Municipales à Paris : « Anne Hidalgo n’utilise pas la végétalisation à bon escient »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Rafik Smati (Objectif France) et Aurélien Véron (PLD).

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Municipales à Paris : « Anne Hidalgo n’utilise pas la végétalisation à bon escient »

Publié le 4 février 2020
- A +

Un entretien réalisé par Frédéric Mas et Justine Colinet.

Contrepoints — Comment faire passer le message libéral dans la vie quotidienne des Français ?

Aurélien Véron — Les enjeux de tout scrutin municipal sont intrinsèquement interventionnistes. Ils concernent le quotidien des habitants d’une ville : circulation, qualité de vie, écoles, propreté…

Il reste néanmoins un espace pour diffuser des principes libéraux : la transparence et la rigueur budgétaire, l’externalisation et la mise en concurrence de services municipaux afin d’améliorer les services rendus aux Parisiens, l’abolition des achats municipaux massifs de logements afin de les convertir en HLM – ce qui accélère la hausse des prix du m2 –, l’abolition de l’encadrement contreproductif des loyers et la défense de la propriété privée mise à mal par l’actuelle majorité avec les conséquences dramatiques sur le logement à Paris.

Je pourrais ajouter la démocratie locale avec les référendums d’arrondissement qui renforceraient le rôle jusqu’ici frustrant des conseils de quartier.

Il y a entre Anne Hidalgo et certains de ses adversaires aux municipales comme une surenchère démagogique à qui sera le plus écolo. Anne Hidalgo promet Paris sans vélo, Griveaux sans la gare de l’Est et Villani jure d’exporter la gare du Nord en Seine-Saint-Denis. Tout cela n’est pas très réaliste et surtout pas très écologique. Dans ce domaine, il n’est pas possible de proposer un programme qui ne transforme par la capitale en citadelle assiégée ou en utopie agrarienne anti-libérale ?

Personne ne peut reprocher aux Parisiens d’aspirer à vivre dans une ville moins polluée, moins bruyante et avec davantage d’espaces verts. Mais contrairement aux fantasmes de certains candidats, nous n’apporterons pas la campagne à Paris. Et nous maintiendrons la mixité des modes de transport – vélos, trottinettes, bus et voitures – pour ne pas tuer la mixité de la vie sociale et économique de la capitale.

« La piétonisation fait fuir les habitants »

La piétonisation fait fuir les habitants, transforme les quartiers en galeries marchandes à ciel ouvert au détriment de la diversité des petits commerces. Elle coupe ces quartiers de la périphérie.

Que penser de l’aménagement de vastes esplanades minérales comme la place de la République, accessoirement dotées d’un mobilier urbain aussi laid qu’inconfortable ?

Anne Hidalgo ne sait pas utiliser à bon escient la végétalisation quand il s’agit de transformation. Même l’esplanade des Halles, bien que baptisée « jardin », est essentiellement minérale, le mobilier ne donne absolument pas envie de s’arrêter au bord des rares pelouses percées de grilles d’aération.

Sans parler de la faune qui y traine jour et nuit. Pourquoi ne pas avoir réalisé un véritable jardin digne de ce nom, surveillé par des gardiens actifs ? Nous serons nettement plus ambitieux dans la création de vrais jardins dans les espaces dégagés.

« Faire des forêts sûres qui donnent enfin envie aux Parisiens d’en profiter à pied ou en vélo. »

Paris a deux poumons à l’abandon, accessibles par un métro qui n’est jamais en grève, la ligne 1. En effet, les bois de Boulogne et de Vincennes sont à l’abandon, ouverts à tous les trafics, à la prostitution et aux SDF. Personne n’ose s’y aventurer plus profondément que les allées principales. Reprenons en main ces 20 % de la surface de Paris pour en faire des forêts sûres qui donnent enfin envie aux Parisiens d’en profiter à pied ou en vélo.

Anne Hidalgo a déclaré la guerre aux automobilistes. C’est vraiment le meilleur moyen de rendre Paris plus vivable ?

Là encore, on a l’impression que l’équipe sortante cherche à mettre le centre de Paris sous cloche et le préserver de toute interférence avec ce qui est au-delà du périphérique.

Ni tout-voiture, ni tout-vélo, nous engagerons une plan global de refonte de l’ensemble des mobilités avec des experts, en concertation avec les mairies afin d’aboutir à de la cohérence, de la sécurité et de la fluidité dans la mobilité des piétons, des cyclistes, des voitures et des bus.

Ce plan sera coordonné avec les municipalités voisines de Paris pour remettre en question la muraille que la mairie actuelle a érigée entre Paris et la banlieue. L’idée des grands parkings à proximité de lignes de métro avance lentement avec quelques réalisations pertinentes de villes voisines de Paris avec lesquelles nous devrons renforcer la coopération sur ce plan.

Le prolongement des grands axes séparés de vélos (vélopolitain) assurera une circulation rapide et protégée des cyclistes, mais aussi des piétons qui sont en danger lorsque les voies sont simplement peintes sur les trottoirs. Ces axes peuvent être réalisés sans sacrifier les places de voiture dont les Parisiens, leurs artisans et leurs commerçants ont vraiment besoin.

Des parkings sécurisés pour les vélos

À côté de leurs couloirs réservés, conducteurs de trottinettes et cyclistes seront durement sanctionnés par notre police municipale lorsqu’ils mettront en danger les piétons sur les trottoirs et sur les passages protégés. Dans les rues piétonnes, nous protégerons davantage les piétons qui se croient à l’abri malgré la présence – incontournable dans une grande ville moderne – de véhicules motorisés.

Par un marquage au sol, des plots ou des alertes, les couloirs roulants devront être clairement identifiés pour les piétons. Les trottoirs des rues piétonnes devront laisser suffisamment de place aux enfants et poussettes.

Nous voulons également installer des parkings sécurisés destinés aux vélos près des gares, des grands nœuds de transport et dans les parkings souterrains à venir.

Comment se concrétise aujourd’hui la préparation des jeux olympiques à Paris ? Quelle est votre position sur le sujet ?

Difficile de revenir en arrière quatre ans avant l’échéance, même si j’entends que nombre de Parisiens souhaitent un référendum. Le ras-le-bol des travaux, l’impossibilité actuelle de circuler avec des transports en commun saturés et le coût pharaonique des chantiers justifient ce ras-le-bol.

Impensable d’envisager un référendum – un vote complexe à mettre en œuvre et qui exige du temps pour les débats. Pendant ce temps, le chrono tourne avec des enjeux lourds : chantiers engagés, image de Paris et de la France, encouragement du sport de haut niveau en France… Je crains qu’il ne soit trop tard pour remettre en question cet épineux sujet.

N’y a-t-il pas quelque chose de lunaire à proposer des parcs végétalisés Porte de la Chapelle ou à la place de la Gare du Nord quand certains besoins élémentaires des Parisiens en matière de propreté, sécurité ou de gestion de l’argent public ne sont pas respectés ? C’est dans ces domaines qu’une voix libérale aux municipales peut faire la différence ?

Pour conserver le niveau d’excellence de nos grandes écoles, de nos universités et de notre recherche, de notre artisanat réputé dans le monde entier, de notre gastronomie, de notre secteur financier, de nos entreprises NTIC et des fleurons internationaux qui sont installés à Paris, nous devons avoir une ambition urbaine et non champêtre.

Restons réalistes et faisons grandir Paris ! Nous pouvons et nous devons améliorer la qualité de vie des Parisiens intra-muros ainsi que des « Grands Parisiens » en abattant la muraille qui sépare Paris de la proche banlieue. Ceux qui veulent vivre à la campagne peuvent sauter dans un train et s’installer à 30 minutes de Paris comme nombre de Franciliens qui ont fait ce choix. Laissons les autres rêver d’un grand Paris vivifiant, ouvert sur le monde et agréable à vivre.

 

Voir les commentaires (33)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (33)
  • claude henry de chasne
    4 février 2020 at 6 h 26 min

    la ville de Paris doit etre déconcentrée.
    A l’ère numerique et au télétravail , il est ridicule de tout concentrer a Paris..
    Pourquoi ne pas mettre certains ministères dans certaines regions? certaines administrations décentralisées
    çà aurai pour effet de dynamiser certaines de ces regions et de soulager la région parisienne .. en matière de transports et de qualité de la vie
    mais non !, pourquoi tout concentrer a Paris?
    voila une très bonne piste pour ceux qui se diraient eco responsables

    • L’expérience de Namur, capitale de la région wallonne, contredit la dynamisation par le transfert de ministères, si les centres décisionnels ne les accompagnent pas. On voit mal Paris renoncer à ce rôle. Namur a gagné en fonctionnaires navetteurs ne participant absolument pas à la vie de la ville, mais ni en dynamisme ni en attractivité.

    • La 1ère étape serait plutôt de supprimer certaines administrations ou ministères inutiles et de faire subir une grosse cure d’amaigrissement à d’autres!
      Il n’y aurait plus besoin de décentraliser ce qui resterait…

    • Paris se déconcentre de toute façon, la ville a perdu 700.000 habitants en un siècle et ça continue.
      La qualité de vie est géniale à Paris sinon les loyers ne seraient pas ce qu’ils sont.
      Mais oui, déménager des administrations pourraient dynamiser d’autres villes.

      • claude henry de chasne
        4 février 2020 at 15 h 12 min

        la vie est géniale a Paris?…quand on est dans les 1%

      • C’est effectivement la concentration des administrations, écoles etc qui fait augmenter les loyers ( rassurez vous les hauts fonctionnaires et autres bénéficient de logements de fonction, ou appartements à loyer modéré etc) et non la qualité de vie car, comme vous le dites vous même, la ville perd des habitants qui , justement y vivent très mal. Il y a encore beaucoup (mais pour combien de temps ?), de gens tout ce qu’il y a de plus normaux à Paris. Et c’est avec les raisonnements débiles qui s’étalent dans certains des commentaires içi qu’ils sont appelés à disparaitre. Il est vrai, comme je l’ai dit plus bas, que lorsqu’il ne restera plus que des « dirigeants », des américains, des Italiens, il suffira de la bombarder.

      • La ville de Paris a tendance effectivement à perdre des habitants, mais l’agglomération grossit. Et la richesse (par habitant) qui est déjà très élevé continue à s’accroitre plus vite que dans n’importe quelle autre région ou agglomération. Alors je crois, que malheureusement, la centralisation (habitants, richesses, équipements, institutions) s’accentue de plus belle.
        Quand vous voyez que Lyon, la 2ème agglomération du pays, plutôt favorisée (comparativement aux autres Métropoles) arrive à peine à suivre et n’est qu’un nain à côté de Paris, cela montre l’ampleur du phénomène.

  • « Personne ne peut reprocher aux Parisiens d’aspirer à vivre dans une ville moins polluée, moins bruyante et avec davantage d’espaces verts.  » phrase qui semble innocente et vraie…
    sauf qu’elle est vide de sens…

    en fait diminuer la pollution ou augmenter le nombre d’espace vert à paris.. (sans s’occuper des conséquence shors paris d’ailleurs) n’est jamais que le fait du prince si cela ne repose pas sur des considérations par exemple de santé publique..

    pourquoi voulez vous diminuer la pollution à paris..et de combien..??et pourquoi??
    attention pollution de tout type… diminuer la pollution ne peut signifier que diminuer toute les pollutions..
    combien faut il d’espace vert à paris??

    on peut même ensuite voir si le jeu en vaut la chandelle..

    mais il me semble que ce genre de phrase est ce qui fait le succès des verts..

    • En même temps, il n’y a peut-être pas le choix. Si on écoute tous les candidats, c’est à celui qui fera le plus grand green washing ! Logique avec le matraquage que l’on subit depuis des années par les médias (et d’après ce que j’ai compris par l’EdNat). Les gens sont picousés au vert histoire de masquer le rouge qu’il y a dessous…

      • L’écologie est à la mode. Par contre, personne ne parle du cout réel de ces beaux projets verts et de l’endettement et/ou des nouveaux impôts qui seront nécessaires. Cela pourrait refroidir l’enthousiasme des votants. Enfin de ceux qui paient des impôts.

  • elle n’utilise pas non plus l’argent des autres à bon escient…..normal hein , c’est pas le sien….

  • Il y a de moins en moins de différence entre Paris et Marseille !

  • Aurélien Véron est réaliste, merci à lui!
    On est loin des autres projets pour bobos parisiens.
    Pour Hidalgo, ce sera 100 % de rues cyclables avec suppression de la moitié des places de stationnement, poursuivant ainsi des aménagements qui obligent les voitures à rouler sur une seule file dans des avenues où un A380 atterrirait à l’aise. Mais attention, du vélo… en forêt ! « Végétalisation massive […] de dizaines de rues 100 % piétonnes, dans tous les arrondissements. » (Ben alors, les vélos, on les met où, si les rues sont piétonnes ?) Et, en prime, une centaine de « mini-forêts urbaines » par la plantation de 170.000 arbres (c’est précis) !
    « Me fais pas rire avec tes mini-forêts, j’ai les lèvres gercées… », semble lui répondre Griveaux, qui ne propose rien moins qu’un « Central Park parisien » de 30 hectares à la place du réseau ferré de la gare de l’Est, laquelle serait transférée vers Noisy-le-Sec. Et ensuite, chars à bœufs jusqu’au périphérique ?

    Mais projet enfoncé par Villani, qui a étudié le carré de l’hypoténuse du trafic ferroviaire : « La question est de savoir comment on allège le flux qui arrive à la gare du Nord. » Pour lui, il faut arrêter les trains internationaux à la future gare de Saint-Denis-Pleyel.
    Heureusement qu’il n’y en a qu’un qui gagnera l’hôtel de ville, sinon, imaginez Monsieur Bollewinkel débarquant du Thalys à la nouvelle gare du Nord. PDG d’une chaîne de friteries à la mayonnaise, ce Bruxellois de 110 kilos n’aura plus qu’à prendre le Vélib’ gratuit de la candidate insoumise pour gagner Paris, et ce, d’autant plus facilement que les « jeunes » du 9-3 l’auront poliment délesté de ses valises. Il n’aura plus qu’à slalomer entre les rats et les crottes de chien, tout en se méfiant des branches basses, pour atteindre un des bassins de nage prévu rive gauche par le candidat LREM, après fermeture de la circulation fluviale entre les ponts de Grenelle et de Bir-Hakeim. Un bon bain de Seine entre seringues et préservatifs usagés, quoi de meilleur après l’effort physique ?

    On ne sait pas s’il est ensuite prévu des masseuses thaïlandaises sur le « vaste espace de verdure et d’activités » aménagé sur la voie sur berge, mais il est à craindre que ce soit payant…

  • Paris est une ville qui cumule tous les avantages sans avoir aucun des inconvénients inhérents aux ville de cette taille (en pop).
    . Paris concentre tous les centres décisionnels du pays
    . Le réseau de transports le mieux maillé du pays par habitant
    . Le plus grand nombre de lieux culturels par habitant
    . Le plus grand nombre de policiers du pays par habitant
    . La plus grande offre d’emploi du pays
    . Accès proche à tous les services sociaux
    En revanche, les inconvénients eux, sont le lot des banlieusards :
    – Pas d’usine de fabrication d’énergie à Paris pour la plus grosse consommation d’électricité du pays
    – Pas d’usine de retraitements des déchets pour la plus grosse production du pays
    – Pas d’usine de retraitements des eaux usées

    Paris est la Capitale de la France et à ce titre doit être une ville ouverte à tous les Français et non pas aux seuls Parisiens. Ou alors les Parisiens doivent décider de laisser la Capitale à une autre ville du pays et voir partir des centres de décisions et ne plus être le lieu du défilé du 14 juillet, la résidence du président et des ministres, etc.
    Paris est une ville à part, elle ne doit pas appartenir uniquement aux Parisiens et nous devrions revenir à la situation d’avant 1976 : pas de maire.
    Un parisien.

    • claude henry de chasne
      4 février 2020 at 15 h 18 min

      paris comme toutes les autre mégapoles c’est de la criminalité , des réseaux saturés, des files interminables devant les « lieux culturels », des prix délirants et des bobos en troupeaux qui se prennent pour des dieux et ne saurait pas survivre 10 mn dans la nature

    • « Paris est une ville à part, elle ne doit pas appartenir uniquement aux Parisiens  » Rassurez vous c’est déjà fait et même plus puisqu’il semble admis qu’elle doit appartenir à ?? qui ?? on ne sait pas mais en tout cas pas aux parisiens, ces salopards.

  • Les parisiens veulent la tranquilité , la disparition des sauvages de rues ,des places de parkings ..si on veut de la verdure il suffit de s’échapper le weekend comme tout bon parisien qui se respecte.

  • Les parisiens aspirent aussi à une baisse des taxes. Ce sujet n’est pas abordé. Tant que le point du financement n’est pas abordé (en particulier de qui va payer), tous ces projets me font bien rire.

  • Quelques idéologies jetées en pâture aux « Idiots utiles » qui vont voter.

  • Plus de verdure . Oui! sans conteste et sans hésitation et ce n’est pas une question de couleur politique. Les arbres et le gazon ne votent pas sauf qu’ils sont de plus en plus laissés à l’abandon par la Mairie actuelle. Les parterres, vasques etc sont remplis désormais de mauvaises herbes (à se demander si ce n’est pas volontaire ?) agrémentées de cannettes de bière, papiers gras etc..La situation s’est réellement dégradée et est devenue frappante aujourd’hui. Malgré les discours et les conférences de Presse dès qu’un Troène est planté, non seulement je ne vois pas le vert (réel) se développer dans Paris mais au contraire je le vois dépérir. Le tout dans une crasse générale…

  • Questions non évoquées :
    – rétablissement des voies sur berges ?
    – fin de l’interdiction permanente de circulation des vieux véhicules (Paris reste une exception française pour Critair) ?
    – quid de l’interdiction des diesels en 2024 ?
    – conservation du stationnement gratuit pour les 2RM ?
    Seules les réponses à ces questions permettent de juger si nous avons affaire ou non à une élite parisienne autophobe…

  • « Ou se mettre le bouquet de Violette? »
    That is the question !

  • La ville de Paris n’existe pas. C’est un résidu, une enclave historique à l’intérieur du « Périphérique » ou gesticulent des nantis , des bourgeois, des friqués de frais, des militants de minorités revanchardes et totalitaires, …. Bref , tout sauf des gens intéressants et a prendre en considération. Quand on on compris ça on peut commencer a réfléchir au devenir de agglomération du grand remplacement dépassé.

    • Et bien, dites-moi, vous ne les aimez pas les Parisiens ! Une bonne bombe, je ne vois que ça. Qui préserve les rats quand même parce que eux n’y sont pour rien. Quoique des rats parisiens deviennent aussi vite Bobo. A mûrir. Vous habitez où ? Ca peut servir pour éviter le prochain « scud ».

      • A des Kilomètres …. , Mais de passage a Paris, pendant les gréves, je trouve vraiment curieux quelques centaines de personnes défendant des privilèges, payés par nos impôts et qui pourrissent la vie de plusieurs millions de personnes dont les journalopes m’expliquent qu’elles soutiendraient les greveux .
        Cerise sur le gâteau un grand guignol abruti et barbu au milieu de ce merdier de bouchon qui sait a quelle vitesse doivent circuler les habitants du Gers de la Creuse de la Lozère de la Meuse de l’Aveyron etc…
        Si rien ne vous choque dans le système, votre bonheur doit être total !

    • Testing

  • Paris serait encore une ville superbe à vivre et à visiter si on en bannissait les vélos, les trottinettes et autres engins du même type qui encombrent les trottoirs, les rues et les piétons et sont une pollution et un danger permanents! Quand on veut, on peut profiter à Paris de magnifiques bois et parcs, encore faut-il qu’ils soient entretenus avant de penser à faire pousser du gazon ou des céréales sur les toits!

  • Cet article illustre, une fois de plus, la dramatique centralisation française. Depuis plusieurs mois tous les sujets des médias nationaux (censés s’intéresser à la France entière) sur les municipales sont quasi-exclusivement consacrés à Paris. Comme si il n’y avait qu’une seule commune en France. Et ce qui est encore plus dommage, c’est que contrepoints suive…

  • Drole d’article !!! Contrepoinrs devient une tribune partisane?
    Quel credit accorder a des opposants ? Bonjour l’objectivite ..!
    Qui feront la meme chose que notre Drame de Paris…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Début novembre, le préfet d’Île-de-France a annoncé un calendrier de travaux permettant la mise en service de la ligne ferroviaire « Charles de Gaulle Express » d’ici 2027. Cette ligne, reprenant aux trois quarts des couloirs existants, permettra de relier l’aéroport de Roissy au cœur de Paris en 20 minutes sans arrêt intermédiaire. Depuis cette annonce, de nombreux élus franciliens ont dénoncé cette décision, arguant notamment que le chantier de cette ligne « réservée aux touristes riches » perturberait le trafic du RER B, « ligne des usager... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Aurélien Véron.

Il n’échappe à personne que Paris est en pleine transformation. Mais tout le monde s’interroge sur la direction choisie et ses conséquences pour l’économie de la capitale.

Madame la maire, quelle est votre vision de Paris ?

Voulez-vous en faire une ville-monde qui rayonne par son bouillonnement culturel, son dynamisme économique et la recherche de l’excellence ? Ou une ville de la démobilité, de la proximité dans la lenteur et de l’esprit participatif de ZAD, chacun décorant son pied d’arbre ou son tro... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

Rachida Dati dénonce les finances calamiteuses de la Ville de Paris et demande la mise sous tutelle financière… de l’État ! Si les pratiques de la Ville de Paris sont clientélistes, opaques et manquent de « sincérité financière » l’État n’a pas lui-même de leçon à donner dans ce domaine.

L’indignation touchera peut-être certains contribuables et administrés d’Anne Hidalgo mais pas la majorité. Anne Hidalgo a été réélue en 2020 alors que les dérives de sa gestion étaient connues. Rappelons que Rachida Dati fut ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles