Royaume-Uni : l’accès à la nationalité britannique facilitée pour Hong Kong

En permettant aux résidents de Hong Kong de voter avec leurs pieds, le Royaume-Uni pourrait combattre très pratiquement le totalitarisme chinois en se faisant le refuge de la liberté individuelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Royaume-Uni : l’accès à la nationalité britannique facilitée pour Hong Kong

Publié le 3 juin 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

En réponse à la répression chinoise de Hong Kong, le Royaume-Uni a décidé de faciliter l’accès à la nationalité britannique aux résidents de son ancienne colonie. « Si la Chine applique cette législation sur la sécurité nationale, nous donnerons à ceux qui détiennent des passeports BNO (British National Overseas’ Passports) le droit de venir au Royaume-Uni » a déclaré le secrétaire d’État aux affaires étrangères et aux relations avec le Commonwealth Dominic Raab, interrogé par la BBC dimanche dernier.

Dans un premier temps l’offre était proposée aux seuls détenteurs du fameux passeport. Vendredi, le gouvernement britannique a précisé que sa proposition était bien plus radicale : il proposait une voie vers la pleine citoyenneté aux 3 millions de résidents de Hong Kong nés avant 1997 et qui pouvaient demander ces passeports.

La fin de l’autonomie politique de Hong Kong

Depuis maintenant quelques semaines, Hong Kong est le théâtre d’un regain de protestations de la part des militants démocrates et pour l’autonomie de l’ex-colonie britannique.

Les autorités pro-chinoises ont en effet voté une loi sur la sécurité nationale qui aura pour effet de criminaliser toute activité jugée subversive par Pékin. Pour beaucoup d’observateurs, l’adoption de cette loi signe la fin du système hérité de 1997 admettant « un pays, deux systèmes », c’est-à-dire la garantie de l’autonomie de Hong Kong et des droits de ses citoyens à la liberté et à la démocratie.

Face à cette agression sans précédent contre les libertés de Hong Kong, les États-Unis n’ont pas tardé à répliquer. Donald Trump a déclaré vouloir supprimer les exemptions commerciales dont bénéficie Hong Kong, estimant que son statut désormais clairement rattaché à la Chine ne justifiait plus de tels privilèges.

Une manière efficace de combattre pour la liberté

Le geste britannique, comme celui américain, a agacé la Chine, qui prétend que le gouvernement de Boris Johnson viole sa souveraineté, en déniant aux habitants de Hong Kong la nationalité chinoise, que le Royaume-Uni a reconnu en 1984 par une déclaration jointe entre les deux pays.

En permettant aux résidents de Hong Kong de voter avec leurs pieds, le Royaume- Uni pourrait non seulement attirer à lui l’une des populations les plus prospères d’Asie, mais aussi combattre très pratiquement le totalitarisme chinois en se faisant le refuge de la liberté individuelle.

Si les paroles des politiques britanniques sont suivies d’effet, il n’y aura pas de meilleur sondage possible pour juger de l’attrait du « modèle de développement » de la dictature chinoise.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Surprise ces derniers jours : l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dont le but semble de se mêler de plus en plus de politique, a clairement pris position contre l'actuelle stratégie zéro covid actuellement déployée en Chine, rejoignant en cela les critiques déjà nombreuses de l'opinion internationale vis-à-vis de la politique interne de la Chine.

Eh oui : même pour une organisation ayant nettement tendance à préférer la centralisation et les mesures fortes (voire dictatoriales), ce qui est actuellement mis en place par les autor... Poursuivre la lecture

Il y a moins d’un an, en juillet 2021, le Secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) et président de la République populaire de Chine Xi Jinping avait toutes les raisons d’être heureux : non seulement c’est à lui qu’est revenu l’honneur de célébrer le centième anniversaire du PCC, mais surtout, c’est lui et aucun autre de ses prédécesseurs depuis Deng Xiaoping qui a réussi à impulser et incarner la troisième ère du glorieux socialisme chinois. Un socialisme « moderne », inspiré de Mao et de Deng malgré leurs contradictions et leurs ... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

Les chiffres macro-économiques les plus récents montrent que le ralentissement chinois est beaucoup plus sévère que prévu et qu'il n'est pas seulement imputable aux confinements liés au Covid-19.

Les confinements ont un impact énorme. 26 des 31 provinces de Chine continentale connaissent une augmentation des cas de covid et la crainte d'un confinement de type shanghaien est énorme. Les informations en provenance de Shanghai prouvent que ces fermetures drastiques causent d'énormes dommages à la population. Des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles