Coronavirus : Trump va-t-il sauver sa présidence ?

L’inaction du président menait à une crise humanitaire, la déroute économique et fragilisait sa présidence.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump by Gage Skidmore(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coronavirus : Trump va-t-il sauver sa présidence ?

Publié le 16 mars 2020
- A +

Par Daniel Girard.

Le président Donald Trump a une manière bien à lui d’affronter un problème, il commence par le nier. Puis, sous pression, il le reconnaît, mais le minimise. Si son analyse n’est pas acceptée, s’ensuivent récriminations, blâmes et accusations.

Donald Trump dit n’avoir rien à se reprocher pour la lenteur de son administration à prendre des mesures pour dépister et freiner la progression du coronavirus. Il dit avoir hérité du système mis en place par l’administration Obama ; système qui était devenu obsolète.

Peut-être le système méritait une modernisation, mais il était encore utile. Les experts du Conseil national de sécurité des États-Unis avertissaient constamment l’administration Trump qu’il était nécessaire de se préparer à une prochaine pandémie virale dont on ignorait la date mais qui allait inexorablement se produire.

Mais le président Trump n’était pas inquiet. Il a aboli l’Unité du Conseil national de sécurité consacrée à la préparation à une pandémie virale, ce qui a stupéfait Beth Cameron qui a déjà dirigé cette unité.

Beth Cameron affirme que cette unité surveillait les grippes virales en Chine et l’évolution de la fièvre jaune en Angola.

Selon elle, l’abolition de cette unité explique pourquoi l’Amérique a réagi aussi lentement à l’apparition du coronavirus.

Mais même si l’unité de préparation à la pandémie avait conservé tout son financement, il est clair qu’il était fondamental que le président Trump réalise la gravité de la situation et prenne les mesures nécessaires pour détecter le coronavirus et en limiter la propagation.

L’effondrement boursier et Joe Biden

Il aura peut-être fallu l’effondrement des marchés et le spectre grandissant de Joe Biden pour réveiller le président Trump.

Mais le réveil a eu lieu et il est spectaculaire.

Le milliardaire a déclaré l’état d’urgence, débloqué 50 milliards pour lutter contre l’épidémie, conclu des accords public-privé pour la mise en place de centres de dépistage et il s’est soumis à l’un de ces tests. Il n’a pas le coronavirus.

Un virus dévastateur

Compte tenu du caractère extrêmement contagieux du coronavirus, toutes ces initiatives sont non seulement bien accueillies, elles sont essentielles.

Les centres de dépistage ont beaucoup de pain sur la planche. Plus de 2700 cas d’infection au coronavirus ont été rapportés et la dépistage massif n’a pas encore commencé.

Mais s’il parvient à limiter les dégâts dans l’attente d’un vaccin éliminant le coronavirus, Donald Trump pourra peut-être du même coup, sauver sa présidence.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Le début de l’article fait quand même bien penser à la France!

    • comme vous dites ; ils sont lourds les dirigeants français , mais ils sont plus » intelligents » que les autres n’est t’il point vrai ?

    • … mais la fin montre bien qu’il ne s’agit pas d’elle !

    • Oui, du coup nous comparerons la mortalité en France et aux USA à la fin de la pandémie.
      Et on verra si cet article (son début du moins) était du banal Trump-bashing ou non.

  • « sauver sa présidence »…je ne sais même pas ce que ça signifie..sauver sa réélection éventuelle???

  • C’est vrais que nos dirigeants européens sont beaucoup plus malins il suffit de regarder l’Italie, la France et l’Espagne qui sont devenus l’épicentre de la pandémie, j’ai suivi en entier sa conférence de presse deb Trumph, il suffit de mettre en parallèle le discours de Jupiter et tout est dit. D’un coté un état nou nou prétentieux et peu efficace malgré notre brave braves service public que je remercie etc …., de l’autre pragmatisme et actions conjointe public / privé pour prendre des mesure concrètes, c’est ridicule de faire du Trumph bashing parce que c’est bien vu, s’il vous plait informez vous, regardez la conférence de presse.

    • J’ai aussi suivi la conf de presse de Trump en direct, et je me suis fait les mêmes réflexions. Mais les chaînes d’info françaises, au lieu de la retransmettre sous-titrée, ont juste fait passer un bandeau avec « Breaking news : Trump filmé à serrer la main de conseillers ! ».

    • en france c’est la faute des français.. ça va de soi..

  • Ben, les chiffres parlent : autant de cas aux US qu’en France!

  • « Il aura peut-être fallu l’effondrement des marchés et le spectre grandissant de Joe Biden pour réveiller le président Trump. »

    L’effondrement des marchés est justement provoqué par l’action des Etats, à chaque annonce de quarantaine ou d’état d’urgence de la part d’un dirigeant l’indice des actions de son pays chute.

    L’une des plus grosses journée baissière de l’histoire sur tous les marchés du monde, jeudi, a commencé sa chute moins de trente minutes après le discours de Trump sur la fermeture de ses frontières aux européens.

    On constate le même effet après les dispositions qui avaient été prises par le gouvernement italien, et celles qui viennent d’être prises par le gouvernement français ce week end.

    Il y a plusieurs manières de voir les choses, peut-être qu’on exagère l’impact du coronavirus sur les marchés (j’en doute), peut-être que les investisseurs ont pris conscience de la gravité du virus précisément suite à l’action et les discours des gouvernements, ou autre possibilité les marchés ont intégré dans le cours les conséquences économiques désastreuses que ces mesures d’état d’urgence vont provoquer.

    Parce que bien que tout le monde comprenne l’intérêt sanitaire de mesures comme la mise en quarantaine, la fermeture des frontières ou celles de tous les commerces non essentiels, ne soyons pas dupes ces mesures viennent avec un prix qu’il faudra payer plus tard. Et ce n’est pas l’argent gratuit des banques centrales qui suffira à éviter les problèmes.

    • Analyse très juste, félicitation!

    • « L’une des plus grosses journée baissière de l’histoire sur tous les marchés du monde, jeudi, a commencé sa chute moins de trente minutes après le discours de Trump sur la fermeture de ses frontières aux européens. »

      Et il est remonté en moins de trente, quand il a lancé le plan économique de résistance à la pandémie…

      • Avant de redescendre encore une fois … Cela ne change pas le fait que toutes les grandes poussées baissières depuis le début de la propagation du virus interviennent immédiatement après les annonces de mesures de protection mises en place par les gouvernements (dans l’ordre Chine, Italie, USA, France-Allemagne).

        Quelle que soit la manière dont on l’interprète, je ne pense pas qu’on puisse dire que jusqu’ici les positions prises par les gouvernements ont été de nature à rassurer les marchés.

  • « Il a aboli l’Unité du Conseil national de sécurité consacrée à la préparation à une pandémie virale, ce qui a stupéfait Beth Cameron qui a déjà dirigé cette unité. »

    Je crois plutôt que son gouvernement avait demandé son abolition, mais qu’elle n’était pas encore actée. Donc, pas d’effet à cette décision, sauf de conseils. Mais le CDC est un organisme tellement énorme qu’il doit déjà y avoir doublon.
    Et s’il était consacré à la préparation, et non à l’application, c’est le fruit de son travail qu’on devrait déjà utiliser. Ou vérifier.

    Le vrai retard de Trump, c’est finalement d’avoir mis dans un premier temps comme responsable le VP, Pence, qui n’a pas su faire impression malgré l’énorme bénéfice qu’il aurait pu avoir à sortir de l’ombre du POTUS.

  • L’Article me semble tellement partial que je préfère pendre le parti d’en rire.

    Les prochaines élections présidentielles américaines peuvent également se résumer de la manière suivante :

    Pépé la fripouille, alias Biden
    Pépé le rouge, alias Sanders
    Pépé la mèche, alias Trump

    Personnellement, si j’étais américain et obligé de choisir un étatiste, je choisirai pépé la mèche pour son punch…

    Histoire de rire encore un peu, je pense que la future présidente des Etats-Unis sera Ivanka Trump pour d’autres raisons ! 🙂

    • Trump est moins étatiste que les deux autres, c’est factuel : baisse des impôts et dérégulation sont ses deux axes principaux en politique économique (intérieure).

  • Trump is dead et tant mieux …Quel incompétent…Qu’il retourne à ses shows télévisuels..Biden sera élu mais au vu de sa santé plus que précaire le plus important dans cette élection sera le nom de son ou sa co-listière..

  • Curieusement dans cet récapitulation historique il n’est pas fait mention du l’interdiction des vols en provenance de la Chine dès la fin Janvier qui n’a pas manqué de nous donnez une abondance de commentaires négatifs dans l’ensemble des médias en France et Usa

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave.

YouTube a supprimé une vidéo téléchargée par le Comité du 6 janvier qui montrait des images de l'ancien président Donald Trump contestant les résultats de l'élection de 2020.

La fausse affirmation de Trump selon laquelle les machines à voter ont par erreur "déplacé des milliers de votes de mon compte vers le compte de Biden" a été diffusée lors des audiences du comité du 6 janvier, qui se poursuivent cette semaine. L'ancien procureur général William Barr a déclaré devant la commission qu'il n'avait découvert auc... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles