Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

Anne Hidalgo by OECD(CC BY-NC 2.0) — Photo: OECD/Michael Dean, CC-BY

Anne Hidalgo s’adresse aux Parisiens comme s’ils étaient de véritables idiots auxquels il faut tout expliquer, tente de donner à sa candidature une sorte de supériorité humaniste indépassable mais évite très soigneusement de leur parler de ce qui les préoccupe vraiment.

Par Nathalie MP Meyer.

Encore une élection « complètement dingue » ! Jusqu’à tout récemment, Anne Hidalgo se voyait tranquillement reconduite à Paris. Non pas que son bilan à la tête de l’Hôtel de Ville depuis 2014 fût le moins du monde convaincant, oh certes non, mais la présence dans la course municipale de Benjamin Griveaux, candidat LREM peu apprécié et flanqué d’un dissident en la personne de Cédric Villani, suffisait à lui garantir une belle avance par défaut.

Il y avait bien la candidature Dati (LR) qui commençait à devenir encombrante. Mais rien d’ingérable. Dati est peut-être de droite, nous susurrent les soutiens d’Hidalgo, mais comme elle ne parle que de sécurité et de propreté – ces valeurs si évidemment fachos ! – il est clair qu’elle compte faire usage du fameux Kärcher de Sarkozy. En tout cas, le RN version père et version fille commence à s’intéresser à elle. Si ce n’est pas une preuve de sa radicalisation extrême !

Eh bien il ne serait pas dit qu’une maire sortante comme Hidalgo, résolument engagée « à gauche » et disposant du soutien du Parti communiste, échouerait à convaincre les électeurs qu’il n’y pas de plus noble objectif politique en ce bas monde que de battre la droite et l’extrême droite ! Sans compter que Dati n’a pas de réserve de voix pour le second tour.

Jusque-là, finalement, rien que de très classique.

Mais avec la disparition soudaine de Benjamin Griveaux il y a dix jours au détour d’une vidéo où on le voit se masturber – je vous le disais, « complètement dingue » ! – les affaires électorales d’Anne Hidalgo sont en train de prendre une tournure désagréablement préoccupante :

                  Avant (Odoxa, 20 janvier 2020)                            Après (IFOP, 21 février 2020)

Sondage après sondage, LREM regagne du terrain (de 16 % Griveaux à 19 % Buzyn), le dissident Villani en perd (de 10 % à 9 %), les écologistes aussi (de 14,5 % à 12 %) alors qu’ils constituent le meilleur réservoir de voix pour Hidalgo au second tour, et avec 22 %, Rachida Dati la talonne à 2 points, ce qui est peu ou prou la marge d’erreur associée à ce niveau d’intentions de vote. La candidate LR a même été placée en tête du premier tour dans un sondage Odoxa de la semaine dernière.

En raison du système de scrutin par arrondissement, les projections de second tour restent nettement en faveur de madame Hidalgo, mais les résultats de premier tour en voix auront le terrible inconvénient de donner un bon aperçu des préférences des Parisiens.

Nul doute qu’ils seront scrutés de près, et nul doute également que la maire sortante aimerait autant ne pas renouveler sa contre-performance de 2014 : avec 34,4 % des suffrages exprimés, sa liste n’était arrivée qu’en seconde position après celle de Nathalie Kosciusko-Morizet (35,9 %).

Bref, à trois petites semaines du scrutin, il est plus que temps de frapper fort.

Un véritable challenge, compte tenu du festival de promesses toutes plus clientélistes les unes que les autres qu’elle joue sans relâche devant ses électeurs depuis le début de la campagne pour rester en pole position : gratuité des transports publics pour les moins de 18 ans, ville 100 % vélo, endettement supplémentaire pour proposer aux classes moyennes des loyers 20 % inférieur au prix de marché, etc.

Reste heureusement les inépuisables possibilités de la pipolisation ! Autrement dit, si parler de la vie des Parisiens ne suffit pas à convaincre ces derniers de voter pour vous, parlez plutôt de votre vie à vous. Votre vie forcément merveilleuse et si proche des gens ! Surtout, adoptez un ton débordant de connivence bienveillante ainsi que des termes simples et sympas, façon bonne copine, et veillez à bien vous faire comprendre.

À croire que les Parisiens sont d’indécrottables malcomprenants auxquels il faut parler comme s’ils avaient 5 ans.

Car c’est précisément ce à quoi s’est employée Anne Hidalgo dans une vidéo publiée sur Twitter dimanche 23 février dernier (vidéo, 02′ 55″) :

Ainsi, Anne Hidalgo nous confie sur le ton du secret qu’étant enfant, elle voulait être bergère. Quelle simplicité émouvante de la part d’une dame qui nous apprend en outre qu’elle est maintenant maire de Paris !

Et notez les mots et les noms fédérateurs qui émaillent comme par hasard son petit laïus :

Son premier grand souvenir politique, c’est la présidentielle de 1974 et la candidature de René Dumont : joli clin d’œil aux écolos et belle façon de faire comprendre que son engagement vert ne date pas d’aujourd’hui !

Son compte Instagram préféré, c’est celui d’Alexandria Ocasio-Cortez, jeune députée américaine proche de Bernie Sanders : joli clin d’œil à la jeunesse, à la gauche et au politiquement correct !

La femme politique qui l’inspire le plus, c’est Simone Veil : joli clin d’œil à la cause féministe à travers une personnalité politique hyper consensuelle et très aimée des Français !

Quant à se définir en un mot, Hidalgo n’hésite pas : elle est HONNÊTE ! Joli tacle à Dati par référence implicite au procès des emplois fictifs de Penelope Fillon qui démarre ces jours-ci.

Les Parisiens, du moins ceux qui hésitent, seront-ils sensibles à cet exercice promotionnel sans grande finesse ? Rien n’est moins sûr.

Autant Anne Hidalgo nous explique que la végétalisation de Paris est le projet dont elle aimerait qu’on se souvienne dans 20 ans, autant les Parisiens, soudain saisis des épouvantables valeurs fachos mises en avant par Dati – et Buzyn depuis son entrée en campagne – n’accordent guère d’importance à cet aspect de la transformation de la capitale (38 %) comparativement à la propreté (71 %), priorité numéro 1 selon eux, et à la sécurité (67 %), priorité numéro 2 (enquête IFOP, janvier 2020) :

À noter que la lutte contre la pollution arrive en troisième position, sachant que la fermeture très controversée des voies sur berges n’a pas eu l’effet escompté en ce domaine. Elle a surtout réussi à déplacer la pollution existante et à ajouter aux problèmes de circulation dans Paris. Circulation que les Parisiens aimeraient bien voir s’améliorer et dont ils font leur cinquième priorité avec 55%.

À noter également qu’ils placent la maîtrise des impôts en quatrième position. Une demande bien compréhensible qui fait cependant l’impasse sur le niveau astronomique de la dette de la ville de Paris, soit 6 milliards d’euros. Sans compter le fait que par une habile martingale dénoncée dès 2016 par la Cour régionale des comptes, la Ville de Paris encaisse par avance certains loyers perçus par les bailleurs sociaux. Et hop, un milliard de dette « cachée » en plus !

Finalement, la vidéo de Mme Hidalgo est triplement insultante pour les Parisiens.

Non seulement elle s’y adresse à eux comme s’ils étaient de véritables idiots auxquels il faut tout expliquer en parlant lentement, non seulement elle chausse ses gros sabots (de bergère ?) pour les étourdir de mots-clés censés donner à sa candidature une sorte de supériorité humaniste indépassable, mais tout à son idéologie de l’ère urbaine post COP21, elle évite très soigneusement de leur parler de ce qui les préoccupe vraiment. Ça promet.

Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.