Langouët : l’ex-village anti-pesticides mauvais perdant aux municipales

Photo by Noah Buscher on Unsplash - https://unsplash.com/photos/G0m9kKvkkB8 — Noah Buscher,

Langouët a dit oui aux agriculteurs et à l’agriculture, et a infligé un cinglant désaveu à ce maire qui affirmait urbi et orbi avoir le soutien de la population dans sa lutte contre les pesticides.

Par Wackes Seppi.

L’information m’est parvenue par Le Parisien, qui a la particularité d’être aussi Aujourd’hui en France et de devoir sortir au-delà du périph’. Rien dans Le Monde… rien dans Libération… enfin, à l’heure où nous écrivons.

Le Parisien titre donc : « Municipales : le maire anti-pesticides d’Ille-et-Vilaine sanctionné », avec en chapô : « La liste des amis de Daniel Cueff, qui ne se représentait pas, a été battue à Langouët. »

Les résultats détaillés montrent que cela s’est joué à très peu de choses, le titre du Parisien n’étant pas vraiment approprié – sauf si l’on considère que le tapage anti-pesticides pour des motifs allégués de santé publique aurait dû valoir à la « liste des amis » des scores staliniens. Et comme je considère sur la foi d’un tapage qui a même permis à Langouët de figurer dans les pages du New York Times

Treize conseillers ont été élus, et il reste deux sièges à pourvoir. La liste victorieuse « Langouët dynamique, ouverte et durable » a obtenu neuf sièges.

Le Parisien relate :

« Tout le projet écologique de Langouët va s’arrêter », se désespère Daniel Cueff. Ce dernier dénonce une mainmise de la FNSEA sur la liste arrivée en tête. « Il y a eu 80 % de participation, bien plus que d’habitude. La liste où figurent des propriétaires terriens liés à la noblesse locale, des salariés de la chambre d’agriculture et des agriculteurs en intensif s’est extrêmement bien organisée. Certains candidats n’habitent même pas sur place. »

Dans « Élections municipales en Bretagne : à Langouët, la guerre des pesticides au cœur d’un vote ultra serré » de 20 Minutes, c’est :

Pour le maire sortant Daniel Cueff, ce taux de participation très élevé est à mettre au crédit d’un puissant syndicat agricole en guerre contre son arrêté municipal anti-pesticides.

« La FNSEA a placé un important propriétaire de terres de la commune sur la liste. C’est une grande famille qui a massivement voté. Ils ont même fait des procurations pour les grands-mères », attaque celui que l’on surnomme le maire anti-pesticide.

La liste « Langouët dynamique, ouverte et durable » se défendait pourtant d’avoir réuni « des habitants représentatifs de la diversité de la commune ». Elle comptait dans ses rangs quatre agriculteurs conventionnels, emmenés par une tête de liste salariée de la chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine. 

Seulement les « pesticides de synthèse »…

Faut-il voir dans ces propos une intolérance envers la filière agricole – et plus encore envers la FNSEA – de la part de l’auteur de Paysans, on vous aime, subitement révélée par le dépit ?

La FNSEA aurait, si l’on comprend bien, constitué la liste en y plaçant « un important propriétaire de terres », quatre agriculteurs conventionnels et une salariée de la Chambre d’Agriculture… Dans « Municipales. Les électeurs de Langouët tournent la page Daniel Cueff, le maire antipesticides », M. Jean-Luc Dubois est même qualifié de « représentant de la noblesse, plus gros propriétaire foncier de la commune ». En quelque sorte un koulak qui aurait dû être interdit de candidature…

Et qu’est-ce que ce sexisme, « des procurations pour les grands-mères » ?

Le verdict est tombé : les électeurs se sont exprimés en masse, ce qui implique la participation des pros et des antis. Si M. Daniel Cueff allègue que l’opposition à sa politique s’est mobilisée, dans une élection plébiscite, alors il faut considérer que les 20 % d’abstentionnistes n’ont pas été suffisamment motivés par la défense de sa politique.

Si la liste « Langouët dynamique, ouverte et durable » comprenait le ban et l’arrière-ban de la filière agricole, alors il faut bien admettre que cela n’a pas servi de répulsif pour une courte majorité villageoise.

Ouest-France rapporte un propos de la tête de la liste défaite, conseiller municipal sortant qui n’a pas été réélu :

On a été candide, on n’a pas pris l’ampleur de la stratégie de l’autre liste. […] Les gens n’ont pas toujours conscience que ce dont ils profitent tous les jours, c’est un combat. Ils croient que c’est naturel, parce que c’est Langouët.

Sérieux ? Alors que vous étiez opposés à la liste de la FNSEA? Et cet avis sur les gens de Langouët…

En bref, Langouët a dit oui aux agriculteurs et à l’agriculture.

Et à ce maire qui affirmait urbi et orbi avoir le soutien de la population dans sa lutte contre les pesticides (de synthèse), à tous ces activistes dont il a été la figure de proue, à tous ces journalistes qui ont pissé copie sur copie, Langouët a infligé un cinglant désaveu.

Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.