Vive la République. Vive le savon.

Nous n'allons pas sauver grand monde, notre pays sera en faillite totale, mais au moins, nous aurons les mains propres et qui sentent bon.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Savon extra pur by Alvaro (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vive la République. Vive le savon.

Publié le 13 mars 2020
- A +

par h16

Soyons honnête, l’actuel quinquennat n’aura pas été spécialement simple : pour quelqu’un qui est passé d’inconnu à challenger et qui est parvenu à se faire élire président de la République, cela n’a pas empêché Macron de se cogner les Gilets jaunes, une pandémie et, très probablement, une récession d’ici la fin de cette année. Et nous ne sommes qu’en mars.

Et avec cette crise du coronavirus, le président de la République se devait de nous pondre un discours indispensable à requinquer les énergies vives de la Nation, à la motiver pour le combat qui l’attend, et à lui donner des perspectives pour un futur qu’on comprend déjà rocailleux alors que les mauvaises nouvelles s’amoncellent.

Ce qui a donné un discours lunaire où se sont mélangés quelques indispensables mesures de bon sens, malheureusement fort tardives, avec une panoplie de bricolages invraisemblables et un incroyable sens du grandiloquent où le président a clairement pété les élastiques dans une décontraction calculée.

Sans s’attarder trop sur les passages vaguement insultants à l’intelligence de l’électeur moyen où notre président nous a félicités de bien nous laver les mains – et a même expliqué comment procéder (avec du savon, hein, les amis, avec du savon !), notons que pour les mesures de bon sens, outre l’encouragement et l’accompagnement des recherches médicales sur les traitements à apporter contre le coronavirus, il y a bien sûr la fermeture de l’ensemble des établissements scolaires, depuis les crèches jusqu’aux universités. C’était indispensable et nécessaire.

À ce sujet, je ne peux que vous encourager à prendre connaissance de cette étude sur l’impact de ce genre de mesures (et des mesures de fermeture plus larges encore comme les cinémas, les spectacles, les congrégations, offices religieux, administrations etc.) pendant la pandémie de grippe espagnole de 1918 dont on estime qu’elle fit alors 50 millions de morts et qui constitue un excellent point de repère ce qu’on peut envisager de faire pour contrer l’actuelle.

Les conclusions de cette étude sont limpides : le fait de fermer tous les lieux publics aura permis de réduire très significativement le nombre de personnes infectées et le nombre de morts.

Autrement dit, la situation est grave mais seulement à partir de lundi.

Bref, de nombreux jours ont été perdus en France (et dans d’autres pays européens) pendant lesquels le virus a continué à se répandre partout, d’écolier en écolier, d’enfant à parent, d’étudiant en étudiant ! Combien, au bout de ces infections, de personnes se retrouveront intubées entre la vie et la mort (même quelques pour-cents, sur des dizaines de milliers d’individus, cela finit par faire un paquet de lits occupés, mine de rien) ? Combien de personnes âgées seront condamnées par manque de matériel précisément parce qu’on préférera l’utiliser pour une personne plus jeune qui n’aurait pas été infectée si les établissements avaient été fermés plus tôt ?

Ici, l’attente, l’indécision, la mollesse se traduisent par des morts (des dizaines, des centaines de morts).

C’est exactement la même chose avec les transports en commun qui sont de véritables incubateurs pour ces virus et dont l’usage prolongé va permettre aux rares personnes qui n’étaient pas déjà contaminées de l’être enfin.

Nous avons eu droit à ces passages étranges, oscillant entre le réalisme salutaire en ces temps de pandémie où le chef de l’État a enjoint les personnes âgées à se calfeutrer chez elles pour se protéger, et l’idée paradoxale où il s’est félicité de voir des médecins retraités (donc plutôt âgés) sortir et courir au devant des malades infectieux pour aider le corps médical déjà épuisé, tout en conservant le scrutin de dimanche prochain (!) qui, par nature, attire plutôt les personnes âgées qui auront tout le loisir de se partager leurs miasmes autour d’une urne citoyenne. Pardonnez moi l’expression mais c’est complètement con.

Bien sûr, on comprend que l’idée est à la fois de protéger les uns et utiliser les forces encore disponibles des autres, mais conserver les élections de ce dimanche est parfaitement homicide : c’est l’exemple type d’événement où les gens s’assemblent, se retrouvent, discutent même, manipulent papiers, stylos, enveloppes, dans un endroit clos qui contiendra donc des aérosols humides remplis de virus.

Là encore, cette non-décision de report, ce manque de courage et de fermeté va se traduire, très directement, par à la fois une abstention élevée et malgré tout de nouveaux décès.

Enfin, il sera difficile de passer au bleu les mesures économiques que Macron entend prendre pour accompagner les entreprises qui devront affronter les longues semaines prochaines alors que le commerce mondial s’effondre et que les familles feront absolument tout pour ne surtout pas entrer en relation avec les autres. Pour cela, Macron a été très clair : aucune limite ne sera imposée pour que l’État vienne en aide à toutezétousses. Par exemple, il prendra en charge l’indemnisation des salariés contraints à rester chez eux, les ponctions de l’Occupant intérieur seront gracieusement temporisées, et, on s’en doute, de nouvelles injections monétaires, subventions et autres tubulures financières seront trouvées dont le diamètre ne saura souffrir d’aucune limite…

Ainsi, si le virus vous épargne, il est probable que la tempête fiscale qui suivra dans les mois prochains vous achèvera. Si ce n’est pas vous, ce sera votre entreprise et si ce n’est pas votre entreprise, ce sera votre banque puisque pour le chef de l’État, rien ne sera trop beau pour sauver les meubles. Et si tout ça ne suffit pas, les idées macronesques en matière de gouvernance française, européenne puis mondiale suffiront à vous réjouir puisqu’une grosse dose de socialisme supplémentaire est déjà prête à sortir du carton

Il y a une semaine, Macron nous expliquait alors qu’il fallait continuer de vivre comme d’habitude. Une semaine, 1900 cas avérés et 45 morts de plus, il commence à comprendre que ce qui s’est passé en Chine et s’est passé en Italie va, incroyablement (surprise !), se passer aussi en France ! Oh !

Mais heureusement, nous avons du savon.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (41)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (41)
  • On vit une période surréaliste. Les chaînes info font le plein de spectateurs et de pub de bagnoles. Mais qui va aller acheter une bagnole neuve d’urgence alors que l’on a toutes les chances d’être cloitrés comme les Italiens bien avant d’être livré.

    D’une manière générale, les gesticulations économiques (mise à part la prise en compte des suspentions d’activité) sont ridiculement anticipées par rapport à la réponse sanitaire qui est ridiculement retardée …

    • Acheter une voiture ne se fait pas sur un coup de tête.
      L’épidémie s’arrêtera bien un jour, il est donc normal que les entreprises continuent à mettre leurs produits en avant.

      • J’ai dèjà souvent du mal à saisir les « messages » publicitaires, tellement ils sont tordus. Je doute d’être imprégné pendant un mois. Mais c’est leur problème et je reconnais volontiers ne rien connaître en la matière.

      • Quelle épidémie.?
        L’oms parle de pandémie, il est donc déjà trop tard… Sur le papier, qui croit encore L’oms.!

    • La petite bête
      13 mars 2020 at 21 h 35 min

      Les contrats publicitaires sont négociés longtemps à l’avance je suppose

      • Oui, vraissemblablement. Mais rappel : la propagation du virus suit une exponentielle. C’est une courbe qui monte lentement au début mais dont la fin sort du graphe par le haut tellement ça grimpe vite.

        Dans la réalité, et dans les phénomènes physiques en fait ça sature rapidement. Dans la réalité politique soit on atténue efficacement dès le début (comme au Japon), soit on ferme boutique (comme les chinois ou les italiens) quand ça sature.

        • L’étalement est le plus gros bobard politique du siècle pour justifier l’inaction. De même que la seconde vague qui toucherait les jeunes. Il n’y a pas plusieurs virus, mais un aveuglement sur la dangerosité du virus.
          Et ça veut dire qu’on se prépare à faire l’impasse sur les vieux …

      • Et, comme le disait un certain Michel Colucci, il y a des Pub ciblées ex. les culottes pour fuites urinaires qui passent en pleines heures des repas, et celles (où l’on pourrait déposer une plainte pour intoxication publicitaire) je cite «Comme j’aime»…
        Comme «les fuites» ne te coupent l’appétit… plus besoins de Régimes ! … Et la Diette-pas-bon ANACA95 est devenue inutile !

  • J’écoute pas ce mec mais à t il fermé les frontières.. Les avions et trains roulent toujours pour Corona ?

    • la frontière France via Italie est fermée ; la frontière Italie via la France est ouverte , sans aucun contrôle ……n’importe qui peut rentrer chez nous mais nous on doit rester enfermé  » à la casa  » ….

    • Avant Macron c’est l’OMS qui a failli puisque mi janvier elle déclarait qu’il ne s’agissait pas d’une pandémie, qu’il ne fallait pas s’inquiéter outre mesure ! Retournement de veste cette semaine : c’est une pandémie et l’OMS « s’étonne que les pays n’aient pas anticipé celle-ci ! » Une histoire de dingue ou un gros complot ?
      Ce Cornavirus, SRAS renforcé est-il d’origine naturelle, ou sort-il d’un laboratoire ? Dans la seconde hypothèse, pour quel objectif ?
      En effet tous les gens qui râlent au sujet des retraites ou qui en perçoivent sont des boulets pour l’Etat. Quand par ailleurs il est si facile d’obtenir de la main d’oeuvre – « extérieure » acceptant d’être sous-payée et ne connaissant pas bien les droits du pays et surtout ne pouvant y prétendre.
      Alors que tous ces retraités et futurs retraités qui coûtent tant sans rien produire… une grosse charge.
      J’ai apprécié le « quoi qu’il en coûte ! » dont nous devrons rembourser la facture ! « Quoi qu’il en coûte actuellement coûtera très cher plus tard, la civilisation de la gratuité est une douce utopie.
      Dès la mi-janvier, un gouvernement qui aurait été compétent, qui aurait souhaité protéger son pays aurait décrété le confinement.
      Pour rappel ce n’est toujours pas le cas. Le Maroc, pourtant moins touché l’a décrété aujourd’hui !
      Chez nous des mesurettes et la « casse » est prévisible ! (voire souhaitable !)

  • Oui, j’ai du savon en stock. Même de l’alcool à 90.
    Mais sera-ce suffisant?

    De toutes façons, CPEF 🙁

    • Ça existe encore le savon vis à vis du gel douche ou du gel vaisselle anti bactéries.?
      Comme quoi il y a encore des romantiques accro d’une peau sèche et rugueuse, tellement viril….

  • claude henry de chasne
    13 mars 2020 at 12 h 09 min

    Savon de Marseille ? 61, 40 € euro le kilo sur amazon..
    ah ben oui les affaires sont les affaires

  • « Vive la République. Vive le savon. »

    Und WienerSchnitzel. Comme disait Charlie Chaplin.

    (Un peu d’humour pour tester de nouvelles solidarités à destination de nos ainés).

  • Petite question : les élections sont maintenues dimanche mais les personnes âgées sont assignées à résidence, les empêchant de facto d’aller voter.. Notre président nous a-t-il annoncé hier et en direct son mépris profond de la démocratie ? Et est-ce que par le plus grand des hasards ces mêmes personnes âgées auraient plutôt tendance à voter pour des parties traditionnels (i.e pas LREM), surtout aux municipales ?

    • Ça n’empêchera pas les morts de voter comme à chaque élection…

    • Encore une fois la bonne théorie du complot !
      Il faut lancer une recherche du coupable… Est-ce CGT/FO pour garder son régime de pension déficitaire à cause de tous les vieux inutiles ?
      ou
      LREM (Macron-Philippe) pour gagner les élections et transférer la capitale au Havre ?

      • M. Philippe n’a pas encarté au parti ReM.

      • Pas une théorie du complot mais une constatation : certaines personnes sont empêchées d’aller voter.
        Interdiction de vote pour les plus de 70 ans ! De toute façon ils ne comprenaient rien à la « start-up nation »..

    • @Sébastien P
      Bonjour,
      « Notre président nous a-t-il annoncé hier et en direct son mépris profond de la démocratie ? »
      Macron est socialiste : il n’aime ni la démocratie, ni les libertés individuelles, et surtout pas des citoyens libres, indépendants et autonomes.

      • Expliquez-vous !
        «mépris profond de la démocratie» ???
        «il n’aime ni… et surtout pas des citoyens libres, indépendants et autonomes» ???

      • @Jean-M64 : je vous donne l’exemple de mon grand-père. Il a toujours voté, toute sa vie et quelque soit les circonstances. Comme il est handicapé, plusieurs fois c’est moi qui l’emmenait pour qu’il puisse voter, et toujours socialiste (à mon grand regret, mais c’est la démocratie..). Cette année, interdiction de sortie de sa maison de retraite et impossible d’obtenir une dérogation. Il s’agit donc bien d’un mépris profond de la démocratie, si une catégorie de la population n’a pas le droit de participer au suffrage.

        • Je pense qu’il s’agit d’un règlement de la maison de retraite puisque l’accès à l’intérieur est interdit aux personnes étrangères aux service, et c’est une manière de protéger nos parents.
          À cause de ce règlement beaucoup de directeurs d’établissement se sont chargés des procurations (possible jusqu’hier soir).

  • Esprit critique
    14 mars 2020 at 9 h 53 min

    « Demain on rase gratis » est une promesse complètement dépassée.
    A la Veille d’une élection Macron promet : « Quoiqu’il en coûte ! »
    C’est sur il restera comme un des principaux artisans dans l’histoire de la Faillite de la France.

    • Whatever it takes…ça me rappelle quelque chose.
      L’helicopter money ça amortit les crises mais ça n’empêche pas la chute surtout quand la crise est systémique et pas seulement financière…
      Friedman doit se retourner dans sa tombe.

    • @Esprit critique
      Bonjour,
      « Quoiqu’il en coûte ! »
      … mais surtout pas de sa poche, ni des millions qu’il a égarés.

      • «surtout pas de sa poche» FAUX !
        Il ne fait pas partie de la tranche des citoyens qui profitent des impôts d’autres !
        Il paye l’impôt sur le revenu mais oui il est remboursé des frais de représentation certes peut-être plus facilement qu’un représentant lambda mais c’est le cas de tous les élus (et peut-être sauf les maires).
        C’est vrai, MOI je commence à bien l’apprécier car il remue le merdier mis en place et entretenu par ses prédécesseurs.

  • « Autrement dit, la situation est grave mais seulement à partir de lundi. »
    C’est exactement ce que j’ai pensé jeudi soir. Pourquoi ne pas fermer le lendemain !? J’ai pu voir le flou de l’EdNat tout hier.
    Jeudi 2281 cas, 48 décès. Mes collègues en sont encore à se demander si ce virus n’est pas moindre que la grippe qui fait des milliers de morts par an et dont on ne parle pas, et s’il faut vraiment le considerer plus dangereux que la grippe (ou le SRAS, dont on m’a rappelé l’épidémie courant 2003 et dont je ne me souviens toujours pas.)
    Niveau taux de mortalité, le corona a atteint le minima de la grippe saisonnière : 2%.

    Les contradictions de Macron me font penser au discours prononcé dans 1984 d’Orwell, quand le tribun change le nom de l’ennemi en l’espace d’une phrase, sans sourciller, car la situation a changé entre temps. Les prolétaires qui assistent au discours ne bronchent pas.

    Le fil Tweeter mis en lien, contient des commentaires mentionant que Macron est libéral.

    « Les conclusions de cette étude sont limpides : le fait de fermer tous les lieux publics aura permis de réduire très significativement le nombre de personnes infectées et le nombre de morts. »
    Et puis, ce n’est pas comme si nos hôpitaux n’étaient pas déjà tendus comme des élastiques en période « normale ».

  • Il semble qu’il y ait une différence importante entre la grippe espagnole et le Covid-19 : la première a tué beaucoup de gens dans la force de l’âge ( » la tranche d’âge de 20 à 40 ans, qui représenta 50 % des décès » selon Wikipédia), tandis que le virus de Wuhan tue, lui, essentiellement des personnes âgées.
    Donc autant un confinement généralisé (après fermeture des frontières depuis les pays à risques) se comprendrait pour une grippe de type « espagnole », autant avec le coronavirus, il me semble que l’accent devrait surtout être mis sur la protection des personnes âgées (en commençant par les responsabiliser, après les voir bien informés).

    • Je ne sais pas si la fermeture des frontières à une quelconque utilité justement à l’époque de la Grippe Espagnole les frontières étaient en place et ça n’a eu aucun impact sur la diffusion internationale.
      Il suffit, à mon avis, que chaque particulier (ou professionnel) ne se déplace que si son voyage et réellement indispensable…

      • en effet, est il réellement indispensable qu’un artisan se déplace pour gagner sa vie ? pour lui, il n’y aura pas compensation du salaire non gagné, car il n’a pas de salaire. on lui dira de réparer la fuite d’eau de son client au mois de juin, mais comment il va pouvoir acheter à manger la semaine prochaine si on l’empêche de travailler et de facturer ?
        les déplacements se feront quand même, la contagion se fera presque pareil, il aura le nombre de malades et de décès qu’il y aura, quelques milliers, voir quelques dizaines de milliers (je n’y crois pas), et alors ? chaque année, plus de 600 000 personnes en france décèdent, serait ce vraiment la fin du monde si cette année il y avait 20 ou 30 000 décès du à la grippe de la chauve souris ?
        est il vraiment utile d’arrêter l’économie, de rajouter des centaines de milliers de chômeurs ? des dizaines de milliers de faillites d’entreprises individuelles ou artisanales ?

    • Etre responsabilisé, quand on ne peut se procurer ni masque ni gel hydroalcoolique, ni se faire entendre de ses petits-enfants turbulents, voire qu’on estime qu’on serait mieux au cimetière à son âge, ça ne veut pas dire grand-chose…

  • L’article commence ainsi : « soyons honnêtes, l’actuel quinquennat n’aura pas été spécialement simple.. ».
    Les Gilets Jaunes c’était peanuts. Macron avait même beaucoup de chance … jusqu’ici : la conjoncture lui a été favorable et, en plus, comme on partait de loin, c’était plus facile de progresser.Reste l’endettement dont il a pu abuser avec les taux négatifs.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles