Des arbres centenaires menacés par le « poumon vert » d’Hidalgo

Devant la levée de bouclier médiatique, la mairie de Paris a décidé de faire marche arrière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
tour-eiffel

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des arbres centenaires menacés par le « poumon vert » d’Hidalgo

Publié le 3 mai 2022
- A +

Anne Hidalgo prétend verdir Paris, mais les riverains de la tour Eiffel ont comme un doute. Des dizaines d’arbres centenaires qui jouxtent le monument sont sous la menace d’être abattus par la mairie de Paris pour étendre les services liés à la vénérable vieille dame de fer. Au grand dam des Parisiens qui vivent aux alentours, l’îlot de nature perdu dans l’océan de béton pourrait laisser la place à une « bagagerie », c’est-à-dire des bâtiments essentiellement commerciaux.

Des bureaux, des boutiques et un restaurant devraient remplacer l’espace vert si on en croit Philippe Khayat de France Nature Environnement Paris et de SOS Paris. De son côté, la mairie de Paris affirme qu’elle replantera près de 200 arbres pour compenser la disparition d’une vingtaine d’arbres aux abords de la tour Eiffel et 42 arbres dans le quartier en tout. La refonte du quartier promet en effet de transformer radicalement l’identité du lieu pour en faire « un nouveau poumon vert » et donner la priorité « à la végétalisation et aux mobilités douces. »

Ignorance de la démocratie locale

Lors d’une consultation publique en ligne lancée en 2021 des milliers de Parisiens se sont clairement prononcés contre le projet.

Plus récemment, c’est une pétition lancée par des associations et des particuliers, dont l’animateur Nagui, le journaliste Hugo Clément ou encore l’ancienne responsable du Medef Laurence Parisot qui a receuilli plus de 70 000 signatures.

Plusieurs voix locales s’indignaient que la mairie de Paris fasse la sourde oreille face aux manifestations de démocratie locale. Finalement, devant la levée de bouclier médiatique, la mairie de Paris a décidé de faire marche arrière. Seulement, les opposants au projet demeurent méfiants et la mobilisation ne faiblit pas.

Après l’échec cuisant d’Anne Hidalgo au premier tour de l’élection présidentielle, c’est maintenant son crédit écologique et démocratique qui est en train de s’évaporer au fur et à mesure des semaines. Le mouvement #saccageParis, en chœur avec l’opposition municipale, accuse régulièrement la municipalité de négliger la plus belle ville du monde et de mépriser l’avis des Parisiens qui voient leurs conditions de vie se dégrader.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Avatar
    jacques lemiere
    3 mai 2022 at 6 h 45 min

    bof…

    c’ets très parisien, les respect des arbres ce n’est pas ne pas couper un arbre..c’est de choisir. Et une ville est un espace où mes arbres sont comme des animaux domestiques.. des MILLIONS d’arbres sont coupés à paris ( à la campagne aussi ) … au stade « juvénile pourrait on dire…..

    ce qui m’ennuie beaucoup est que les gens commencent à penser au en france si on ne plante pas d’arbre il n’yaura plus d’arbres…
    NON… en france si tu ne fais rien sur un terrain tu te retrouves souvent avec une forêt…..

    et ce n’ets pas rien…on se retrouve avec des andouilles qui pensent que parce qu’ils ont planté un arbre en france!!!! ils diminuent le CO2 atmosphérique…

    planter des arbres vaut pour des sols vraiment dégradés… ou si vous faites de la sylviculture, vous désirez tel ou tel arbre….sinon la nature s’en charge très bien…gratuitement, sans émissions de CO2 , sans argent..ne rien faire..

    les frênes sont en train de crever et personne n’en parle…

    en quarante ans on aura perdu deux arbres majeurs du paysage orme et frênes..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel suspense insoutenable cela fut. Alors que depuis deux mois, le nom d’Élisabeth Borne était susurré dans la presse, elle a évidement été nommée à Matignon. Bien qu’elle constitue un formidable symbole pour l’égalité des sexes, elle incarne en réalité la gauche technocrate dont est issu le chef de l’État.

Sa nomination illustre très bien la tonalité générale du gouvernement annoncé vendredi après-midi : technocrate et vaguement saupoudré d’écologie et de wokisme pour marquer le ton de la campagne législative.

Car ce gouvernem... Poursuivre la lecture

Quand on est jeune étudiant d'Agrotech Paris, filière de formation pour ingénieur dans l'agriculture et l'agroalimentaire, il n'est pas toujours simple de faire le buzz. Reconnaissons cependant une belle réussite à l'exercice mené par un petit groupe d'entre eux pour exprimer leurs soucis.

C'est une vidéo qui a largement fait parler d'elle ; c'est normal, elle a tous les bons ingrédients de la recette pratique pour une viralité d'actualité : tombée à un moment plutôt creux sur le plan politique (la campagne électorale n'intéresse perso... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

Le jour de la Terre, Wynn Alan Bruce, un écologiste et photographe du Colorado âgé de 50 ans s'est immolé devant la Cour suprême des États-Unis.

À la suite de sa mort, ses amis ont déclaré qu'il s'inquiétait du changement climatique. Kritee Kanko, la scientifique en chef de l'Environmental Defense Fund a déclaré :

« Ce gars était mon ami. Ce n'était pas un acte de suicide. C'est un acte de compassion profondément intrépide pour attirer l'attention sur la crise climatique. »

T... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles