Alexandria Ocasio-Cortez : « j’ai beaucoup de points communs avec les libéraux »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Alexandria Ocasio-Cortez-Women's march on NYC 2019 by Dimitri Rodriguez

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alexandria Ocasio-Cortez : « j’ai beaucoup de points communs avec les libéraux »

Publié le 16 août 2019
- A +

Par Billy Binion.
Un article de Reason.com

La députée démocrate de l’État de New York Alexandria Ocasio-Cortez passe une bonne partie de son temps médiatique à se différencier de la meute politicienne de Washington D.C. (siège du Congrès américain). C’est ainsi qu’on l’entend parfois critiquer les Républicains, tandis qu’en d’autres occasions, elle se lamente sur ce qu’elle prend pour le manque d’audace de son propre parti. Mais dans une vidéo publiée en direct sur Instagram la semaine dernière, elle a révélé à son auditoire qu’elle se trouvait de fait quelques points communs avec la mouvance libérale.

« Je pense sincèrement que j’ai beaucoup en commun avec de nombreux points de vue libéraux du parti Républicain, » a-t-elle affirmé en prenant l’exemple de ses propres positions sur l’immigration, la défense et le droit à la vie privée. Cette déclaration intervient alors qu’elle-même et le sénateur républicain du Texas Ted Cruz sont tombés d’accord publiquement sur la nécessité d’interdire aux anciens parlementaires de devenir lobbyistes ainsi que sur celle de rendre les pilules contraceptives disponibles sans ordonnance.

« Les vrais libéraux, dont beaucoup se trouvent appartenir au Parti républicain, les vraies positions libérales sont pour l’immigration, » a-t-elle expliqué sur Instagram. Les partisans d’un État limité admettent en effet que les immigrants aident l’économie, et nombreux sont ceux qui rejettent l’idée que le gouvernement fédéral serait capable de déterminer les niveaux optimaux d’immigration.

Ocasio-Cortez a aussi déclaré à son public Instagram que son positionnement « anti-interventionniste » et « anti-guerre » correspondait parfaitement à un état d’esprit libéral. « Certains Républicains sont opposés aux dépenses militaires et aux interventions militaires extérieures, ce qui est très cohérent avec leur perspective d’un État limité, » a-t-elle ajouté.

Ces Républicains qui penchent vers le libéralisme forment cependant une minorité en réduction constante au sein de leur propre parti. Pas plus tard qu’en juin dernier, le Parti républicain a fait pression pour faire adopter la Loi d’Autorisation de la Défense nationale de 2020, soit une augmentation des dépenses militaires de 30 milliards de dollars, alors que la version 2019 avait déjà alloué à la défense plus de deux fois les dépenses militaires de la Chine et de la Russie réunies. Même si la version démocrate du projet de loi l’avait emporté, il n’en demeure pas moins que les dépenses avaient déjà été augmentées de 20 milliards de dollars.

Cette hypocrisie n’a pas échappé à la députée qui a beau jeu de critiquer les incohérences intellectuelles des Républicains. « Au Congrès, le Parti républicain n’est plus porteur du conservatisme fiscal, il est devenu une sorte de gang de politiciens, » estime-t-elle. « Vous ne pouvez plus compter sur eux pour défendre sérieusement leurs principes d’origine parce qu’ils vont défendre certaines idées si et seulement si ça peut aider le Président puis ils les abandonneront aussi sec si elles gênent le Président. »

Le Parti républicain a toujours trahi ses principes quand ça l’arrangeait. Les démocrates également. Selon les canons de la politique américaine contemporaine, rien n’est plus grand ni plus important que le parti.

Alexandria Ocasio-Cortez a cependant raison quand elle dit que l’idéal d’État limité du Parti républicain semble s’être évanoui encore plus vite depuis que Trump est au pouvoir. Les Républicains du Congrès ont abandonné le libre-échange et ils ont soutenu des augmentations massives de dépenses publiques sans aucune baisse en contrepartie. Sans compter que le GOP1 vient de s’affaiblir encore un peu plus avec le départ récent du député du Michigan Justin Amash, ce Républicain de plus en plus libéral qui a quitté son parti d’origine parce qu’il en avait assez du double jeu de ses collègues.

Avec le départ d’Amash, Ocasio-Cortez va avoir du mal à trouver beaucoup de Républicains libéraux avec lesquels elle pourrait travailler.

__

Traduction de Nathalie MP pour Contrepoints

Texte d’origine : Alexandria Ocasio-Cortez: ‘I Have a Lot of Common Ground With Many Libertarian Viewpoints’

  1. GOP ou Grand Old Party : petit nom du Parti républicain.
Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Alexandria Occasions Cortex est aussi libérale que Mélenchon ou Besancenot. Décidément Audiard avait raison, les c.. s ça ose tout, même si pour elle et ceux de son espèce ce n’est pas le seul critère pour les reconnaître….

    • jacques lemiere
      16 août 2019 at 9 h 29 min

      en fait ce n’est pas si idiot que ça… le libéralisme ne s’arrête pas à la seule liberté économique..

      mais aoc est autoritariste au possible, je suis absolument convaincu qu’en un instant elle jette ses « convictions » aux orties.. ses combats récents comme pour abolir ice sont purement liés à son interet politique du moment…

      • jacques lemiere
        16 août 2019 at 9 h 34 min

        assez bizarrement la gauche américaine ne défend plus la liberté d’expression : elle ne défend plus l’indifférence de l’etat quant à la race supposée des gens.. il fut un temps où je me sentais à gauche…

        aoc n’est certainement pas libérale…ce qui la définit est l’envie et la soif de pouvoir.

        être libéral est défendre la liberté pour tous…m^me ses adversaires politiques ou « sociaux »..

      • @Pabizou : « Alexandria Occasions Cortex  » Ou « Alexandria Occasional-Cortex »

        AOC = Idéologue, soit idées préconçues sur tout !

  • claude henry de chasne
    16 août 2019 at 7 h 37 min

    oui le libéralisme a la macron… arfff

  • Libéral signifie aux USA socialiste ! En France c’est le contraire.

    • Je pense que la traduction a rétabli les choses.

    • @Ecir : Lisez la précision en bas d’article. Alexandria Ocasio-Cortez a dit avoir « Many Libertarian Viewpoints ». Donc naturellement la traductrice a remplacé « libertarian » par libéral. Le mot « libéral » doit donc être compris dans le sens français (et non anglais) du terme.

    • jacques lemiere
      16 août 2019 at 9 h 37 min

      et d’une certaine façon , la difference de sens france/usa permet de constater que on retrouve des défenseurs des libertés individuelles dans la gauche et la droite…democrate et republicains..

  • On est plus souvent libéral quand on est dans l’opposition que lorsqu’on exerce le pouvoir. A ce moment, on trouve plein de vertus au dirigisme d’État.

  • @commando, ne seriez vous pas en train de confondre « étatiste libertaire » et liberal? Autrement dit extrême gauche ne rêvant que de détruire les sociétés occidentales?

  • Olivier Maurice
    16 août 2019 at 9 h 24 min

    Et Trump s’est mis à retweeter Ron Paul… Opération de lèche électorale en court avec la primaire démocrate et ses 23 (au moins) candidats en perspective.

  • Tu n’as aucun point commun avec nous car tu es sectaire, intolérante, prétentieuse, haineuse, collectiviste et en fin de compte stupide!

  • דוב קרבי dov kravi
    16 août 2019 at 10 h 28 min

    J’aurai décidément tout lu. AOC libérale ? Comme je suis évêque. C’est une gauchiste bon teint qui tire les dems vers l’extrême gauche et donc, je l’espère, vers leur prochaine défaite face à Trump.

  • @olivier Maurice. On peut ne pas aimer Trump mais pour ma part je considère que tout ce qui fait reculer le progressisme est une bonne chose .

  • La parfaite politicienne de gooche tendance ecolo et anti-semite. Si les américains lui donnaient du pouvoir, leur pays connaîtrait le sort du Venezuela, tant les dogmatiques de gauche sont incapables de créer quoique ce soit, à part le chaos.

  • Mon message déplaira à beaucoup de monde mais tant pis, la vérité est rarement populaire :
    Tout comme il ne faut pas décourager les étatistes/populistes de droite comme Trump lorsqu’ils se montrent favorables à des idées ou mesures libérales (baisse d’impôts, déréglementations, libération de prisonniers injustemment incarcérés, diplomatie plutôt que guerre avec la Corée du Nord) il ne faut pas décourager les étatistes/populistes de gauche comme Alexandria Ocasio-Cortez lorsqu’ils se montrent favorables à des idées ou mesures libérales : politique étrangère non interventionniste, libération de prisonniers injustemment incarcérés. ( N’ayez crainte, je parlerai de la question explosive de l’immigration à la fin de mon message.)

    Et tout comme il faut critiquer impitoyablement les étatistes de droite comme Trump lorsqu’ils se montrent favorables à des idées ou mesures étatistes (protectionnisme, augmentation de la dette publique, complicité avec les dirigeants saoudiens dans la guerre au Yémen, restriction du droit au port d’arme, etc…) il faut critiquer impitoyablement les étatistes de gauche comme Alexandria Ocasio-Cortez lorsqu’ils se montrent favorables à des idées ou mesures étatistes (supercheries écologistes/«Green New Deal», hausse d’impôts, collectivisation de l’éducation et de la santé, restriction du droit au port d’arme, etc..)

    Pour en revenir à la question explosive de l’immigration, est-il vrai que les libéraux sont POUR l’immigration comme le prétend Alexandria Ocasio-Cortez ? En fait, c’est beaucoup plus compliqué ça. Les libéraux ne sont ni POUR ni CONTRE l’immigration :

    _ Les libéraux ne sont pas POUR l’immigration car ils savent que beaucoup de nationaux ne veulent pas « accueillir toute la misère du monde », et qu’il s’agit là de leur droit le plus strict.
    _ Les libéraux ne sont pas CONTRE l’immigration entre autres parce qu’ils savent que certains employeurs veulent embaucher des immigrés, que certains propriétaires privés veulent louer ou vendre à des immigrés, et qu’il s’agit là de leur droit le plus strict.

    Alexandria Ocasio-Cortez a le mérite de ne pas déshumaniser les immigrés illégaux contrairement à certains (coucou Trump, coucou Ann Coulter…) qui ont tendance à tous les assimiler à des criminels sauvages appartenant au gang MS-13. Cependant étant donné que Alexandria Ocasio-Cortez n’est pas une libérale mais une étatiste de gauche elle prend rarement la défense des capitalistes (employeurs, propriétaires privés) donc sur la question de l’immigration elle fait davantage partie du problème que de la solution (du fait de son anti-capitalisme/opposition au respect de la propriété privée.)

    • AOC est surtout une opportuniste dont le fond de commerce à un peu de mal à s’épanouir. Faut-il qu’elle soit en difficulté pour qu’elle se raccroche au wagon des libertariens… Peut-être pour se prémunir en partie des critiques quand la campagne électorale à venir abordera les questions économiques! Questions économiques au sujet desquelles les Démocrates sont très mal.

    •  » lorsqu’ils se montrent favorables à des idées ou mesures libérales  »

      Se montrer n’est pas être; Staline se montrait affable…

    • @commando
      Bonjour,
      « Alexandria Ocasio-Cortez a le mérite de ne pas déshumaniser les immigrés illégaux contrairement à certains (coucou Trump, coucou Ann Coulter…) qui ont tendance à tous les assimiler à des criminels sauvages appartenant au gang MS-13. »
      … « immigrés illégaux »… justement. C’est illégal,
      Le gang MS-13 est un gang accueillant des migrants illégaux venant du Salvador et du Honduras.
      A.O.C a été mise à jour lors d’un entretien avec un ancien directeur de l’I.C.E qui a dû lui rappeler que traverser la frontière illégalement c’est illégal. (Et que ça fait d’eux des délinquants à minima).Ce à quoi elle a répondu que les immigrés étaient des demandeurs d’asile. Le directeur lui a dit qu’il y avait des procédures pour la demande d’asile.
      Elle a aussi sorti de son chapeau le fait que les enfants étaient séparés de leurs parents. Le directeur lui a dit que s’il était en voiture, avec son enfant, déclaré positif à un contrôle routier d’alcoolémie, il serait séparé de son enfant. Idem lorsque les policiers interviennent pour des violences conjugales.
      Appeler les centres de l’I.C.E des « camps de concentration » et les agents qui y travaillent des « nazis », ne serait-ce pas un peu « déshumaniser » ? (Pour info ces centres ont été construits sous administration Obama. L’administration ne s’est pas gênée pour « déporter » des clandestins.)

      « Cependant étant donné que Alexandria Ocasio-Cortez n’est pas une libérale mais une étatiste de gauche »… elle a un faible pour les délinquants et les criminels, comme tout bon socialiste, qui les voit comme « victimes de la Société ».

      Le Mexique n’accepte pas sur son territoire les étrangers qui ne peuvent subvenir à leurs besoin, ni ceux qui peuvent y occasionner des troubles. C’est la politique mexicaine.

  • @commando, votre post n’a pas de raison de déplaire, il ne démontre que votre ignorance des faits. Trump ne rejette pas le droit de s’armer. Les libéraux sont des l’égalistes et ce n’est pas rejeter l’immigration que demander que les gens qu’on accueille respectent les lois du pays qui les reçoit. Quand aux prisonnier injustement incarcérés il me semble que Trump et À. O. C n’aient pas la même définition en ce qui les concerne

    • « Trump ne rejette pas le droit de s’armer. »


      @pabizou : En dépit de remarques très pertinentes de Trump qui furent injustemment critiquées par les médias (par exemple la fois où Trump a expliqué que si les français honnêtes n’étaient pas aussi désarmés face aux terroristes islamistes certains attentats auraient sans doute été moins meurtriers), et en dépit de toutes les belles promesses pro-Second Amendment de Trump faites durant la campagne présidentielle de 2016, la réalité actuelle est que Trump est de plus en plus défavorable au droit au port d’arme.

      Trump n’est pas un homme de principes comme Ron ou Rand Paul mais un pur pragmatique/opportuniste : si une chose est populaire il la soutient, si elle devient trop impopulaire il retourne sa veste et s’y oppose.

      Non seulement il a montré son vrai visage d’opportuniste juste après les récentes tueries d’El Paso et Dayton, non seulement en Mars 2019 son administration a banni les « bump stocks » (accessoire donnant à une arme à feu semi-automatique un fonctionnement proche de celui d’une arme automatique), non seulement Trump est célèbre pour avoir déclaré « Take the guns first. Go through due process second » ( « prenons les armes d’abord et ensuite suivons la procédure imposée par la justice ») quelques instants après que son propre vice-président ait expliqué que suivre en premier la procédure « permettait de ne bafouer les droits de personne », mais en outre si on remonte quelques décennies plus tôt Trump était favorable au « federal assault weapons ban », signé en septembre 1994 par…… BILL CLINTON !

      Si vous recherchez mes anciens messages sur contrepoints.org vous constaterez que j’ai toujours défendu Trump autant que possible lorsqu’il tenait des propos pertinents au sujet du droit au port d’arme, mais désormais il enchaîne les gaffes. Permettez-moi donc, en conclusion, de vous retourner courtoisement votre compliment : « votre post ne démontre que votre ignorance des faits. »

    • « Les libéraux sont des légalistes »


      @pabizou : Les libéraux font la distinction entre légalité et légitimité.

  • On la surnomme la « Hugo Chavez en Jupon » Alors la dame au libéralisme ce n’est que du pipeau. Chez nous en France, à part Mélechon, personne ne peut la croire.

  • je pense que si Alexandria Ocasio-Cortez est élue, elle nommera ilhan omar à la Vice-présidence du pays.

    Ainsi elles pourront faire ériger 2 statues à New-York, l’une à effigie de castro et l’autre à effigie d’arafat.
    Peut être bien que ces 2 extrémistes antisémites inviteront corbyn à prendre le thé …

  • Définitivement tarée celle la, faites gaffes on a 10 ans de retard sur les USA, on en aura bientôt des pareils ici

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Malgré de nombreuses et ardues négociations, les démocrates ne pourront pas adopter leur fameux projet Build Back Better (BBB) pour l’instant. L’un des leurs, le sénateur de la Virginie occidentale Joe Manchin, a annoncé qu’il s’opposerait au titanesque projet de loi de trois billions (12 zéros) de dollars.

Évidemment, les réactions négatives ont été presque instantanées. Chez les démocrates, on doute de la loyauté de Manchin envers son parti. Joe Biden a même promis « de lui parler » et ne semble pas regretter ce message agressif. Mai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles