Un duo Clinton-Obama pour remplacer Biden ?

Des démocrates songent à un duo Hillary Clinton présidente, Barack Obama vice-président, pour remplacer la candidature de Joe Biden.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Joe Biden by Gage Skidmore on Flickr (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un duo Clinton-Obama pour remplacer Biden ?

Publié le 4 mai 2020
- A +

Par Daniel Girard.

Des démocrates songent à un duo Hillary Clinton présidente, Barack Obama vice-président, pour remplacer la candidature de Joe Biden

Certains d’entre eux croient que la candidature de Joe Biden ne survivra pas aux allégations d’agressions sexuelles.

La candidature à la présidence du démocrate Joe Biden va de mal en pis

Le 1er mai l’ex-vice-président a démenti formellement sur les ondes de la chaîne américaine MSNBC avoir agressé sexuellement son ancienne assistante Tara Reade en 1993, dans un couloir du Congrès, alors qu’il était sénateur et qu’elle travaillait pour lui.


Mais malgré le déni de Joe Biden, la controverse reste vive.

Lors de l’entrevue, la journaliste de la MSNBC, Mika Brzezinski, lui a demandé pourquoi les démocrates n’accordent pas autant d’attention aux allégations de Tara Reade qu’a celles faites par Christine Blasey-Ford en 2018 lors des audiences sénatoriales du juge Brett Kavanaugh, nommé par Donald Trump.

Mika Brzezinski a rappelé à Joe Biden qu’il avait dit qu’il fallait toujours croire une femme prenant la peine de dénoncer une agression sexuelle en public. Joe Biden a reconnu l’avoir dit, mais il a spécifié que dans son cas, l’allégation n’était pas fondée.

Les leaders démocrates ont affirmé ne pas croire Tara Reade et faire plutôt confiance à Joe Biden.

Croire sur parole Joe Biden invaliderait le mouvement #MeToo

Mais la profession de foi des leaders démocrates en a laissé froids un certain nombre. La chroniqueuse du New York Times Elizabeth Bruenig souligne que les démocrates ont passé des années à se faire les champions du mouvement #MeToo et qu’ils risquent de gâcher leur travail s’ils enrobent ce mouvement de parti-pris politique.

Elizabeth Bruenig croit que même si Donald Trump est loin d’avoir été irréprochable dans ses relations avec les femmes, la candidature de Joe Biden est maintenant entachée et les démocrates doivent trouver une solution de rechange.

La chroniqueuse du New York Times n’est pas la seule à avoir des doutes sur la solidité de Joe Biden. Début avril, dans un sondage réalisé pour le New York Post, 56 % des répondants voulaient que le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, soit le candidat démocrate à la présidence plutôt que Joe Biden.

Hillary Clinton/Barack Obama ?

Douglas MacKinnon qui a été conseiller politique pour Ronald Reagan et George H.W. Bush, a une proposition plus audacieuse : Hillary Clinton comme présidente et Barack Obama a la vice-présidence.

Douglas MacKinnon affirme que plusieurs démocrates lui ont confié qu’ils croyaient que la candidature de Joe Biden risquait de déraper à trois niveaux : dans le dossier de l’allégation d’agression sexuelle, dans les révélations des relations d’affaires à l’étranger de Hunter Biden et à cause des pépins cognitifs de Joe Biden au micro.

Douglas MacKinnon a déjà effectué ses recherches pour vérifier la légalité de son scénario : un homme qui a été président deux fois ne peut se représenter à nouveau, mais il ne lui est pas interdit de briguer la vice-présidence.

Ce scénario peut paraître tiré par les cheveux mais il est révélateur du sentiment de désespoir qui habite les démocrates lorsqu’ils imaginent Joe Biden lancé dans l’arène politique contre Donald Trump.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Si jamais les Démocrates remettent en selle Clinton pour la Présidence et Obama pour la vice-présidence, il sera facile de leur renvoyer à la figure toutes leurs critiques de Poutine qui avait fait élire Dmitri Medvedev à la présidence tandis que lui-même passait premier ministre.

    En tout cas, le boomerang « me too » leur revient en plein dans la figure. C’est plutôt amusant.
    D’autant qu’on en entend aucun écho dans notre presse subventionnée. Étonnant non?

    • Bien dit cyde. La presse francophone vertueuse est silencieuse mais au moins certains chroniqueurs comme Bret Stephens, du quotidien pro-démocrate New York Times, prennent la peine de souligner que pour les leaders démocrates, il semble que certaines vérités soient plus  »crédibles » que d’autres en vertu de l’appartenance politique.

  • Say it ain’t so Joe, numéro 1 sur 911MHz Dem Radio

  • la clinton est aussi glauque qu’une eau d’égout ; bon courage aux américains si elle devient présidente ;

  • « Douglas MacKinnon qui a été conseiller politique pour Ronald Reagan et George H.W. Bush, a une proposition plus audacieuse : Hillary Clinton comme présidente et Barack Obama a la vice-présidence. »

    Sauf que ce monsieur n’est pas vraiment un personnage d’importance, une recherche google ne renvoie pratiquement que son homonyme réalisateur écossais qui travaille au USA.

    Ceci dit il y a de fortes chances que Robinette (2ème prénom de Joe Biden) finisse par ne pas pouvoir se présenter….

    • Moi aussi je n’avais jamais entendu parler de lui. Je trouve son idée loufoque mais j’admets que les démocrates sont à court d’options pour remplacer Biden. Ils ne voudront absolument pas du socialiste Bernie Sanders.

      • Surtout je vois mal Obama accepter le rôle, il a tout à perdre, il souhaite profiter de ses millions tranquille dans sa villa du bord de mer…

        • Il ne va certainement pas accepter d’être vice-président. Je ne crois pas non plus qu’il n’a que de bons souvenirs du travail d’Hillary Clinton.

        • La seule option plausible pour qu’il accepte serait qu’il ait pris la passion du pouvoir et espère voir H.C. élue et la remplacer à la faveur d’une démission (pour risque de destitution) au bout d’un an, deux maximum…
          Je n’y crois guère mais pour imaginer le scénario possible, je pense qu’il faut inclure cette hypothèse là.

  • Les démocrates ont ce qu’ils méritent. Ils ont perdu leur temps à essayer de déboulonner Trump au lieu de préparer la présidentielle! Je me demande si Trump ne les a pas poussé dans cette voie, mais maintenant on se rend compte que du coup ils n’ont pas de candidat crédible! Les gauchistes rebutent les américains moyens et Biden traîne les casseroles.

  • Le maire de New-york est autrement plus « intéressant » après ce qu’il a traversé aux manettes de la ville …

  • Proposition tout simplement hallucinante!

  • La gueule de bois des petites gens a qui on a demandé de voter pour un candidat démocrate spolié de leur acte démocratique.
    Compliqué pour les démocrates.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qui a encore en mémoire le documentaire Gasland ? Projeté en 2010 au festival de Sundance aux États-Unis son contenu s’était répandu comme une traînée de poudre dans le monde entier.

Véritable procès d’intention à l’encontre des exploitants américains de gaz et pétrole de schistes, le documentaire mettait en avant la question controversée de la pollution des nappes phréatiques par la méthode de la fracturation hydraulique. La célèbre image du « robinet en feu » laissant supposer une eau du robinet polluée par le gaz a fait le tour du m... Poursuivre la lecture

Depuis son investiture l’an dernier, Joe Biden fait paraître Gaston Lagaffe comme un habile funambule jonglant sans se blesser avec des tronçonneuses. Non seulement il gâche tout ce qu’il touche sans en assumer la responsabilité au moins partielle, mais il rappelle la grande hypocrisie des médias quand vient le temps de rapporter les actions d’un président « du bon côté. »

En effet, alors que tout édit du méchant homme orange était perçu comme (insérer variant du fascisme à la mode), la même action effectuée par un démocrate est estimé... Poursuivre la lecture

Quand vient le temps de trouver de nouvelles sources de revenus, les politiciens ne manquent jamais d’idées. Après tout, il est plus populaire de demander aux « riches » de payer leur « juste » part – jamais définie objectivement – que de couper dans les dépenses excessives, comme celles de la Défense. Ou de comprendre l’importance capitale des incitations dans les actions des agents économiques.

Il semble que, malgré son âge avancé, Elizabeth Warren ne comprendra jamais ce dernier point. À l’instar de son défunt programme présidentiel... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles