Covid-19 : Donald Trump pourra-t-il éviter le pire ?

Photo by Charles Deluvio on Unsplash - https://unsplash.com/photos/9BXL-Vn22Do — Charles Deluvio ,

Les États-Unis devraient maximiser le confinement, distribuer le matériel nécessaire aux hôpitaux et généraliser le dépistage. Sur ces trois fronts, seul celui du confinement se porte bien.

Par Daniel Girard, depuis les États-Unis.

Le président reconnaît qu’au moins 100 000 Américains, et peut-être 200 000, risquent de mourir du Covid-19 au cours des prochaines semaines. Il n’a d’autre choix que de maximiser le confinement, équiper vite son personnel soignant et dépister massivement.

Lorsque Donald Trump s’avance au micro de la tribune de la Maison-Blanche pour répondre aux journalistes sur le coronavirus, il a toujours l’assurance d’un général prêt à essuyer le feu nourri de l’ennemi.

Depuis mardi, ce Donald Trump triomphant a disparu. Mercredi, 26 473 cas se sont ajoutés aux États-Unis, portant le total des infections à 215 003. Lors de cette seule journée, 1049 personnes ont succombé au virus pour gonfler le total des morts à 5102, un record pour une journée.

Au rythme où vont les nouvelles infections, le scénario d’un total de morts oscillant entre seulement 100 000 et 200 000 lors du pic des contaminations dans les prochaines semaines paraît très optimiste.

L’Italie comme phare ?

Lors d’une entrevue à CNN mercredi, le vice-président Mike Pence a démontré qu’il avait bien analysé la tendance des courbes d’infection quand il a comparé la situation des États-Unis à celle de l’Italie.


Mais au-delà de la létalité du coronavirus, la trajectoire de la courbe américaine comparativement à celle de l’Italie a de quoi inquiéter.


La meilleure manière d’infléchir la courbe américaine est bien sûr de maximiser le confinement, de distribuer le matériel nécessaire aux hôpitaux et de généraliser le dépistage. Sur ces trois fronts, seul celui du confinement se porte bien. 294 millions d’Américains sont en confinement dans 37 États, 74 districts d’États, le District de Columbia, 14 villes et Porto Rico. Cela représente 90 % de la population des États-Unis.

Équipement essentiel manquant

La distribution d’équipement médical continue d’avoir des ratés. Les professionnels de la santé n’ont toujours pas le matériel de protection pour traiter les patients en sécurité. Il en résulte des infections, parfois mortelles, des médecins et des infirmières. Il faut alors faire appel à des retraités ou des jeunes qui n’ont pas complété leur apprentissage, ce qui n’est pas optimal.

Conscient de ces pénuries et en attendant de voir davantage de matériel acheminé aux hôpitaux par l’Agence fédérale de gestion de l’urgence, Donald Trump a accepté gracieusement l’offre de Vladimir Poutine de lui envoyer une cargaison d’équipement médical.

Lenteur du dépistage

Aux États-Unis, le dépistage est une déception. La Corée du Sud a surmonté efficacement l’épreuve de sa contamination initiale grâce à une campagne de dépistage massif. Il est vrai que ce pays se trouve sur un territoire beaucoup moins étendu que les USA mais les États-Unis disposent de toutes les infrastructures nécessaires pour mener ce genre d’opération de manière rapide et efficace.

Le temps presse pour les États-Unis. Donald Trump le sait. Sa mine déconfite quand il répond aux journalistes révèle qu’il est conscient qu’il a beaucoup de chemin à parcourir. Il n’a jamais eu autant besoin de l’analyse des experts pour faire les bons choix. Il réalise aussi qu’il doit être une source d’inspiration, et ce même pour ses critiques et ses adversaires.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.