Philippe Martinez, social-traître à la CGT

En apposant sa signature à une tribune favorable à la proposition de relance de Macron et Merkel, Philippe Martinez s’est attiré les foudres d’une partie de la CGT.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Philippe Martinez-PASCALVAN(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Philippe Martinez, social-traître à la CGT

Publié le 8 juin 2020
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

Vu globalement depuis la CGT et la gauche de la gauche, le social-traître en titre est incontestablement le patron de la CFDT Laurent Berger. Réformisme, soutien (conditionnel, mais soutien quand même) de la retraite par points, conférence de financement des retraites, proximité et dialogue avec le gouvernement – aux yeux des professionnels de la lutte finale, tout ceci ne pardonne pas.

Mais vu depuis certaines factions intérieures à la CGT, des doutes de plus en plus bruyants sur la sincérité de l’engagement révolutionnaire du Secrétaire général Philippe Martinez sont en train d’émerger, à tel point que maintenant, le social-traître, c’est aussi lui ! Bienvenue à l’extrême gauche de l’extrême gauche !

Qu’a donc fait notre irascible moustachu national pour s’attirer ainsi les foudres de ses camarades de lutte ?

Arrivé à la tête de la CGT en février 2015 après la démission sans gloire d’un Thierry Lepaon pris dans la tourmente des coûteux travaux de rénovation de son bureau et de son appartement de fonction, Philippe Martinez n’a pourtant eu de cesse d’étaler sa radicalité sur tous les fronts de la lutte syndicale :

Loi travail Hollande El Khomri (2016), ordonnances travail d’Emmanuel Macron (2017), réforme de la SNCF et fin du recrutement au statut de cheminot (2018) et encore tout récemment, réforme des retraites incluant la fin des régimes spéciaux particulièrement appréciés des agents de la RATP et de la SNCF – autant d’épisodes hauts en couleur et en contestation où on l’a vu déclencher blocages et grèves à rallonges avec pour objectif ultime d’obtenir non pas des amendements mais le retrait pur et simple des projets en question en causant au passage le maximum de dégâts à l’économie.

Très CGT, tout ça. Alors, qu’est-ce qui cloche ?

Le fait est que sur tous ces points, Philippe Martinez n’a obtenu aucun recul des gouvernements concernés, la réforme des retraites étant à l’arrêt plus par forfait sanitaire que par dynamitage syndical.

Mais ce n’est pas ce qui lui est reproché.

« Obtenir quelque chose » impliquerait de négocier, donc de s’inscrire dans le système social-démocrate qui prévaut actuellement et obtenir des avancées sociales en faveur des travailleurs en échange d’un certain réformisme de nos totems sociaux les plus sclérosés – exactement la position de la CFDT et exactement ce que refuse la CGT au nom de ses principes marxistes.

Or voilà que le 20 mai dernier, M. Martinez a jugé bon d’apposer sa signature de leader de la CGT à côté de celles de la CFDT, de FO, de la CFTC, de l’UNSA et du syndicat social-démocrate allemand DGB dans une tribune favorable à la proposition Macron-Merkel de relance européenne au moyen d’un endettement européen commun de 500 milliards d’euros (lequel est passé à 750 milliards dans la proposition subséquente de la Commission européenne).

Inutile de dire que l’association en chaîne des termes Martinez, CGT, CFDT, Macron, Merkel et Union européenne a immédiatement provoqué les réactions outragées de l’aile lénino-frondeuse de la CGT, à savoir notamment les quatre Secrétaires généraux des fédérations des Bouches-du-Rhône, du Val-de-Marne, des Industries chimiques et des Services et Commerce.

Le fait que les syndicalistes signataires de cette tribune demandent encore plus de milliards, encore plus de Green New Deal et beaucoup moins d’austérité en Europe n’entre pas en ligne de compte.

Seule surnage l’idée qu’avec son initiative prise pratiquement en catimini, Philippe Martinez est en train de compromettre le syndicat dans l’acceptation du mode de production capitaliste le plus scandaleusement néolibéral qui soit :

« Quand des syndicats accompagnent un plan européen […] visant à relancer la machine infernale de l’accumulation capitaliste contre les peuples, en demandant simplement qu’une part du pactole soit consacré à une ‘Europe sociale’ chimérique, le devoir sacré du monde du travail est de démasquer la supercherie, mais aussi de réagir ! »

Plaider pour une réponse européenne à teneur social-démocrate ambitieuse pour sortir de la crise économique du Covid-19 comme le fait Philippe Martinez avec ses collègues des syndicats réformistes, voilà qui n’est pas du tout, mais alors pas du tout CGT. Car comme vous le savez, et comme le « pauvre Philippe Martinez » semble l’avoir soudain oublié :

« La CGT est une organisation de lutte de classes, elle a pour objectif le renversement du capitalisme, non son adaptation. »

À vrai dire, cette affaire de tribune illustre à merveille les tensions qui écartèlent la CGT depuis quelque temps.

Il lui a fallu un bon moment pour digérer la chute de l’URSS, mais ensuite, une partie de la centrale de Montreuil et une partie complémentaire au sein du Parti communiste se sont mises à penser que le communisme et le syndicalisme attaché devaient s’engager dans la voie de la lutte sociale en faveur des travailleurs, tandis que les éléments les plus, disons, réactionnaires veulent en rester à la lutte des classes des origines.

Dans ce contexte, Philippe Martinez apparaît comme le représentant de la nouvelle tendance « sociale » du syndicat tandis que le très léniniste et très actif patron de la CGT Cheminots Laurent Brun apparaît comme le champion du conservatisme marxiste le plus archaïque. Pour lui, les grèves ont avant tout « une fonction ‘économique’ pour faire perdre de l’argent au patron »

À ceci près que Laurent Brun ambitionne assez ouvertement de devenir calife à la place du calife, ce qui pousse Martinez à une sorte de surenchère dans la grève et les blocages pour essayer de garder le pouvoir sur l’ensemble de sa base syndicale – tout en signant aussi des tribunes étonnantes et tout en ne disant rien, par exemple, sur la poursuite de la grève contre la réforme des retraites pendant les fêtes de fin 2019, contrairement à Laurent Brun et son collègue de la RATP qui ont rejeté toute idée de trêve des confiseurs.

Ces dissensions internes avaient déjà cassé le moral des troupes « socio-réformistes » lors du congrès de Dijon de mai 2019 qui avait vu la réélection de Philippe Martinez se faire sur un score un peu moins soviétique que d’habitude.

Principale pomme de discorde, l’adhésion de la CGT aux instances syndicales internationales. Son appartenance actuelle à la Confédération européenne des syndicats (CES) donne d’horribles palpitations à la frange « lutte des classes » qui y voit une institution européenne capitaliste au même titre que la Commission. L’arrivée de Laurent Berger à sa tête n’a évidemment rien arrangé.

Mais ladite frange a pris sa revanche en imposant contre le souhait de Philippe Martinez un rapprochement avec la très communiste Fédération syndicale mondiale (FSM) que la CGT avait pourtant abandonnée peu après la chute de l’URSS et qui brille surtout par ses accointances douteuses avec le « syndicalisme » nord-coréen, son soutien au régime de Bachar el-Assad en Syrie et sa proximité avec Cuba.

Dure, dure, la vie de Secrétaire général de la CGT !

C’est sans doute une caractéristique des environnements communistes : aussi à gauche qu’on se flatte d’aller, aussi prompt qu’on soit à s’agenouiller devant Marx et Lénine, aussi bruyamment qu’on clame sa haine anticapitaliste, on finit toujours par être le social-traître de plus marxiste et plus anticapitaliste que soi.

Cet article n’a évidemment pas pour but de faire pleurer sur le triste sort du « pauvre Philippe Martinez » qui, de son côté, pourrait fort bien être en pleine tentative de « gentrification » pour s’assurer un poste en vue par la suite, mais de constater avec beaucoup de plaisir qu’il existe des lignes de fracture exploitables au sein de la CGT.

Que Laurent Brun poursuive ses ambitions et peut-être assisterons-nous à un énième schisme syndical susceptible d’affaiblir l’impact de ce syndicat de moins en moins attractif mais responsable depuis trop longtemps des blocages économiques et mentaux qui empêchent la France de se réformer au-delà des petits dépoussiérages superficiels auxquels nos hommes politiques nous ont habitués.

Problème cependant, la capacité de nuisance et de chantage via la paralysie des transports est malheureusement du mauvais côté de la CGT. On n’est pas encore au bout de nos peines…

Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  •  » Pour lui, les grèves ont avant tout « une fonction ‘économique’ pour faire perdre de l’argent au patron » »
    et quand le patron c’est le peuple qui paye la TVA et les taxes , il en pense quoi le communiste de base?*

  • Vous devriez re-écouter le sketch de Coluche sur le syndicalisme. Vous prêtez des intentions politiques à ce clown qu’ il n’ a pas une seconde. Il est juste là pour sa pomme à profiter des largesses de sa position aux frais de la princesse et profiter des soirées parisiennes, putes et champagne, et c’ est à prendre comme une rémunération de sa fonction d’ idiot utile.

  • Un siège prochain de plus au conseil économique et social..

  • c’est singulier de la part de brun, faire la grève dans le but de nuire aux patrons signifie en fait qu les patrons sont à abattre et inutiles..
    la logique conduit alors à penser qu’une grève dans la fonction publique a pour but de nuire..au peuple..et doit donc être interdite.. ou alors que le patron est le gouvernement et que le gouvernement n’est pas le représentant du peuple..et que la démocratie est illégitime…

    faire grève est déjà un concept difficile à comprendre…quand on est pas content de ses conditions de travail on va voir son parton on en parle et éventuellement on arrête de bosser..
    faire grève c’est affirmer qu’ on est un peu le patron..

    • le seul compétent pour decider des investissements et rancher salaire/investissement est alors le salarié ou le peuple. donc par exemple les salariés doivent tous d’accord .. et qulle est alors la nature de l’accord pour accepter de travailler dans une entreprise si on s’estime son patron » par le fait d’y entrer???

    • oui mais pour çà il faut un statut

    • La logique et eux cela fait deux.
      Même trois…

    • La fiction du pouvoir du peuple semble ne plus convaincre grand-monde.

  • et histoire de continuer à exister ,ce triste individu demande aux français de descendre dans la rue le 16 juin , soi disant pour manifester leur soutient aux personnel soignants ; plus hypocrite , tu meurs ;

  • Eh oui, le communisme (comme tout totalitarisme) purge régulièrement ses « mauvais »éléments…

    la seule chose qui me dérange vraiment est que tout cela soit payé par nos impôts…

  • ces syndicats (CGT, Sud) n’ont qu’un seul but : la suppression du capitalisme, donc de la branche sur laquelle ils sont confortablement assis (subventions, par milliards, personnel payé par l’administration, planques en tout genre, et reconversion dans les placards dorés de la république – Voir Le Duigout, recasé en trésorier payeur général juste avant sa retraite, et ce n’est pas au smic. Si on supprime le capitalisme, il reste quoi? Le communisme ? C’est vrai qu’il a beaucoup de syndicats dans les pays communistes. Le seul moyen de s’en sortir serait de supprimer tout financement public, et qu’ils vivent des cotisations de leurs adhérents. Chiche ?

  • Parasite typique de notre pays encore trop riche pour financer cette mascarade rouge,suppression des subventions,qu’ils vivent de leurs adhésions ce qui tournera vite à la survie puis à la mort!

  • Certes nous avons affaire à une engeance qui reste accrochée à une idéologie sous perfusion.
    Le jour où les syndicats comprendront que le peuple a plus à gagner par addition des classes que dans une lutte frontale stérile et ruineuse, alors toutes les espérances seront permises sauf à ce que les politiques y trouvent une opportunité pour continuer à nous laisser croire qu’eux seuls peuvent sont la clef de voûte de la société autrement dit que sans leurs prérogatives tout s’effondrera.
    Bien souvent ils oublient que gouverner c’est entre autre décider d’agir pour le peuple et avec le peuple en vue de le préserver de toutes agonies.
    Ça ne passe pas par la démagogie organisée

  • Et si ce n’ était pas tout la CGT est gangrénée par l’ islam politique, ils ont participé à la marche contre l’ islamophobie et Novembre 2019.

  • Rien de bien nouveau chez les communistes qui acceptent éventuellement le contact avec des  » adversaires  » mais sont intraitables entre eux ; combien de communistes espagnols exécutés par leur propre parti sous prétexte de déviationnisme ??? Pour un orthodoxe communiste un adversaire est moins dangereux qu’un communiste déviant …. c’est là que réside le problème mais Martinez n’est pas si déviant que çà et à la CGT c’est la lutte des égos plus que la lutte des classes !!!!

  • La solution existe: supprimer les subventions aux syndicats, qui ne doivent vivre que sur les cotisations de leurs adhérents.
    Mais cela arrange nos gouvernements, d’avoir comme contre-pouvoir les syndicats et rien d’autre.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
CGT
1
Sauvegarder cet article

Une grappe de grévistes a pris la France en otage.

Ont-ils mesuré les conséquences de leurs actes ? Oui, selon une thèse provoquante qui propose que les grévistes n’ont pas (d’état) d’âme. Non, selon une thèse accommodante qui propose que les grévistes ont une âme mais limitée. Cet article spéculatif tente de trancher.

Les grévistes ont-ils une âme ? La question est piquante, clivante, mais on s’en moque. Maintenant que la pression semble retomber un peu, et que les stations services ne sont plus des salles de combat, peut-être ... Poursuivre la lecture

réforme syndicats
0
Sauvegarder cet article

En pleine crise sanitaire et économique, après une année 2020 terrible dont les conséquences sur l’emploi se profilent dans les prochains mois, une mobilisation de tous les Français est indispensable… Pendant ce temps-là, la CGT lance plusieurs préavis de grève.

 

Un syndicalisme politisé

Il y a longtemps que le syndicalisme français n’a plus comme priorité la défense des intérêts des salariés mais celle de sa propre organisation.

Si ce n’est pas encore devenu un parti politique le Syndicat français, dans sa grande m... Poursuivre la lecture

La France sera-t-elle bloquée ce mardi 18 octobre ? L’appel de plusieurs syndicats à une grève générale n’a rien de rassurant lorsqu’on observe l’état du pays ces derniers jours.

Un état de délabrement total que la gauche, comme à son habitude, tente de récupérer, à la manière de LFI, trop pressé de se refaire une santé en surfant sur la misère de ses électeurs.

Il n’est donc guère étonnant que la CGT, auparavant antenne du PCF et désormais succursale de la NUPES, se lance dans une guerre contre un gouvernement qui ne fait que l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles