Coronavirus : une mutation du virus peut inquiéter

L’inquiétude des autorités est liée à une caractéristique connue de ces virus : leur capacité à muter, en cours d’épidémie, en un nouveau virus hyper contagieux et/ou hyper létal.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Safety gear to provide maximum protection from Ebola by DFID (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coronavirus : une mutation du virus peut inquiéter

Publié le 27 janvier 2020
- A +

Par Richard  Guédon.

La tension monte chez les responsables sanitaires du monde entier mobilisés pour surveiller l’éclosion d’une maladie respiratoire causée par un nouveau coronavirus baptisé « 2019nCoV». Celui-ci a été détecté pour la première fois à Wuhan, dans la province de Hubei, en Chine centrale, fin décembre 2019 et se répand aujourd’hui dans le monde.

1300 cas et 41 morts au 25 janvier 2020

À l’heure ou nous écrivons, 1300 cas ont été identifiés et 41 décès ont été déclarés dont celui d’un médecin de l’hôpital de Wuhan.

Des cas sont aussi signalés dans un nombre croissant de pays à l’échelle internationale, y compris en France où les premiers malades ont été diagnostiqués le 24 janvier chez des personnes revenant de Wuhan, respectivement à Paris et Bordeaux.

Génome du coronavirus publié le 12 janvier

Les autorités sanitaires chinoises ont été les premières à mettre en ligne le 12 janvier le génome complet du 2019nCoV sur le site de la GenBank GenBankexternal icon, banque de donnée génétique en ligne du NIH, Institut National de Santé américain, et sur celui du GISAID, site de partage de données des virus respiratoires de type influenza financé par des fonds publics, privés et caritatifs à l’échelle mondiale.

Cette initiative chinoise précoce facilite grandement la lutte contre la maladie car elle rend possible :

  • de produire très rapidement partout des kits de diagnostic rapide pour les laboratoires de bactériologie chargés d’identifier les virus
  • de comparer les virus à différentes périodes et différents endroits pour repérer les mutations
  • de mettre en chantier très rapidement un éventuel vaccin.

Le 24 janvier le Center for Disease Control américain a publié lui aussi dans la GenBank le génome du virus d’un des patients américains ce qui permet d’obtenir plusieurs indications fondamentales :

  • d’abord ce virus est quasiment le même que celui qui a été « publié » par les Chinois, ce qui confirme l’extension de l’épidémie
  • ensuite l’examen des séquences de gènes des deux virus montre qu’ils proviennent d’une souche récente et unique, car il n’y a que très peu de mutations entre les deux, et qu’ils ressemblent à la fois aux coronavirus présents chez les chauves-souris et au coronavirus du SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère), agent causal de l’épidémie survenue en 2002 – 2003.

Chauves-souris et dromadaires

De temps en temps les coronavirus animaux peuvent évoluer et infecter les humains, puis se propager entre ceux-ci comme on l’a vu avec les précédentes épidémies à coronavirus comme le MERS,  Syndrome Respiratoire du Moyen Orient, provenant du dromadaire et apparu en 2012 en Arabie Saoudite, ou le SRAS parti en 2002 de Hong Kong.

Cette parenté virale permet de penser que la transmission de ce nouveau virus se fait comme celle de ses cousins, par les gouttelettes produites quand une personne infectée tousse ou éternue, tout comme se transmet la grippe.

La contamination des maladies à coronavirus se fait en général entre personnes ayant des contacts étroits, de moins de un mètre, et répétés.

Au début de l’épidémie, à Wuhan, les autorités chinoises ont remarqué que beaucoup de personnes contaminées avaient fréquenté un même marché de fruits de mer et d’animaux ce qui laissait penser à une contamination d’animal à animal.

Coronavirus : contagiosité et létalité

Aujourd’hui on constate que la propagation se produit entre les personnes elles-mêmes mais on ignore encore le niveau de contagiosité réel du virus.

On ignore aussi sa dangerosité véritable car, même si des décès ont été signalés en Chine, on n’est pas sûrs que tous soient en rapport avec le 2019nCoV ; on sait par ailleurs que de nombreuses personnes de Wuhan ont signalé des symptômes respiratoires plus légers, ont guéri et ont été renvoyés chez elles. On ne peut donc pas aujourd’hui comparer un nombre fiable de personnes décédées par rapport à un nombre fiable de personnes atteintes de la maladie.

Mais alors comment évaluer la dangerosité de 2019nCoV ?

En observant la dangerosité de ses cousins responsables d’épidémies précédentes, on voit que le virus du MERS était peu contagieux mais mortel dans un cas sur trois et que celui du SRAS, plus contagieux, a tué 774 pour 10 000 cas connus dans le monde.

Si l’on considère que l’épidémie de grippe hivernale tue en moyenne 10 000 personnes rien qu’en France on pourrait considérer que les chiffres des épidémies à coronavirus sont insignifiants.

La peur des mutants

Mais l’inquiétude et la mobilisation des autorités sont liées à une autre caractéristique connue de ces virus, leur capacité à muter, c’est-à-dire à se transformer, en cours d’épidémie, en un nouveau virus hyper contagieux et/ou hyper létal. Dans ce cas peut survenir une catastrophe sanitaire mondiale comme la grippe espagnole de 1918 qui fit 30 millions de morts dans un monde infiniment moins globalisé qu’aujourd’hui.

Principe de précaution

Sachant qu’il n’y a pas de traitement et pas – ou pas encore – de vaccin, mais qu’on peut limiter la contagion par des mesures simples c’est le principe de précaution qui, légitimement, s’applique.

Le gouvernement chinois, constatant que les cas s’étendent progressivement à de nombreuses provinces, met en œuvre des restrictions drastiques au déplacement des populations et limite les rassemblements en tous genres, fréquents en cette période de l’année pour cause de nouvel an chinois.

À ce jour la Thaïlande, la Corée du Sud, le Japon, Taiwan, Macao, Hong Kong, les États-Unis, Singapour, le Népal, l’Australie, la Malaisie, le Vietnam et, nous l’avons dit, la France ont déclaré des cas et cette liste va s’allonger dans les heures et les jours qui viennent.

Dégâts économiques certains

Les agences de santé américaines, en partenariat avec des fondations (Bill and Melinda Gates), des firmes pharmaceutiques et des start-up spécialisées, promettent un vaccin d’ici trois mois. D’ici là, tous les pays infectés se verront contraints de prendre des mesures du même type que celles de la Chine.

On ignore encore l’ampleur des dégâts humains que causera l’épidémie qui vient de commencer mais nous pouvons être certains que les dégâts économiques seront considérables, particulièrement dans une Chine déjà en proie à un ralentissement de sa croissance économique sans précédent depuis un quart de siècle.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • le laboratoire le plus performant de Chine pour l’étude des virus est situé à Wuhan ; se peut il que ce virus se soit malencontreusement échappé ?

    • on s’en fout en ce qui concerne l’aspect médical..

      ça peut se juger mais ailleurs et sur un tout autre plan..
      pendre des « responsables » ne vous avancera pas à grand chose pour soigner une personne ou ralentir la contagion.

  • Pourquoi les médias ne mettent-ils pas cette information comme un élément d’analyse de ce qui se passe?
    Pour un fait de 2017, on ne peut prétexter le manque de mémoire…
    https://www.francetvinfo.fr/sante/decouverte-scientifique/chine-nouvelle-etape-pour-le-premier-laboratoire-p4_2070431.html

    • Oui… mais non.
      « En 2013, le colonel Dai Xu de l’armée de l’air chinoise, a accusé le gouvernement des États-Unis de créer une nouvelle souche de grippe aviaire qui affecte maintenant certaines parties de Chine »
      .
      Ce n’est absolument pas sérieux et ça ne repose sur rien, ni motivation, ni but, ni début d’un commencement de preuve sans compter qu’un tel virus peut vous revenir extrêmement facilement.
      Pourquoi diable tuer quelques chinois random en prenant autant de risques ? Même comme arme de guerre, ce serait lamentable, le virus tue très peu.
      Ça n’a aucun sens.
      .
      Il y a d’ailleurs des perles sur ce site : les US qui ont piraté les missiles Iranien et le transpondeur de l’avion Ukrainien, des odes au Zimbabwe assistés par les gentils Chinois face aux méchants occidentaux, du complotisme anti-juif, la fin du monde etc. etc.
      À consulter pour savoir ce qui se propage comme mythes & légendes, mais pas plus.

  • perso j’ai un très très gros doute sur la véracité des chiffres donnés par le gouvernement chinois, ce pays est une dictature ou tout est contrôlé par l’Etat qui peut bien dire ce qu’il veut et faire sa propagande..et je me demande bien pourquoi l’OMS tarde tant a donner l’alerte (peur d’une panique généralisée?) ..il n’empêche que dans cette histoire ce seront les peuples/gens qui seront pénalisés parce que contaminés.

    • L’OMS ne vaut pas mieux que le gouvernement chinois ! Quant à ce gouvernement, il faut voir quel est son intérêt, et ses chiffres sont pour le moment particulièrement crédibles, ils sont cohérents avec ce qu’on peut attendre scientifiquement : progression géométrique de la contagion à raison de 1.5 quotidienne, pour la durée d’incubation moyenne de 7 jours environ. L’intérêt du gouvernement chinois est de profiter de la période de vacances pour circonscrire la propagation, en convaincant sa population du danger car il n’ignore pas la propension à tricher avec les règles publiques que cette population possède à un aussi haut niveau que les Français. L’aspect économique est sans grande importance, les moins-values en production seront rattrapées sans problème si la durée du blocus est limitée, tandis que les pertes de confiance aux effets durables doivent elles être évitées à tout prix.

  • De tout temps les foyers des épidémies/pandémies se situent en Afrique et en Asie. Il y a une grande proximité de densité animale domestiques ou parasitaires et humaine.

  • Y a pas de quoi s’affoler , la grippe n’est pas moins mortelle !
    D’ailleurs , sur le front de la grippe , combien de morts ?

  • A toute chose malheur est bon.

    A priori la progression de l’épidémie autant que la panique médiatique qui en découle sont plus fortes que pour le SRAS en son temps avec malgré tout moins de morts que la grippe saisonnale annuelle.
    Dans l’intervalle chaque administration, chaque pays s’améliore un peu plus à chaque fois face à ces menaces dans un monde toujours plus globalisé. Et c’est bien !
    Je propose l’hypothèse que si la grippe espagnole de 1918 émergeait aujourd’hui elle ferait certainement bien moins de morts que les 30 millions d’alors, car l’humanité dans son ensemble est mieux équipée, mieux organisée et plus compétente qu’il y a 100 ans pour gérer efficacement ce genre d’éruption.
    Chaque nouvelle petite épidémie de ce genre contribue à améliorer la robustesse du système de veille sanitaire mondialisé, et c’est super ! C’est la preuve que le foisonnement de l’intelligence a efficacement augmenté durant la même période pour une plus grande efficacité au service de l’espèce humaine. Allelouhya!

    Pour le reste, c’est toujours une peur supplémentaire que chaque technocratie adore comme une nouvelle vague sur laquelle surfer pour justifier un peu plus d’innovation de contrôle, au détriment des libertés individuelles.
    Quant à elles, les start-up de la vaccinologie qui engloutissent des millions de dollars des VCs et ensuite de la poche des petits porteurs après IPO, se frottent les mains du fait du gain d’attractivité dont elles bénéficient et quand les agences comme le NIH, le CDC et autres ouvrent les vannes des grants pour bruler un pognon de dingue qui finira par développer un nouveau vaccin pour un virus qui finalement se sera déjà éteint grâce aux mesures de prudence sanitaire… Too late… C’est ballot.
    Mais c’est pas grave, car tout ça c’est avec de l’argent du contribuable des différents pays de l’OCDE qui sont gentiment consentant.
    Dans les effets de bord du vrai progrès, il y a toujours quelques capitalistes de connivence qui profitent de leur art de surfeur sur ce genre de vague pour pomper leur part du gateau.

    Vive la machine à vague du train fantôme !

  • attendez. »principe de précaution » a un sens désormais..

    sinon..en effet la rapidité des déplacement permise par le monde moderne permet la propagation du virus
    mais le monde moderne permet aussi de lutter contre lui de manière plus efficace..

    • sinon…on peut s’inquiéter du rca… ou que la terre soit percutée par un astéroïde ou d’un mégavolcan..ou…

      je ne lis pas dans l’article de quoi me faire une raison..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chers lecteurs, chers citoyens, vous tous qui me lisez par choix ou par hasard, n’attendons pas sagement que la future Assemblée législative s’installe au palais Bourbon. N’attendons pas sagement que le gouvernement dicte le tempo et le contenu des débats. Exigeons dès maintenant la levée de toutes les mesures d’urgence sanitaire qui perdurent sous la forme d’une loi de transition autorisant le rétablissement de l’état d’urgence sanitaire, pass vaccinal compris, jusqu’au 31 juillet 2022.

Compte tenu de l’imminence de la date butoir, le... Poursuivre la lecture

En janvier 2022 j’attirais l’attention sur la posture pour le moins surprenante adoptée par quelques sénateurs français vis-à-vis des approches du gouvernement chinois durant la crise que nous avons traversée (traversons). Dans un rapport prospectif ils se montraient ostensiblement admiratifs du solutionnisme technologique chinois.

Dans ce même rapport, ils ne manquaient pas de vanter - sans ambages - tous les mérites des méthodes de l’empire du Milieu, sans omettre de valoriser certaines de ses approches les plus coercitives…

S... Poursuivre la lecture

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles