Coronavirus : comment s’en sort la Chine ?

Opinion : nous sommes encore loin de la transparence occidentale exigée par les journalistes et les réseaux sociaux, mais les autorités chinoises font preuve de pragmatisme devant l’évolution du coronavirus.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
China by Tomas Roggero (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coronavirus : comment s’en sort la Chine ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 février 2020
- A +

Par Loïk Le Floch-Prigent.

Le nouveau virus qui affecte le système respiratoire vient de Chine et met en émoi toute la planète connectée. Sa caractéristique étant d’être contagieux durant les sept à quinze jours de la période d’incubation, il nécessite donc une quarantaine préventive, dispositif très compliqué dans un pays de plus d’un milliard d’habitants et dans une agglomération d’origine du virus en comptant 11 millions avec une périphérie de 45.

Par ailleurs les biologistes craignent sa mutation vers une forme encore plus coriace. Pour l’instant il ne semble létal que pour les sujets fragilisés au plan respiratoire. Le traitement de cette épidémie en dit long sur l’organisation de la Chine et sur les rapports entre le pouvoir central et les autorités régionales.

L’image que nous colportons dans nos démocraties est celle d’un pouvoir autoritaire pyramidal exerçant son autorité de manière dictatoriale sur un pays-continent : force est de constater que cette caricature ne reflète pas la réalité.

Trois autres exemples

Ce n’est pas le premier problème de santé publique rencontré par les Chinois.

— En 2003 : un premier coronavirus, le SARS, pour lequel l’information a été bloquée au départ. Il a causé 750 décès dans le monde et a été éradiqué au bout de quatre mois grâce à l’action déterminée mais tardive du pouvoir central qui a fini par limoger le maire de Pékin et le ministre de la Santé.

— En 2008 : le scandale du lait infantile empoisonné par de la mélamine, afin de le faire paraître plus riche en protéines. L’alerte est donnée par les Néo-Zélandais partenaires de l’entreprise responsable Sanlu. On déplore officiellement le décès en Chine de six bébés, 300 000 malades, et 22 industriels impliqués. Les plaintes avaient été étouffées dans un premier temps par les élus locaux et les industriels concernés. Entre le début des plaintes en décembre 2007 et la prise en considération du pouvoir central il s’est écoulé plusieurs mois ; ce n’est qu’en septembre 2008 que le sujet est apparu au grand jour.

— Début 2019 : la peste porcine frappe des élevages, les autorités locales commencent à abattre discrètement les bêtes. Cette disparition d’un produit essentiel pour l’alimentation du pays finit par alerter les autorités centrales qui se saisissent du dossier quelques mois après l’apparition du mal. Les importations de porcs conduisent à considérer que 15 % des animaux ont été abattus alors que les documents officiels annoncent des chiffres de l’ordre de 1 %.

 

Une vision occidentale déformée de la Chine

Notre vision biaisée de la Chine pourrait conduire à considérer que les autorités centrales tentent de cacher la réalité, les pandémies, en gravité et en nombre ; et c’est ainsi que les commentaires apparaissent dans les publications et les notes diplomatiques. Mais la présence de nombreux Français et autres Occidentaux en Chine dans la province industrielle de Wu Han vient nuancer cette position classique.

En effet, à mi-chemin entre Pékin et Hong Kong, Wu Han est un des grands centres de l’industrie chinoise en particulier dans l’automobile, les microprocesseurs et la biomédecine avec toutes les coopérations que l’on connait.

Cette mégalopole reste également traditionnelle avec ses commerces d’animaux vivants, d’élevages ou sauvages, sur le grand marché de Huanan. On se souvient que le SARS en 2003 était issu d’une civette vendue sur le marché de Pékin, et c’est dans cette direction que les scientifiques chinois se mobilisent actuellement pour découvrir l’origine du nouveau virus.

Lorsque l’épidémie débute en décembre 2019, les autorités locales commencent par la taire pendant trois semaines. Le secret est d’ordre militaire puisque c’est l’armée qui est chargée de traiter le sujet.

Notre transparence occidentale nous conduit à imaginer que les autorités locales, soit avertissent Pékin, soient essaient de cacher l’épidémie par peur des représailles.
On pourrait aussi imaginer que depuis Deng Xiaoping la tradition chinoise a repris le dessus, c’est-à-dire que beaucoup de problèmes locaux sont traités localement.

Le pouvoir central est chargé de maintenir l’équilibre du pays, mais pas de gérer quotidiennement les provinces. C’est ce qui explique l’enrichissement phénoménal des industries locales confiées aux ingénieurs qui peuplent l’ensemble du pays. Cette  décentralisation économique peut faire pâlir d’envie beaucoup de pays dits libéraux.

 

Décentralisation positive pour l’industrie, désastreuse pour la santé

Appliquée en Chine, la formule de François Guizot « enrichissez-vous » a permis son formidable essor industriel. La politique est centralisée et autoritaire, l’économie est fluide et individualiste, ce qui explique ses succès. Les élus locaux et les industriels ou producteurs ne sont donc pas tétanisés par les ordres venus d’en haut, apprécient peu que le pouvoir central s’immiscent dans leurs affaires : chacun son rôle, malgré les risques de contrôle et de sanction.

Il est clair que le pouvoir central chinois apparaît toujours en retard sur ses problèmes de santé. Les décisions finalement prises de quarantaine de la population de Wu Han et de ses satellites semblent assez tardives mais des progrès ont été faits depuis le SARS de 2003 : un mois au lieu de trois, et dès le début de l’action une présence du Premier ministre sur les lieux pour tenter de rassurer la population.

Nous sommes encore loin de la transparence occidentale exigée par les journalistes et les réseaux sociaux.

Toutefois, cette volonté de tout dire qui est la nôtre conduit à des excès qu’il ne faut pas se cacher, les fake news peuvent aboutir à des paniques dont seuls les vendeurs de masques médicaux peuvent se satisfaire. Tout comme les peurs véhiculées par les collapsologues conduisent au refus de fonder une famille. Il n’y a pas que du bon à évoquer des catastrophes potentielles et attiser systématiquement angoisse et peur de l’avenir.

Le pouvoir central chinois n’intervenant que lorsque le pays est en danger, ce dernier connait ainsi de belles réussites industrielles, une politique de souveraineté assumée au plus haut niveau avec des transferts de technologie de la part des pays occidentaux tandis que localement chacun peut s’enrichir à sa guise. Un rêve libéral en économie dirigée.

En revanche, dans le domaine sanitaire ces règles se révèlent désastreuses car elles conduisent à retarder les réponses. Le pragmatisme chinois a permis de raccourcir les délais d’action nationale par rapport à 2003 ; nul doute que le gouvernement va tirer des leçons de l’épisode actuel car le classement de cette épidémie par l’Organisation Mondiale de la Santé comme « urgence de santé publique de portée internationale » constitue une condamnation humiliante.

Mais il sera difficile de modifier les traditions d’un pays qui n’a toujours pas pu interdire sur ses marchés la vente d’animaux vivants malgré le séisme du SARS en 2003. Pays centralisé, mais pas à la manière généralement comprise en Occident, il va falloir beaucoup de travail pour accéder à une transparence acceptable dans le domaine de la santé, et plus facile à atteindre dans le secteur industriel, le parti dirigeant comptant beaucoup d’ingénieurs mais peu de biologistes.

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Les petits joueurs collectivistes franchouillards ont trouvé leur maître asiatique. Eperdus d’une émotion non feinte, respirations coupées face à tant de beauté dirigiste, les grands commis sont béats d’admiration.

    L’Etat français n’est pas seulement obèse, il est aussi pathétiquement ridicule. Dans son cas, il n’est pas sûr que le ridicule ne le tuera pas plus sûrement qu’une révolution.

    • Collectivisme : Système d’organisation sociale fondé sur la mise en commun (au profit de l’État ou de groupements plus restreints : coopératives ouvrières, communautés villageoises, cantonales, etc.) des moyens de production et généralement aussi de consommation non immédiate.
      La Chine est-elle collectiviste ? Non.
      Les collectivistes français (qui ? alors qu’il y a de moins en moins d’entreprises publiques) ne vont donc pas prendre exemple sur la Chine.

      • Ah oui, c’est vrai. Un instant, on a failli oublier que la France est ultralibérale.

        • Personne n’a dit ça :-). Trollez-vous ?

          Je ne sais plus qui a dit un jour sur CP que « ultralibéral » n’existait pas et que c’était un mot inventé par les socialoïdes (® by Cavaignac) pour décrédibiliser le libéralisme. Lol.

        • Selon Pantone, elle devient Ultra-Méga-Giga-Turbo libérale…
          Et pourtant le PIB marchand n’a eu cesse de reculer…

          • A quel moment ai-je dit ou sous-entendu cela ? Jamais.
            Diantre… épidémie de troll ? Ou simplement mentez-vous et essayez-vous de me décrédibiliser ?
            Encore une fois, nous nous éloignons du sujet pour se focaliser sur moi… Etrange n’est-ce pas ?

      • Pauvre Pantone, approche encore une fois biaisée – mais ce n’est pas comme si on n’était pas habitué :

        Pour votre gouverne, il existe aussi le collectivisme politique : cf par exemple le site la toupie : « Le collectivisme politique, en matière d’organisation sociale et politique, considère que la légitimité du pouvoir se trouve dans la collectivité. Il est fondé sur l’appropriation des moyens de décision, au nom de tous ou de la majorité. » ou même Wikipédia…

        Même le site cnrtl, dont vous recopiez le point A. de la définition, indique en B. que par extension, le collectivisme est : « Manière de vivre (Alain, Propos,1923, p. 462); système dans lequel les individus sont liés entre eux. »

        Trollage bas de gamme, Pantone…

        • Pauvre Jacques B., approche encore une fois biaisée – mais ce n’est pas… comme si je n’étais pas habitué :
          Ais-je dit que le collectivisme politique n’existait pas ? Non.
          D’ailleurs, dans la définition du cnrtl dont je recopie le point A, quand il écrit « au profit de l’État », on peut comprendre que le collectivisme est potentiellement politique). Et vu que la politique est partout, ben, tout collectivisme a une dimension politique.
          Exemple : groupe de 10 personnes décidant de partager les ressources, les décisions sont prises à l’unanimité. Pouf, nous sommes dans une démocratie. Il y aura jeux d’influence, tractation, négociations. Donc du politique.
          Le point B que vous citez dit, in extenso :
          1. Par des obligations réciproques librement consenties.
          2. Par des contraintes extérieures.

          Si je reprends le point 1 de ce point B : « manière de vivre, système dans lequel les individus sont liés entre eux par des obligations réciproques LIBREMENT consenties »
          Jusqu’ici, je ne reprends stricto sensu uniquement les éléments que vous citez.

          « Obligations réciproques librement consenties »… ça ne vous rappelle pas quelque chose ? Liberté et responsabilités ?

          Toujours pas l’ombre d’un troll à l’horizon 🙂

          • Espèce de troll, vous l’avez sous-entendu, vu que Cavaignac n’a pas précisé de quel collectivisme il s’agissait, et que vous avez embrayé sur le collectivisme économique.

            Obligé de vous expliquer votre façon de (dé)raisonner, un comble… troll bas de gamme, Pantone.

            • Sous-entendu ????? Mouahhaahahhah…. pas le moins du monde.
              Déjà que mes paroles sont transformées, maintenant on me prête des sous-entendus délirants.

              Au sujet de la transformation ou invention de mes paroles, j’ai réfléchi lors de ma ballade à vélo du jour (sur des routes libres d’accès car publiques, où je peux rouler en liberté) : j’ai déterminé 6 raisons/explications pour lesquelles une parole est transformée par le récepteur.
              C’est-à-dire pourquoi que je dis A, l’autre personne dit que j’ai dit A+, A- ou B (ce qui est très fréquent).
              Détaillons ces raisons voulez-vous ?

              1) Malhonnêté intellectuelle, mensonge, volonté de nuire
              2) Incapacité intellectuelle de comprendre ce qui a été énoncé
              3) Folie, démence
              4) Erreur simple de bonne mauvaise interprétation en raison d’une formulation trop équivoque, faute d’inattention
              5) Mauvaise foi, choix de l’interprétation dans un sens donné, biais cognitif

              Je vais appeler cela les RID : Raisons d’Interprétation Divergente.
              Donc, cher Jacques B, merci de m’indiquer pour quelle raison vous dites que j’ai dit (ou sous-entendu) que le collectivisme politique n’existait pas.

              Merci.

              • Trollage haut de gamme ici, wow.

                J’ai déjà répondu, aussi je ne vais pas recommencer, mais là je trouve que ça commence à faire beaucoup de trollage et de provocation. Je savais les gauchistes pervers : vous en êtes encore l’éclatante démonstration.

    • Sans aller jusqu’à l’admiration, on peut quand même éviter pragmatiquement le lynchage systématique et inconditionnel de la Chine, et en particulier de celles de ses évolutions qui la conduisent à scander des slogans poussant à la subsidiarité ou à l’enrichissement glorifié, slogans dont on attend toujours le premier mot dans nos contrées…

  • Excellent article, voila quelqu’un qui connait la Chine et ce qui s’y passe.

  • Imaginons que le virus apparaisse en banlieue parisienne, p

    • par exemple dans le 93. Vous voyez nos petits fonctionnaires capables d’isoler toute l’agglomération en quelques jours comme les chinois l’on fait à Wuhan?
      On serait encore à tamponner le 25ème Cerfa.

  • Quand je lit les articles de ce monsieur et que je me souviens q’uil a été jeté en prison par une norvégienne qui a fait interdire a la France les forages en mer, alors que la Norvège est le leader mondiale de ces exploitations. Quand on sait que ce Monsieur, a son poste, n’a fait qu’exécuter les ordres de Mitterrand et Chirac, y a de quoi s’inquiéter !

  • C’est interdit de parler de ces choses, mais il paraîtrait que le QI moyen en chine serait plus élevé que la moyenne en France ! ?

    • La manière dont le QI se développe dans l’enfance et l’adolescence ne me paraît pas indépendante du système éducatif et des motivations apportées par la société pour se servir de son cerveau pour réussir dans la vie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Lacalle.

Les chiffres macro-économiques les plus récents montrent que le ralentissement chinois est beaucoup plus sévère que prévu et qu'il n'est pas seulement imputable aux confinements liés au Covid-19.

Les confinements ont un impact énorme. 26 des 31 provinces de Chine continentale connaissent une augmentation des cas de covid et la crainte d'un confinement de type shanghaien est énorme. Les informations en provenance de Shanghai prouvent que ces fermetures drastiques causent d'énormes dommages à la population. Des... Poursuivre la lecture

Par Robert Guiscard.

Le Club de l'économie du Monde se propose de faire débattre décideurs et "experts" sur les grandes mutations économiques. Quels traits constitutifs se dégagent de leur Cité idéale ?

Trois aspects semblent se dessiner : la souveraineté européenne et numérique, la transition écologique et enfin des conceptions économiques originales sur la dette, l’inflation ou la dépense publique que je regroupe sous le terme de nouveaux économistes.

Malheurs de la souveraineté : l'autarcie et la citadelle assiégée

Sur... Poursuivre la lecture

croissance chinoise
0
Sauvegarder cet article

Depuis mon article « Quand la Chine s’effondrera » paru dans Les Échos en 2014, le contexte a beaucoup changé et l’admiration excessive pour la réussite chinoise a fait place à une crainte grandissante des Occidentaux face à cette superpuissance. Pourtant les fragilités de l’économie chinoise, que je soulignais alors, se sont en partie concrétisées et, à mon avis, ce n’est pas fini…

Pourquoi la croissance chinoise est en panne 

Au début des années 2010, il apparaissait déjà qu’une partie des grands travaux chinois étaient ar... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles