Réouverture des écoles : une décision politique contre le bon sens sanitaire

Rassurant les parents inquiets, le gouvernement imaginait un retour progressif des élèves sur trois semaines, mais l’inquiétude grandit quant aux coûts financiers, juridiques et politiques de ces réouvertures.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
École By: Rahul Narain - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réouverture des écoles : une décision politique contre le bon sens sanitaire

Publié le 29 avril 2020
- A +

Par Jonathan Frickert.

Le gouvernement a-t-il déjà perdu la bataille de la confiance ? Un sondage OpinionWay pour le Cevipof paru il y a une dizaine de jours le laisse penser, révélant que 58 % des sondés n’ont pas confiance dans le gouvernement pour gérer la crise sanitaire. Un chiffre mis en parallèle avec nos voisins européens et notamment britanniques et allemands, bien moins touchés par une défiance inversement proportionnelle aux attentes de la population envers son gouvernement.

Alors que le Premier ministre a annoncé ce mardi son plan de déconfinement, un rapport du Conseil scientifique semblant ignoré par les autorités interroge quant à la pertinence de cette institution qui conseille le président de la République depuis bientôt deux mois.

Destiné donc initialement à conseiller le chef de l’État, le Conseil scientifique s’apparente de plus en plus à une caution davantage qu’à un réel comité d’experts.

Nombreux sont ceux voyant la politique de gestion de la crise sanitaire aux mains de ce conseil. Force est de constater que depuis plusieurs semaines, il n’est plus bon qu’à inaugurer les chrysanthèmes, en particulier lorsque le gouvernement envisage, contre son avis, une réouverture des écoles à partir du 11 mai.

Une éphémère technocratie médicale

En effet, depuis sa création le 11 mars, les Français ont de plus en plus l’impression que le Conseil scientifique dicte les choix d’un palais de l’Élysée conscient d’avoir connu une Étrange Défaite.

Dans un entretien au journal Le Figaro, l’historien Christophe de Voogd que les lecteurs de Contrepoints connaissent bien a ainsi entrepris d’analyser la rhétorique du président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy, quelques jours après son audition par les sénateurs, constatant un calque dans le champ lexical de la nuance avec les interventions récentes du président de la République. Une analyse qui le conduit à s’interroger sur la prise du pouvoir d’une technocratie médicale dont l’illustration se trouverait dans la rhétorique des deux sphères, politique et médicale.

Évoquant des autorités craintives devant l’incapacité d’un système de santé vendu comme étant un des meilleurs au monde, ce disciple de Max Weber citant volontiers Boudon se focalise non sur des concepts abstraits, mais sur les intérêts des acteurs en présence.

Christophe de Voogt voit ainsi l’influence du Conseil scientifique comme une nouvelle preuve de la nature profondément saint-simonienne du macronisme.

Cette impression est loin d’être tempérée par les passes d’armes qui agrémentent la crise sanitaire, entre le Conseil scientifique et le professeur Raoult, nouveau héros des réseaux sociaux et démissionnaire de ce même conseil quelques jours seulement après sa création le 11 mars. Une brouille sur fond de communications antagonistes entre un conseil alarmant et un Raoult rassurant voire entre un conseil suppôt de l’establishment et un Raoult aux allures de Maverick qui a pu séduire certains libéraux.

Mais cette impression de prise de pouvoir par une technocratie médicale semble être désormais tempérée par le retour des réalités politiques concernant les écoles sur fond de relance de l’activité économique.

Une décision politique

Invité de Jean-Jacques Bourdin ce lundi, Jean-François Delfraissy a tenu à rappeler que le Conseil scientifique se limite à donner des recommandations appliquées ou non par les autorités et par des Français « responsables de leur destin » dans un contexte de méconnaissance et d’incertitude assumé.

Évoquant le déconfinement dévoilé le lendemain et qu’il synthétise par une formule parlante de « fromage et dessert », l’immunologue pionnier de la recherche sur le SIDA et spécialiste du virus Ebola a tenu à distinguer ce qui relève de la santé publique et ce qui relève de la médecine, entre les tests sérologiques mesurant l’immunité de groupe et les tests PCR détectant les individus contaminés.

Listant un catalogue de sujets que le plan de déconfinement et en particulier au sujet de l’école et des bars, Jean-François Delfraissy n’a pas hésité à évoquer des décisions politiques.

Un intérêt économique

Une intervention faisant suite à deux avis rendus samedi par le conseil qu’il préside et destinés à préparer « le jour d’après » et notamment la ré-ouverture des écoles. Ce sujet épineux fait l’objet d’une levée de boucliers de la part de l’organe consultatif puisqu’il propose notamment une réouverture pour le mois de septembre, soutenu par différents syndicats d’enseignants et de parents d’élèves.

Rassurant les parents inquiets, le gouvernement imaginait un retour progressif des élèves sur trois semaines et le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a tenu à préciser que ce retour sera fait sur la base du volontariat. Mais l’inquiétude grandit également chez les maires, craignant les coûts financiers, juridiques et politiques de ces réouvertures.

Des coûts financiers d’abord, exorbitants pour un échelon administratif voyant régulièrement ses dotations diminuer et liés à la désinfection régulière des locaux scolaire. Des coûts juridiques ensuite, du fait de l’obligation de sécurité du maire pouvant être invoquée en cas de contamination d’une famille liée à la scolarisation d’un enfant atteint du virus et qui n’aurait pas été détecté. Des coûts politiques enfin, avec la tenue prochaine du second tour des élections municipales.

Ce retour en classes n’est pas dénué d’un intérêt économique, puisqu’il s’agit de délester les parents d’un poids familial afin que ceux n’ayant pu télétravailler puissent reprendre rapidement une activité.

Un point de tension sur lequel le Conseil scientifique est très attentif du fait des importants aménagements et procédures de contrôle à mettre en place dans le cadre scolaire qui est par définition un cadre de socialisation privilégié.

Réouvrir progressivement

C’est dans un hémicycle aussi clairsemé que lui qu’Édouard Philippe a présenté ce mardi son plan de déconfinement. Rappelant la baisse du nombre d’hospitalisations et de cas ainsi que le risque que fait peser un confinement prolongé sur l’ensemble de la vie de la Nation, le Premier ministre a présenté un plan de déconfinement en trois axes : vivre avec le virus, agir progressivement en avançant par palier de trois semaines, et s’adapter aux réalités locales via des ensembles de critères alternatifs. Trois axes fondés sur trois actions : protéger, tester et isoler.

Malgré l’enrobage classique d’un discours semblant rappeler celui de politique générale de son premier gouvernement et qu’il a ici évoqué, l’actuel locataire de Matignon ne résiste pas à la tentation de se défausser sur les erreurs faites par le corps médical en appelant à l’humilité de tous.

S’agissant de l’école, les échos de ces derniers jours ont été confirmés, avec une réouverture progressive, par palier de 7 jours, des collèges, écoles voire des crèches. Prenant en compte les inquiétudes des parents, des enseignants et des maires, des limites en matière d’effectifs de classes et des distributions de solutions hydroalcooliques et de masques à partir du collège ont été fixées.

Ces annonces confirment un peu plus la perte d’influence d’un Conseil scientifique qui fêtera ses deux mois d’existence le 11 mai et dont on connaît peu les tenants et les aboutissants.

Éclairer la décision politique

Institué par Olivier Véran après une première réunion informelle le 5 mars, ce comité de onze experts regroupe huit médecins et trois personnes issues de la modélisation, de la sociologie et de l’anthropologie auxquels s’ajoute, depuis le 3 avril, un expert des questions numériques. Il se réunit quotidiennement par voie dématérialisée pour donner des avis publics visant à « éclairer la décision publique » face au virus.

Si des doutes existent sur la base légale d’un tel conseil, c’est bien la question de l’hydroxychloroquine d’un irréductible infectiologue marseillais qui l’a fait connaître du grand public.

Le véritable millefeuilles administratif

Lors d’un des débats de la primaire de la droite et du centre qui a vu la victoire éphémère de François Fillon, Bruno Le Maire avait évoqué le véritable millefeuilles administratif français. Alors que ses concurrents souhaitaient tous supprimer un échelon – et de préférence le département considéré faussement comme désuet – celui qui n’avait pas encore retourné sa veste expliqua que le problème n’était pas les échelons administratifs, mais les conseils, agences et autres syndicats, et ce à l’intérieur même des différents échelons. Le Conseil scientifique ne relève pas d’une autre logique, étant, à défaut d’être un État dans l’État, un de ces échelons dans l’échelon et dont la pertinence reste à prouver.

Alors que depuis plusieurs jours l’idée d’un gouvernement d’union nationale fait son chemin en pleine tourmente sur le destin politique d’Édouard Philippe, le favori évoqué pour en prendre la tête, s’il ne brille pas dans son ministère actuel, aura au moins eu le mérite d’avoir eu quelques intuitions justes. Des intuitions qui ne survivent pas à l’épreuve des institutions françaises, plus promptes à encourager un consensus social-démocrate qu’une authentique rupture.

 

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • la réouverture des écoles est une connerie point!
    Septembre c’était beaucoup mieux , on y aurait deja vue beaucoup plus clair..
    on aurait pu amputer le salaire des enseignants prompts a glander
    pour faire garder les mioches a domicile de ceux qui travaillent
    dans des secteurs jugés indispensables ,,
    dans l’intervalle on aurait pu les passer en CDI , et hop
    Quoi? mais qu’ils fassent gréve , pour une fois on s’en tape?

  • Ils reouvrent en esperant que les parents intelligents garderont leurs gosses.. D’où la découverte d’une maladie étrange, kawasaki, des enfants due.. Au Corina virus évidemment.. Douteux qu’un prof fasse cette rentrée dans la bonne humeur.. 15 lardons pour un prof max.. Et pour la recre, 15 dans la cour à tour de rôle…. Déconcertant. Tous ça pour une ou deux semaines, après, y a plus personne. C’est qui le ministre ?… Et le tout sans masques.. Dans une classe fermée, sans aération en général.. D’où la somnolence des élèves, ils von t tomber comme des mouches.

  • La réouverture des écoles est une nécessité.
    Le plus tôt possible.
    Les droit de l’homme sont bafoués et la population applaudit.
    Il ne fallait pas confiner, maintenant le gouvernement a peur, et plus il attend, plus il aura des raisons d’avoir peur.

    • +1000. Et les entreprises ont peur des salariés qui ont peur…
      La psychose est une maladie grave.

    • Vous avez brillamment synthétisé la situation.

    • En effet, les droits de l’homme sont bafoués du fait d’un état et de dirigeants qui n’ont pas fait ce dont on attendait d’eux : nous protéger ! Le confinement apparaissait la seule solution malheureusement : pas d’argent donc pas de masques et pas de tests…
      « Ré-ouvrir les écoles est une nécessité » LOL !!! oui économiquement, allez bande de fainéant de parents au travail (ça me rappelle quelque chose) en attendant une nouvelle maladie commence à touché les enfants…
      L’erreur a été faite et voule avec les municpales, et bien on recommence avec les écoles : en France on se base sur 1 étude avec 1 enfant; au Etats Unis on se base sur plus de 2000 enfants étudies . Le résultat est très différents, l’enfant est un vecteur non négligeable !

      • « ……..n’ont pas fait ce dont on attendait d’eux : nous protéger  »
        Il y a bien longtemps qu’il ne faut plus compter sur aucune protection véritable de l’état! Et s’il est incapable d’anticiper l’évolution d’une pandémie, la première chose qu’il pouvait faire dès janvier: NOUS INFORMER. Vous ,aviez entendu parler du corona virus le 31 Janvier? Moi pas!

  • Ça fait bizarre de retrouver ici le discours de Mélenchon à l’assemblée nationale sur le même sujet …

  • Et la réouverture des soins de santé, cabinets et hôpitaux pour toutes les autres pathologies, c’est prévue ?

    Non seulement les retards sont considérables – rdv, opérations… – mais en plus, les conditions d’hygiènes imposés défient l’entendement. Pour les patients, il leur est imposé d’abord de se protéger du corona, puis de s’occuper de leurs problème de santé.
    Vous n’aurez pas la fièvre pendant 15jours, mais vous mourrez d’une infection bactérienne entrée par une dentition blessée.

    Merci qui ?

  • Le bon sens sanitaire a été perdu depuis le début. Et le bon sens tout court grâce à une campagne de propagande hors normes.
    « protéger, tester et isoler. », c’est ce qui est fait ailleurs depuis longtemps et nous, on attend le 11 mai! (au mieux).
    Il faudrait revenir sur terre, évaluer plus exactement l’épidémie, et surtout prendre en compte que l’in sait soigner cette maladie. Pourquoi a-t-on interdit aux médecins de le faire?

    • Je plussoie mille fois. Meme les examens et consultations de suivi de cancer ont été annulés ( du vécu, coup de téléphone de l ‘oncologue). J’ ai lu que pareil pour les dépistages. Une bombe sanitaire à retardement!

  • « Réouverture des écoles : une décision politique contre le bon sens sanitaire. » Pas vu dans le texte en quoi la réouverture des écoles était contre le bon sens sanitaire. Contre le bon sens politique, financier ou juridique peut-être, mais en terme sanitaire, il n’y a pas d’argument développé. Le titre ne colle pas avec le contenu.

    La critique de fond, ce serait plutôt l’idée même de déconfinement progressif. Soit on déconfine tout parce qu’il n’y a pas de risque (risque raisonnable) et on revient à la situation pré-épidémique, soit un risque élevé persiste et on ne déconfine rien, et surtout pas les enfants en premier.

    Bref, ce gouvernement d’incapables notoires, mal secondé par une administration pléthorique apparaissant de plus en plus inepte, beaucoup plus nocive qu’elle n’est utile au pays, est piégé par ses propres contradictions et a de plus en plus de mal à dissimuler son impéritie crasse aux yeux des Français. L’Etat obèse semble en fin de course. Il pourrait bien finir par imploser comme en 40.

    80 ans après la drôle de guerre, nous vivons l’étrange pandémie.

    Déconfinement le 11 mai ? C’est le 10 mai que l’attaque allemande a débuté il y a 80 ans. Il aura fallu à peine un mois pour acter l’effondrement de l’édifice corrompu. RDV fin juin.

    • Tant qu’on est dans l’histoire…
      Le 23 mars 1933, le parlement allemand a autorisé le chancelier du Reich à gouverner par décrets pour quatre ans, privant le parlement de son pouvoir de contrôle législatif.
      Le 23 mars 2020, par la loi « d’urgence sanitaire pour faire face à l’épidémie de Covid 19 », le parlement français autorise le Premier ministre à gouverner par décrets dans un champ très large de privation des libertés publiques pour une durée de deux mois, renouvelable par décret à l’initiative du même Premier ministre…

      • intéressant rapprochement : une fois de plus le parlement abandonne son rôle pourtant primordial/fondamental de contrôle de l’exécutif !!! (déjà qu’il ne l’exerce pas beaucoup…).

    • le problème du confinement c’était le dé-confinement…

    • A Cavaignac.
      Vous oubliez le 10 mai 1981, date funeste, marquant le début de la déprédation du pays…

  •  » pas de chômage partiel si vous refusez d’envoyer vos enfants à l’école alors qu’ils peuvent être accueillis … » ( muriel pénicaud …à partir du 1er juin ) je croyais pourtant que le retour des enfants se faisaient sur le volontariat….là , ce n’est plus du  » en même temps , c’est du chantage ;

    • On ne peut avoir de décision claire quand on poursuit plusieurs objectifs contradictoires en même temps.

      • A La petite bête.
        C’est un raisonnement parfaitement concevable lorsqu’on s’inscrit dans le « en même temps » débile de la macronie !

    • A Vera
      A force de discours cacophoniques, nos pieds nickelés s’embrouillent, accusant leur incompétence notoire. Le rajout « sur la base du volontariat » n’est qu’une mascarade (enfumage) de démocratie, dissimulant très mal le « chantage pénicaudien ». Ce denier est-il une annexe vaudevillesque aux dires du premier guignol ?
      Quant à la réouverture des écoles avec un quorum de 15 élèves par classe (sur 30 habituellement), nos clowns à roulettes n’ont pas évoqué le devenir des 15 restants… Les enverront-ils sur la planète Mars ?

  • Le confinement généralisé est une aberration. Il a été basé sur de simulations numériques délirantes qui ne reflètent aucunement la dynamique de l’épidémie. C’est d’autant plus inexcusable qu’on avait très tôt des chiffres fiables avec le Diamond Princess par exemple, chiffres qui furent confirmés par le Théodore Roosevelt où le Charles de Gaule.

    Des dizaines d’études sérologiques partout à travers le monde ont montré que le niveau de pénétration du virus dans une population donnée varie entre 5 et 20%, soit un ordre de magnitude plus élevé que les cas déclarés et testés comme tels. Autant dire que toute stratégie de confinement massif dans un tel cas est destinée à échouer.

    Par ailleurs, l’étude de pandémies passées ont également montré que des taux d’infections à 60 ou 70% d’une population totale sont ridicules comme tout un taux de 60% pour bénéficier d’une immunité de population.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Miltimore.

L'Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a annoncé la semaine dernière que les enfants de moins de 12 ans ne se verront plus proposer les vaccins Covid-19, à moins d'être estimés à haut risque.

La décision semble avoir irrité The Guardian, qui a cité plusieurs médecins l'ayant critiqué.

Tout en soulignant que les décès dus aux injections de vaccin covid sont rares, le professeur Christina Pagel, de l'University College London a déclaré au journal :

"Quand on sait qu'il existe un... Poursuivre la lecture

L’inflation présente depuis quelques mois inquiète : est-elle durable ? Provoquera-t-elle une crise ? Tantôt expliquée par la reprise économique mondiale après les confinements, tantôt justifiée par la guerre en Ukraine. Il semblerait que l’inflation provienne d’un mal bien plus profond qui oblige à une observation des politiques menées sur la dernière décennie.

 

2012 : la zone euro est exsangue

Tout commence le 26 juillet 2012. Mario Draghi, gouverneur de la BCE, déclare que la banque centrale sauvera l’euro « whatever it... Poursuivre la lecture

Les propos tenus par Joe Biden lors de l’émission 60 minutes sur CBS dimanche dernier ont provoqué quelques remous au sein du monde des médias comme de la santé.

 

“The pandemic is over. We still have a problem with COVID. We’re still doing a lot of work on it. But the pandemic is over,” President Biden tells 60 Minutes in an interview in Detroit. https://t.co/7SixTE3OMT pic.twitter.com/s5fyjRpYuX

— 60 Minutes (@60Minutes) September 19, 2022

« La pandémie est terminée. Nous avons t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles