au 2ème tour, la liste sortante a été réélue… sauf les 9 premiers qui étaient les responsables des erreurs que nous dénoncions. De nouveaux dirigeants ont dû apparaître… et leur politique montra qu’ils avaient bien noté qu’un nombre significatif d’électeurs ne laisserait plus passer certaines pratiques.
      Même si on ne réussit pas toujours aussi bien, cela montre que les citoyens peuvent influer : encore faut-il être prêt à troquer des soirées au centre commercial contre des réunions de travail et tout ce qui va avec.

      • « si on est prêt à donner de son temps et de son énergie. »

        Vous voulez dire que les entrepreneurs devraient faire 12h par jour ET EN PLUS passer leur soirée à essayer de convaincre des bandes de gauchistes lavés du cerveau par les 4,5 milliards d’euros de France télévision, les 7 milliards de la « culture » propagandiste, les 70 milliards de l’EDNAT ?
        .
        Ou était votre « choix démocratique » de ne PAS payer les 4,5 milliards, les 7 milliards , les 70 milliards ou de ne pas être imposé à 65% pour les PME ?
        Quel candidat portait cette revendication ?

  • Oui mais ça ne va qu’accélérer la fracture entre des « élites » très minoritaires et un peuple profond de plus en plus invisibilisé et excédé.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles