Raison d’être : commencez par vous, pas par « pourquoi »

À l’origine des plus grandes réussites entrepreneuriales ou industrielles se trouve très rarement un grand pourquoi. Il n’est pas nécessaire de justifier de son existence pour pouvoir avancer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Question mark sign by Colin Kinner on Flickr (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Raison d’être : commencez par vous, pas par « pourquoi »

Publié le 2 juillet 2020
- A +

Par Philippe Silberzahn.

Avoir un grand pourquoi, une raison d’être noble et ambitieuse (purpose en anglais), c’est le secret des stratégies d’entreprises gagnantes. C’est en tout cas ce qu’explique Simon Sinek, auteur du best-seller Commencer par pourquoi.

Selon lui, toutes les organisations savent ce qu’elles font, et la plupart savent également comment elles le font. En revanche, très peu savent pourquoi elles font ce qu’elles font. Or seules celles qui ont un grand pourquoi peuvent vraiment réussir ; et la définition de ce pourquoi est donc un préalable à toute pensée stratégique ambitieuse.

Cela paraît logique, c’est certainement séduisant, et c’est une croyance très répandue actuellement, voire une évidence pour beaucoup, mais c’est faux. Regardons… pourquoi.

Pourquoi Apple ?

L’exemple favori de Simon Sinek, c’est Apple.

Il nous fait une longue démonstration pour nous expliquer que si on achète Apple, c’est parce que Steve Jobs a su nous convaincre de son pourquoi. Je n’en crois rien. Si on achète un iPhone, c’est parce qu’on pense que c’est un bon téléphone. Tout son pourquoi ne servirait à rien si Apple faisait de mauvais téléphones.

D’ailleurs Apple fait un mauvais appareil de télévision et il ne se vend pas. En outre, les acheteurs d’iPhone seraient bien en peine d’expliquer le pourquoi d’Apple.

La plupart s’en fichent éperdument. On peut essayer d’opposer Apple et son grand pourquoi (mais diable, lequel ?) et Samsung qui n’en aurait pas, ou Dell qui n’en a pas non plus et sert de contre exemple à Sinek. Sauf que Samsung ce sont 300 millions de téléphones vendus en 2019 et Dell ce sont 90 milliards de dollars de chiffre d’affaires !

Dell n’a jamais donné dans le mélodrame à la Apple, jamais de pourquoi sentimental et visionnaire. Dell fabrique juste de bons ordinateurs pour pas trop cher : j’en ai eu plusieurs et j’en étais très satisfait. Alors oui, peut-être quelques firmes ont-elles un grand et vrai pourquoi, mais beaucoup n’en n’ont pas du tout et ne s’en portent pas mal pour autant.

Rappelons par ailleurs que Bill Hewlett et David Packard ont créé HP simplement parce qu’ils voulaient travailler ensemble à la fin de leurs études. Il n’y avait aucun pourquoi, juste l’envie de travailler ensemble à partir de ce qu’ils connaissaient, leur passion pour l’électronique, alors en pleine émergence.

Mais surtout la théorie entrepreneuriale de l’effectuation a depuis longtemps montré que la plupart des entreprises, grandes ou petites, ont commencé sans une idée très claire de ce qu’elles voulaient faire. Les entrepreneurs commencent avec qui ils sont, ce qu’ils savent et qui ils connaissent et imaginent ce qu’ils peuvent faire avec ça. Ils font avec ce qu’ils ont sous la main et construisent progressivement quelque chose.

Ikea a commencé comme une simple épicerie ; ce n’est que dix ans après sa création que l’entreprise commencera à vendre des meubles et elle n’a jamais revendiqué de slogan grandiloquent ; elle s’est juste contentée de bien faire son travail (si on en juge par son succès).

Autrement dit, à l’origine des plus grandes réussites entrepreneuriales ou industrielles se trouve très rarement un grand pourquoi. Celui-ci n’est donc pas nécessaire, même si certains fondateurs décident parfois d’en définir un. Le plus souvent cependant, ce pourquoi, quand il existe, est soit une distraction, soit une construction rétrospective qui a peu à voir avec la réalité et encore moins avec les débuts.

C’est une belle histoire que les entreprises se croient parfois obligées d’inventer, mais nous ne sommes pas obligés de les croire.

Le grand pourquoi, c’est vous

Mais la question du pourquoi se pose aussi, et peut-être surtout au niveau individuel, et l’ouvrage de Sinek est devenu une sorte de bible du développement personnel. Il m’arrive régulièrement de rencontrer des cadres ou des entrepreneurs qui m’expliquent qu’ils doivent trouver leur grand pourquoi.

J’en reste toujours pantois. L’hypothèse, semble-t-il, est qu’il est nécessaire de justifier de son existence pour pouvoir avancer, qu’on ne peut avancer si on n’a pas un but clair et une raison d’être ; que cette raison d’être, naturellement, doit être ambitieuse et noble.

Pourquoi croire cela, je n’en sais rien. Aucune raison ne le justifie. Aucune recherche n’a jamais suggéré qu’un individu doit être clair sur sa raison d’être pour réussir. Certains individus ont des buts très clairs et une raison d’être précise, sans aucun doute. Certains d’entre eux réussissent même grâce à cela.

Mais d’autres échouent à cause de cela : leur but les enferme dans un idéalisme stérile, leur ambition de perfection les frustre à jamais de rien faire de concret. Mais surtout, comme de très nombreux entrepreneurs, beaucoup réussissent sans pourquoi autre qu’eux-mêmes.

Imposer l’idée qu’il faut à chacun un pourquoi est imposer un idéal inatteignable pour la plupart des mortels. C’est une idéologie anti-humaniste. Rappelons qu’aucun d’entre nous n’a demandé à être conçu ni à naître. Nous n’avons pas à nous justifier d’être.

Le seul pourquoi vraiment nécessaire, c’est le conatus de Spinoza, c’est-à-dire la volonté de persévérer et de se développer dans son être. En substance, le seul, l’unique, le vrai pourquoi, c’est vous !

C’est par là qu’il faut commencer. C’est ce que propose l’effectuation en disant « démarrez à partir de qui vous êtes ». Comme nous le rappelons avec Béatrice Rousset dans notre ouvrage Stratégie modèle mental, il est temps d’abandonner l’obsession du pourquoi, un modèle mental prédominant qui nous fait pointer là-bas, au loin, pour recentrer notre action sur nous-mêmes, vers l’ici et le maintenant.

Alors ne tombez pas dans le piège des gourous du pourquoi, de ceux qui vous enferment en vous faisant croire que seul un grand pourquoi vous permettra d’avancer. Le seul pourquoi c’est vous, et basta.

Partez de qui vous êtes, de ce que vous savez et de qui vous connaissez et demandez-vous ce que vous pouvez faire avec cela, et avec qui vous pouvez le faire. Le pourquoi se construira, ou plutôt se co-construira au fur et à mesure des engagements de parties prenantes. Ainsi, d’un pourquoi hypothétique et idéaliste, il deviendra un parce que rétrospectif qui vous permettra de raconter une belle histoire à vos enfants.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Tout à fait d’accord avec cet article. Plus nous nous posons de questions sur notre raison d’être moins nous agissons.

  • Bel article.
    Pour ma part, je me suis construit à partir de deux maximes qui m’avaient plu, adolescent : « Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer » et « Choisir le risque, pour se prouver que l’on existe ».
    Cela n’a pas trop mal réussi.
    C’est ce que j’ai appris à mes enfants, maintenant à mes petits enfants.
    Le reste est une belle histoire que je leur raconte.

    • Ou encore: pour vivre pleinement il faut vivre dangereusement…
      Pour moi aussi ça a plutôt bien marché et comme vous, aujourd’hui je suis riche de souvenirs.

    • Bien dit !

      Cela me rappelle une sortie de Michael Manousakis, de « Morlock Motors » (sur la 24) qui a dit:
       » Tout ce que certains ont vécu dans toute leur vie, je le commence maintenant et je l’aurai achevé dimanche soir… »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Saras Sarasvathy, à l’origine de la théorie entrepreneuriale de l’effectuation, vient de recevoir le prestigieux prix suédois « Global Award for Entrepreneurship Research ».

Organisé depuis 1996 par la Swedish Foundation for Small Business Research (FSF) et la Swedish Agency for Economic and Regional Growth, le prix récompense les chercheurs ayant apporté une contribution majeure à la recherche en entrepreneuriat. Elle rejoint ainsi de grands chercheurs comme Sidney Winter, Shaker Zahra, Kathleen Eisenhardt, Scott Shane, Israel Kirzner... Poursuivre la lecture

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute

 

Les intellectuels anticapitalistes ont imprégné le discours dominant de l'idée que la discrimination raciale est inscrite dans l'ADN du capitalisme. Habituellement, les preuves de disparités raciales dans les milieux professionnels sont citées pour étayer le récit selon lequel le capitalisme pénalise les groupes minoritaires. Bien qu'il soit devenu courant d'affirmer que les disparités constituent du racisme, la question est plus complexe.

La discrimination raciale... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles