Après le Monde d’Avant, la France d’apprêt

La France d'Apprêt permettra de la ripoliner de beaux slogans creux et de grands moulinets financés par l'argent gratuit des autres.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après le Monde d’Avant, la France d’apprêt

Publié le 18 mai 2020
- A +

par h16

Aucun plan ne résiste à la réalité, sauf en France où l’on a compris qu’il était bien plus aisé de plier la réalité au plan plutôt que l’inverse. Dès lors, les pires crises seront surmontées : moyennant un plan de déconfinement aux petits oignons comme en témoigne la croustillante infographie en trichromie, 35 grandes lignes et une centaine de cases cochées ou non, le pays va fièrement s’adapter aux prochaines semaines de déconfinement et se lancer à l’aventure du Monde d’Apprêt, c’est-à-dire celui dans lequel on prépare la population à se faire repeindre du sol au plafond.

Et pour que le crépi de la réalité ne frotte pas trop dur sur les petites fesses françaises, tout semble donc avoir été fait pour que le retour à la normale (ou aussi proche que possible de la normale) se fasse à un rythme aussi mesuré que possible.

Les bonnes habitudes ne se perdant pas même après deux mois de confinement, la fin de ce dernier sera donc ponctuée, comme il se doit, d’inévitables mouvements sociaux dont l’orientation politique permettra de fournir d’intéressantes solutions (jamais tentées, jamais foirées) aux prochains problèmes qui ne manqueront pas de s’accumuler en ces temps de reprise.

Parallèlement, et parce qu’on ne doit jamais changer une recette qui pulse l’efficacité et les promesses de lendemains qui chantent, pendant que certains iront manifester leur colère, d’autres se mettront en grève : dans le Puy-de-Dôme, le Cantal et la Haute-Loire, à Dijon, à Ajaccio, à Rennes, à Tarbes, à Bordeaux, en Seine-et-Marne, en Guadeloupe, les petits prurits nerveux des syndicalistes locaux se multiplient.

Et rassurez-vous : au-delà des postiers, indéboulonnables des grèves larvées, les habituels gréviculteurs français sont aussi sur la brèche. La SNCF s’est rapidement mobilisée pour proposer de se démobiliser alors même que les Franciliens reprennent tout juste le travail : il ne faudrait surtout pas que ces derniers découvrent des transports en commun fonctionnels, le choc serait trop rude après deux mois de confinement.

Notons enfin une grève d’une rare noblesse, celle touchant actuellement le distributeur Presstalis, en dépôt de bilan, et qui entraîne de grosses difficultés de parution de plusieurs journaux, à commencer par L’Humanité dont le sort semble chaque jour plus délicat. Tenez bon les gars, ne lâchez rien, l’épave communiste peut peut-être calancher définitivement et ce ne serait pas une mince victoire !

Et ce « Monde d’Apprêt » passera inévitablement par son ensemble de grosses commissions et d’importants comités dédiés à faire en sorte que les administrations, les politiciens et les associations lucratives sans but soient au taquet en matière de suivi des performances, d’accompagnement des citoyens et de cajolinâge furieux du vivrensemble républicain subventionné.

À tel point qu’on va même créer une « Académie des métiers du vélo » dotée – n’hésitons pas, c’est de l’argent gratuit des autres – de huit millions d’euros annuels pour former des réparateurs de bicyclettes. Enfin ! Enfin le pouvoir a pris la mesure de la crise qui traverse la France et qui permet au pays d’entrer d’un pied ferme dans une tiers-mondisation heureuse.

On attend avec gourmandise le Master 2 Trottinette et le Bachelor de Monocycle (avec option pour le coloré) qui ne manqueront pas de compléter les diplômes délivrés par cette Académie des métiers du vélo. Cela fera un ajout indispensable à la Licence de Clown dont sont déjà sortis nos plus prestigieux ministres.

Cependant, tout ceci n’est rien comparé aux efforts que l’on sent poindre dans la nouvelle économie et qui attirent déjà toutes les meilleures volontés de nos politiciens les plus avides arides solides : il faut admettre que cette crise a bien mis en exergue quelques problèmes de cette mondialisation à commencer par celui du tourisme qui – bizarrement – fonctionne beaucoup moins bien quand on interdit aux gens de sortir de chez eux.

Dès lors, la solution politique – forcément politique – est déjà évoquée, sur la table des grands argentiers du pays : selon Éric Lombard, directeur général du Groupe Caisse des Dépôts, l’argent gratuit des autres peut en effet largement servir à relancer le tourisme français, notamment en lançant une version française des plateformes comme Booking ou AirBnB. Il rejoint en cela les palpitances intellectuelles d’un groupe de députés qui présentait il y a quelques jours 34 propositions de « soutien » aux entreprises françaises du tourisme.

Le raisonnement est simple : le confinement a ruiné le tourisme DONC les plateformes américaines de tourisme doivent être combattues DONC il faut mettre de l’argent public dans une plateforme française. C’est implacable.

Ainsi, en proposant de faire en France ce qui existe déjà en France et partout ailleurs, on s’assure qu’une masse considérable de pognon public sera consacrée à fournir un service qui est déjà vendu avec de l’argent privé. Et c’est ainsi qu’on va sauver le tourisme en France. Puisqu’on vous le dit.

En plus, ça tombe bien : outre l’expérience précédente du Cloud Souverain À La Française qui a amplement démontré son succès, cette nouvelle idée géniale ne vient absolument pas en collision directe avec des tentatives déjà existantes que les actuelles contraintes administratives, fiscales, légales et politiques n’encombrent absolument pas, comme le détaille du reste cette lettre ouverte de MisterB&B.

Autrement dit, une brochette de députés, poussés par une institution financière publique, va assez finement saboter le travail d’entreprises franco-françaises de tourisme dans le but affiché de fournir du travail à des entreprises franco-françaises de tourisme.

Tout ceci va forcément très bien se passer et explique sans doute l’optimisme fort mesuré de certaines agences de notations vis-à-vis des dettes d’État françaises.

Mais peu importe : la crise a fermé un chapitre, celui du monde d’avant, et en a ouvert un autre, celui de la France d’Apprêt sur laquelle on va pouvoir ripoliner de grandes idées zumanistes et solidaires, de beaux slogans creux et de grands mouvements de petits bras politiques financés pour une moitié par l’argent gratuit des autres, et pour l’autre par impression magique qui n’entraînera aucun problème à moyen ou long terme.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • amen, approuvé, bravo cher Maitre. Je veux et j’exige que le gouvernement impose à tout français de lire Le salutaire Petit Traité d’Anti-écologie et d’en réciter une phrase chaque matin, pile avant les prophéties de madame Irma et monsieur Hulot. vive la liberté

  • excellent! j’aime bien vos articles, je m’en délecte tous les jours

  • Fantastique, comme toujours.
    Merci H16

  • Academie du Vélo : quand le ridicule rime avec bêtise et gaspillage. J’aimerais savoir qui va présider et gérer (il faut bien un président, un DG, sous DG et trésorier) cet aimable fumisterie. Il y a déja en France pleins d’associations et clubs de vélos, on aurait pu au moins commencer par la si tant que ce soit nécessaire. Mais il a fallu la crise du Covid pour que l’on s’aperçoive qu’il y avait en France des médeçins généralistes et des cliniques privées qui éventuellement auraient pu, si le gouvernement et les ARS l’avaient voulu, peut-être soigner avec autre chose que du Doliprane. Ah oui au fait il y avait déja une académie de médecine…

    • Surtout qu’il existe déjà des formations spéciales cycles, dispensées par des structures dédiées (voir par ex : Sup de vélo) et que des CQP sont déjà délivrés (technicien cycle, vendeur cycle, etc;).

      • et tous les Décathlon et autres Sports 2000 de France qui ont des vendeurs monteures/réparateurs de vélo……

  • Je suppose que le monde d’après est celui où la Chine et les US acceptent de mutualiser les dettes de l’Europe (dont la notre – cocorico) avec la leur.

    (Et où les lapins blancs en gilet bleu portent des montres à gousset).

    • @alan ou bien celui de Hubert Felix
      « Quand on eut passé la ferraille
      Elle nous fit fumer de sa paille
      Sacré bon Dieu que c’était bien
      La fille du coupeur de joints
      La fille du coupeur de joints

      Plus question d’chercher du travail
      On pédalait dans les nuages
      Au milieu des petits lapins
      La fille du coupeur de joints
      La fille du coupeur de joints »

  • On est passé du monde d’avant (jamais connu, beaucoup entendu parler, y compris à l’étranger avec des parfois des trémolos) au monde de l’à peu près (celui là je le connais bien) et arrive le monde du n’importe quoi, popularisé par Rémi Gaillard youtube.com/channel/UCmPSwsooZq8an7xOLQQhAdw et nommé par les jeunes le nimport nawak

  • Prestalys. Mince alors!
    Un bastion de la CGT qui s’écroule.
    Tous ces retours sous cellophane de jouets et gadgets invendus que revoyaient les librairies à date de péremption, et récupérés et revendus au noir n’alimenteront plus les caisses rouges.

  • Truculent ! Merci h16 !

  • L’ « Académie des métiers du vélo » sera un succès, car en matière de chambre à air ils se sont super entraînés depuis longtemps, en nous pompant l’air.

  • Le pays a été sauvé grâce au téletravail pour le tourisme faisons de même en imposant le télévacances: tu restes devant ton écran (le même que celui du télétravail) et tu regardes « Des racines et des ailes » en boucle pendant 4 semaines. Quel plaisir de repasser au télétravail à la fin des vacances.

  • Vos articles : le sourire de la réalité ,un vrai plaisir.

  • Merci pour le lien de la lettre de Mister@b. Excellent.
    Je ne pense pas, comme le fondateur, que c’est le côté Lgbt qui a « mis mal à l’aise » la BPI et les autres mais peu importe, l’histoire est édifiante. A diffuser largement car évidemment aucun media n’en parlera.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Le penchant de l'homme à chercher des boucs émissaires responsables de ses malheurs était l’objet du célèbre ouvrage de René Girard intitulé Le bouc émissaire. Il semble bien qu’en ces temps troublés, un néologisme déjà très en vogue depuis un certain temps occupe plus que jamais ce rôle bien commode et rédempteur.

Il n’est plus un journal, un magazine, une émission radiophonique ou télévisuelle, un ouvrage à la mode, un discours public ou privé, qui ne nous serve à l’heure actuelle des analyses très vagues ... Poursuivre la lecture

Par Karl Eychenne.

Sauf que. Refermer une parenthèse dépend de ce qu’on y a mis dedans. Pensez à une valise pleine de toutes ces choses tellement nécessaires mais encombrantes, et que vous n’arrivez pas à fermer. Hé bien, la parenthèse Covid c’est un peu ça.

On y a mis tout et n’importe quoi, et tout ça en même temps : des mots, des maux, des idées, des bêtises, du PIB, de la dette, des inégalités, et même de la culture… Ce genre de parenthèse gloutonne est toutefois assez rare. Manque de bol on est tombé dessus.

La paren... Poursuivre la lecture

l’après Covid
0
Sauvegarder cet article

Par Karl Eychenne.

L’après Covid est l’objet de tous les fantasmes. Du monde « qui ne sera plus jamais comme avant » à « circulez il n’y a rien à voir », en passant par le virus sans qualité de Michel Houellebecq, les futurologues de comptoir s’en donnent à cœur joie. Les économistes aussi ont des fantasmes, toujours les mêmes, et que l’on range généralement en trois cases :

L’économie rebondit, et récupère son dû : plus aucune trace de la Covid dans le PIB. C’est la fumeuse fameuse reprise en V. Cela fait longtemps que plus perso... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles